lundi 15 août 2022

2356 lecteurs en ligne -

fraren

Site d’Apprentissage Agricole (SAA) de Say : mobilisation communautaire à l’occasion de la sortie de la première promotion des jeunes entrepreneurs agricoles

Site Apprentissage Agricole Say

La première cohorte de jeunes entrepreneurs agricoles du Site d’Apprentissage Agricole (SAA) de Say, à une cinquantaine de kilomètres de Niamey, dans la région de Tillabéri, vient de terminer la première phase de sa formation et de laisser ainsi la place, à la seconde vague d’apprenants. Une occasion qui a été saisie pour l’organisation d’une Journée de mobilisation communautaire en faveur de la promotion de l’entreprenariat agricole en milieu rural conformément aux objectifs assignés à ces centres,  une initiative du Projet de Développement des Compétences (PRODEC) mis en œuvre par le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA) dans le cadre du programme financé par la Banque mondiale au Niger en faveur du développement des compétences et de lutte contre le chômage des jeunes.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

C’est par une cérémonie riche en couleurs que le Site d’Apprentissage Agricole (SAA) de Say a célébré, jeudi 26 août 2021, la sortie de sa première promotion d’entrepreneurs agricoles. Ils sont au total trente (30) jeunes apprenants dont sept (7) filles à boucler leurs formations théoriques et pratiques en agriculture, production animale, transformation agro-alimentaire, pisciculture et en maintenance des machines agricoles. A cette occasion, une « Journée de mobilisation communautaire autour du site d’apprentissage » a été organisée dans l’enceinte dudit centre qui est implanté à Delway, un village situé à une dizaine de kilomètres de Say.

La cérémonie qui a mis à l’honneur les apprenants en fin de formation ainsi que ceux de la deuxième vague, a été rehaussée par la présence des représentants des autorités départementales et municipales, des membres du Comité de gestion et des parents d’élèves, ainsi que des responsables des services techniques, des représentants des organisations paysannes partenaires ainsi que les chefs de villages et des membres des communautés locales qui se sont fortement mobilisés pour l’occasion.

A cette occasion, plusieurs interventions ont été enregistrées notamment celle du gestionnaire du Site d’Apprentissage Agricole de Say, M. Ali Mounkaila, qui a tenu à rappeler les missions assignées à ce site, lequel à l’instar des autres SAA implantés dans les autres localités du Niger, a pour but de professionnaliser les jeunes nigériens dans divers domaines du monde rural notamment l’agriculture et l’élevage, véritables poumons de développement socioéconomique de notre pays. Il a en ce sens détaillé tout le processus de l’apprentissage au niveau du SAA de Say qui va de la sélection des dossiers des candidats à la délivrance, en fin de formation d’un diplôme de qualification et/ou d’une attestation. «En plus de l’apprentissage des différents métiers, nous assurons aux jeunes apprenants des formations en alphabétisation mais aussi en entreprenariat pour qu’ils puissent élaborer leurs plans d’affaires. Et les meilleurs plans d’affaires seront financés par le projet» a ajouté M. Ali Mounkaila qui n’a pas manqué d’ajouter qu’un accent particulier est accordé au volet suivi et accompagnement des jeunes entrepreneurs en parfaite collaboration avec leurs parents et leurs communautés. C’est en ce sens, a-t-on appris, que pour cette première vague, des terrains ont été mis à la disposition des jeunes diplômés pour qu’une fois leur stage pratique terminé, ils puissent démarrer leurs activités. Certains parmi les premiers récipiendaires, qui sont en majorité de jeunes déscolarisés, ont été aussi retenus  pour travailler au sein du Site sur les espaces dédiés à la production. L’idée, selon le gestionnaire, c’est de permettre au SAA de Say de se prendre en charge et continuer ces activités une fois qu’arrive à terme le projet financé par le PRODEC à travers le FAFPA et qui est de deux (2) ans.

Ali Mounkaila

M. Ali Mounkaila, gestionnaire du Site d’Apprentissage Agricole de SAY : « En plus de la formation et de l’accompagnement des jeunes entrepreneurs, nous accordons une attention particulière au volet production pour qu’à la fin du projet, qui est d’une durée de deux ans, le Site puisse continuer ses activités avec ses propres moyens et ainsi former d’autres jeunes car il y a toujours le besoin ».

