mercredi 10 août 2022

3971 lecteurs en ligne -

fraren

Maradi : après l’épidémie de choléra, capitaliser sur les leçons de la réponse Wash

atelier cholera Maradi

La salle de réunion de la Chambre de commerce de la capitale économique du Niger a abrité, mardi 28 mai, la cérémonie officielle de lancement de l’atelier de capitalisation de la réponse « WASH » ((Eau, Hygiène et Assainissement), à l’épidémie de choléra qui a sévit particulièrement dans la région en 2018.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Cet atelier organisé sur financement de l’UNICEF fait suite à l’épidémie de choléra que connait par intermittences notre pays durant les dix dernières années, et qui a affecté particulièrement certaines régions du pays en 2018 comme c’est le cas dans plusieurs départements et communes de la région de Maradi. Durant trois jours, les participants vont ainsi passer en revue la réponse opérationnelle « WASH » à cette épidémie, et capitaliser les leçons apprises et les bonnes pratiques et tirer les enseignements des points à améliorer.

Tirer les enseignements de la réponse à l’épidémie

Plusieurs allocutions ont marqué la cérémonie d’ouverture de l’atelier qui s’est déroulée en présence des représentants des autorités régionales et communales, des responsables des services de l’Etat et des partenaires techniques et financiers (PTF) ainsi que des membres d’ONG. Dans son allocution, le chef du Bureau de zone Unicef Maradi, M. Amadou Alassane Cissé, a rappelé de prime à bord, que l’épidémie du choléra est devenue, au cours de ces dix dernières années, récurrente au Niger affectant une grande partie du territoire national et principalement les Régions de Tillabéry, Maradi, Dosso, Tahoua et Zinder. C’est ainsi que le chef de bureau de l’Unicef à Maradi, il a été enregistré en 2018, quelques 3.822 cas dont 78 décès, soit un taux de létalité de 2% dans les régions de, Maradi, Zinder, Tahoua et Dosso. A elle seule, la région de Maradi a enregistré 90% des cas soit 3,442 cas dont 60 décès soit un taux de létalité de 1,7%. « Au cours de cette année, l’épidémie a pris des proportions inégalées notamment dans la région de Maradi », a ajouté M. Amadou Alassane Cissé, qui a expliqué que « la présence de foyers au Nigeria dans un contexte d’échanges intenses avec ce pays, constitue un facteur aggravant la propagation de l’épidémie ». 

La maladie étant à potentiel épidémique, « le choléra constitue pour le Niger un réel problème de santé publique au vu des conditions précaires de santé, d’hygiène, d’assainissement, d’approvisionnement en eau potable et des comportements humains. », va-t-il poursuivi, soulignant que « ceci montre à suffisance la nécessité d’une approche multisectorielle (Wash, santé, communication) pour l’élimination du choléra au Niger ». C’est dans ce cadre, a indiqué le chef de bureau de Zone à Maradi, que se tient le présent atelier, qui traduit la volonté des partenaires du cluster, à accompagner les efforts du Gouvernement dans la coordination et la mise en œuvre de la réponse WASH pour faire face aux éventuelles épidémies de choléra.  « C’est pour nous, une nouvelle occasion de traduire notre engagement en faveur des femmes et des enfants du Niger en mettant l’accent sur l’accès à un approvisionnement en eau potable et à un assainissement adéquat qui est un droit fondamental pour la survie des enfants et des communautés », a déclaré  Amadou Alassane Cissé, avant de conclure sur le fait que « la santé des enfants et des femmes n’est pas seulement tributaire de l’accès aux soins médicaux, elle reste aussi très fortement dépendante, entre autres, de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement et à l’amélioration des conditions environnementales ».

Capitaliser sur les expériences pour riposter aux éventuelles épidémies 

Dans son discours d’ouverture, le secrétaire général de la Région de Maradi, Sanoussi Sani, représentant le gouverneur, a tenu tout d’abord à exprimer ses remerciements à tous les participants présents à cette rencontre très importante pour toute la région de Maradi en particulier et au Niger en général, car il s’agit selon lui d’élaborer la stratégie de l’amélioration des conditions d’hygiène et d’assainissement. « Votre présence massive à cette rencontre traduit l’intérêt que vos structures respectives accordent à ce sujet qui entre dans le cadre de l'amélioration de l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement, qui est un droit dans un cadre de vie sain et digne pour un développement humain durable », a indiqué le SG de la région de Maradi, qui a également rappelé le contexte épidémiologique du pays de 2010 à 2018, lequel a été marqué par l’éclosion d'épidémies de principalement les Régions de Tillabéry, Dosso, Tahoua, Maradi et Zinder, même si l’incidence de la maladie varie d’une année à une autre et d’une région du pays à une autre.  « Apres l’épidémie de choléra de 2018 qui a été l’une des plus fortes  des 10 dernières années au Niger, le cluster WASH en collaboration avec l’ensemble des acteurs , organisent cet atelier de capitalisation d’expérience  par rapport à la réponse WASH pour éviter de répéter les mêmes erreurs et identifier les meilleures pratiques à capitaliser et valoriser pour le  futur », a poursuivi M. Sanoussi Sani,  pour qui cet atelier va permettre de « mieux se préparer aux éventuelles ripostes aux épidémies futures ». En effet, a-t-il poursuivi, l’amélioration des conditions d’hygiène et d'assainissement des populations est au centre des préoccupations des autorités du pays. « Je suis convaincu que vous saurez relever le défi d’ores et déjà, à la sortie de cet atelier, j'ose espérer que notre pays sera doté d'un document stratégique », a souhaité le SG de la région de Maradi, avant d’assurer que « l’engagement et le soutien des autorités ne feront pas défaut car c'est pour elles, un cumul défi et de devoir afin de mettre les communes, les communautés, les services techniques et les partenaires dans les conditions pour la réussite de ce challenge ».

Durant les trois jours de travaux que durera l’atelier, les participants auront à faire une analyse objective de la réponse du secteur WASH à l'épidémie en termes d’efficacité, d’efficience et l’alignement de la réponse aux Stratégies nationales et régionale de lutte contre le choléra. Il est attendu à la fin de l’atelier, des propositions au WASH d’un plan d’amélioration de la préparation et de la réponse aux épidémies de choléra basée sur les leçons apprises et les bonnes pratiques issues de la gestion de l’épidémie 2018.  Les participants auront ainsi une image claire de la façon dont s‘est déroulée la réponse WASH en termes de proactivité, d’efficacité et d’efficience, ainsi que la connaissance du plan multisectoriel d’élimination du choléra au Niger, et de la stratégie régionale « Bouclier-Coup de poing ». Les enseignements qui seront tirés de la réponse multisectorielle WASH-Santé et communication (réactivité, ciblage, interaction, complémentarité, ...) au cholera de 2018, permettront aussi de mettre en exergue et d’analyser les points forts à préserver et surtout les faiblesses de l’intervention WASH dans la gestion de choléra sont analysés, en vue d‘améliorer la qualité de la préparation et la réponse au cholera dans les années à venir.

atelier cholera Maradi BIS

atelier cholera Maradi BIS1

atelier cholera Maradi BIS2

A.K.Moumouni (Actuniger.com)



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com