mercredi, 17 octobre 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Amadou Bachir

Depuis la mise sous administration provisoire de la SFD ASUSU S.A, le jeudi 3 mai, c’est Amadou Hamani Bachir,  un cadre retraité de la BCEAO, qui a pris les rênes de l’institution. Le nouveau administrateur provisoire est une figure bien connue du secteur de la finance au Niger et surtout à Dakar où il a presque passé l’essentiel de sa carrière au siège de la banque centrale des pays de l’UEMOA.

 

Dernièrement, c’est lui qui a été appelé par le gouvernement pour conduire l’opération de  redressement de la Banque Agricole du Niger (BAGRI) de juillet 2013 à mars 2014. En somme donc un fin connaisseur des situations de crise du secteur bancaire qui justifie d’une expérience assez solide et qui aura la charge également de jouer sur une période de six (6) mois, le rôle de « redresseur » de ASUSU.

Parcours de banquier

Cadre justifiant d’une vingtaine d’année de service au niveau de différents départements et institutions de la BCEAO, Amadou Bachir, est titulaire d’un baccalauréat série D, un diplôme qu’il a obtenu en 1971 après ses études primaires et secondaires à Zinder puis à Niamey. Il poursuivit son cursus académique à l’Université du Bénin puis à celle de Lomé au Togo avant d’obtenir, en 1975, une maitrise en Sciences économiques, option « Economie Générale » à l’université nationale d’Abidjan-Cocody en Côte d’Ivoire. Il compléta sa formation universitaire avec un DESS en mars 1978 de l’Université Paris I, Panthéon-Sorbonne. La même année et jusqu’au mois de juin 1981, il intégra la fonction publique nigérienne et fut affecté au ministère du Plan comme Chef de service de la Planification régionale. C’est à cette époque qu’il commença une riche carrière à la BCEAO où il fut recruté comme Chef du service des études à l’Agence principale de la BCEAO de Niamey, poste qu’il occupa de juin 1981 à septembre 1989. Inspecteur à la Direction de l’inspection au siège de la Banque centrale à Dakar, il servit successivement et par la suite au secrétariat général de la Commission Bancaire à Abidjan, jusqu’en octobre 1991, date à laquelle il retourna encore au siège de la BCEAO à Dakar. Tour à tour, adjoint puis directeur central des relations internationales, il fut nommé de février 1996 à décembre 2006, Directeur central de l’émission. En janvier 2007, Amadou Bachir fut promu au rang de Conseiller spécial du gouverneur de la BCEAO, échelon le plus élevé des fonctionnaires de la Banque centrale. Sa retraite de droit en 2008 ne fut que de courte durée puisqu’il fut recruté, l’année suivante, au poste de directeur général du groupe Institut supérieur de gestion-School of Management (GISGO-SM) à Ouahigouya au Burkina Faso.

Nouveaux challenges

L’administrateur provisoire d’ASUSU S.A a donc six (6) mois pour redresser l’institution que le ministère des Finances considère comme « virtuellement en faillite ». Conformément aux textes, la période pourrait être renouvelée surtout que la tâche est assez immense si l’on se réfère à la situation présentée par l’Autorité de régulation du secteur de la micro finance (ARSM). Il s’agit entre autres et selon la tutelle et l’ARSM qui affirment se baser eux-aussi sur le constat dressé par la Commission bancaire (Cobac) de la BCEAO, « des irrégularités dans la dernière augmentation du capital social », « un système d'information et de gestion non fiable », « une dégradation du portefeuille de crédits », « un fort endettement auprès du système bancaire et de la clientèle particulièrement celle des entreprises publiques » ainsi que « des charges d'exploitation importantes de personnels et de services extérieurs ». Le cahier de charge qui a été assigné à Bachir Amadou consistera donc à « assurer la continuité des activités d'ASUSU et le respect des prescriptions légales, règlementaires et statutaires, à prendre toute mesure utile afin de préserver les intérêts des associés et des clients d'ASUSU SA, à diligenter un audit organisationnel et financier de l'institution ainsi que du Système d'Information et de Gestion de l'institution et toute autre vérification demandée par le comité de suivi ». Il sera épaulé dans cette mission par un Comité de suivi d’administration provisoire qui  remplace le Conseil d’administration et qui est  chargé d'émettre des avis sur la conduite des opérations, le Plan de redressement et de manière générale, l'exécution du Cahier des charges.

