vendredi, 26 février 2021
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


image groupe terroriste Ne BF Mali

Les extrémistes sont souvent considérés comme la principale cause des conflits communautaires, mais la situation s'avère plus complexe.

Zeyna transfert argent bis

Au cours des derniers mois, le Sahel a vu de nombreuses attaques perpétrées contre des civils et les actes de violence liée aux conflits locaux ont atteint des niveaux sans précédent.

Le 1er janvier, une attaque a eu lieu dans le village de Yirgou, dans le centre-nord du Burkina ; le bilan officiel fait état de 49 morts. Le même jour, une attaque dans le village de Koulogon, au centre du Mali, faisait 39 morts. Le 23 mars, près de 160 personnes ont été tuées lors d'un massacre dans le village d'Ogassagou, dans la région de Mopti, au Mali.

Sont ensuite survenues les attaques du 1er avril, la première dans la commune d’Arbinda, au nord du Burkina, faisant environ 60 morts,  et l’autre à Sobane Da, un village situé au centre du Mali à la frontière avec le Burkina, causant la mort de 35 personnes. Le 4 octobre 2019, un autre assaut dans la commune d’Arbinda, a fait plus d’une vingtaine de morts, principalement des orpailleurs.

Il est tentant d'attribuer la recrudescence de la violence dans la région aux seules tensions intra et intercommunautaires, qui seraient exploitées par les groupes extrémistes violents. Ces tensions sont souvent imputées aux différences ethniques.

Or, elles sont souvent davantage le résultat de luttes de pouvoir et compétitions pour des ressources entre des acteurs d’une même ou de différentes catégories socio-économiques. En se positionnant en faveur d’une des parties au conflit, les groupes extrémistes violents peuvent plus facilement recruter et renforcer leur ancrage local, ce qui peut exacerber les tensions.

Des travaux de recherche en cours de l’Institut d’études de sécurité, en collaboration avec le Centre pour le dialogue humanitaire (HD), révèlent des variations contextuelles dans la façon dont les groupes extrémistes violents se positionnent par rapport aux conflits locaux. Ils peuvent être directement impliqués dans les combats, ou jouer le rôle de médiateur. Il arrive toutefois que leur présence conduise à une rupture temporaire des conflits.

Leur positionnement semble être influencé par plusieurs paramètres. Parmi ceux-ci figurent leur niveau de pénétration au sein des communautés, la composition sociologique du groupe et des communautés locales, ainsi que le rapport de force entre les différents acteurs et les objectifs ou besoins stratégiques des extrémistes violents. 

En outre, si les groupes terroristes sont souvent désignés comme les principaux catalyseurs de la violence, les maintes dynamiques à l’œuvre sont en réalité beaucoup plus complexes. 

Il est tentant d'attribuer la recrudescence de la violence aux seules tensions communautaires, exploitées par les groupes extrémistes violents 

Plusieurs facteurs contribuent à la violence persistante dans cette région. Au cours des dernières années , la région a connu une augmentation du nombre de milices et de groupes armés  communautaires d’auto-défense. Dans le même temps, les armes légères et de petit calibre se sont multipliées.

Les activités criminelles telles que le trafic illicite et le vol à main armée, qui entraînent souvent des actes de violence, n’ont guère diminuer. L'État est absent ou peu présent dans de nombreuses localités et ne peut donc pas protéger les communautés. Même dans les endroits où il est présent, son autorité est parfois contestée.

La confiance dans les mécanismes traditionnels de gestion des conflits s'est également considérablement érodée. Les effets du changement climatique et la pression démographique ont perturbé les moyens de subsistance et ont aggravé les tensions entre agriculteurs, éleveurs et pêcheurs.

Les groupes extrémistes violents exploitent les clivages entre communautés rivales. Par exemple, depuis les années 1980, un  conflit oppose des Peul et des Daoussahaq à la frontière entre le Mali et le Niger, en partie dû à l'accès aux ressources naturelles et au vol de bétails.

