mercredi, 30 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


MinistreYahouza Tidjani et Etudiants min

La fermeté, un peu de lest mais surtout la fermeté! C’est visiblement l’option qu’a décidé de privilégier le gouvernement dans la crise qui secoue le système éducatif national et qui a pris une nouvelle tournure depuis une semaine à la suite des violentes échauffourées enregistrées mercredi 18 avril dernier sur le campus universitaire de Niamey et la grève illimitée du Comité directeur de l’USN.

 

Zeyna transfert argent bis

Après le conseil des ministres du vendredi dernier au cours duquel le gouvernement a déploré « les actes de vandalisme » et rappelé aux élèves et à leurs parents que les examens sont maintenus aux dates et jours prévus, c’est au tour des ministres en charge de l’Enseignement supérieur et de la formation professionnelle, de monter au front. Lundi dernier, Yahouza Sadissou et Abdoulkadri Tidjani ont conjointement animé une conférence de presse sur la situation qui prévaut au sein des universités, écoles et instituts ainsi que les décisions qui seront prises par le gouvernement pour faire face à la situation.

Le ministre Yahouza souffle le chaud et le froid

C’est le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) qui a donné le ton. Contrairement à son dernier passage au Parlement où sa prestation assez conciliante a été largement appréciée par l’opinion, cette fois, c’est un autre Yahouza Sadissou qui s’est découvert aux nigériens. Dans un ton grave et avec des propos menaçants, le ministre n’a pas pris de gants pour dire tout ce qu’il pense du contexte universitaire ambiant. A vrai dire, le ministre Yahouza a soufflé le chaud et le froid car s’il a fait montre auparavant fait d’une prédisposition au dialogue, renvoyant la responsabilité de la déliquescence de l’enseignement supérieur sur le dos de tous les acteurs, cette fois c’est avec un ton ferme, donc de non recevoir, qu’il a tenté d’expliquer la position du gouvernement. Les échauffourées du mercredi 18 avril ont apparemment sonné la fin du dialogue qui était en cours avec les étudiants et dont le ministre avait même annoncé une probable fin heureuse lors de son allocution devant les députés. Il n’est plus question donc de dialoguer donc si on se tient à la position affichée par Yahouza Sadissou qui a affirmé que « le gouvernement va assumer ses responsabilités en prenant  les mesures qui s’imposent ». Ainsi, et sans revenir sur les conditions de la fermeture du campus universitaire, le ministre a « laissé entendre que le campus sera rouvert mais une fois que le gouvernement l’aura assaini ». En matière de mesures d’assainissements, il s’agit dans les faits de la sécurisation du campus « afin de mettre fin aux violences sur et autour du territoire universitaire ». Le ministre n’a pas manqué à ce sujet d’accuser explicitement la CASO, de perpétrer régulièrement des « actes de violence » et a même clairement cité « des cas de torture et de meurtres commis par la CASO » en renvoyant ceux qui veulent en avoir les preuves, de se référer aux nombreuses plaintes déposées dans les commissariats de Niamey. « La CASO, c’est tout simplement une milice qui fait régner sa loi sur le territoire universitaire » a poursuivi le MESRI avant d’annoncer que «le gouvernement prendra toutes les mesures nécessaires pour arrêter les dérives de la CASO parce qu’il est inacceptable qu’il y’ait un Etat dans un Etat». Toujours parmi les mesures d’assainissement annoncées, Yahouza Sadissou a annoncé la reprise en main de la gestion du restaurant et des autres œuvres sociales comme le restaurant ou l’attribution des chambres, une gestion qui sera désormais et totalement assurée par le CNOU qui est le seul organe habilité à le faire. Là, le ministre a dénoncé le fait que près de 200 chambres sont actuellement occupées par les dirigeants des étudiants et les membres de la CASO et qu’elles seront par conséquent réattribuées aux étudiants régulièrement inscrits. Au niveau du resto, l’accès sera aussi désormais réguler par l’exigence d’un ticket obligatoire qui ne sera décerné qu’aux étudiants ayant légalement droit.

Menaces et intimidations

En somme donc et comme il y apparait, les étudiants et leurs différentes structures (CD/USN, CE/UENUN et autres CASO) seront définitivement déchargées de toute implication dans la gestion des œuvres universitaires et mieux encore, le ministre Yahouza Sadissou a annoncé que l’Etat ne permettra désormais plus que, pour des crises cantonnées à l’université, les activités académiques soient perturbées dans les écoles ou instituts privés et autres établissements scolaires.

