dimanche 2 octobre 2022

2951 lecteurs en ligne -

fraren

Commémoration de la Journée de l’Enfant Africain 2021 : à l’Assemblée nationale, les enfants plaident en faveur de la protection et de la promotion de leurs droits

JEA2021 enfants avec parlementaires AN

Dans le cadre des activités de commémoration de la 30e  édition de la Journée de l’Enfant Africain (JEA 2021), une délégation d’enfants a été reçue, jeudi 17 juin, à l’Assemblée nationale. Devant les députés, les représentants des enfants ont plaidé pour la protection et la promotion de leurs droits conformément aux engagements nationaux et internationaux souscrits par le Niger.

  

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

C’est la deuxième vice-présidente de l’Assemblée nationale, Mme Hadiza Seyni, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cette journée parlementaire d’information qui s’est déroulée en présence des membres de la Commission des Affaires Sociales et Culturelles de l’Assemblée nationale ainsi que de plusieurs députés.

Dans son mot de bienvenue,  la 2e vice-présidente a, au nom du Président de l’Assemblée nationale, SE Seyni Oumarou, félicité les enfants et les organisateurs pour avoir pris l’initiative d’inscrire cette journée d’échanges avec les parlementaires à l’Agenda des activités commémoratives de la Journée de l’Enfant Africain. Mme Hadiza Seyni a indiqué que cette journée va permettre de faire  l'état de mise en œuvre des engagements internationaux souscrits par notre pays notamment par la ratification de la Charte Africaine des Droits et du Bien-être (CADBE) de l'enfant en 1999 ; les efforts déployés du point de vue législatif et règlementaire en matière des droits de l’enfant  ainsi que les défis qui restent à relever. Aussi, a-t-elle ajouté,  les ultimes attentes des enfants sont, entre autres,  l’internalisation effective des engagements internationaux dans l’arsenal juridique national ; l'amélioration substantielle du financement des budgets et programmes des secteurs sociaux de base et, enfin, la promotion d’une culture de la participation active des enfants.

Après ce mot introductif de bienvenue de l’honorable Hadiza Seyni, les ambassadeurs des enfants ont par la suite pris la parole pour porter à la connaissance des députés, leurs préoccupations de l’heure en matière de protection et de promotion de leurs droits. Le message de plaidoyer a été lu par trois (3) enfants dont deux (2) filles et un (1) garçon qui ont été pour l’occasion, accompagnés par des cadres du ministère de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant ainsi que les représentants des organisations internationales partenaires et spécialisées dans la protection de l’enfance  notamment l’UNICEF, Save the Children et Plan International.

Des efforts mais aussi des défis persistants

JEA2021 enfants avec parlementaires AN BIS3

Du haut de la tribune de l’Assemblée nationale, les 3 ambassadeurs des enfants ont livré leur message dans lequel ils ont reconnu, comme l’a souligné Nana Firdaoussou Tanimoune, « les nombreux efforts » sur les plans législatifs et institutionnels qui  ont été fournis par l’Etat en matière de protection de l’enfant dont, entre autres, l’adoption du document de protection de l’enfant, de la Politique Nationale du Développement Intégré du jeune Enfant (PENDIE), et de la politique de Protection Juridique Juvénile (PJJ). Cependant, en dépit de tous ces efforts fournis par l’Etat, a fait observer Yasser Arafat Bouba, « beaucoup de défis restent à relever, les politiques nationales en faveur des enfants peinent à répondre aux réelles aspirations par une insuffisance notoire des ressources humaines, les allocations budgétaires dans les secteur de la protection de l’enfant ne correspondent pas aux engagements pris et aux attentes, le nombre d’enfants en situation de rue s'accroît, l’insécurité fait et multiplie le nombre d’enfants vulnérables, la précarité dans laquelle de nombreuses familles se trouvent met en danger le devenir des enfants».