Les groupes extrémistes violents peuvent être des antagonistes, des médiateurs ou des agents de répression de la violence 

Dans ce conflit, l’État islamique dans le grand Sahara exploite les frustrations et le désir de vengeance des Peul en leur offrant un soutien contre des Daoussahaq. Quant aux Daoussahaq, ils peuvent compter sur le soutien du Mouvement pour le Salut de l’Azawad – majoritairement composé de Daoussahaq – qui bénéficierait de l’appui des forces armées maliennes, nigériennes et françaises, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme

Dans le centre Gourma (à cheval sur le Burkina et le Mali), un conflit oppose les pasteurs Taraboro, venant du Burkina, aux éleveurs autochtones de N’Tillit, au Mali, qui accusent les Taraboro de s’accaparer leurs pâturages.

Des membres d’une branche de la Katiba Macina  ont assuré  une formation dans le maniement des armes et l'accès aux matériels de guerre à certains pasteurs Taraboro, prétendant que les ressources n’appartiennent pas aux autochtones, mais à Dieu. 

D’autres exemples mettent en lumière le rôle de médiation entre des parties en conflit que jouent les groupes extrémistes violents à Tenenkou au centre du Mali, à Gabero dans la région de Gao et dans l’Oudalan au Burkina. Dans le centre du Mali, Katiba Macina a résolu des problèmes tels que celui lié à la concurrence pour la chefferie koubi, pendante devant un tribunal depuis 1999. 

En se positionnant en faveur d’une des parties aux conflits locaux, les extrémistes violents parviennent à recruter et à renforcer leurs capacités 

Occasionnellement, la présence de groupes extrémistes réduit l'intensité de la violence. Au Mali, avant l'émergence de groupes extrémistes violents, les cercles de Youwarou et de Mopti ont été engagés dans des conflits liés à la répartition des terres et au leadership traditionnel. Les tensions dans des localités de Sah et Dialloubé, dans la région de Mopti, ont cessé en raison de la présence de ces groupes extrémistes violents.

Ainsi, les groupes extrémistes peuvent être des antagonistes, des médiateurs ou des suppresseurs de la violence par le biais de l'influence et du contrôle qu'ils exercent dans les zones où ils opèrent. Il importe d’analyser la façon dont les groupes réussissent à restructurer la vie sociale et économique et à imposer des solutions qu'ils appliquent par la coercition, la violence, la dissuasion ou les principes religieux (p. ex. l’idée que la terre appartient à Dieu).

Vaincre ou déloger des groupes extrémistes violents est primordial. Mais leur retrait pourrait contribuer à une résurgence des tensions où ils se sont établis en tant qu’arbitres ou suppresseurs des conflits locaux – en particulier si les mécanismes de gestion des conflits traditionnels ou étatiques ne sont pas rapidement rétablis. 

Attribuer la recrudescence de la violence uniquement à leur exploitation des conflits communautaires signifie potentiellement perdre de vue les dynamiques structurelles qui sous-tendent cette violence. Une labellisation erronée des phénomènes et des dynamiques en présence pourrait contribuer à nourrir la spirale de violence. Le rétablissement de la paix et de la cohésion sociale sur la durée doit prendre en compte les causes profondes des conflits locaux.

