mardi, 29 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


siege de lunion africaine min

L’Union Africaine (UA) vient de réactualiser le chantier de l’établissement d’institutions financières et monétaires africaines dont le projet a été lancé depuis 2005. A l’horizon 2045, l’organisation continentale espère l’entrée en service d’une Banque centrale, d’un Fonds monétaire, d’une banque d’investissements et d’une bourse panafricaine, afin notamment d’accompagner la dynamique d’intégration africaine. Un vieux projet laissé en friche, mais qui est désormais stratégique pour les pays africains…

Zeyna transfert argent bis

C'est un vieux rêve continental que l'Union Africaine (UA) vient de remettre à l'ordre du jour : la création d'institutions monétaires et financières africaines communes, un projet qui a été lancé en 2005 lors du Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'organisation d'Abuja au Nigeria, et qui depuis a été renvoyé aux calendes grecques.

L'Union africaine vient pourtant de réactiver le projet à l'occasion de la tenue, du 6 au 8 février à Yaoundé au Cameroun, de la réunion de la 3e session du Comité technique spécialisé de l'organisation sur les finances, les affaires monétaires, la planification et l'intégration économiques.

Lors de cette rencontre qui a réuni les ministres des Finances, gouverneurs des banques centrales et experts économiques de plusieurs pays du continent, le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, a adressé un message aux participants pour leur rappeler le défi pour le continent de s'activer à mettre en œuvre ce chantier qui participera à la réalisation de l'Agenda 2063 de l'organisation.

Le président de la Commission qui était représenté à la rencontre de Yaoundé par le commissaire aux affaires économiques de l'UA, Victor Harrison, a exhorté les États africains à accélérer la création de la Banque centrale africaine (BCA), du Fonds monétaire africain (FMA), de la Banque africaine d'investissement (BAI) et de la Bourse panafricaine. Pour Moussa Mahamat, « la création d'institutions financières africaines contribuerait à la croissance et à la diversification des économies africaines, et garantirait le succès de la Zone de libre-échange continental (Zlecaf) et ainsi, permettront d'assurer une transformation productive sur le continent ».

« Le projet relatif aux institutions financières de l'Union africaine est l'un des vecteurs qui guidera le secteur financier du continent en vue de faciliter sa transformation et son développement productifs. En effet, des preuves montrent que l'efficacité des marchés financiers joue un rôle de premier plan dans la croissance économique et la productivité en fournissant de bonnes informations sur les entreprises et les marchés à niches, à un coût inférieur aux investisseurs pour des investissements plus productifs », a souligné, Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l'UA.

La Banque centrale africaine d'ici 2045

Le projet de création de la Banque centrale africaine (BCA) par l'Union africaine devrait aboutir d'ici 2045 selon les explications de Naglaa Nozahie, représentante de l'Association des banques centrales africaines (AACB), qui a présenté un rapport sur l'état d'avancement de la convergence des critères.

Selon Naglaa Nozahie, qui est également conseillère spéciale auprès du gouverneur de la Banque centrale d'Égypte, l'objectif de la BCA est de mettre en place « une politique monétaire commune et une monnaie unique africaine afin d'accélérer l'intégration économique sur le continent ». A cet effet, l'Association des Banques Centrales Africaines (ABCA) qui a son siège à Dakar, a tenu plusieurs réunions de 2002 à 2017 et avait proposé les critères macroéconomiques qui devaient être respectés par chaque État membre avant la création de la Banque centrale africaine.

Les projections qui ont été faites font état d'une inflation qui devait être inférieure ou égale à 3% d'ici 2038 et un déficit budgétaire global également inférieur ou égal à 3% d'ici 2033. Par ailleurs, le ratio de financement de la banque centrale au gouvernement devait être nul d'ici 2038 et chaque pays devait disposer de réserves de change qui couvriront au moins six mois d'importation d'ici 2038.

Sur la même lancée, il est attendu des Etats membres de l'Union, de parvenir à un ratio dette publique / PIB inférieur à 65%, et un ratio recettes fiscales totales / PIB qui doit être supérieur à 20%, avant l'échéance. « Le rapport entre les investissements en capital du gouvernement et les recettes fiscales doit être supérieur à 30% », ont également souligné les experts qui ont travaillé sur les critères de convergence, qui ont aussi convenu que les pays membres devaient maintenir la stabilité du taux de change nominal à plus ou moins 10% de variation.