C’est dans le même sens que s’est inscrite l’intervention du ministre de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle. Avec moins de verve certes mais le ton se voulant tout aussi grave au point de s’en mêler les pinceaux, Abdoulkadri Tidjani a tenu à rappeler encore une fois , « que les examens se dérouleront sur tout le territoire national aux dates et jours choisis par le gouvernement ». Selon le ministre, toutes les dispositions matérielle et financière pour en créer les conditions nécessaires, sont en train d’être prises. Il a cité notamment le paiement actuellement en cours des bourses et allocations et a rappelé les investissements déjà consentis par le gouvernement dans le secteur. « Le gouvernement tient à réaffirmer qu’il n’accepterait plus que des troubles soient perpétrés au niveau des différents établissements, publics comme privés » a martelé encore le ministre Tidjani allant jusqu’à prévenir que « les fauteurs et auteurs seront interpellés et transmis à la justice ». « Nous sommes dans un Etat de droit, on ne peut pas accepter que des agitateurs parce qu’ils suivent d’autres intérêts, compromettent le droit des autres » a estimé nécessaire de conclure le ministre de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle qui n’a pas manqué d’inviter les scolaires à revenir sur de meilleurs sentiments.

Intervention du ministre l’Enseignement supérieur Yahouza Sadissou

Intervention du ministre l’Enseignement technique et de la formation professionnelle Abdoulkadri Tidjani

Bras-de-fer engagé face à une opinion médusée

Le gouvernement opte donc pour la fermeté et assure que toutes les dispositions sont prises pour une reprise des cours malgré le mot d’ordre de grève illimitée qui a été déclenchée le même jour par le CD/USN sur toute l’étendue du territoire national. Il faut dire que depuis et pour joindre les actes aux paroles, les autorités sont en train de prendre des mesures pour « casser » le mouvement des scolaires. Des instructions ont été données aux différentes autorités administratives (gouverneurs et préfets ainsi qu’aux responsables d’établissements publics et privés) de mettre tout en œuvre pour sensibiliser les parents d’élèves et autres à rejoindre les classes. Le ministre Yahouza Sadissou a d’ailleurs fait remarquer dans on intervention qu’au niveau de Niamey, toutes les mesures sont prises pour la poursuite des activités académiques.

Par la suite, les autorités universitaires ont pris le relais à travers différents communiqués, pour rappeler aux étudiants que les activités académiques se poursuivent normalement et que celles qui ont été prévues ne seront en aucun cas reprogrammées.

message fermete

Les injonctions du gouvernement restent pour le moment sans impact significatif car si les cours se poursuivent dans certains établissements scolaires de la capitale et de l’intérieur du pays, le mot d’ordre du CD/USN, est largement suivi principalement au sein des différentes universités du pays. Le CD a d’ailleurs décidé de maintenir son mouvement malgré les menaces et intimidations du gouvernement selon ses membres et ce mercredi, la situation au niveau de la plupart des établissements laissent présager que la grève est bien suivie.

Avec ce bras de fer qui se profile, il y a fort à parier que la situation se dégrade davantage puisque d’autres établissements risquent de se joindre à la fronde comme c’est le cas de l’université de Maradi où les étudiants étaient déjà en débrayage depuis la semaine dernière. Ce mercredi 25 avril, plusieurs universités du pays ainsi que des écoles ont été quadrillés par d’importants dispositifs sécuritaires afin d’empêcher toute tentative de manifestations ou de perturbation des cours, ce qui risque d’amplifier les tensions. Comme c’est le cas de l’Université de Tahoua où le comité exécutif des étudiants a déjà prévenu qu’il n’acceptera pas la présence des FDS sur le campus, la crise qui a explosé sur le campus de l’Université de Niamey, risque d’embraser les autres établissements d’enseignements supérieurs du pays.

A quelques mois du début des examens de fin d’année, l’opinion assiste médusée à ce qui prend l’allure d’une véritable guerre de tranchées au regard  des positions radicales de part et d’autres. L’Association des parents d’élèves et étudiants a certes appelé les deux parties au dialogue mais pour l’heure, il n y a aucune chance que les tentatives de médiation (Médiateur national, président du Conseil national des jeunes) fassent bouger les lignes. Même le Conseil national de dialogue social (CNDS), la CNDH ou l’Assemblée nationale qui a pourtant semblé prendre conscience de l’ampleur de la situation ainsi que les associations habilitées (religieuses ou coutumières), semblent dépassées par la situation puisqu’ils répondent encore aux abonnés absents.

