lundi 8 août 2022

2654 lecteurs en ligne -

fraren

Initiative GIRLS de Plan International : pour la première édition,  un engagement fort en faveur des droits des filles dans le Sahel central

Initiative GIRLS de Plan International BIS2

Dans le cadre de ses actions en faveur de la promotion des droits des filles, l’ONG Plan International a organisé, mardi 29 juin 2021 à travers un  webinaire, la première édition de l’initiative GIRLS (Girls,  Influencing, Response and Leadership Space, Espace d’Influence, de Réponse et de Leadership des Filles) qui a porté sur les droits des filles en situation de crise dans le Sahel central (Niger, Burkina Faso et Mali). Une expérience inédite et très enrichissante qui a permis des échanges fructueux entre jeunes filles leaders, des femmes représentants les organisations de la société civile ainsi que des partenaires et institutions internationales. Au sortir de l’évènement, des engagements forts ont été pris pour que soient pris en compte les préoccupations des filles ainsi que de promouvoir leurs droits ainsi que leur leadership afin que soient relever ensemble les multiples défis auxquels sont confrontés les pays de la sous-région.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

C’est un truisme de le rappeler, les pays du Sahel et particulièrement ceux du Sahel central (Niger, Burkina et Mali) sont confrontés depuis quelques années à une crise multidimensionnelle sans précédent. Aux défis de développement comme le niveau de pauvreté assez élevé, les répercussions du changement climatique, le faible accès aux services sociaux de base (éducation, santé et assainissement) et les lacunes en matière de gouvernance et de respect des droits humains, est venu s’ajouter une crise sécuritaire sans précédent qui se caractérise par la multiplication des attaques par des groupes armées qui a engendré une crise humanitaire qui a atteint des proportions inquiétantes dans la zone.  Cette situation impacte négativement certes l’ensemble des populations des pays du Sahel central mais a des répercussions encore plus néfastes chez les couches vulnérables notamment les jeunes et surtout les filles dont la situation, pour ce qui est du respect et de la promotion de leurs droits, était déjà loin d’être reluisante malgré les efforts en la matière des autorités nationales avec l’appui des partenaires au développement. Et comme on dit qu’un malheur n’arrive jamais seul, la pandémie de la Covid-19 est venue s’ajouter à cette crise multidimensionnelle à laquelle sont confrontés ces pays qui sont déjà classés parmi les plus pauvres au monde. 

GIRLS, un espace d’influence, de réponse et de leadership pour les filles

C’est pour faire face à ces défis et permettre de consolider les acquis malgré la crise que l'ONG Plan International dans le cadre de sa stratégie globale en cours  de mise en œuvre (2017 – 2022) et qui ambitionne de permettre à 100 millions de filles d’Apprendre, Décider, Diriger et s’Epanouir, a initié l’organisation de rencontres périodiques d’échange, de partage, d’apprentissage et de dialogue afin de promouvoir le leadership des filles dans la prise de décisions et susciter l’engagement des acteurs et garants de droits eu égard aux défis auxquelles elles font face. L’objectif de cette initiative dénommée « GIRLS » cadre avec celle de Plan International qui met un accent particulier, particulièrement en Afrique de l’ouest, à placer de manière systémique les jeunes filles et femmes au centre de ses stratégies et de ses plans d’action et c’est pourquoi, l’initiative a été pensé et conçu comme un espace, le premier du genre,  d’influence, de réponse et de leadership des filles et conforte l’ONG Plan International dans sa vision de magnifier sa volonté de travailler avec et pour les filles.

C’est ainsi que le mardi 29 juin 2021, s’est tenu par visioconférence, pandémie de Covid-19 oblige,  la première édition de l’initiative « Girls », en collaboration avec la Banque mondiale et Amnesty International. Pour cette première édition, les femmes, les jeunes et jeunes filles conviés ont eu ainsi l’opportunité d’échanger avec des partenaires des institutions internationales et des organisations de la société civile, sur la question des droits des filles en situation de crise dans le Sahel central (Burkina Faso, Mali, Niger), pays confrontés à des crises sans précédent. La journée a été structurée en plusieurs panels avec comme axes principaux d’échanger sur les défis auxquels sont confrontés les filles en situation de crise ; les accompagnements dont elles devront bénéficier ou le que elles-mêmes portent-elles sur la situation et, in fine, ce qu’il faudrait  faire pour parvenir à des solutions pérennes.

Prendre en compte la voix des filles ainsi que leurs préoccupations

L’événement a été un franc succès au regard de la participation massive des jeunes surtout des filles et des femmes leaders en provenance des pays d’Afrique de l’ouest et du centre, des représentants de la Joining Forces Initiatives ainsi que du Système des Nations Unies (SNU) et ceux des Institutions régionales  notamment la CEDEAO, la Banque mondiale et bien d’autres partenaires au développement engagés dans le  même domaine. Des leaders religieux et communautaires, des représentants des autorités et des membres de la société civile se sont également joint à l’évènement.

Avec le lancement de l’initiative « GIRLS » (GIRLS,  INFLUENCING, RESPONSE AND LEADERSHIP SPACE, Espace d’Influence, de Réponse et de Leadership des Filles), Plan International et ses partenaires lancent ainsi la promotion d’un cadre d’influence de réponse et de leadership des filles qui vise à promouvoir l’épanouissement et la promotion des jeunes filles dans les pays concernés. De manière plus spécifique, l’objectif de cette est, comme il a été mis en évidence à l’ouverture du webinaire, « de contribuer à l’avancement des droits des enfants et de l’égalité des filles en Afrique de l’Ouest et du Centre en mettant en évidence les problèmes, en établissant des partenariats stratégiques pour influencer les investissements et générer une action plus coordonnée des acteurs à tous les niveaux ».

