jeudi, 19 septembre 2019
frarzh-CNentr
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

WhatsApp Image 2019 08 28 at 18.43.25

declaration etudiants nigeriens 09 09 2019 lanczos3

Déclaration de presse du Conseil Général des Sections Extérieures (CGSE/USN)

Vu l’acte N°27 de la Conférence Nationale Souveraine portant reconnaissance juridique de l’USN
Vu l’article N°12 de l’USN portant reconnaissance des Sections de l’Extérieur ;
Vu l’article N°23 de la constitution nigérienne portant sur le rôle de l’Etat et les autres collectivités publiques à veiller, par leurs politiques publiques et leurs actions, à la promotion et à l’accès à un enseignement public, gratuit et de qualité.

Le Conseil Général des Sections Extérieurs réunis en séance extraordinaire rend publique la déclaration dont la teneur suit :

Sur le plan National

Il faut noter que la position géographique de notre pays étant située au cœur du Sahel, laisse entrevoir les velléités d’une situation d’insécurité chronique qui demeure un facteur inquiétant pour l’option publique. Des foyers de tensions à Torodi, Diffa, Tillabery, Ayerou, Ouallam jetant ainsi des populations innocentes dans la chienlit. Aujourd’hui, la guerre est transférée sur la quasi-totalité de notre pays avec ceux qui profanent la religion musulmane sous prétexte d’être des musulmans. Pour se faire des efforts doivent être faits d’une part de doter nos braves forces de défense et de sécurité des matériels sophistiqués pour y faire face à cette ennemi gigantesque et d’autre part d’assister urgemment ces populations innocentes.

Aussi et surtout nos pensées vont à l’égard des populations martyrisées par les inondations et demande aux autorités de tout mettre en œuvres pour venir en aide aux sinistrés.

De notre Enseignement supérieur

Nous Déplorons les grèves répétitives qui ont caractérisé l'année académique, qui d'ailleurs peine à être rattrapée ...

Condamnons avec la dernière énergie les résultats médiocres et peu honorables de notre enseignement supérieur. Cela est sans nul doute la conséquence de l'insouciance des autorités académiques et du gouvernement. Leur complicité est aussi perceptible dans le supposé différent SNECS-GOUVERNEMENT qui les a opposés.
Quel ridicule pour des responsables de leurs nivaux !!!

Les maux qui minent notre enseignement dans sa plénitude se posent encore avec plus d'acuité. Ainsi même les résultats au Bac (moins de 27%) en démontrent parfaitement cette déchéance académique à laquelle il faudra mobiliser tous les acteurs concernés pour y remédier ; Sans quoi nous nous éterniserons lamentablement à notre place de dernier au monde, car l'enseignement se trouve être le levier de tout développement.

Dans nos Université Publique, le désastre est consommé.

Si non, comment comprendre qu'une année académique s'échelonne sur deux années voire trois années, donc quatre années pour un étudiant qui aurait repris une année ?

Comment comprendre encore qu'une université aussi ancienne que l'UAM n'arrive toujours pas à former des étudiants en Master dans plusieurs facultés. C'est le cas de la FSJ (FACULTÉ de DROIT), où des étudiants inscrits depuis plus de 5ans en master2 peinent à finir. Or, dans la sous-région, ces années auraient suffi pour décrocher son doctorat.

Ce retard académique devra être à jamais solutionné pour que notre enseignement supérieur puisse satisfaire, comme ceux de la sous-région, le marché de l'emploi et aussi la performance de notre système éducatif.

L'absentéisme des enseignants est aussi un mal qu'il faudrait combattre au besoin par des réformes.
Malgré notre très faible ressource humaine pour assurer la formation universitaire, beaucoup de nos enseignants s'adonnent malheureusement à un absentéisme, qui d'ailleurs impact dangereusement les résultats de notre enseignement supérieur.

Des revendications

Conscients des incommensurables dangers auxquels l’inconséquence tragique des autres expose les étudiants et stagiaires nigériens à l’étranger ainsi que l’école nigérienne, et au nom du Conseil Général des Sections Extérieures de l’USN (CGSE/USN), nous formulons la plateforme revendicative commune dont la teneur suit :

Constatant le cancer institutionnel alarmant qui pulvérise progressivement la structure même de certains organes vitaux de l’appareil d’Etat, en l’occurrence l’éducation nigérienne en perte chronique de vitesse et moribonde

En vue de l’indifférence caractérisée et le silence macabre des responsables en charge de l’éducation face aux récurrentes revendications, plus que légitimes, des étudiants et stagiaires nigériens à l’étranger qui n’ont de cesse d’assister à l’exacerbation constante de leur calvaire.

