samedi 13 août 2022

3310 lecteurs en ligne -

fraren

Le Niger envisage des mesures de réhabilitation des repentis du groupe Boko Haram (officiel)

boko haram apprehendes

Le gouvernement nigérien a adopté un projet de loi modifiant le Code pénal du pays en vue de créer un cadre juridique permettant la réhabilitation et la réinsertion des repentis du groupe terroriste Boko Haram, a-t-on appris dimanche de source officielle.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Le projet de loi a pour objet d'élargir, explique un communiqué officiel, "l'éventail des moyens de lutte contre le groupe terroriste Boko Haram, en donnant en outre de l'option militaire la possibilité de réintégration, sans poursuite pénale préalable, de tous les éléments dudit groupe qui font acte de reddition volontaire".

"Cependant, pour qu'il en soit ainsi, les bénéficiaires ne doivent pas être directement impliqués dans la conception et l'organisation d'actes terroristes d'une part et des indices probants de culpabilité pour génocide, crime de guerre et crime contre l'humanité ne doivent pas être relevés à leur encontre d'autre part", précise-t-on.

Par ailleurs, le présent projet de loi consacre le droit à l'indemnisation des victimes des actes terroristes, poursuit le communiqué, "dans les conditions fixées par décret pris en conseil des ministres".

Pour rappel, la région de Diffa (extrême sud-est, frontalière du Nigeria) est devenue depuis plus de trois ans le théâtre des opérations terroristes du groupe islamiste Boko Haram, à partir de ses positions nigérianes, qui ont fait des centaines de victimes civiles et militaires nigériennes et autant de déplacés du Niger et du Nigeria. Ces actions terroristes ont fortement affecté les jeunes de la région, dont beaucoup ont rejoint la secte.

Mais depuis plus d'un an, plusieurs dizaines de combattants du groupe terroriste ont été contraints de se rendre avec armes et bagages aux autorités régionales à Diffa, dans le cadre d'une opération de cantonnement, pour des besoins de réinsertion.

Dans cette même optique, la France s'est engagée en février dernier à financer un projet à hauteur de 11,344 millions de dollars (environ 6,5 milliards de francs CFA) au profit des jeunes de la région de Diffa tentés de rejoindre Boko Haram.

Ce projet dénommé "Jeunesse Diffa", financé par l'Agence française de développement (AFD) en collaboration avec la Haute Autorité à la consolidation de la paix (HACP) du Niger, vise à "lutter contre le terrorisme par le développement", par l'amélioration des conditions et perspectives de vie des jeunes de la région, selon un communiqué de l'ambassade de France à Niamey.

 

Xinhua



Commentaires  

+5 #1 Haha 04-11-2018 19:25
Un criminel doit. Être jugé pas réintégré dans la société. Sino ca ouvre la porte aux autres
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 Calculatrice 05-11-2018 10:50
Donc ceux qui sont mourir.. ont été tués Pour Rien.. sansjustice... J'ai perdu 3 membres de la famille.. si vous appliquez cette projet.. vous n'avez pas respecté la mémoire de nos martyrs...
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 Visionnaire 05-11-2018 15:27
Putainnn. Ça manquait de moyen pour leur venir en aide, comme toujours la France dans de sales boulots et nos dirigeants comme des moutons suivent tout simplement..
Cela n'est pas l'idéal à faire dans une affaire pareil,, gloire à nos martyres !!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #4 Oumarou Sanda 06-11-2018 06:47
Concepteurs ou pas, répentis ou pas, tous les individus qui ont participé aux crimes de Boko Haram doivent être exécutés sans autre forme de procès. Ce sera d'abord rendre justice aux victimes, puis dissuader les citoyens qui seraient tentés par le terrorisme. Trop de mansuétude tue la justice.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Abdoulahi Moussa 06-11-2018 21:33
Un criminel reste toujours criminels
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Moustapha 07-11-2018 01:01
La france voulait proteger ses bandits armés du Niger et maintenant la faute à qui?
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com