mercredi 10 août 2022

4419 lecteurs en ligne -

fraren

Covid-19 : le tabagisme, un facteur de risques aggravant qu’il faut combattre

Conference debat tabagisme et covid19

En collaboration avec le Centre pour la lutte contre le tabac en Afrique (CLATA), le ministère de la Santé publique a organisé, mercredi 17 février à Niamey, une conférence-débat sur le tabagisme et la Covid-19 au CCOG de Niamey. L’occasion d’édifier le public sur les conséquences du tabagisme et ses implications dans le contexte mondial marqué par la pandémie du Covid-19 et par la même occasion, poursuivre la sensibilisation anti-tabac.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

C’est le Directeur par intérim de l’hygiène publique et de l’Education pour la santé qui a procédé à l’ouverture de la conférence-débat qui a enregistré la participation des cadres du ministère de la Santé publique, des spécialistes en santé, des représentants des associations de la société civile, des structures des jeunes ainsi qu’un public venu nombreux prendre part à l’évènement. Dans le discours introductif qu’il a prononcé à cette occasion, Dr Bawa Dan Jimo a tenu tout d’abord à remercier les participants pour leur présence à cette conférence-débat avant d’aborder par la suite la thématique dont il a mis en exergue la pertinence dans le contexte mondial actuel marqué par la pandémie du Covid-19. « Tout comme la pandémie du Covid-19 qui continue de sévir dans le monde, le tabagisme est aussi une véritable pandémie avec plus d’un milliard de fumeurs et près de 6 millions de morts par an dans le monde », a indiqué Dr Dan Jimo. Rappelant les conséquences néfastes du tabagisme notamment les maladies cardiovasculaires et respiratoires ainsi que les cancers, le Directeur de l’Hygiène publique par intérim a mis en évidence le facteur aggravant que constitue le tabagisme pour les patients atteints de Covid-19. Cette dernière cause en effet des comorbidités pour les fumeurs, cela complique leur prise en charge surtout pour ceux qui souffrent des maladies respiratoires, une autre conséquence néfaste du tabagisme.

Les fumeurs, des personnes vulnérables à la Covid-19

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), bien qu’aucune étude ayant fait l'objet d'un ‎examen par des pairs n'avait évalué le risque ‎d'infection par le SARS-CoV-2 associé au ‎tabagisme. Toutefois, les consommateurs de ‎tabac (cigarettes, pipes à eau, bidis, cigares, ‎produits du tabac chauffés) sont sans doute ‎plus vulnérables face à la COVID-19 car lorsque ‎l'on fume, les doigts (et potentiellement les ‎cigarettes contaminées) sont en contact avec ‎les lèvres, ce qui augmente la possibilité de ‎transmission du virus de la main à la bouche. La ‎consommation de produits du tabac tels que la ‎pipe à eau, également appelée Chicha ou ‎narguilé, nécessitent souvent le partage des ‎embouts et des tuyaux, facilitant ainsi la ‎transmission de la Covid-19 dans les milieux ‎communautaires et sociaux.‎ Aussi, la consommation de tout type de tabac réduit ‎la capacité pulmonaire et augmente le risque ‎de contracter de nombreuses infections ‎respiratoires et peut accroître la gravité des ‎maladies respiratoires. La Covid-19 est une ‎maladie infectieuse qui s'attaque ‎principalement aux poumons. Le tabagisme ‎altère la fonction pulmonaire et de ce fait, ‎l'organisme a plus de mal à lutter contre les ‎coronavirus ou d'autres maladies respiratoires. ‎Selon les travaux de recherche disponibles, les ‎fumeurs sont davantage exposés au risque de ‎développer une maladie grave due à la COVID-‎‎19 et d'en mourir.‎

La sensibilisation pour mieux lutter contre le tabagisme

Conference debat tabagisme et covid19 BIS

C’est pourquoi, Dr Bawa Dan Jimo a tenu à attirer l’attention de la population et particulièrement des jeunes sur les risques et dangers auxquels ils s’exposent surtout avec l’avènement de la chicha ou du tabac  électronique. Pour le Directeur par intérim de l’Hygiène publique et de l’Education pour la santé, « la lutte contre le tabagisme est une cause noble ». Il a en ce sens rappeler que comme il est stipulé dans la Convention cadre anti-tabac (CCLAT) de l’OMS de 2003, la stratégie anti-tabac passe avant tout par la sensibilisation à l’endroit des fumeurs pour qu’ils arrêtent et à ceux qui sont tentés pour qu’ils sombrent pas dans l’addiction et la dépendance que cause le tabagisme avec toutes ses conséquences néfastes pour la santé. En clôturant son intervention, Dr Dan Jimo a plaidé pour le renforcement de la législation anti-tabac et la hausse des taxes sur le tabac, rappelant par la même occasion que le Niger s’est doté depuis des années d’une loi qui interdit de fumer dans les espaces publics.

La conférence s’est poursuivie avec  des présentations d’éminents experts de l’Hôpital national de Niamey (HNN), du Programme national de lutte contre la tuberculose et du Programme national de lutte contre les maladies non transmissibles sur plusieurs sujets relatifs à la thématique notamment l’historique et la situation de la Covid-19, le tabagisme et la Covid-19 ainsi que le tabagisme et les maladies non transmissibles. Des débats enrichissants qui ont permis au public d’être  encore plus édifié sur les différents aspects de ces pandémies et leurs conséquences ainsi que leur coût économique et social ont clôturé l’activité.

Conference debat tabagisme et covid19 BIS2

Conference debat tabagisme et covid19 BIS1

A.K.M (actuniger.com)



Commentaires  

0 #1 MAMAKI 18-02-2021 11:08
Merci alors de prendre les mesures nécessaires pour taxer les cigarettes a 100% :zzz
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 Kay 18-02-2021 11:50
Au contraire la nicotine reduit les risques de complications liées au covid
Arrêter de mentir
Arrêter de suivre l'agenda des blancs
Travailler sur vos propres réalité
Pas de covid au niger
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Blackmarket 18-02-2021 14:44
Pourtant, suivant des statistiques, des spécialistes ont suggéré que les fumeurs auraient moins de chance de contracter le coronavirus. Encore de l'argent gaspillé pour organiser une conférence sur un faux problème. Concentrons-nous sur les problèmes urgents et criards tels que le manque de ressources matérielles et humaines dans les centres de santé des zones rurales ou encore l'ineffectivité de la gratuité des soins pour les enfants de 0 à 5 ans. Voila une réalité quotidienne du citoyen d'en-bas...
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com