mardi, 21 août 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

image003.jpg

Niger. Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort, doivent être libérés immédiatement et sans condition

·      Délibéré du verdict de leur procès ce 24 juillet

·      Des peines allant de la relaxe à trois ans ferme requises

·      Nouvelle procédure pour « outrage à magistrat » contre un activiste déjà en détention

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi, il est plus que temps pour les autorités de ce pays de mettre un terme aux poursuites engagées contre eux et d’assurer leur libération immédiate et sans condition, ont déclaré aujourd’hui neuf organisations de défense des droits humains dont Amnesty Internationall’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme (FIDH-OMCT), Tournons la page et Front Line Defenders.

Lors de leur procès pour «organisation et participation à une manifestation interdite», «complicité de violences», «agression» et «destruction de biens» qui s’est ouvert le 10 juillet dernier devant le Tribunal de Grande Instance de la capitale nigérienne Niamey, le procureur de la République a requis une peine de trois ans de prison ferme et une amende de 100.000 F. CFA (152 euros) contre Ali Idrissa Nani, Nouhou Arzika, et Moussa Tchangari ; un an ferme contre Lirwana Abdourahamane et une amende de 100.000 F. CFA, et la relaxe pour Ousseini Maïna et Mamoudou Seyni.

« Alors que le verdict est attendu, les autorités nigériennes ont l’occasion de montrer au monde qu’elles sont effectivement attachées à la défense des droits humains, en libérant sans condition ces activistes et tous les manifestants détenus uniquement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique,» a déclaré Kiné Fatim Diop, chargée de campagne pour l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

« La répression des voix dissidentes, l’interdiction des manifestations pacifiques et l’arrestation d’activistes sont autant de violations qui doivent cesser au Niger.»

Depuis le vote d’une loi de finances en novembre 2017, qui prévoit de nouvelles taxes sur l’habitation et l’électricité, la société civile nigérienne, réunie au sein d’un cadre de concertation, organise des manifestations visant à dénoncer l’injustice sociale résultant de cette nouvelle loi.

Les autorités ont depuis arrêté les figures de proue de cette alliance. Ainsi Moussa Tchangari, Ali Idrissa Nani, Nouhou Arzika, Me Lirwana Abdourahamane, Ibrahim Diori, Sadat Illiya Dan Malam, Yahaya Badamassi,  Maikoul Zodi et Karim Tanko sont arbitrairement détenus depuis près de quatre mois.

Alors qu’il est en détention, Me Lirwana Abdourahmane a fait l’objet d’une nouvelle procédure le 12 juillet 2018 à la suite d’une plainte du doyen des juges d’instruction pour"outrage à magistrat par voie de parole lors de l'audience du 10 juillet 2018." Après son audition, le procureur a requis deux ans d'emprisonnement dont un an ferme et un an avec sursis à son encontre. Ce verdict est attendu le lundi 23 juillet.

« Le procès d'Ali Idrissa, Nouhou Arzika, Moussa Tchangari et leurs collègues est symptomatique d’une tendance inquiétante du gouvernement du Niger allant à l’encontre des normes et principes qu’il prétend défendre - y compris les libertés fondamentales d'expression, d'association et de rassemblement pacifique,» a déclaré Élisa Peter, directrice générale de Publiez Ce Que Vous Payez.

« La place de ces activistes pour la transparence et pour la justice fiscale n’est pas en prison. Ils doivent être immédiatement libérés et les droits d’association et de manifester pacifiquement rétablis. »

Le 25 mars dernier, une manifestation prévue avait été interdite par le président de la délégation spéciale de Niamey pour «des raisons évidentes de sécurité» et « au regard du contexte sécuritaire actuel au Niger et dans la sous-région d’une part, et d’autre part des récentes attaques terroristes.»

Malgré l’interdiction, des manifestants se sont présentés devant le point de rassemblement, encadrés par un fort dispositif de sécurité visant à les empêcher de se rassembler.

Les forces de l’ordre ont alors utilisé des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants et des heurts ont éclaté. Les membres de la société civile aujourd’hui détenus avaient pourtant appelé au calme lors des précédentes manifestations et dans leurs déclarations publiques en amont de la marche du 25 mars. Depuis lors, les demandes de manifestation de la part de la société civile ont été quasi-systématiquement rejetées par les autorités.

