jeudi 18 août 2022

2138 lecteurs en ligne -

fraren

A Gao, au Niger, l’impact du changement climatique sur un village

gao5

A l’ombre d’un grand arbre, les sages sont assis de part et d’autre du chef de Gao, département de Filingué. Sur la grande place sableuse couleur crème, face à la mosquée, Abdoulaye siège dans le fauteuil qui lui est réservé depuis 1986. Cette année-là il a succédé à son père, lui-même chef du village fondé en 1943. Mieux que personne, Abdoulaye peut témoigner des changements opérés dans son village natal. « Quand j’ai été désigné chef de Gao, nous avions tout. Le village vivait de l’agriculture et du commerce. Personne n’avait jamais acheté des haricots, du mil, ou du sorgho. On nourrissait nos animaux avec notre production. C’était l’abondance. »

GAO3

Aujourd’hui, dans le village d’Abdoulaye, plus rien ne pousse. Le grand arbre sous lequel sont prises les décisions, est un des rares rescapés de la sècheresse. La saison ne dure plus que trois mois, et ne suffit pas à nourrir les familles : « lorsque l’on sème, ça ne pousse pas. Ou alors, les plants meurent avant de pouvoir être récoltés. Même lorsqu’il pleut, l’eau ne rentre pas, elle glisse sur la terre et envahit tout le village. Le vent souffle trop, le couvert du sol est pris par le sable. »

Des enfants et des vieillards constituent la majorité des habitants. Depuis une dizaine d’années, le village est vidé de ses forces vives. Des 19 enfants d’Abdoulaye, 4 sont partis en exode. « Les gens quittent non parce qu’ils le veulent, mais parce qu’ils n’ont pas le choix », constate le chef. La majorité des jeunes hommes ont partis en Libye, laissant femmes et enfants.

GAO_1.jpg

Iliassou, lui, a choisi de revenir. « Depuis l’année de mon mariage, la production est mauvaise. Un beau jour je suis rentré à la maison, l’électricité était coupée depuis plus de 9 mois, il ne restait plus qu’un demi-sac de riz. C’était une trop grande humiliation. J’ai pris un crédit de 200 000 francs. J’espérais rembourser en deux mois : il m’aura fallu plus d’un an. »

Environ deux tiers des zones cultivables sont désormais infertiles. En conséquence, les champs mis en gage pour financer « l’exode » ne trouvent plus preneurs, parce qu’ils ne produisent plus. « Auparavant, il était facile de contracter un crédit dans le village. Mais aujourd’hui plus personne ne veut prêter. Si quelqu’un a de l’argent, il ne voudra pas le montrer. Il y a une rupture de confiance dans le village. »

Avec le sable et la misère, la méfiance s’infiltre jusque dans les foyers : les hommes contraints de partir, les femmes restent seules avec les beaux-parents, reprenant des métiers d’hommes si la production le permet, retournant dans le village de leurs parents si l’homme parti ne peut subvenir aux besoins de la famille. Gao connaît ainsi de nombreux divorces.

GAO2

Il arrive que quand les hommes reviennent, ils constatent que l’argent envoyé n’a pas servi aux investissements espérés. « Si l’hivernage était bon, les parents ne détourneraient pas l’argent envoyé…, regrette Abdoulaye. Mais la confiance disparaît dans les familles, et les jeunes arrêtent d’envoyer de l’argent à leurs parents. Peu à peu avec la méfiance et l’égoïsme, ils se séparent de leur village. »

C’est pourtant grâce aux financements de leur exode, que les habitants de Gao ont pu construire une digue pierreuse, aux abords du village. 18 millions de CFA ont été nécessaires pour ce long mur de pierres, maintenues par du fer. Sa présence permet de retenir le sable et l’eau qui dévale sur le village en saison des pluies, envahissant les rues jusqu’à taille d’homme, et ravageant les maisons. Cette digue a valeur d’espérance pour le chef du village, qui espère contenir la désertification et le délitement du village fondé par son père.

gao4.jpg

Pour Barbara Rijks, Cheffe de mission de l’OIM, « le nexus migration, environnement et changement climatique est complexe, il remodèle les habitats, les moyens de subsistance et la disponibilité et répartition des ressources essentielles à la vie. L’OIM Niger étudie ces interactions afin d’accompagner la migration environnementale, en faire une stratégie adaptative choisie et non subie. »

Ce travail de recherche est financé avec le soutien du Fond de l’OIM pour le développement .



Commentaires  

0 #1 opex360 laurent lagneau. 19-08-2021 18:15
Appelez l'office du niger a segou . Contactez le drian a paris , dites ce que vous avez comme sol avec precision.
le train rrha segou saint petersbourg passe chez vous en 2023 , tenez bon on arrive . Opex360 laurent lagneau.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 florenceparly@connasse.fr 19-08-2021 18:20
la materniter de segou offerte par florence parly au malien pour leur aide a partir de la pharmicie et du cyber sera operationelle en 2023 .
les operateurs juif sont definitivement exclue pour cause de terorisme radical
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 floranceparly@def.gouv.il 19-08-2021 18:28
Nous souhaitons offrir les locomotives diesel de france pour le chantier rail route herbes arbre de segou a saint petersbourg .
merci de contacter francoise lecoq a Briancon , 05000 gare de briancon .
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 floranceparly@def.gouv.fr 19-08-2021 18:38
Une explosion de puissante intensité a eu lieu dans un complexe pétrochimique à Haïfa.
Qui seme la guerre recolte une shoax.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 floranceparly@def.gouv.fr 19-08-2021 18:40
Une explosion de puissante intensité a eu lieu dans un complexe pétrochimique à Haïfa.À peine quelques heures après l’annonce d’un incendie touchant un navire de l’armée israélienne au sud de Haïfa, les sources d’information en hébreu ont fait part d’une explosion ayant secoué un complexe pétrochimique dans la même ville.
Il y a une justice qui s'apele colere de bohoma . On arrive les youpin crevard.
Ce mercredi 18 août au soir, les médias israéliens ont rapporté qu’une puissante explosion avait été entendue dans un complexe pétrochimique de Haïfa.
« L’explosion s’est produite due à une défaillance technique », à en croire de la Radio de l’armée israélienne. « De la fumée a été constatée pendant quelques secondes sur les lieux de l’explosion et l’incident n’a fait aucun dégât », d’après la même source.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 alors flo , toujour party 29-09-2021 11:11
Le macro youtre de valence tgi souhaite connaitre a titre gracieux la localisation des judensau esclaves sexuelle des dromadaire et phacochere dans les min'es .
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com