Une initiative fortement saluée par les autorités et les communautés locales

Cette initiative du PRODEC mise en œuvre par le FAFPA a été fortement saluée par les autorités et les populations locales au regard des premiers résultats obtenus. C’est d’ailleurs ce qu’a indiqué la représentante du Conseil municipal de Say, Mme Yacouba Zeinabou, qui a fait part de toute son appréciation pour cette initiative dont l’impact est déjà palpable. «Nous sommes très satisfaits de la mise en œuvre de ce programme au niveau communautaire. Avec la sortie de cette première promotion, nous avons déjà un résultat satisfaisant car une bonne partie des apprenants sont bien formés et prêts à entreprendre dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage ou de la transformation agro-alimentaire, des domaines dans lesquels il y a un important potentiel pour occuper les jeunes et leur permettre de se prendre en charge et de contribuer au développement socioéconomique du pays», s’est félicitée la conseillère municipale. Pour la représentante du Maire de Say, « cette initiative constitue une véritable réponse au chômage des jeunes qui constituent une priorité pour les autorités locales, les parents mais aussi les autorités au plus haut sommet de l’Etat au regard de l’ampleur du chômage des jeunes au Niger ». C’est pourquoi, tout en remerciant les partenaires techniques et financiers notamment la Banque mondiale, le PRODEC et le FAFPA, elle a félicité l’ensemble des acteurs impliqués pour l’engagement dont ils ont fait montre dans la mise en œuvre de ce projet qui suscite déjà un véritable engouement au sein de la population comme en témoigne les dossiers de candidature déposés pour la sélection de la seconde cohorte qui vient d’effectuer sa rentrée. Sur trente (30) places offertes, quarante-huit(48) dossiers ont été reçus au niveau du Centre.

Le représentant des organisations paysannes n’a d’ailleurs pas manqué à cette occasion de plaidé pour une augmentation des apprenants pour chaque cohorte. « C’est vraiment une initiative louable et nous tenons à exprimer notre profonde gratitude à la Banque mondiale qui finance ce projet ainsi qu’au PRODEC et au FAFPA pour sa mise en œuvre », a déclaré Soumana Seydou lors de son intervention. « Nous voulons plus de places car le SAA de Say offre de réelles opportunités à nos jeunes pour qu’ils puissent apprendre un métier et surtout se prendre en charge. Comme vous le constatez, la plupart de ces enfants étaient déscolarisés et n’avaient aucune perspective d’avenir mais maintenant avec ce qu’ils ont appris, 80% sont en position de s’auto-suffire et se prendre en charge d’autant que le Projet va les accompagner pour exploiter leur site », a-t-il ajouté tout en invitant les jeunes à faire bon usage de ce qu’ils ont appris afin de servir de modèle aux autres.

Lors de la cérémonie, plusieurs apprenants de la première promotion ont témoigné sur leur expérience ainsi que leurs ambitions. C’est le cas de Abdoul Razak Laouali, 22 ans, qui fait partie de la première cohorte des apprenants du SAA de Say où il a suivi une formation en agriculture et élevage. Il a suivi une formation en agriculture et élevage et a déjà un projet d’exploiter sa propre ferme une fois son stage terminé.

Abdoul Razak Laouali

Abdoul Razak Laouali, 22 ans, diplômé en agriculture et élevage du SAA de Say : « C’est une initiative louable car j’ai appris beaucoup de choses et désormais j’ai trouvé ma vocation. J’ai quitté l’école en classe de seconde et ce projet m’a offert une deuxième chance de me réaliser. C’est vrai que quatre mois, c’est peu pour apprendre assez de choses, mais ce que nous avons appris va beaucoup nous servir d’autant que nous enrichirons notre formation par un stage pratique. Je compte avoir beaucoup d’expériences et mon projet c’est d’avoir ma propre ferme que je pourrais exploiter car avec la  formation reçue, je n’ai aucun doute sur la réussite de mon projet ».

 La cérémonie a été clôturée par une visite guidée sur les différents espaces du Site et une démonstration de quelques activités apprises par les apprenants. Il faut dire qu’une partie du SAA de Say est mise en valeur par les apprenants sous la supervision de leurs encadreurs qui, d’après le responsable du Site, sont au nombre de neuf (9).