En dehors des défenseurs des droits humains qui ont comparu le 10 juillet dernier, cinq autres membres du cadre de concertation de la société civile, Ibrahim Diori, Sadat Illiya Dan Malam, Yahaya Badamassi, Maikoul Zodi,  et Karim Tanko attendent toujours leur procès après près de quatre mois de détention.

« Le fait que ces défenseurs des droits humains aient passé près de quatre  mois derrière les barreaux en dit long sur la bataille impitoyable que les autorités nigériennes ont décidé de livrer contre ceux qui défendent l’intérêt général et les droits fondamentaux, » a déclaré Laurent Duarte, coordinateur international de Tournons la Page.

LES SIGNATAIRES

1.     ACAT France (Action chrétienne pour l’abolition de la torture)

2.     Amnesty International

3.     CCFD-Terre Solidaire

4.     FIDH, dans le cadre de l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'Homme

5.     Front Line Defenders

6.     Global Witness

7.     OMCT (Organisation mondiale contre la torture)

8.     Publiez ce que vous payez  

9.     Tournons la Page

Commentaires   

+1 #1 wakasso 20-07-2018 11:35
je suis decu par cette déclaration car j aurai voulu qu elle intervienne après l'annonce du délibéré sinon comment va ton justifier cette immixtion du pouvoir politique devant une affaire pendante devant la justice
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Issahak 20-07-2018 11:59
Et les autres defenseurs de droit de l'Homme , eux ils pensent quoi?
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 BALI 20-07-2018 11:59
Bonjour,
Voilà des organisations hors la loi, qui ordonnent à la justice un verdict sans condition. Dans quel pays sommes nous ?. Quelle bande de voyous d'organisations, qui ne servent qu'à détruire des états. Au Niger ça ne marchera pas, vous êtes trop stupides pour réussir, mieux on détruira toutes vos actions déstabilisatrices. Pour les (collabo) nigériens ennemis au sein de ses structures, on vous connait individuellement. Votre honte sera nationale.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #4 Samna 20-07-2018 12:38
Les forses déstabilisatrices vient au secours de leur valets; ça ne marche pas comme çà au Niger!
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #5 louma 20-07-2018 14:22
leurs [mot censuré]s de garde sont aux arrêt ( toutes ces ONG sont les vraies ennemis de l’Afrique )
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #6 Zaberou mamane Salifou 20-07-2018 16:57
Dieu guide nous et apèse la situation
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 Sidi 20-07-2018 17:18
Il y a quelques jours des voix se sont élevées pour demander une enquête afin d'identifier toutes les ONG qui travaillent pour destabiser le Niger. L'enquête a été facilitée, elles sont découvertes au grand jour. Elles cherchent la matière pour continuer à exister. Nous demandons à l'État d'agir. Nous sommes une république souveraine. La justice nigérienne mérite respect. Le jugement ayant déjà eu lieu nous attendons le délibéré. Si quelque soit sa décision, elle doit être respectée. Il n'est pas question nous acceptions l'immixtion des ONG.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 eeee 20-07-2018 20:36
il faut les maintenir en prison..............on na pas des lecons a recevoir des ong occidentales
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 Mmma 20-07-2018 22:27
Les ong là ont fait quoi de positif à l' Afrique et sa jeunesse a part les révoltes contre leur états et les tuant dans les manifestations alors que les patrons des ces ONG escrocs deviennent riches. Des droits de l'homme qui signe des accords avec des partis politiques de l'opposition si ce pas au Niger.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #10 Zemblabla 21-07-2018 01:23
Amnesie internationale et consorts vous êtes qui pour donner des leçons a notre Justice.
:oops:
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 MAI IDON GANI 21-07-2018 06:57
MESSIEURS DES "DROITS HUMAINS" SACHEZ QUE LE NIGER EST UN PAYS DE DROIT OU LA SEPARATION DU POUVOIR EST EVIDENT EN DEPLAISE, PAR CONSEQUENT IL APPARTIENT AUTORITES EXECUTIVE AU PLUS NIVEAU D'INTERFERER DANS LES AFFAIRES DE LA JUSTICE AUSSI EN DEPLAISE. VOUS AVEZ OUBLIEZ CHERS AVOCATS DE PRECISER LE MOMENT DE LA MANIF CHOISI "POUR RAPPEL: ENTRE 16 H ET MINUIT" EST CE NORMAL?. SACHEZ AUSSI QU'AU NIGER LES SOITS DISANTS ACTIVISTES DE LA SOCIETE CIVIL NE FONT QU'A LEUR TETE, CETTE LOI SE SONT DES ELUS PAR LE PEUPLE QUI L'ONT VOTE. EUX ILS SONT ELUS PAR QUI POUR POUSSER LE GOUVERNEMENT A L'ABROGER. SACHEZ AUSSI DANS PAYS NOUS COMBATTRONS JUSQU'A ARRET TOTAL DE NOTRE SOUFFLE CONTRE TOUTE IMPOSITION D'IDEES VENUE D'AILLEURS. EN CONCLUSION SEUL LA JUSTICE DICTERA LE DERNIER MOT CONTRE CES ACTIVISTES. DE GRACE KES DROITS HUMAINS VOUS SAVEZ PERTINEMENT LA OU ILS SONT BAFOUES. CESSEZ VOS REMONTRANCE ET LAISSER LES LOI ET REGLEME DICTES LA CONDUITE A SUIVRE.
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #12 MAI IDON GANI 21-07-2018 07:01
CORRECTION :LIRE DANS LE TEXTE CI DESSUS "IL N'APPARTIENT PAS AUX AUTORITES D'INTERFERER DANS LES AFFAIRES DE LA JUSTICE "
MERCI DE TENIR COMPTE DE CETTE CORRECTION.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 Abdel 21-07-2018 11:32
On a pas pas besoin de vs opinions Mr des doit distant representant ces Ong...foutaise.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #14 Bali Da Dama 21-07-2018 12:53
Mes chers freres du Niger il faut pronez la tolerance et non la haine. Il faut chasser la mechanceté entre les fils d'un meme pays ça ne sert à rien. Le fait de garder les gens làs en prison n'est pas une victoire des uns contre les autres. Il faut encorager la libération des pères de familles d'autrui leurs enfants pleurent nuit et jour. On appelle cela l'humanisme et c'est le NIger qui gagne
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #15 Lompo 23-07-2018 10:50
:lol:
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