Par :

Lori-Anne Théroux-Bénoni, directrice régionale et Baba Dakono, chercheur, bureau de l’Institut d’études de sécurité pour l’Afrique de l’Ouest, le Sahel et le Bassin du Lac Tchad, Bamako

Cet article a d’abord été publié sur le site de l’Institut d’études de sécurité (ISS)

Commentaires  

0 #1 Rajaak Elhadji 16-10-2019 22:19
Merci actuniger ,grâce à vous, vous exprimez et osez dire tout haut nos pensées les plus profondes et finalement votre franchise, est mal perçue par certains car il y a une grande part de vérité ! Bravo. nous vous admirons
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #2 Mansour Hamissou 16-10-2019 22:20
Merci Actuniger pour cette information fraîche. Continuez dans ce sens!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 Abdou Ahmed 16-10-2019 22:21
Les terroristes sont nos président et les occidentaux ces eux qui les ont fabrique et ls soutien. Svp arrêté ns sommes au 21ème siècle.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Adnan Salissou Saadou 17-10-2019 05:00
Que le tout puissant Allah nous protège contre ces individus mal intensionnés. Qu'il donne la force à nos FDS pour qu'ils puissent défaire les complots et reconnaître les complices
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Mamadou Diarra 17-10-2019 05:23
C'est la France et l'ONU qui tuent les civils
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Zoom 18-10-2019 05:25
Qu Allah protège le Niger
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 Zoom 18-10-2019 05:25
Qu Allah protège le Niger
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Booster ACTUNIGER 800-800 pixels Plan de travail1

Top de la semaine

Publier le 25/02/2021, 18:10
urgent-le-domicile-de-l-opposant-hama-amadou-actuellement-encercle-par-un-imposant-contingent-des-forces-de-l-ordre-images-exclusives Selon le constat fait par Actuniger, un imposant contingent d’éléments d’interventions spéciales ...Lire plus...
Publier le 25/02/2021, 16:10
troubles-post-electoraux-2-morts-et-pres-de-500-arrestations-depuis-mardi-niamey-toujours-sous-haute-tension Les manifestations qui secouent Niamey et plusieurs villes du pays depuis mardi dernier et la...Lire plus...
Publier le 25/02/2021, 14:36
ibrahim-moussa-redacteur-en-chef-du-journal-nigerien-la-roue-de-l-histoire-analyse-pour-apa-les-principaux-chantiers-de-mohamed-bazoum Comment appréciez-vous le déroulement du scrutin présidentiel de dimanche dernier ? En dépit de...Lire plus...
Publier le 25/02/2021, 12:43
tensions-post-electorales-calme-precaire-a-niamey-internet-toujours-bloque Après 48h de violentes manifestations à Niamey, un calme précaire règne dans cette matinée du jeudi 25...Lire plus...
Publier le 24/02/2021, 21:48
elections-la-secretaire-generale-de-la-francophonie-oif-condamne-les-violences-post-electorales-au-niger-communique Dans un communiqué publié ce mercredi 24 février 2021, la Secrétaire générale de l’Organisation...Lire plus...
Publier le 22/02/2021, 10:29
presidentielles-2e-tour-legere-avance-de-bazoum-sur-ousmane-selon-les-premiers-resultats-proclames-par-la-ceni La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a commencé depuis quelques heures, la...
Publier le 25/02/2021, 18:10
urgent-le-domicile-de-l-opposant-hama-amadou-actuellement-encercle-par-un-imposant-contingent-des-forces-de-l-ordre-images-exclusives Selon le constat fait par Actuniger, un imposant contingent d’éléments d’interventions spéciales ...
Publier le 24/02/2021, 12:56
presidentielle-le-candidat-de-l-opposition-mahamane-ousmane-revendique-sa-victoire-avec-50-3-des-voix C’est depuis Zinder où il avait installé son QG après la fin de sa camapgne électorale, que le...
Publier le 23/02/2021, 20:28
presidentielle-apres-sa-victoire-bazoum-felicite-ousmane-et-lui-tend-la-main-pour-faire-face-ensemble-aux-defis-majeurs-du-pays-declaration Après la proclamation des résultats provisoires du second tour de la présidentielle qui le donne...
Publier le 24/02/2021, 19:10
tensions-postelectorales-interpellation-du-general-tchanga-ancien-chef-d-etat-major-de-l-armee Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont procédé ce mercredi dans l’après-midi à...
Publier le 22/02/2021, 10:29
presidentielles-2e-tour-legere-avance-de-bazoum-sur-ousmane-selon-les-premiers-resultats-proclames-par-la-ceni La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a commencé depuis quelques heures, la...
Publier le 23/02/2021, 15:35
elections-l-opposition-denonce-un-hold-up-electoral-et-exige-la-suspension-de-la-publication-des-resultats-par-la-ceni   Dans un communiqué publié ce mardi 23 février 2021, la direction nationale de campagne du...
Publier le 21/02/2021, 21:57
bazoum-mohamed-j-ai-des-raisons-de-croire-que-la-chance-sera-de-mon-cote Le candidat du PNDS Tarraya au second tour de l’élection présidentielle, Mohamed Bazoum, a accompli...
Publier le 24/02/2021, 19:10
tensions-postelectorales-interpellation-du-general-tchanga-ancien-chef-d-etat-major-de-l-armee Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont procédé ce mercredi dans l’après-midi à...
Publier le 23/02/2021, 16:57
elections-situation-tendue-a-niamey-en-marge-de-la-proclamation-des-resultats-du-second-tour-de-la-presidentielle De violents heurts ont éclaté ce mardi après-midi dans plusieurs quartiers de Niamey à quelques heures...