C’est pourtant l’avenir du pays qui en dépend…

gendarmeriecampus

A.Y.B (Actuniger.com)

 

Zeyna transfert argent bis

Commentaires  

+2 #1 caso 25-04-2018 17:11
Detrompez vous monsieur le ministre. le CASO n'est pas different du Guri. La seule difference est que le Guri a sa milice qui est notre police nationale et le CASO a ses membres.
Citer | Signaler à l’administrateur
-5 #2 MOI 25-04-2018 17:36
Je félicite le gouvernement pour les mesures de restauration de l'ordre dans nos écoles écumées par des bandes de voyous.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #3 Kimi 25-04-2018 17:55
Ils sont à la limite de leur fausse promesse maintenant il faut passé au planB
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #4 Hadi Alpha Soffo 25-04-2018 18:10
Laisser quelques individus mettre en danger l'avenir de plusieurs milliers de scolaires nigériens ne doit en aucun cas être permis ! Nous savons tous que l'unique arme d'un développement non seulement endogène mais aussi sous toutes ses coutures reste de nos jours l'éducation! Ne laissons pas notre école à la dérive juste parce que des personnes veulent retarder leurs frères
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #5 Bouraïma Souley 25-04-2018 18:23
Le gouvernement Nigérien à quel problème ?
Pourquoi le gouvernement de la renaissance vie comme Satan ?
Pourquoi les Nigériens n'ont pas le droit de revendiquer leurs droits ?
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #6 Abdel Kader Djibo 25-04-2018 18:28
Ils font honte à leurs familles, des ministres de circonstance.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 Abdoul Wahab Issaka 25-04-2018 18:50
Ah ok le bras de fer ce n est plus entre les étudiants et les enseignants donc? A ce que je sache toute cette crise émane d'un seul enseignant.. lui il est qui pour qu'il paralyse le milieu scolaire à un tel point?ah je vois c'est donc pour le gouvernement qu'il l'a fait.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #8 labizé 25-04-2018 19:19
Pourquoi cette haine viscérale envers ces jeunes. Méfiez vous la jeunesse est une bombe à retardement. Aujourd'hui 6 jeunes sur 10 détestent les actes du gouvernement. ;-) :zzz
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 Boul 25-04-2018 23:18
allah akbar, les masques sont tombées. avant d'accéder au pouvoir, le slogan c'était ''la force des arguments'' ojrdhui c'est la brutalité. si vs avez pris des engagements avec les scolaires, il faut honorer, sinon ouvrir 1 dialogue franc. c'est vtr laxisme qui a conduit à cette situation. depuis vtr arrivée au pouvoir, c'est des théories de complots : concassage des partis politiques, intimidations et division des syndicats, anéantissement des mouvements de la société civile, enfin démobilisation abattage des mouvements scolaires et estudiantines et vs voulez que le bon Dieu vs laisse faire. beaucoup d'entre vs ont passé par ces échelles (usn ,syndicat ,société civile ,parti politique ) pr devenir ce qu'ils sont.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 Géologue 26-04-2018 00:32
Oui c'est exactement un tel gouvernement que le Niger a besoin depuis fort longtemps. Aujourd'hui le Niger est véritablement un État très fort démocratique et institutionnellement. Je le soutiens fortement. Patience surtout aux autorités actuel pour des comportements d'une minorité que vous observer de jour en jour. En fait, l'autorité a longtemps était absente c'est pourquoi les Nigeriens ont du mal à comprendre ce qui se passe.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #11 Issa 26-04-2018 00:36
Aucun étudiant ne peut vous dire aujourd'hui pourquoi l'usn lutte par cette grève illimité ils se cachent dans la maxim "juste et légitime revendications" dont on ne sais laquelle véritablement.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #12 Issa 26-04-2018 00:42