Des échanges enrichissants sur la situation des filles au Sahel central

Initiative GIRLS de Plan International BIS1

Les présentations par les spécialistes ainsi que les échanges et les réflexions entre participants qui ont structurés les différents panels ont permis de mettre en évidence plusieurs problématiques ainsi que des pistes de réponses et des solutions pertinentes pour prendre en charge certains défis de l’heure. Lors du premier panel qui a été consacré aux questions des droits des filles au Sahel central, notamment, «la situation actuelle et l’impact sur un avenir égal dans le contexte de la nouvelle normalité imposée par la COVID-19 », les échanges ont porté sur l’impact différentiel des crises et de la Covid-19 sur les filles, notamment sur leurs droits dans divers secteurs comme l’éducation, la protection contre la violence sexiste, la santé et les autres abus dont sont victimes cette importante mais vulnérable frange de la societé.

Le second panel a lui porté sur l’évolution des droits des femmes dans les trois pays du Sahel Central et a permis de mettre en exergue le retard qui persiste toujours dans la consécration de l’égalité en matière de droits pour les filles. Comme il a été mis en évidence au travers des interventions, il ne s’agit pourtant  pas seulement d’une question de droit, mais aussi et surtout d’une exigence en matière de  développement durable. Des progrès ont certes été enregistrés en la matière et l’espoir est permis comme en atteste les modèles de réussite de programmation qui ont été présentés lors du webinaire  et qui ont mis en relier les actions et initiatives mis en œuvre par des organisations internationales et des institutions régionales dans le Sahel Central avec à la clé, des résultats probants en matière d’ l’amélioration des conditions de vie des jeunes filles.

activistes femmes du sahel

Enfin, le troisième et dernier panel a servit de plateforme pour évoquer les préoccupions et surtout les attentes des  Jeunes du Sahel Central ainsi que les perspectives qui s’offrent à eux. Le panel qui a été animé et encadré par les responsables de  l’initiative GIRLS et a donné l’occasion  aux jeunes activistes du Sahel de s’exprimer et de faire entendre leur voix pour promouvoir la promotion des droits des filles dans la région et au delà. Des jeunes filles leaders engagées dans cette voix se sont particulièrement fait remarquer avec leur brillante intervention à l’mage de la nigérienne  Nana Ali, vice-présidente régional du Cadre Consultatif d’Enfant et Jeune du Niger (CCEJN), de Nènè Goïta, Coordinatrice du Conseil Consultatif des des Enfants et Jeunes du Mali (CCNEJ-Mali) et de la malienne Sadya Touré qui préside  l’Association Mali Muso. En plus de faire une présentation succincte mais réaliste de la situation actuelle, elles ont émis des propositions pertinentes et des pistes de solutions afin d’améliorer les conditions de vies des jeunes filles dans le Sahel Central. 

Des recommandations pertinentes et des engagements en faveur des droits de la fille

La rencontre virtuelle a pris fin sur une note de satisfaction au regard de la qualité des échanges et surtout des recommandations qui ont été formulées par les participants pour promouvoir les droits de la jeune fille dans le Sahel central. Des recommandations qui seront par la suite transmises aux des gouvernements des tous les pays concernés et qui permettront, sans nul doute,  une meilleure prise en compte des droits des filles et de leurs préoccupations dans l’élaboration et la mise en œuvre de toutes les politiques et stratégies de développement. Et en réponse, les représentants des autorités des pays concernés qui assistaient également au webinaire, ont réitéré leur engagement  à transmettre à qui de droit les recommandations formulées et surtout à plaider à leur réelle intégration dans les politiques nationales afin de renforcer les efforts déjà mis en œuvre par leurs gouvernements respectifs pour promouvoir les droits de la femme et particulièrement ceux des filles.

Plusieurs allocutions ont été prononcées à l’ouverture et tout au long de la visioconférence par les responsables de Plan international mais aussi des partenaires et autres organisations ou institutions invitées. Dans son intervention, la Représentante de Plan international Niger,  Mme Ramatou Kane, a tout d’abord tenu à remercier les organisateurs de cet événement pour cette importante initiative, les organisations partenaires ainsi que les participants pour l’intérêt qu’ils portent à a promotion des droits des jeunes filles. « Nous avons énormément des défis. Et à travers cet évènement, nous avons pu voir que nous ne sommes pas les seuls à vivre et à connaitre ces défis. Ce cadre nous a offert l’occasion d’aiguiser les appétits des jeunes en général et les filles en particulier. Nous avons également aiguisé les appétits au sein de Plan International Niger. Nous n’avons donc plus  donc le droit d’arrêter cette initiative qui doit forcément se poursuivre », a-t-elle estimé à la clôture de l’évènement et en tirant les conclusions de la visioconférence qui a été rythmée par la prestation de plusieurs artistes engagés en faveur des droits des jeunes et des filles des 3 pays du Sahel central.

Initiative GIRLS de Plan International BIS

A.K.Moumouni (actuniger.com

 



Commentaires  

+2 #1 TOTO A DIT 05-07-2021 12:27
En place et lieu de thématiques pompeuses et titre flasheur, que faites vous concrètement et quotidiennement pour ces jeunes enfants dont des filles sillonnant les artères publiques en quête de survie et mendiant ..... A part vous autres ONG circulant dans des 4x4 flambant neufs et buvant vos eaux minérales dans un autre monde ...
Dites à TOTO A DIT..... qui reste tout ouï..
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 jika 05-07-2021 16:59
quel mensonge!!!
a chaque fois qu'on veut arracher a nos sœurs leur valeur et les séparer de la dignité on plaide "LES DROITS"
qui est con....
espèce des prébendiers
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com