lundi 3 octobre 2022

3073 lecteurs en ligne -

fraren

Société civile : pas de liberté provisoire pour Maikoul Zodi, Moudi Moussa et Mounkaila Halidou

photo montage activistes en detention

La justice a encore rejeté, en appel, la demande de mise en liberté provisoire formulée par les avocats des acteurs de la société civile Maikoul Zodi, Moudi Moussa et Mounkaila Zodi. Interpellés suite à la manifestation du 15 mars dernier, ils vont devoir attendre leur procès en détention.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

La Chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Niamey vient de rejeter la demande de mise en liberté des acteurs de la société civile Maikoul Zodi (Tournons la page -TLP Niger), Mounkaila Halidou (ROTAB) et Moudi Moussa (TLP Niger). Le délibéré est tombé ce mardi 7 juillet à la suite de l’examen, le 30 juin dernier, de la requête formulée par le collectif de leurs avocats.

La justice a déjà rejeté, en première instance, la demande de mise en liberté provisoire des trois acteurs de la société civile nigérienne qui sont détenus dans plusieurs prisons du pays : Halidou Mounkaila au camp pénal de Daikaina (111 km de Niamey), Moudi Moussa à la prison de Kollo (35 km de Niamey), Maikoul Zodi à la prison de Ouallam (à 100 km de Niamey).

Les 3 acteurs de la société civile ont été arrêtés puis placés en détention à la suite de la manifestation du dimanche 15 mars dernier. Ils sont poursuivis, en compagnie de pleurs autres leaders de la société civile, de « participation à un rassemblement non autorisé, complicité de dégradation de biens publics, incendie volontaire et homicide avec circonstances atténuantes ». Leur arrestation fait suite à la manifestation, que comptait organiser un collectif d’associations de la société civile à Niamey avec comme objectif « de soutenir les forces de défense et sécurité » et « d’exiger la transmission à la justice du rapport d’inspection du ministère de la défense ». Pour rappel, un audit au ministère de la Défense nationale a relevé plusieurs irrégularités dans la gestion des fonds destinés à l’armée et à la lutte contre le terrorisme.

La manifestation a été violemment réprimé par les forces de l’ordre et officiellement trois (3) personnes sont décédées des suites d’un incendie qui s’est déclenché sur un marché situé pas très loin du lieu de la manifestation, suite à des heurts avec la police. Plusieurs participants, dont des leaders de la société civile ont été interpellés puis incarcérés dans plusieurs prisons du pays. En mai dernier, certains ont bénéficié de la liberté provisoire alors que Maikoul Zodi, Mounkaila Halidou et Moussa Moudi, ont été maintenus en détention.

Plusieurs organisations nationales et internationales de défense des droits de l’homme ne cessent de plaider pour la libération de tous les acteurs de la société civile détenus au Niger. A la suite de la décision de la Cour d’appel de ce mardi 7 juillet, Moussa Tchangari, SG de l’association Alternative Espace Citoyen (AEC) s’est dit pas surpris tout en rappelant que leurs « camarades sont détenus illégalement en prison pendant des mois car la manifestation du 15 mars dernier n'a pas été interdite ». Moussa Tchangari qui a été aussi détenu pendant plusieurs semaines suite à cette affaire avant de bénéficier d’une liberté provisoire, a aussi réaffirmé « la détermination des structures de la société civile à poursuivre la lutte pour défendre les intérêts du pays et il en appelle à la population de se mobiliser pour sauver le Niger ».

A.Y.B (actuniger.com)

.

Commentaires  

-7 #1 Lecteur-Actuniger 07-07-2020 13:57
La société civile servira de leçon pour corriger sa façon de faire. Ne soyez pas brutal et irresponsable des actes commis, l'objectif serait d'aider les gouvernants à améliorer leur travail vis à vis du peuple et non la lutte bête
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #2 Debout Niger 07-07-2020 15:22
En tout cas bravez une interdiction et amener une foule a bruler les boutiques et finir malheureusement par mort d'homme ? Il faut changer notre maniere de revendiquer. La revendication etait legitime, mais non encadree par les organiseurs. La femme qui etait decedee etait parmi achetee des pagnes dans une boutique. Elle a gare son vehicule pour ne plus revenir, consumee dans une boutique.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #3 TOTO A DIT 07-07-2020 19:56
8) Une Justice injustifiée...... Une impartialité alambiquée...... Une équité à apprécier:
:-* Quand .... un KASSOUM MOCTAR ..., un escroc public d'Etat, un voleur reconnu public des deniers publics ... Un terroriste financier ...ou semblables sbires continue de graviter autour du
sérail politique et bénéficier de jouird'une liberté provisoire , voire bénéficier d'une promotion ministérielle malgré des turpitudes reconnues de voleur d'Etat.... Des criminels financiers, ...Comment peut on dénier cette même liberté provisoire à ces acteurs de la Société Civile qui n'ont rien voler , rien piller mais mis au gnouf parce que voulant marcher pour faire arrêter ces voleurs d'Etat justement ..... Ces salauds d'Etat.

Allez y comprendre quelque chose .... Quelle morale de probité la Jeunesse ou le citoyen lambda du fin fond du Niger doit il retenir au regard de cette Justice ?

Ne dit on pas combattre maladroitement pour une juste cause vaut mieux qu'être le redoutable Soldat de l'Injustice ? :-* 8)
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #4 Dan Maradi 08-07-2020 10:07
Si il y a la ou Issoufou a decu c'est la coptation d'un escrot comme Kassoum Moctar. Ca c'est contre la renaissance culturelle de nommer un malfrat economique, et en plus jeune, dans le gouvernement: Encourager un jeune qui ncarne le faut. Ce sont ces jeunes qu'il faut chatier pour qu'ils representent plus une reference et saper les efforts de la Republique.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 a debout niger 08-07-2020 19:21
les suppots de satan actuellement au pouvoir ont bravé combien d'interdiction....donc arrete tes histoires....jamais nigerien n'a été aussi lache, voleur, mediocre, ethnoregionaliste que dans ce maudit regime de damnés....
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com