Considérant le mutisme et l’incapacité notoire de nos autorités diplomatiques à prendre au sérieux les multiples problèmes auxquels nous faisons face, c’est-à-dire leurs missions régaliennes

Compte tenu de la criarde nécessité pour tout étudiant de pouvoir se rendre périodiquement auprès des siens, durant la période de sa formation à l’étranger, dans l’optique d’un contrepoids psychique au vu du dépaysement, du bouleversement social et parfois de l’hostilité permanente engendrée par les profonds contrastes socioculturels dont nous faisons l’objet : les multiples cas de grave dépression nerveuse, parfois irréversible, enregistrées de part et d’autre, au sein des communautés d’étudiants nigériens dans nombre de pays, en font une illustration plus que fulgurante.

Considérant le laxisme et l’inconséquence déroutante de l’Agence Nigérienne des Allocations et des Bourses (ANAB) à se saisir honorablement et efficacement de l’intégralité de ses responsabilités vis-à-vis de tous les étudiants nigériens et plus particulièrement les étudiants et stagiaires nigériens à l’étranger.

En vue de la profonde sacralité de la mission des étudiants et stagiaires nigériens à l’étranger, de promouvoir les valeurs culturelles et morales, la dignité et la fierté de la nation nigérienne à l’étranger, et que malheureusement parmi la multitude d’étudiants étrangers de diverses nationalités avec lesquels nous partageons les mêmes universités, les nigériens sont connus pour être l’incarnation la plus abjecte de toute la misère du monde et du dénuement le plus ahurissant.

Considérant l’impérieux besoin d’ériger des dispositions énergiques s’inscrivant dans la dynamique de l’affranchissement du nouvel étudiant nigérien à l’étranger de son statut du plus misérable, du plus démuni, parmi les nombreux étudiants de diverses nationalités, dans un climat d’interactions permanentes où le conflit psychologique de la fierté nationale est d’une violence incommensurable.

En vue la situation d’extrême misère dans laquelle végètent nombre d’étudiants et stagiaires nigériens à l’étranger dont beaucoup sont incapables de payer leurs frais de scolarités, leurs logements, leurs fournitures scolaires, leurs déplacements, leurs frais de médicaments et d’hôpitaux en cas de maladies, leurs frais d’équipements spécifiques liés aux climats hostiles de certaines régions du monde ainsi que leurs subsistances.

Constatant les dangers auxquels s’exposent certains étudiants incapables de disposer des moyens pour faire ou renouveler leurs cartes de séjours, de payer leurs frais de scolarité ou frais d’inscriptions dont l’État nigérien est sensé assurer.

Considérant les multiples dangers auxquels s’expose les étudiants dans l’incapacité de subvenir à leurs besoins contraints de travailler dans des conditions extrêmes alors pourtant que certains pays comme l’Algérie interdisent le travail aux Etrangers

Compte tenu des risques grandissant de compromission morale et de la bonne formation auxquels sont constamment exposés les étudiants et étudiantes nigériens à l’étranger, du fait de la précarité de la vie, en permanente exacerbation, dans laquelle ils s’efforcent de survivre au grand mépris de ceux-là même qui, hier encore, étudiaient aux frais du contribuable nigérien, dans des conditions de vie plus que meilleures, avec tous les honneurs, les avantages et les grands soins.

Considérant le fait indéniable que les étudiants nigériens à l’étranger constituent les produits les moins médiocres de la machine éducative nigérienne en pleine déliquescence, et qu’il est du devoir de l’Etat de les soutenir convenablement, de les encourager et de raviver en eux la fierté patriotique dans leur vaillante quête de savoirs et de compétences qu’ils aspirent mettre au service de l’émergence du Niger .
Considérant la sourde oreille dont fait preuve l’ANAB face aux problèmes des étudiants nigériens qui se voient arracher leurs chambres par le centre des œuvres universitaires de l’université cheikh anta diop de Dakar parce que leur état refuse de renouveler leur contrat

En vue de la nécessité impérieuse pour tout Etat résolument engagé à assurer son émergence et sa prospérité, de disposer d’une élite intellectuelle dûment formée et qualifiée.
Nous, structures associatives et syndicales des étudiants et stagiaires nigériens à l’étranger, membres du Conseil Général des Sections Extérieures de l’Union des Scolaires Nigériens (CGSE-USN), revendiquons :