Des Sites pour professionnaliser l’entreprenariat agricole en milieu rural

Inauguré en janvier dernier et ayant démarré ses activités le 1er avril 2021, le Site d'Apprentissage Agricole (SAA) fait partie des dix (10) centres implantés dans les différentes régions du Niger. « L’implantation du Site d’Apprentissage Agricole de SAY rentre dans le cadre des actions d’amélioration de l’apprentissage en milieu rural mises en œuvre par le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA) avec l’appui de la Banque Mondiale à travers le PRODEC », avait expliqué le Dr Aoula Yahaya, coordinateur du PRODEC lors d’une visite sur le site. A terme, 3000 jeunes déscolarisés et non scolarisés seront formés dans les SAA par le PRODEC et le FAFPA pour contribuer à l'émergence de futurs entrepreneurs ruraux et lutter contre le chômage des jeunes.

Site Apprentissage Agricole Say BIS1

Visite guidée sur les différents espaces d’apprentissage et de production du SAA de Say, implanté à Delway, sur une superficie de 5 ha.

Le 1er juin dernier, le vice-président de la Banque Mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale, M. Ousmane Diagana, a d’ailleurs visité le Site d’Apprentissage Agricole (SAA) de Say, en compagnie du ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle M. Kassoum Moctar, du ministre du Plan M. Abdou Rabiou, de la Représentante Résidente de la Banque Mondiale Joelle Dehasse ainsi que des responsables du PRODEC et du FAFPA. A cette occasion, il a particulièrement apprécié l’aspect intégration de l’approche globale de la formation. « C’est un projet extrêmement important. Je suis très ravi de constater que le concept a été très bien maitrisé par ceux qui gèrent le programme et bien compris par les apprenants. Je suis persuadé qu’a l’issue de la formation, ces jeunes accèderont à des emplois et aspireront à de meilleure condition de vie et inspireront d’autres jeunes nigériens c’est ainsi qu’il y’aura la prospérité, la sécurité et le développement dans nos pays », avait mis en avant M. Ousmane Diagana, lors de sa visite au SAA de Say.

Site Apprentissage Agricole Say BIS

Pour rappel, le PRODEC est un projet de développement des compétences et de lutte contre le chômage des jeunes qui est financé par la Banque mondiale et qui est placé sous la tutelle du Ministère des Enseignements Professionnels et Techniques (MEP/T). Démarré le 1er janvier 2014 pour une  durée initiale de six (6) ans, il a été prolongé jusqu’en 2022 au regard des résultats satisfaisants obtenus. Le montant du financement accordé par la Banque Mondiale était initialement de 15 milliards de FCFA (30 millions de dollars US), puis est venu s’ajouter un second financement additionnel de 27 milliards (50 millions de dollars US). Le PRODEC qui intervient dans toutes les régions du Niger consiste à améliorer l’efficacité de la formation professionnelle formelle et les programmes courts de développement des compétences dans divers domaines. Dans le cadre de la mise en œuvre de ses différentes composantes, le PRODEC agit à travers trois (3) agences d’exécution que sont la Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger (CCIN), le  Fond d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA) et l’Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi (ANPE).

Ikali Dan Hadiza (actuniger.com)

 



Commentaires  

-1 #1 dgse@gouv.fr 02-09-2021 09:29
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #2 dgse@gouv.fr 02-09-2021 09:43
La coruption programer par le fmi et hrw et msf et les groupes resistants font le jeu de celui quj les dirige .
schwab soros fmi monaco.
pour netoyer au karcher il faut demander au mafieux juifs sarkozy.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #3 dgse@gouv.fr 02-09-2021 10:56
Bonjour . Dans le cadre de la securisation autonome de la bss pour l'implant du rrha segou saint petersbourg ,
le consul ambassadeur du mali a segou invite les proprietaires de douentza a manifester leur info sur les reserves hydrique profondes.
antie noula .
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #4 nunezbelda@gouv.fr 02-09-2021 11:28
A tout mes groupes armee alliez , akmida , sahroui , koulchi coulchi , laissez des ied en partant pour les russes.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #5 nunezbelda@gouv.fr 02-09-2021 11:30
Le juiditisme peut se casher deriere un arbre et un talmute.rester vigilant au sirene qui change de thon.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com