Selon le rapport sur l'état d'avancement du respect des critères de convergence, l'analyse des résultats des pays membres montre aujourd'hui que seuls dix-huit (18) pays remplissaient actuellement tous les critères principaux de convergence macroéconomique.

Il convient dès lors et comme l'ont réitéré les experts de l'UA, d'accélérer le processus pour permettre la création de la Banque centrale panafricaine, qui sera alors le seul émetteur de la monnaie unique africaine et deviendra le banquier des gouvernements africains et des établissements bancaires privés et publics africains. La BCA, telle qu'elle a été conçue, réglementera et supervisera le secteur bancaire africain et fixera les taux d'intérêt officiels et les taux de change, en liaison avec la Commission de l'UA.

Un vaste chantier, ambitieux mais stratégique

Les conclusions des travaux du Comité technique spécialisé de l'UA seront présentées lors du prochain sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de Juillet prochain, prévu pour se tenir à Niamey au Niger, et qui coïncidera avec l'entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale après la ratification des 22 pays membres requis.

Bien que ce vaste chantier date de plus de deux décennies et a été laissé en friche, cette fois l'UA semble déterminée à accélérer le processus d'autant que des préalables ont déjà été posés. C'est le cas des sièges des principales institutions financières panafricaines notamment la Banque centrale africaine (BCA) qui devrait se situer au Nigeria, la Banque africaine d'investissement (BAI) en Libye et le Fonds monétaire africain (FMA) au Cameroun. En avril 2018, l'UA et le Cameroun ont même signé un accord de siège pour accueillir le FMA, ce qui prouve que malgré les réticences et le retard, les choses avancent lentement certes mais avancent tout de même.

La réactivation de ce vaste et ambitieux chantier qui pourrait certes souffrir de certaines réticences, est stratégique pour le continent et surtout pour la promotion du commerce intra-africain. Il intervient d'ailleurs en pleine dynamique d'intégration sous régional (CEDEAO, EAC, SADC...) et régionale (Zlecaf), et alors que dans certaines Communautés économiques régionales (CER), des débats ne cessent de s'amplifier sur la révision des politiques monétaires afin de permettre au continent d'affirmer et d'assurer sa souveraineté économique et financière. C'est le cas avec le Franc CFA dans la zone franche ainsi que le projet de création de monnaie unique au niveau de la CEDEAO. Le processus sera certes long mais comme c'est le cas pour la zone de libre-échange ou le marché africain du transport aérien (MUTAA), c'est avec les premiers pas et des initiatives communes que l'UA a pu faire bouger les choses...

 

Aboubacar Yacouba Barma

La Tribune Afrique

 

