mercredi 10 août 2022

3881 lecteurs en ligne -

fraren

Covid-19 : au Niger, environ une personne atteinte sur 5 est un agent de santé et 1 cas sur 10 est un élève ou étudiant

vrnvirus.jpg

Dans son dernier rapport hebdomadaire de la situation sur la gestion de la pandémie du Covid-19 du 25 mai 2020, l’OMS Niger a indiqué qu’au Niger, environ une (1) personne atteinte de COVID-19 sur cinq (5) est un agent de santé soit 18% des cas et 1 cas sur 10 est un élève ou étudiant.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

La situation épidémiologique fait aussi ressortir qu’à la date du 24 mai 2020, 40% des districts sanitaires du pays ont déclarés au moins 1 cas positif.  En détails, c’est 29 Districts sur les 72 (40%)  qui ont déclaré au moins un cas positif dont 2 sur les 7 dans la région d’Agadez (29% des districts), 1 sur 6 à Diffa (17%), 5 sur 8 à Dosso (63%), 5 sur 9 à Maradi (56%), 5 sur 5 à Niamey (100%), 2 à 13 Tahoua (15%), 3 sur 13 à Tillabéry (23%) et 6 sur 11 à Zinder (56%). Les régions qui ont enregistré le plus grand nombre de cas sont Niamey (724 cas) et Zinder (126 cas), puis la région d’Agadez (37 cas).

 Selon toujours les statistiques établies par l’OMS, le taux d’attaque au niveau national est de 4,2 pour 100.000 habitants. La capitale Niamey reste la région la plus touchée avec 55 cas positifs pour 100.000 habitants, suivie d’Agadez (6 cas pour 100.000). Le taux de létalité de la maladie est de 6,5% au niveau national et selon la même source, cette létalité est largement plus élevée à Maradi avec 27,3%, suivie de Zinder 13,5% et Niamey 5,7%. Par ailleurs, l’analyse de la situation fait ressortir que les admissions tardives et l’association des comorbidités seraient les premières causes les plus fréquentes des décès. Il convient d’ailleurs de noter que 5 décès sur 60 soit 8 % de tous les décès, sont survenus en communauté. A cet effet, l’OMS Niger annonce qu’une mission d’audit des décès communautaires dans la région de Niamey est en préparation pour une meilleure compréhension et contribuer ainsi à la rupture de la chaîne de transmission. Cependant, l’analyse des données hospitalières montrent que 42% de décès hospitaliers surviennent moins de 48h après leur admission, ce qui confirme l’hypothèse du retard de consultation.

Du 19 mars au 24 mai 2020, renseigne le point de situation, 4345 tests ont été réalisés chez les sujets suspects pour confirmation au niveau des 8 régions du pays. Parmi les échantillons testés, 945 soit (22%) se sont avérés positifs. Avec la confirmation du premier cas le 18 mars 2020, il est observé entre le 3 et le 12 mars, une collecte importante de échantillons (1051 échantillons) parfois chez des personnes asymptômatiques ce qui a conduit à confirmer 354 cas. Le document révèle  que le système de gestion des alertes rapporte très peu d’alertes tant au niveau communautaire que de structures de santé. « Une diminution progressive du nombre d’alertes émises par les communautés et les établissements sanitaires publics et privés est observée à partir du 15 avril jusqu’au 2 mai, date à laquelle les données sont reparties en dents de scie », a fait observer l’OMS Niger qui rapporte également que le 22 mai, 211 sujets dont 180 des sujets confinés à l’Hôtel Gawèye de Niamey de retour de voyage ont été prélevés et testés parmi lesquels aucun cas positifs n’a été enregistré.

Ikali (actuniger.com)



Commentaires  

0 #1 AYOUBA DJIBO Abdourahamane 27-05-2020 12:33
:roll: nous contestons cette estimation pourquoi? parce que 1- jamais les services de santé nous ont communique l’âge des patients atteint de cette pandémie. sinon comment peut on parlé de 1/10 cas est élève ou étudiant,
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Intarou 28-05-2020 10:42
L'analyse des données n'a rien à voir avec l'introduction.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 Intarou 28-05-2020 10:44
Voici l'introduction : l’OMS Niger a indiqué qu’au Niger, environ une (1) personne atteinte de COVID-19 sur cinq (5) est un agent de santé soit 18% des cas et 1 cas sur 10 est un élève ou étudiant.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com