 

265x285 C Jeunesse2018 Niger

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Disparition de Koffi Annan : un ami du Niger s’en est allé !

19 août 2018
Disparition de Koffi Annan : un ami du Niger s’en est allé !

Le monde pleure la disparition, ce samedi 18 Août à la suite d’une courte maladie, de l’ancien secrétaire général des nations unies (ONU) de 1997 à 2006, le ghanéen Koffi...

ZINDER : trois décès, 23 blessés et plus de 16.000 sinistrés dans les inondations (Responsable)

17 août 2018
ZINDER : trois décès, 23 blessés et plus de 16.000 sinistrés dans les inondations (Responsable)

Trois personnes sont mortes, 23 autres sont blessées et 16.317 sont sinistrées par les pluies diluviennes enregistrées  dans la région du Zinder (Est) depuis le début de l’hivernage en juin,...

PRODEC : des formations pour les jeunes et des compétences pour plus d’emplois

17 août 2018
PRODEC : des formations pour les jeunes et des compétences pour plus d’emplois

Les responsables du Projet de développement des compétences pour la croissance (PODEC) ont animé, mercredi 15 Août à Niamey, une conférence de presse pour présenter les réalisations enregistrées depuis le lancement...

Fonction publique : les salaires payés avant la fête de Tabaski

17 août 2018
Fonction publique : les salaires payés avant la fête de Tabaski

  Bonne nouvelle ! C’est en effet un beau geste que vient de faire le gouvernement en faveur des agents de la fonction publique. Les salaires du mois d’Août seront payés...

Agadez : plus 800 maisons visées par une opération de démolition dans les zones inondables

16 août 2018
Agadez : plus 800 maisons visées par une opération de démolition dans les zones inondables

Une opération de démolition des maisons bâties dans certains quartiers  inondables de la ville d’Agadez(Nord) visant quelques 800 habitats a été lancée ce 16 Août en prévision des écoulements des...

La ville d’Agadez, patrimoine de l'Unesco, menacée par des inondations

16 août 2018
La ville d’Agadez, patrimoine de l'Unesco, menacée par des inondations

La ville d'Agadez, classée par l'Unesco au patrimoine mondial, et plusieurs villages dans le nord désertique du Niger, sont menacés par des inondations dues à de fortes pluies, ont alerté mercredi les autorités...