Au delà de ces missions, le plus grand défi pour le nouvel administrateur provisoire d’ASUSU sera de maintenir la confiance de la clientèle ainsi que des partenaires et faire face aux mêmes difficultés conjoncturelles misent en avant par l’ancienne PDG de l’institution et qui tiennent, à bien des égards, à des facteurs externes auxquels l’économie nigérienne dans son ensemble est également confrontée.  

A.Y.B (Actuniger.com)

 

Commentaires   

+16 #1 Nigérien_Patriote 09-05-2018 00:27
Monsieur Amadou Hamani Bachir, qu'Allah vous vienne en aide dans cette noble mission.
Citer | Signaler à l’administrateur
+8 #2 ATCHI ASHARUWA 09-05-2018 03:04
Notre grande prière en l'immense Assistance d'Allah (swt) par la large Aile protectrice du Commandant des Anges divins; nous vois souhaitons plein succès de ce redressement afin que les esprits soient décantés de leur noirceur chez les apatrides qui pensent toujours mal des hommes qui nous gouvernent. Compte tenu du temps à vous imparti, cher Amadou Hamani Bachir, un communiqué hebdomadaire de l'évolution de cette situation fermera la gueule des septiques qui ne cessent de croire que l'intrépide frère Massaoudou Dan Hassoumi Ministre des Finances, ne porte aucun grain de mépris à l'égard de qui que ce soit du moment où ZAKHS disait à propos de l'extra-patriotisme de ce fils d'agent des PTT (défunt Hassoumi, qu'Allah - swt - ait son âme). Souvent, Massaoudou est mal compris par ses camarades du Parti, quant à sa prise de position radicale aux nominations des personnes qu'il faut à la place qu'il faut. À tous ses postes occupés depuis la Transition AFCiste jusqu'à maintenant; Massaoudou n'a jamais facilité un poste à un proche; autrement, l'agent chéri de son papa à Maradi, aurait été des mieux nantis. Or, jusque-là, il n'y a que respect fraternel entre eux. Bonne chance!
Citer | Signaler à l’administrateur
+9 #3 ATCHI ASHARUWA 09-05-2018 03:19
LIRE: "....un communiqué hebdomadaire de l'évolution de cette situation fermera la gueule des septiques qui ne cessent de croire que l'intrépide frère Massaoudou Dan Hassoumi Ministre des Finances, porte le grain de mépris à l'égard de ceux qui ne sont pas de leur bord. Or, ZAKHS disait à propos de cet extra-patriote fils d'agent des PTT (défunt Hassoumi, qu'Allah - swt - ait son âme).
1/ Souvent, Massaoudou est mal compris par ses camarades du Parti, quant à sa prise de position radicale aux nominations des personnes quand il faille placer des hommes et femmes qu'il faut à la place qu'il faut pour des résultats par objectif.
2/ À tous ses postes occupés depuis la Transition AFCiste jusqu'à maintenant; Massaoudou n'a jamais facilité un poste à un proche; autrement, l'agent chéri de son papa à Maradi, aurait été des mieux nantis; jusque-là, il n'y a que le sincère respect fraternel entre eux. Certes, il n'y a pas de fumée sans feu lorsque Hassoumi Massaoudou persiste et signe sur le dénouement d'un nœud complexe qu'il a psycho-visionné et déterminé dans le court, moyen ou long terme. Ayons confiance à nos dirigeants guidés par Allah (swt) Lui-même.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 agali same same 09-05-2018 09:13
libérez l'initiative privé ;
donnez la chance à ceux qui ont pris le risque de s'engager sur cette voie de bien conduire leurs actions ;
ne pas entravez les actions de ceux et celles qui osent ;
ne prenez jamais les efforts des autres pour donnez à d'autres ;
n'acceptez jamais de jouir du travail de quelqu'un ;
agissez toujours dans le sens de l'intérêt commun ;
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 kailou 09-05-2018 10:08
Allah est patient vraiment
Citer | Signaler à l’administrateur
-5 #6 Citoyen nigérien 09-05-2018 13:08
Compte tenu de votre expérience en matière financière,M le nouvel administrateur de Asusu SA,vous devriez permuter avec le sieur géologue qui fait du tâtonnement au ministère des Finances.On ne peut être meilleur que dans son domaine.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #7 Maïhankali Kéganéwa Na Yahouza Sad 09-05-2018 14:27
N'OUBLIE PAS QUE le Colonel Pdt KOUNTCHÉ NE CONNAIT QUE PLACER DES CHARGEURS, LIBÉRER LE CRAN DE SON ARME ET TIRER S'IL NE DÉGOUPILLE PAS UNE GRENADE À LANCER SUR DES ENNEMIS AU FRONT.Citation en provenance du commentaire précédent de Citoyen nigérien :
...de votre expérience en matière financière,M le nouvel administrateur de Asusu SA,vous devriez permuter avec le sieur géologue qui fait du tâtonnement au ministère des Finances. On ne peut être meilleur que dans son domaine.
Il est certain que les Patrons des grands groupes financiers, ne sont pas forcément des financiers. Beaucoup de nos entrepreneurs en bâtiments, ponts et chaussée, ne savent même pas placer une brique sur un mur en construction ou tenir une truelle entre leurs mains pour le crépir ainsi que la plus part de nos boulangers qui ignore comment on malaxe la farine pour en faire du pain. NOTRE PROBLÈME AU NIGER, C'EST LE CHOIX DES HOMMES QU'IL FAUT AUX PLACES QU'IL FAUT AFIN QUE CHACUN, TEL DANS UN MOTEUR MÉCANIQUE OÙ CHAQUE PION JOUE SON RÔLE
POUR QUE SOIT ENTRAINÉ L'ENSEMBLE DE L'ENGRENAGE ET, VOIR LE BUS-NIGER AVANCER SANS TOUSSOTEMENT DÛ À SA VIS PLATINÉE MAL RÉGLÉE. Hélas! Certains se disent: "EUX D'ABORD OU TOUT S’ÉCROULE"!
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #8 Observateur 09-05-2018 18:43
Nous souhaitons plein succès à notre compatriote de grande expérience. De grâce, si la crise n'est pas résolu dans 6 mois n'essayer pas de salir ce respectable monsieur et demandez à notre cher ministre de démissionner sans faire de bruit.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