Commentaires  

-1 #1 Amanak 08-03-2019 19:27
Ne vous mettez les bâtons dans les roues, tout comme les prédateurs on coutume de le faire.
Et que ça intérêt à ne pas être que de la poudre aux yeux. Bande d'incompetants caractérisé✊
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 Pourquoi à l’horizon 2045 , 08-03-2019 19:34
Pourquoi à l’horizon 2045, vous vous foutez de notre guelle quoi , le changement c’est maintenant
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 Afi 08-03-2019 19:53
Non 2045 est loin
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #4 Hassan Moussa Hassan Zarma 08-03-2019 19:59
Bon nouvelle
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 Djibrilla Adamou Oumarou 08-03-2019 20:18
Il faut déjà nous sortir du cfa. En 2064 vous rêvez l ennemi se prépare vous passer votre temps à faire des programme de 60 ans et l urgence est la.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #6 ??? 08-03-2019 21:08
L'an 3000 c'est encore mieux je trouve.......
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 kollo 09-03-2019 07:28
vers la fin sera mieux encore
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #8 kollo 09-03-2019 07:29
je voulais dire vers la fin du monde
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #9 Moustapha 09-03-2019 11:41
Ils veulent dire tout simplement à la fin de la génération actuelle .
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 Patriote tres sincere 09-03-2019 12:11
Mais pourquoi dans 25 ans, donc dites nous aussi pour l’Afrique l’ouest avec nigérian et Ghana c pour 2050, pourquoi tout cet énergie pour terrasser le vrai lion qui est baba tanja au moins le vieux n’a pas froid au yeux pour dire ce qu’il pense.
Apparemment les hommes luttent pour leurs propres survie et succès qu’Allah juge pour le peuple et nos dirigeants actuels.. Allah ya issa
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #11 Baba 09-03-2019 12:54
2045 cest un plan machiavelique pour tuer le reveil des africains. cest pour tuer leur mobilisation actuelle contre le fcfa. cest tout simplement pour nous endormir. entre temps, les pilleurs de nos ressources naturelles ont deja fait le plein du pillage. ils auront acceleré leur pillage systematiquement et faire des reserves unimaginables. lelite ne va rien nous offrir de bon. les peuples doivent se reveiller et prendre leur destin en main
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 Joseph Sassou 09-03-2019 13:26
Tout d'abord nous encourageons les initiateurs d'avoir cette idée de créer une monnaie commune. Car la souveraineté monétaire est très importante. Mais le mieux ce de réviser la relation étatique qui ruine certains pays et favorisent les autres. Et nous félicitons très sincèrement notre président Mahamadou Issoufou de son attachement dans la création de la monnaie commune. Le problème qui enchaîne l'Afrique ce n'est pas seulement le fran CFA. Mais le fran CFA est au centre de tous problèmes de l'Afrique. Surtout l'Afrique de l'ouest. Nous voudrons d'ici fin 2019 le fran CFA soit dans l'histoire qui se relate plus. Vive l'Afrique libre!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 Maazou 09-03-2019 16:06
C trop lointain pourquoi pas 2025. Vos intentions ne sont pas bonnes.où s qu'il ya la main invisible de l'autre?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 Omoyemi Kouakou Mensah 10-03-2019 04:39
Tant que nous refuserons de prendre le pouvoir avec nos frères soldats qui assurent la sécurité de nos dirigeants voyous, rien ne changera pour nous.

