mercredi 10 août 2022

4059 lecteurs en ligne -

fraren

Bac 2020 : les correcteurs menacent encore de boycotter la session si le reliquat de leurs frais de 2019 n’est pas payé

Candidats Bac 2020.v4

Les enseignants surveillants et correcteurs des épreuves du Baccalauréat ont décidé de boycotter les examens de la session 2020 tant que l’intégralité du reliquat des frais de la précédente session n’est pas payée par le gouvernement avant le début des épreuves. Comme en 2018 et 2019, les correcteurs ont décidé de brandir cette menace comme dernière arme, à l’approche des examens dont les épreuves écrites débutent le 17 Août prochain.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

C'est au cours d'une Assemblée générale qu’ils ont tenue le lundi 10 août au sein de l'Office du Baccalauréat du Niger (OBN, ex Service des examens du Bac) que les surveillants et correcteurs du baccalauréat ont décidé de boycotter la session au cas où les reliquats de leurs frais de la session 2019 ne sont pas payés à temps. Pour l’heure et comme en 2018 et 2019, et malgré la détermination qu’ils ont affichée, il s’agit plus d’une menace afin d’exiger au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation un traitement judicieux de  leurs revendications en prélude au début de la session 2020 du baccalauréat dont les épreuves écrites débutent le 17 août prochain.

Sous l’égide de la Fédération des Syndicats des Enseignants du Secondaire de la Formation Technique (FSES/FT), le collectif des surveillants et correcteurs du Bac a estimé, à l’issue de la rencontre, qu’il s’agit de la seule alternative qui leur reste « pour obliger le gouvernement à payer le reliquat de ces frais ».

Un reliquat de 430 millions FCFA à payer par le gouvernement

Selon les estimations, le montant des frais qui restent à payer par le gouvernement s’élève à un peu plus de 430 millions de francs CFA. Depuis quelques années, la question du paiement à temps des frais de surveillance et de correction a été une pomme de discorde récurrente entre le ministère de tutelle et les enseignants qui sont convoqués dans les différents jurys du pays. Cette année, avec la création et l’opérationnalisation de l’OBN, on pensait que le problème sera réglé à temps afin que les examens du bac se déroulent dans d’excellentes conditions. Bien que l’Office soit à sa première expérience dans l’organisation des examens du Bac, il y a quelques jours, lors d’une visite à l’OBN, le ministre Yahouza Sadissou avait annoncé que le gouvernement a pris toutes les dispositions pour mettre les moyens nécessaires qui permettront d’assurer  un bon déroulement de la session 2020. Il reste alors au gouvernement de solder le reliquat des frais de la précédente session ou d’entamer des négociations avec les correcteurs afin de trouver un terrain d’entente pour la réussite des examens. 

Ikali (actuniger.com)

 



Commentaires  

+3 #1 Iddaro Iddar 11-08-2020 21:22
Cela montre combien de fois le pays souffre d'enfants responsables.
Avec cette allure ce pays ne peut avancer que dans les comptes de tiers au pouvoir.
J'ai mal, mal, très mal pour ce pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Iddaro Iddar 11-08-2020 21:22
Cela montre combien de fois le pays souffre d'enfants responsables.
Avec cette allure ce pays ne peut avancer que dans les comptes de tiers au pouvoir.
J'ai mal, mal, très mal pour ce pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 Abdoul Rachid Yahaya Kanta 11-08-2020 21:25
Pitié, à l'aide, mon pauvre Niger personne se soucie de son avenir.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #4 Intarou 12-08-2020 09:30
Et ils détournent des milliards ?
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 yahaya 13-08-2020 14:42
c est triste
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com