EXE-promo-decodeur-internet-265x285 (2).jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

UA NIGER 2019 : le ministre de l’équipement et celui en charge de l’organisation sur le chantier de la voie express

17 octobre 2018
UA NIGER 2019 : le ministre de l’équipement et celui en charge de l’organisation sur le chantier de la voie express

L’Agence UA Niger 2019 en collaboration avec le ministère de l’équipement  a organisé  ce mardi 16 octobre 2018 une visite sur le chantier de la voie express reliant l’Aéroport international...

NECROLOGIE : le journaliste et écrivain Amadou Ousmane n’est plus !

17 octobre 2018
NECROLOGIE : le journaliste et écrivain Amadou Ousmane n’est plus !

Le journaliste et écrivain, Amadou Ousmane, est décédé ce mardi 16 octobre. Journaliste à l’ONEP, auteur de la chronique « Les propos d’Arbi » (Le Temps du Niger, le Sahel,...

NIAMEY : un exercice de simulation d’attaques par les FDS provoque la panique

16 octobre 2018
NIAMEY : un exercice de simulation d’attaques par les FDS provoque la panique

De sources sécuritaires, c’est un exercice régional de simulation d’attaques qu’ont mené, ce mardi 16 octobre dans la matinée, les forces de défense et de sécurité. Il s’agit d’une simulation...

FRONT SOCIAL : déclaration de presse du Cadre de concertation et d'actions citoyennes

14 octobre 2018
FRONT SOCIAL : déclaration de presse du Cadre de concertation et d'actions citoyennes

Les organisations membres du Cadre de concertation et d’actions citoyennes, réunies à l’effet de dresser le bilan de la journée d’actions citoyennes du 6 octobre et examiner les derniers développements...

SOMMET FRANCOPHONIE 2018 : Aissatou Adamou Noma, « Ana Tchanga », sacrée meilleure « Jeune entrepreneure francophone »

10 octobre 2018
SOMMET FRANCOPHONIE 2018 : Aissatou Adamou Noma, « Ana Tchanga », sacrée meilleure « Jeune entrepreneure francophone »

Les nigériens ont du talent ! Notre compatriote, Aissatou Adamou Noma, « Ana Tchanga, vient de le prouver encore une fois en remportant l’édition 2018 du Prix de la jeune entrepreneure francophone. ...

JAC : la pression de la société civile ne faiblit pas, la mobilisation montre des signes d’essoufflements

7 octobre 2018
JAC : la pression de la société civile ne faiblit pas, la mobilisation montre des signes d’essoufflements

Le Cadre de concertation et d'action citoyenne (CCAC), a tenu ce samedi 6 octobre, sa 20ème Journée d'Action Citoyenne (JAC). A Niamey, la manifestation s’est comme d’habitude traduite par un...