-L’informatisation pure et simple de l’ANAB afin de pallier aux multiples problèmes liés à la prise en charge de nos dossiers dans le meilleur des délais

-Le paiement des bourses d’études des mois de Janvier, Février et Mars au titre de l’année académique 2018-2019 dans un délais d’une semaine à compter de ce lundi 9 Septembre 2019 ;

-Le paiement des restants des MCO des finissants de 2016,2017 et 2018 dans les plus brefs délais ;

-Le remboursement immédiat des arriérés des frais de scolarités et des frais d’inscription à tous les étudiants et stagiaires nigériens à l’étranger concernés par cette dépravante situation dont on cite à titre d’exemple ceux du Burkina Faso qui accumule actuellement 3 ans d’aéré. Nous exigeons que tous les étudiants puissent percevoir leurs frais de scolarités et frais d’inscription, avant le début effectif des rentrées académiques de l’année considérée.

-La régularité et le strict respect de la ponctualité dans le paiement, à terme échu, des bourses d’études, des MCO, des frais d’inscription, et des frais de scolarités : l’absence de ces frais au moment opportun a de tout temps fait l’objet de sérieuses difficultés et complications à nombre d’étudiants se voyant refuser leurs réinscriptions ou le retrait même de leurs diplômes.

-La mise à la disposition du nouveau bachelier bénéficiaire de la bourse d’étude à l’étranger d’un montant susceptible de lui permettre d’adoucir les titanesques charges des frais d’installation, frais d’équipements spécifiques liés au climat, frais de fournitures scolaires, frais de quittance de logement et frais d’examens médicaux et autres tractations couteuses entrant dans le cadre de la constitution du dossier de titre de séjour.

-La mise à la disposition de l’étudiant ou stagiaire d’un billet d’avion aller-retour, à la fin du cycle de licence, afin qu’il puisse rentrer auprès des siens et y effectuer un stage pratique pour consolider sa formation. En effet il est inconcevable d’abandonner un étudiant à son propre sort pendant de longues années sans l’opportunité de rentrer un temps sois peu au près des siens.

-La prise de mesures conséquentes relativement aux problèmes d’équivalence de diplôme des étudiants en Côte d’Ivoire qui se voie refuser les inscriptions suite à ce problème, nous exigeons également lumière sur les équivalences octroyées aux stagiaires de l’Algérie qui après la fin de formation se voyais octroyer une équivalence bac plus 3 mais se retrouvent aujourd’hui subitement avec un bac plus 2 comme équivalence et sans qu’aucune justification conséquente ne soit apporter

-Le dégagement du perspective salvatrice et durable pour les étudiants et stagiaires en Tunisie confrontés à un sérieux problème d’identifiant consulaire, les empêchant ainsi l’accès à une carte de séjour

-La réorganisation du consulat du Niger en Tunisie en un consulat digne de son nom, capable de prendre en charge les problèmes des étudiants et stagiaires nigériens en Tunisie

-L’arrêt immédiat de la remise des frais de transport des bénéficiaires de la bourse de coopération algérienne en FCFA à partir de l’aéroport de Niamey car le FCFA ne s’y échange pas sur le territoire Algérien, le paiement doit être effectué en Dinars en tenant rigoureusement compte des moyens de transport disponible et de la distance à parcourir pour l’étudiant

-La mise à la disposition des étudiants et stagiaires nigériens dans leur pays de résidence d’un local servant à accueillir les nouveaux étudiants jusqu’à leurs installations réglementaires dans le pays hôte et servant également de case de passage pour les étudiants en déplacement car dans beaucoup de nos pays de résidence, les locaux de l’ambassade ne permettent même pas à un étudiant en détresse d’y passer une nuit

-Le rehaussement conséquent du montant de la bourse d’étude octroyée aux étudiants et stagiaires nigériens à l’étranger dans les meilleurs délais, en tenant rigoureusement compte du niveau de vie et des innombrables exigences socio-académiques dans nos différents pays d’accueil. Le montant dérisoire de la bourse d’étude qui nous est octroyée est sans commune mesure avec le niveau de vie de nos pays d’accueil, plus modernes et plus ouverts à l’économie du marché.

-L’octroi de la bourse d’étude à tous les étudiants et stagiaires nigériens, régulièrement inscrits à l’étranger, sans aucune forme de discrimination. C’est certes déplorable qu’au nom du mérite et de l’excellence, nos modestes familles soient obligées de supporter l’essentiel de toutes les lourdes charges inhérentes à la poursuite de nos études alors qu’elles s’acquittent honorablement et dignement de leurs impôts.