C'est vraiment très injuste d'entraîner les enfants dans cette lutte. Imaginez si à chaque fois qu'une université a des problèmes c'est cette genre de situation qui va prévaloir. Le secondaire ne doit absolument pas être convert ou géré par ces syndicalistes médiocres qui lance un mot d'ordre sans consultation de la grande base et passent toute la journée à dormir.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #13 Nigérien je suis 26-04-2018 01:52
Très bonne réaction du gouvernement. Cette décision aurait due être prise il y a longtemps, tout de même il n'est pas tard.
En tant qu'étudiants, nous devons comprendre, à ce stade, que suspendre les cours pour des raisons qui ne tiennent souvent vraiment pas la route n'est nullement à notre avantage! pensons à d'autres stratégies plus souples, qui ne portent pas atteinte qu biens publics pour revendiquer "nos droits" tout en nous acquittant de "nos devoir" envers l'Etat.
Arrêtons une fois pour toute de perturber l'éducation de nos petits frères, c'est leur droit et nous devons le respecter, sinon y contribuer même entant que grands frères.
Merci monsieur les Ministres de prendre vos responsabilités face au dérapage de "vos enfants" que nous sommes et je vous prie de bien vouloir prendre en considération nos revendications, "celles légitimes bien-sur" pour une stabilité de l'école nigérienne.
Nous sommes déjà en arrière presque sur tous les plans, évitons donc de nous propulser nous même encore plus en arrière.
Nous aimons trop accuser les responsables du gouvernement mais quelle est notre part de responsabilité à nous? nous devons y penser mûrement
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #14 Emile 26-04-2018 05:57
Au vu de ce que j'ai appris sur les vils comportements et les ignobles pratiques des dirigeants de l'USN et ses démembrements, je pense qu'il est grand temps de restructurer cette association, à défaut de la désintégrer.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #15 bagague 26-04-2018 07:28
la CASO tue,viole,maltraite et escroque les étudiants et étudiantes ,et ce pendant de nombreuses années sans que justice ne soit faite pour les victimes.La CASO avait par exemple tabassé un étudiant jusqu'il soit mort et ont jeté son corps en dehors de l'université,juste parce qu'il causait avec la copine d'un de leur.
Je salue cette décision de fermeté du Gouvernement,car trop c'est trop!!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #16 Alhéri 26-04-2018 08:36
Félicitation aux deux ministres et soutien au gouvernement pour sa fermetée. Nous comprenons tous aujourd’hui que l’USN est déviée de sa mission de la défense des intérêts matériels et moraux des étudiants et scolaires pour devenir une milice de la défense de ses dirigeants et des bandits de la CASO.
Donc, il faut qu’on évolue vers la dissociation des différents groupes qui constituent l’USN à savoir les collégiens et les lycéens, les élèves des établissements professionnels, les étudiants de l’université, les étudiants des instituts privés.
Il est nécessaire et urgent de dissoudre l’USN et de demander à chaque groupe de créer son association ou son syndicat. Le gouvernement ne doit pas avoir peur de prendre cette décision qui va sauver à jamais l’école nigérienne.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #17 illla yaro 26-04-2018 10:13
bien fait monsieur le ministre il faut plus accepter les derives des caso et enseignants chercheur .qu'Allah vous benisse amine
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #18 Tawey 26-04-2018 11:09
Citation en provenance du commentaire précédent de MOI :
Je félicite le gouvernement pour les mesures de restauration de l'ordre dans nos écoles écumées par des bandes de voyous.