*Si les forces armée sont avec nous, qui peut être contre nous !*

```La source du pouvoir provient de l’instance des forces armées qui contrôle l’instance politique c’est-à-dire l’appareil d’État, y compris l’appareil juridique, ainsi que l’appareillage monétaire.

Si vous avez les SOLDATS qui montent la garde avec vous, vous avez le pouvoir. C'est ça la réalité.




Omoyemi Kouakou Mensah
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #15 Ahmed Hassane 11-03-2019 16:51
Tant que l'Afrique est dirigée par des dirigeants qui craignent l'Occident plus que Dieu.Il n'y aura jamais une monaie unique.la seule occupation de nos dirigeants est de tout faire pour rester au pouvoir.Ils ont peur de perdre leur pouvoir. Kadhafi et Bagbo où sont-ils l'un mort l'autre emprisonné. Nos dirigeants ne décident de rien en Afrique.Tout est progammé d'avance soit ils suivent soit ils seront remplacés par ceux qui suivront.La politique africaine est décidée ailleurs. Militons d'abord pour que ça se décide en Afrique.Quand j'entends parler du monnaie unique par nos dirigeants je pense tout de suite aux promesses des campagnes qui seront oubliées une fois au pouvoir.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #16 M.Bachir.C 15-03-2019 11:27
Ça donne de l'eau à la bouche. mais qu'en même 2045 ?
Dans tous les cas on en a mare de l'Occident se moquant de nous et pillant nos ressources.
Qu'on eu remède contre eux .
Le 2045 c'est le temps pour épuiser nos matières premières !
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 28/09/2020, 14:47
togo-le-president-faure-nomme-victoire-tomegah-dogbe-a-la-tete-du-gouvernement Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé ce lundi 28 septembre, Mme Victoire Tomegah-Dogbé,...Lire plus...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...Lire plus...
Publier le 27/09/2020, 21:31
fenifoot-le-francais-jean-michel-cavalli-va-s-engager-avec-le-mena-national Le technicien français Jean-Michel Cavalli vient d’arriver à Niamey où il va s’engager avec la...Lire plus...
Publier le 27/09/2020, 19:12
mali-le-diplomate-moctar-ouane-nomme-premier-ministre-de-la-transition L’ancien chef de la diplomatie malienne, Moctar Ouane, a été nommé ce dimanche 27 septembre, premier...Lire plus...
Publier le 27/09/2020, 16:35
lutte-contre-la-covid-19-a-maradi-les-efforts-de-l-unicef-salues-par-les-communautes En collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), la Radio Garkuwa de Maradi a...Lire plus...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...
Publier le 23/09/2020, 06:45
ethique-et-bonne-gouvernance-les-douanes-nigeriennes-a-l-ecole-du-programme-anti-corruption-et-de-promotion-de-l-integrite-de-l-organisation-mondiale-des-douanes-a-cpi-omd Niamey abrite, du 22 au 23 septembre 2020, la première réunion des contributeurs internes et externes...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 27/09/2020, 16:24
niger-des-partis-politiques-comme-s-il-en-pleuvait Niger, 147 partis politiques légalement reconnus, 21 en instance de l’être ; Côte d’Ivoire 130...
Publier le 23/09/2020, 06:45
ethique-et-bonne-gouvernance-les-douanes-nigeriennes-a-l-ecole-du-programme-anti-corruption-et-de-promotion-de-l-integrite-de-l-organisation-mondiale-des-douanes-a-cpi-omd Niamey abrite, du 22 au 23 septembre 2020, la première réunion des contributeurs internes et externes...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...

Dans la même Rubrique

Lutte contre la Covid 19 : le groupe Orano renforce les capacités opérationnelles du CERMES

24 septembre 2020
Lutte contre la Covid 19 : le groupe Orano renforce les capacités opérationnelles du CERMES

Dans le cadre du soutien aux autorités dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, le groupe Orano Mines Niger vient d’offrir un important don au centre de Recherche Médicale...

Ethique et Bonne gouvernance : les Douanes nigériennes à l’école du Programme Anti-corruption et Promotion de l'Intégrité de l’Organisation Mondiale des Douanes (A-CPI/OMD)

23 septembre 2020
Ethique et Bonne gouvernance : les Douanes nigériennes à l’école du Programme Anti-corruption et Promotion de l'Intégrité de l’Organisation Mondiale des Douanes (A-CPI/OMD)

Niamey abrite, du 22 au 23 septembre 2020, la première réunion des contributeurs internes et externes du Programme Anti-corruption et Promotion de l’Intégrité des douanes (A-CPI) de l’Organisation Mondiale des...

L’AJ-SEM Niger pose les jalons d’un cadre de dialogue et de collaboration entre FDS et acteurs des médias

23 septembre 2020
L’AJ-SEM Niger pose les jalons d’un cadre de dialogue et de collaboration entre FDS et acteurs des médias

A l’issue d’une riche journée d’échanges acteurs des médias et forces de défense et de sécurité ont formulé la nécessité de créer un mécanisme formel de collaboration entre eux pour...

Marathon Day du Groupe Bolloré : au Niger, l’édition 2020 en solidarité avec les victimes des inondations

18 septembre 2020
Marathon Day du Groupe Bolloré : au Niger, l’édition 2020 en solidarité avec les victimes des inondations

Comme chaque année depuis 2016, les collaborateurs du groupe Bolloré ont répondu présent au « Marathon Day », une course de solidarité qui vise à lever des fonds en faveur de ceux...

Unicef  Niger : en fin de mission, la Représentante Dr. Félicité Tchibindat félicitée par les autorités pour son travail au service des enfants

18 septembre 2020
Unicef  Niger : en fin de mission, la Représentante Dr. Félicité Tchibindat félicitée par les autorités pour son travail au service des enfants

Le Premier Ministre, M. Brigi Rafini, a exprimé au nom du Gouvernement du Niger, jeudi 17 septembre au cours d’une cérémonie solennelle d’au revoir, son témoignage de satisfaction à Dr....

« Au stade actuel de l’enquête, aucun indice ne permet d’attribuer la responsabilité aux éléments des forces armées nigériennes (Elhadj Amadou BARHAME, Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Tillaberi)

17 septembre 2020
« Au stade actuel de l’enquête, aucun indice ne permet d’attribuer la responsabilité aux éléments des forces armées nigériennes (Elhadj Amadou BARHAME, Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Tillaberi)

Communiqué de presse du Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Tillaberi relatif à l'évolution de l'enquête sur l'affaire de présomption d’exécutions sommaires de 102 personnes...