lundi 8 août 2022

4002 lecteurs en ligne -

fraren

« Fact-Checking » ou techniques de vérification des faits : le RENJED sensibilise et forme les journalistes des régions de Niamey et Tahoua

atelier fact checking 08 07 2020 

Le Président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) Dr Sani Kabir a présidé ce mercredi 08 Juillet 2020 à la maison de la presse de Niamey, les travaux de l’atelier de formation des journalistes sur le fact Checking ou vérification des faits. C’était en présence du Médiateur de la République Me Ali Sirfi Maiga, du Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) Me Issaka Sounna, du Rapporteur Général Adjoint de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH), du Directeur Général de l’Institut de Formation aux Techniques de l’Information et de la Communication (IFTIC), du Président du Réseau des Journalistes pour l’Education et le Développement (RENJED), des représentants des organisations internationales, des responsables des organisations de la société civile, des étudiants et des journalistes de la région de Niamey et Tahoua.

 

Cette rencontre est organisée par le Réseau Nigérien des Journalistes pour l’Education et le Développement (RENJED) avec le soutien financier de l’Ambassade du Royaume du Danemark à travers l’ONG internationale OXFAM dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Promotion de l’éthique et la déontologie des médias nigériens pour un accès équitable à l’information ».

L’objectif vise à outiller les journalistes sur les techniques de vérification des faits ou « fact-checking » dans les contextes sécuritaire, sanitaire (lutte contre la maladie à covid 19) et électoral.

A l’entame de la rencontre, le Président du RENJED, Monsieur Ousmane DAMBADJI a exprimé particulièrement ses remerciements à l’endroit du Médiateur de la République Me Ali SIRFI Maiga, du Président du Conseil Supérieur de la Communication, du Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) pour tout l’intérêt qu’ils institutions portent à cet important projet de promotion de l’éthique et de la déontologie des médias nigériens. Il a aussi remercié l’Ambassade du Royaume du Danemark et l’ONG internationale OXFAM pour l’accompagnement technique et financier dans la mise en œuvre de ce projet. Il a vivement invité les journalistes au respect de l’éthique et la déontologie qui encadrent leur métier. Il s’agit entre autres, du respect de la véracité de l’information, de l’utilité publique de cette dernière et de son objectivité.

Le Président du Conseil Supérieur de la Communication Dr Sani Kabir a dans son intervention d’ouverture, félicité l’offensive du RENJED dans le cadre de la formation des hommes et femmes des médias pour une presse plus professionnelle au Niger. « Le Conseil Supérieur de la Communication est une autorité administrative et indépendante de régulation du secteur des médias et en cette qualité il a entre autres missions l’accompagnement et le renforcement des capacités des journalistes. C’est pourquoi, le CSC se fait le devoir d’accompagner la mise en œuvre de cet important projet qui cadre avec les missions de notre institution », a indiqué Dr Sani Kabir.

Au regard de l’importance de cette formation les délégués des différentes régions seront reçus demain jeudi 09 juillet 2020 par le Médiateur de la République Me Ali Sirfi Maiga à son cabinet. Cette rencontre portera sur le rôle des journalistes en période électorale.

atelier fact checking 08 07 2020 BIS2

atelier fact checking 08 07 2020 BIS1

atelier fact checking 08 07 2020 BIS

Ibrahim Diolombi Mahamadou

RENJED



Commentaires  

0 #1 Zomo 09-07-2020 08:58
Ces rats parlent de fact checking comme si la verite compte pour eux plus que le mensonge dans lequel ils vivent et prosperent.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 TOTO A DIT 09-07-2020 12:58
En attendant leur extradition vers les USA...
Bien qu'hors de radar de couverture de beaucoup
de media surtout francophone.... TOTO A DIT partage ses lu par ailleurs ...... :
Deux fils de l'ancien président du Panama Ricardo Martinelli, inculpé la semaine dernière pour blanchiment d'argent, ont été arrêtés lundi au Guatemala en vertu d'un mandat d'arrêt pour extradition vers les Etats-Unis, également sur des soupçons de blanchiment d'argent, a annoncé le ministère de l'Intérieur du Guatemala. Les deux hommes -Luis Enrique et Ricardo Alberto Martinelli, âgés respectivement de 38 et 48 ans- ont été appréhendés à l'aéroport international La Aurora de la capitale Guatemala alors qu'ils se préparaient à embarquer pour un vol privé à destination du Panama, a précisé le ministère dans un communiqué.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 TOTO A DIT 09-07-2020 12:59
Dans un autre communiqué, le département américain de la justice explique que
« les deux accusés sont présumés avoir participé » aux montages du géant brésilien du BTP Odebrecht, qui a versé « plus de 700 millions de dollars de pots-de-vin à des fonctionnaires du gouvernement » panaméen. « Entre autres choses, ils ont servi d’intermédiaires pour le paiement d’environ 28 millions de dollars provenant d’Odebrecht pour payer un haut fonctionnaire du gouvernement du Panama qui était un parent proche des accusés » , ajoute le ministère américain.
Selon la même source, les deux frères ont facilité le versement de ces fonds en ouvrant et gérant des comptes bancaires secrets au nom d’entreprises fictives à l’étranger.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 sidikou 09-07-2020 16:22
l’éthique et la déontologie vas explique sa au journaliste de l ORTN
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 dogo 09-07-2020 16:44
Citation en provenance du commentaire précédent de TOTO A DIT :
Dans un autre communiqué, le département américain de la justice explique que
« les deux accusés sont présumés avoir participé » aux montages du géant brésilien du BTP Odebrecht, qui a versé « plus de 700 millions de dollars de pots-de-vin à des fonctionnaires du gouvernement » panaméen. « Entre autres choses, ils ont servi d’intermédiaires pour le paiement d’environ 28 millions de dollars provenant d’Odebrecht pour payer un haut fonctionnaire du gouvernement du Panama qui était un parent proche des accusés » , ajoute le ministère américain.
Selon la même source, les deux frères ont facilité le versement de ces fonds en ouvrant et gérant des comptes bancaires secrets au nom d’entreprises fictives à l’étranger.


Merci l'Amerique.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com