Ces bandes de voyous comme vous le dites ont toujours été instrumentalisées par les politiciens de tout bord (pouvoir comme opposition). Je ne crois pas que le refus de négocier soit la solution sauf si ceux d'en face optent pour la politique de l'autruche.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #19 Habibou idi Abdoul ranchid 26-04-2018 11:26
si on sais pas quoi dire mieux vaut de se taire avec les paroles drôles c'est à dire vous ne souciez pas de votre pays.on est tous des nigériens donc on a nos propre droits de revendiquer. Pourquoi on nous satisfait pas nosla lutte continue et nous nous allons vaincre..USN vive tous unis nous vaincrons. La 7eme honte le gouvernement anawaya le gouvernement de brouhaha le gouvernement de kahi kaha.les traitres à la nation les dictateurs la démagogie les voyous à la nation...les 171 bados de l'Assemblée national les 171 cochons de l'Assemblée national abas abas.abas les moustiques en rongeoces abas les cafares habillés..... Bados que vous êtes enfant de pauvre n'est pas pauvre........et toi illa yaro tu sais pas quoi dire tu te tais tu connais rien
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #20 La vérité 26-04-2018 11:55
Soyons réaliste le gouvernement ne se soucie pas de l'ecole sinon pourquoi le President ne dit rien
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #21 Maiga 26-04-2018 12:07
Moi, je constate seulement que les étudiants aujourd'hui malgré tous les efforts fournis par le gouvernement pour aider l'enseignement supérieur, ils trouvent des revendications fantaisistes pour venir parler, insulter et détruire des biens public. Un étudiant doit être un exemple de patriote. On ne peut utiliser la CASO pour torturer un étudiant parce qu'il a battu un membre de bureau auprès d'une fille ou utiliser la CASO pour torturer une fille parce qu'il a dit qu'elle n'aime pas un dirigeant de l'UENUN ou USN.
On ne peut pas laisser ces voyous a continuer comme ça.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #22 Maiga 26-04-2018 12:17
Je me rappelle en 1995 avec Hama amadou Premier Ministre, les étudiants étaient comme des mendiants, pourchassés même la nuit.
Et dans les années 2000-2003, moi j’étais étudiant a l’étranger et nous ne percevons la bourse de fois que 3 mois sur 12, toujours avec le même hama amadou comme PM.
Aujourd'hui si un seul trimestre n'est pas payé on sort on casse tout. Maintenant c'est des voyous et nous devons tous éviter de les soutenir car ils ont vraiment le nécessaire pour étudier.
Ailleurs, il n'y a pas de bourses, tout est payé par les parents.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #23 BAMUSSON TCHUNKUSUMA 26-04-2018 13:40
Qui fut le pire insolent vis-à-vis de ses pairs du gouvernement, Tandja Mamadou son tuteur politique soit-il? C'est Hama Amadou. Qui fut le plus grand dilapidateur des biens sociaux? C'est Hama Amadou. Qui usa du faux aux fausses factures et surfacturations de Zakou Djibo dit Zakaye & Cie? C'est Hama Amadou. Qui a transformé les étudiants pire que des mendiants, pourchassés jusqu'à leur dernier retranchement, sous des lits des femmes à Harobanda (l'homme de Pub, Amadou Saïdou Noura en est un témoin privilégié)? C'est Hama Amadou. Quel arrogant traita de tous les noms d'oiseau, son Pdt de la Rép, jusqu'à insulter sa collègue Ministre (Aïchatou Mindaoudou qui lui envoya deux paires de gifles en plein Conseil des Ministres)? C'est Hama Amadou. Qui se plait de coucher avec la femme de son parent soit-il? C'est Hama Amadou. Qui procède sans pitié, à la liquidation de tous ceux qui semblent constituer d'obstacle dans ses ambitions politiques? C'est Hama Amadou. Ignorant son passé, aujourd'hui, ses adeptes (élèves, étudiants et petits politiciens en paille du "FOI") s'activent à mettre le Niger à feu et à sang pour lui servir le pouvoir sur un plateau. NOUS N'EN SERONS JAMAIS D'ACCORD!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #24 Triste 26-04-2018 17:08
LA SITUATION EST GRAVE ET C'EST VRAIMENT TRISTE! LES RESPONSABILITÉS SON PARTAGÉES.
LES SCOLAIRES SONT DANS DES MAUVAISES CONDITIONS DE TRAVAIL, MAIS LEURS REVENDICATIONS DES SCOLAIRES SONT SOUVENT CAPRICIEUSES ET DÉMESURÉES. IL Y A CERTES INSUFFISANCE DE FOURNITURES, CLASSES ET FORMATEURS TANT EN QUANTITÉ QU’EN QUALITÉ, MAIS LA SOLUTION N’EST PAS DE DÉTRUIRE LES BIENS PUBLICS ACQUIS AVEC LES RESSOURCES DE LEURS PARENTS. ON REPROCHE A CERTAINS DE LEURS DIRIGEANTS D’ÊTRE PRÉBENDIERS OU DE JOUER POUR LE POLITIQUE, OPPOSITION COMME MAJORITÉ.