-Exigeons que l’état prenne en charge la codification des étudiants nigériens au Sénégal donnant droit aux œuvres universitaires dont les chambres. (Beaucoup ont été chassés et n’ont plus où aller)
-Exigeons l’annulation de la décision du ministre des enseignants sup qui empêche les boursiers nigériens d’aller au CESAG qui se trouve être le meilleur centre d’excellence en Afrique de l’Ouest et dieu sait combien les nigériens sont excellent dans cet établissement .

-La réhabilitation de la bourse de nos camarades de l’Algerie qualifiés de hors quota qui ont été privé de leurs dû il y’a trois promotions maintenant (2016, 2017 et 2018) ;

-L’octroi de frais de stages et de frais de mémoire pour tous les étudiants et stagiaires nigériens à l’étranger se trouvant en fin de cycle. En effet, l’énorme travail technique et de recherches qu’exigent les soutenances de thèses de fin de cycle dans la plupart de nos universités d’accueil, très ouverts à l’usage de moyens technologiques et d’équipements modernes, engendre des dépenses colossales insupportables par les maigres revenus de nos modestes familles.

La mise en place d’un fond de soutien aux initiatives créatives des différents Comités Exécutifs de nos cadres organisationnels tels que les forums scientifiques, les ateliers de formation en montage de projets, l’assistance aux camarades en cas d’urgence, l’organisation d’activités culturelles s’inscrivant dans la dynamique de la promotion de la culture nigérienne.

Enfin nous réaffirmons notre ferme appartenance à l’USN et réaffirmons notre détermination à user de tous les moyens légaux pour aboutir à nos justes et légitimes revendications.

VIVE L’USN
VIVE LES SECTIONS EXTERIEURS
VIVE LE NIGER
Tous Unis nous vaincrons …. Je vous remercie.

Fait à Niamey, le 09 Septembre 2019

Ont participé et signé :
Moumouni Mahamane Abdoul Malick, Président de la Section Tunisie
Djibrilla Boukary Yacine, SG de la Section de l’Algérie
Abou Sahyani Barmou Djafarou, SG de la Section de la Cote d’Ivoire
Adamou Soumaila Hadi, Président de la Section Soudan
Elhadji Yaou M Haboubacar, SG de la Section du Benin
Hassan Issa Bagalam, President de la Section du Sénégal
Moutari Laouali Mai Moussa SG de la Section du Burkina Faso
Abou Ibrahim M Chafiou Président de la Section du Togo
Mahaman Bako Abdoul Karim SG de la section du Maroc
Abdou Atte Bachir SG de la section de Guinée
Illiassou Assoumane Président de la Section de France
Alzouma Nasser Moussa Modi Président de la Section du Ghana

 

Commentaires  

-2 #1 bouk 11-09-2019 13:52
aucune fille!!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Désolant 14-09-2019 20:57
C'est désolant
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