Dans la même Rubrique

Urgent : le domicile de l'opposant Hama Amadou actuellement encerclé par un imposant contingent des forces de l’ordre (images exclusives)

25 février 2021
Urgent : le domicile de l'opposant Hama Amadou actuellement encerclé par un imposant contingent des forces de l’ordre (images exclusives)

Selon le constat fait par Actuniger, un imposant contingent d’éléments d’interventions spéciales  de la Police, de la gendarmerie et de la garde nationale est actuellement déployé au domicile de l’opposant...

Troubles post-électoraux : 2 morts et près de 500 arrestations depuis mardi, Niamey toujours sous haute tension

25 février 2021
Troubles post-électoraux : 2 morts et près de 500 arrestations depuis mardi, Niamey toujours sous haute tension

Les manifestations qui secouent Niamey et plusieurs villes du pays depuis mardi dernier et la proclamation des résultats du second tour de la présidentielle ont deux (2) morts selon les...

Ibrahim Moussa, rédacteur en chef du journal nigérien La Roue de l’Histoire, analyse pour APA les principaux chantiers de Mohamed Bazoum

25 février 2021
Ibrahim Moussa, rédacteur en chef du journal nigérien La Roue de l’Histoire, analyse pour APA les principaux chantiers de Mohamed Bazoum

Comment appréciez-vous le déroulement du scrutin présidentiel de dimanche dernier ? En dépit de quelques irrégularités, notamment la saisie de faux bulletins de vote à Dogondoutchi (Sud-Ouest) par la Commission...

Tensions post-électorales : calme précaire à Niamey, internet toujours bloqué

25 février 2021
Tensions post-électorales : calme précaire à Niamey, internet toujours bloqué

Après 48h de violentes manifestations à Niamey, un calme précaire règne dans cette matinée du jeudi 25 février. La contestation s’est toutefois étendue à Tillabéri où les échauffourées ont nécessité...

Tensions postélectorales : interpellation du «général Tchanga », ancien chef d’Etat major de l’armée

24 février 2021
Tensions postélectorales : interpellation du «général Tchanga », ancien chef d’Etat major de l’armée

Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont procédé ce mercredi dans l’après-midi à l’interpellation de l’ex général Moumouni Boureima dit « Tchanga », ancien chef d’état-major des Forces Armées Nigériennes...

Niger : internet bloqué suite à de violentes manifestations postélectorales

24 février 2021
Niger : internet bloqué suite à de violentes manifestations postélectorales

Les nigériens se sont réveillés ce mercredi sans accès à internet. Un black out qui concerne tous les quatre (4) opérateurs que compte le pays et qui fait suite aux...