Parmi les obstacles à l’effectivité des droits des enfants, les représentants des enfants ont évoqué les politiques nationales en faveur des enfants qui peinent à répondre aux réelles aspirations par une insuffisance notoire des ressources humaines ; les allocations budgétaires dans le secteur de la protection de l’enfant qui ne correspondent pas aux engagements pris et aux attentes ; le nombre des enfants dans la rue qui s’accroit; l’insécurité qui accentue le nombre des enfants vulnérables; la précarité dans laquelle de nombreuses familles se trouvent et qui met en danger l’avenir des enfants ; la dualité des sources de droit avec la coexistence du droit positif et de la coutume, le manque d’harmonisation de textes nationaux, les conventions et traités internationaux relatifs aux enfants. Ils ont aussi parlé de l’âge légal minimum de mariage qui, selon le code civil est fixé à 15 ans pour la fille et 18 ans pour le garçon et ont souligné la nécessité d’abolir, dans le cadre du projet du code de l’enfant, ce pluralisme des textes juridiques dans le domaine des droits de l’enfant et à harmoniser les lois nationales avec la CDE et la CADBE qui n’a toujours pas été adoptée et cela depuis 2005.

Un plaidoyer en faveur des enfants et de leurs droits

C’est pour toutes ces raisons, que les enfants ont lancé un vibrant appel aux députés afin de contribuer à prendre en charge ces défis. « Nous lançons un appel pressant à votre endroit pour créer les conditions pour une harmonisation du cadre législatif nigérien afin d’avoir une définition consensuelle de l’enfant, l’adoption du projet du code de l’enfant, le recrutement d’assistants sociaux suffisants pour animer les services de protection de proximité dans toutes les communes »,  a plaidé Chamsiya Bizo à l’endroit des élus nationaux.

JEA2021 enfants avec parlementaires AN BIS2

Au cours de la cérémonie plusieurs députés ont pris la parole pour porter leur appréciation de la situation des droits des enfants au Niger et prodiguer de sages conseils aux enfants à travers leurs représentants notamment sur l’importance de l’éducation. Dans un message, la Commission des Affaires Sociales et Culturelles de l'Assemblée nationale a déclaré avoir pris acte des doléances des enfants et les députés se sont engagés à accorder une attention particulière à toutes les questions soulevées par les enfants et à prendre en compte, dans le cadre de leurs attributions d’élus nationaux, des recommandations formulées dans le plaidoyer. « Plusieurs dispositions législatives et légales sont déjà en vigueur. Cependant, nous parlementaires, viendrons à contribution pour capitaliser et renforcer ces acquis », ont assuré les membres de la Commission qui se sont, par ailleurs, engagés, « à la correction et à l’harmonisation du pluralisme des textes juridiques dans le domaine des droits de l’enfant ».

En prononçant le mot de clôture de la journée d’information parlementaire, la 2e vice-présidente de l'Assemblée nationale s’est réjouie de la qualité des échanges et du message des enfants. Elle a souligné l’importance de l’Agenda 2040 qui a été choisi comme thème de cette édition et qui cadre parfaitement avec la vision d’une Afrique prospère, dynamique et intégrée. « Une Afrique dont le développement est axé sur ces populations, se fondant sur le potentiel des africains en particulier, les femmes, les jeunes et les enfants », a affirmé l’honorable Hadiza Seyni. Sur les doléances des enfants, la 2e vice-présidente de l’Assemblée nationale a reconnu la nécessité d’harmoniser les textes législatifs. Elle n’a pas manqué, en tant que mère, à fustiger la démission de certains parents dans l’éducation de leurs enfants et a lancé un appel pour plus de responsabilité pour tout un chacun afin de garantir la protection des droits des enfants.

La journée a été clôturée par une photo de famille qui a réuni les enfants, les députés ainsi que les organisateurs.

JEA2021 enfants avec parlementaires AN BIS1 JEA2021 enfants avec parlementaires AN BIS

A.K.Moumouni  (actuniger.com)

 

.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com