DOC_UA19.jpg

Top de la semaine

Publier le 17/09/2019, 23:58
le-president-issoufou-mahamadou-a-procede-mardi-au-lancement-des-travaux-de-construction-du-pipeline-international-niger-benin-a-koulele-agadem Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a procédé mardi, 17 septembre...Lire plus...
Publier le 17/09/2019, 10:34
le-gouverneur-issaka-hassane-karanta-donne-le-coup-d-envoi-de-la-rentree-scolaire-secondaire-a-niamey Le Gouverneur de la Région de Niamey Mr Issaka Hassane Karanta a donné le coup d’envoi de la rentrée...Lire plus...
Publier le 16/09/2019, 17:18
cpi-l-avis-d-appel-depose-par-fatou-bensouda L'Accusation notifie qu'elle a interjeté appel de la décision rendue oralement par la Chambre de...Lire plus...
Publier le 16/09/2019, 17:18
ligue-des-champions-l-afrique-representee-chez-les-francais Engagés cette semaine en Ligue des Champions de l’UEFA, le PSG, L’Olympique Lyonnais et le LOSC Lille...Lire plus...
Publier le 15/09/2019, 23:12
aden-karkara-le-depute-sani-attiya-met-sur-orbite-son-parti-politique La scène politique nigérienne s’agrandit encore d’un nouveau parti. Il s’agit de l’Alternance...Lire plus...
Publier le 15/09/2019, 23:12
aden-karkara-le-depute-sani-attiya-met-sur-orbite-son-parti-politique La scène politique nigérienne s’agrandit encore d’un nouveau parti. Il s’agit de l’Alternance...
Publier le 15/09/2019, 18:44
birgi-rafini-preside-la-ceremonie-de-signature-de-la-convention-de-construction-du-pipeline-niger-benin Le Premier Ministre Birgi Rafini a présidé ce dimanche 15 septembre 2019 dans la salle des banquets de...
Publier le 17/09/2019, 23:58
le-president-issoufou-mahamadou-a-procede-mardi-au-lancement-des-travaux-de-construction-du-pipeline-international-niger-benin-a-koulele-agadem Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a procédé mardi, 17 septembre...
Publier le 16/09/2019, 17:18
cpi-l-avis-d-appel-depose-par-fatou-bensouda L'Accusation notifie qu'elle a interjeté appel de la décision rendue oralement par la Chambre de...
Publier le 15/09/2019, 23:12
aden-karkara-le-depute-sani-attiya-met-sur-orbite-son-parti-politique La scène politique nigérienne s’agrandit encore d’un nouveau parti. Il s’agit de l’Alternance...
Publier le 13/09/2019, 13:17
cds-rahama-me-boubacar-madougou-et-abdou-amani-enterrent-la-hache-de-guerre Les deux ailes qui se disputent jusque-là, la direction de la Convention démocratique et sociale (CDS...
Publier le 13/09/2019, 13:48
l-afrique-de-l-ouest-n-a-pas-besoin-d-une-force-antiterroriste-supplementaire Les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest doivent examiner les...
Publier le 14/09/2019, 18:50
mahamadou-issoufou-president-de-la-cedeao-nous-parviendrons-a-relever-le-defi-du-terrorisme-et-du-crime-organise DISCOURS DE SEM ISSOUFOU MAHAMADOU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU NIGER, PRÉSIDENT DE LA CONFÉRENCE DES...

Dans la même Rubrique

Député Oumarou Abdourahamane : « Nous rejetons avec la dernière énergie toute monnaie dont l’objectif n’est pas de libérer l’Afrique francophone du joug néocolonialiste de la France »

15 septembre 2019
Député Oumarou Abdourahamane : « Nous rejetons avec la dernière énergie toute monnaie dont l’objectif n’est pas de libérer l’Afrique francophone du joug néocolonialiste de la France »

La section nigérienne de l’organisation « Urgences Panafricanistes », lancée par l’activiste controversé, Kémi Séba, a organisé une manifestation contre la « Françafrique » et le « Franc CFA », le samedi 14 septembre à la...

Formation professionnelle : le PRODEC restructure 3 nouveaux établissements à Niamey, Doutchi et Agadez

15 septembre 2019
Formation professionnelle : le PRODEC restructure 3 nouveaux établissements à Niamey, Doutchi et Agadez

  L’offre nationale en formation professionnelle et technique se renforce, en quantité et surtout en qualité, avec la restructuration de trois (3) nouveaux établissements d’enseignement, désormais mis aux normes internationales....

Promotion des Pratiques familiales essentielles (PFE) : les relais communautaires, des véritables acteurs de changement positif

15 septembre 2019
Promotion des Pratiques familiales essentielles (PFE) : les relais communautaires, des véritables acteurs de changement positif

Dans le cadre du projet « d’Appui à l’amélioration de la résilience des éleveurs et agropasteurs dans la zone pastorale de Tillabéry », l’UNICEF et ses partenaires,  sur financement du gouvernement français,...

PRODEC: 19 jeunes chauffeurs formés en maintenance auto à Tillabéry

13 septembre 2019
PRODEC: 19 jeunes chauffeurs formés en maintenance auto à Tillabéry

Au titre de l’année 2019, l’antenne régionale du fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage(FAFPA) de Tillabéry a organisé une formation en maintenance auto, au profit des jeunes...

L'Afrique de l'Ouest n'a pas besoin d'une force antiterroriste supplémentaire

13 septembre 2019
L'Afrique de l'Ouest n'a pas besoin d'une force antiterroriste supplémentaire

Les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest doivent examiner les avantages comparatifs des initiatives existantes. Ce 14 septembre, les dirigeants de la Communauté économique des...

Exclusif : « Le Niger risque de perdre son pétrole », s’inquiète Ibra Hadiza, présidente de l’association NIWO

12 septembre 2019
Exclusif : « Le Niger risque de perdre son pétrole », s’inquiète Ibra Hadiza, présidente de l’association NIWO

À l’aube de l’exploitation à grande échelle de l’or noir de notre pays - ce qui, du reste, suscite beaucoup d’espoirs chez le Peuple nigérien — la présidente de l’association...

960x494px.jpg