samedi 13 août 2022

3398 lecteurs en ligne -

fraren

Société civile : la Cour d’appel prononce la relaxe pour les leaders des manifestations de 2018

membres societe civile amnesty

La Cour d’Appel de Niamey a prononcé, ce lundi 9 septembre, la relaxe pour plusieurs acteurs de la société nigérienne, et qui sont poursuivis par le ministère public, suite aux manifestations contre la loi des finances 2018. La Cour, statuant publiquement et contradictoirement à l'égard des prévenus Nouhou Arzika, Ali Idrissa, Lirwana Abdourahaman, Moussa Tchangari et Aminou Magawata ; et par défaut contre les autres, en matière correctionnelle et en dernier ressort; a déclaré recevable en la forme, l'appel du Conseil des prévenus. Au fond, la Cour a infirmé le jugement attaqué; et a prononcé la relaxe des prévenus pour  « infractions non constituées ».

Il convient de noter que ces acteurs de la société civile ont déjà passé près de quatre (4) mois en détention dans diverses prisons du pays, avant de bénéficier d’une liberté provisoire.

Pour rappel, ces acteurs et activistes ont été condamnés à trois (3) mois d'emprisonnement avec sursis et 20.000f d'amende chacun, par le Tribunal de grande instance hors classe de Niamey, à son audience du 24 juillet 2018, et en déclarant les activistes coupables du délit de « provocation directe d'un attroupement non armé ».

A la suite de l’énoncé du verdict, le cadre de concertation et d'actions citoyennes (CCAC) organisera un point de presse, dans la matinée de ce mardi 10 septembre,  à l'espace Frantz Fanon d'Alternative Espaces Citoyens (AEC).

Ikali (Actuniger.com)



Commentaires  

0 #1 Dareyce 10-09-2019 08:54
Barka. Cin haci bâ ciao. Allah yana kulum tara da maigaskia. Allah ya sa a gane ma juna. Amen.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Guim Bubac 10-09-2019 10:45
Ils n'ont été que victimes des mercenaires du président M I.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Bali Da Dama 10-09-2019 12:57
Avant il n'y avait rien contre eux, c'est un juste un "baga baga" pour les decourager.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Qui vivra verra 10-09-2019 21:15
Une honte pour la democratie et la justice nigeriennes et une bassesse inqualifiable pour les juges corrompus du systeme inique et malfaisant du guri. Tot ou tard chacun devra rendre compte de ses mefaits. Quand des individus formes aux frais de l'etat se retrouvent a servir des interets claniques au detriment d'interets nationaux, c'est simplement honteux et pathetique.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com