LES GOUVERNANTS MANQUENT DE PATRIOTISME EN REFUSANT D’AMÉLIORER LES MAUVAISES CONDITIONS DE TRAVAIL DES ÉLEVES ET LES ÉTUDIANTS. ILS S’EN FOUTENT PUISQUE LEURS ENFANTS SONT AILLEURS ET ILS NE SE SOUCIENT PAS DE L’INTÉRÊT COMMUN. SINON QUEL AVENIR POUR UN PAYS QUI NE POSSÈDE PAS D’INTELLECTUELS ET OU L’ON NE SE PRÉOCCUPE QUE D’AUGMENTER LE TAUX DE SCOLARISATION POUR SATISFAIRE LES PTF EN CRÉANT DES ÉCOLES QUE L’ON NE PEUT PRENDRE EN CHARGE, EN RECRUTANT DU N’IMPORTE QUOI COMME FORMATEURS, EN PROCÉDANT A DES PASSAGES AUTOMATIQUES ET EN MAQUILLANT LES EXAMENS POUR PRODUIRE DES BREVETÉS ET DES BACHELIERS DONT LE NIVEAU LAISSE A DÉSIRER ?
Citer | Signaler à l’administrateur
-5 #25 nostradanus 26-04-2018 22:33
[quote name="BAMUSSON TCHUNKUSUMA"]Qui fut le pire insolent vis-à-vis de ses pairs du gouvernement, Tandja Mamadou son tuteur politique soit-il? C'est Hama Amadou. Qui fut le plus grand dilapidateur des biens sociaux? C'est Hama Amadou. Qui usa du faux aux fausses factures et surfacturations de Zakou Djibo dit Zakaye & Cie? C'est Hama Amadou. Qui a transformé les étudiants pire que des mendiants, pourchassés jusqu'à leur dernier retranchement, sous des lits des femmes à Harobanda (l'homme de Pub, Amadou Saïdou Noura
va te faire foutre sale [mot censuré]d pourquoi c'est le nom de Hama qui est chaque dans tout ce qui se passe au Niger. tout le monde connait les vrai problèmes du Niger qui sont le satan de PNDS
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #26 Qui 27-04-2018 07:03
"Nous sommes dans un état de droit". Certaines personnes n'ont aucun respect pour les autres. Si on peut appeler le Niger actuel, il aura toutes les appellations sauf celle d'un état de droit. Dans tous les cas il y aura un jour où nous répondrons tous de nos actes devant Allah, faites ce que vous voulez, piétinez qui vous voulez, séquestrez qui vous voulez ce jour arrivera inévitablement.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #27 Nigérien je suis 28-04-2018 02:00
j'ai été étudiant à l'UAM et je me considère toujours comme étudiant, tout de même je déplore le comportement irresponsable des étudiants que nous sommes.
être étudiant de ne veut pas dire être au dessus de la loi car c'est exactement ce que nous, étudiants du Niger, pensons dans nos petites têtes.
je me souviens qu'un soit disant étudiant en 6eme année de médecine se permettait d'insulter un policier en service qui lui interdisait le passage dans un sens interdit tandis que tous les autres VRAIS CITOYENS respectaient l'ordre de l'agent. j'ai vraiment eu honte quand j'ai entendu ce étudiant prétendre qu'il était en 6eme année de médecine alors que dans son comportement, il n'était moins que l'exemple d'un vrai délinquant et personnellement c'est ce que je pense de lui.
chers étudiants, tout ce qui nous arrive, nous le méritons vraiment et si je peux donner un conseil, c'est que nous devons apprendre à être RESPECTUEUX pour nous faire RESPECTER et arrêtons d'être des DÉLINQUANTS de part notre attidute
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #28 ibm 28-04-2018 06:36
dans tout combat ya tjrs un prix a payer et nous sommes prets a le payer, ce gouvernement veut juste detruire notre usn le seul syndicat digne de ce nom qui reste au niger. et ce gouvernement n'est pas la pour le peuple nigerien, et celui qui n'est pas d'accord qu'il me dise un seul secteur qui marche dans ce pays. tenons encore bon camarades ce bras de fer nous allons l'emporter i.a . tous unis nous vaincrons....
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #29 Issaddiu 28-04-2018 12:05
Le seul moyen pour résoudre cette crise scolaire réside dans le dialogue. Le gouvernement doit cesser ses intimidations et inviter les scolaires pour que des solutions durables soient trouvées. Le chef de l'État qui est le magistrat suprême doit prendre ses responsabilités en mettant fin à cette crise qui n'a que trop duré.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #30 Maiga 29-04-2018 11:37
Citation en provenance du commentaire précédent de ibm :
dans tout combat ya tjrs un prix a payer et nous sommes prets a le payer, ce gouvernement veut juste detruire notre usn le seul syndicat digne de ce nom qui reste au niger. et ce gouvernement n'est pas la pour le peuple nigerien, et celui qui n'est pas d'accord qu'il me dise un seul secteur qui marche dans ce pays. tenons encore bon camarades ce bras de fer nous allons l'emporter i.a . tous unis nous vaincrons....

ibm, tu ne comprends rien en tant qu’étudiant. Ce gouvernement cherche a assainir le secteur universitaire dont la majorité des étudiants conscients savent qu'il y a des abus des dirigeants de l'usn a travers la caso. On veut des étudiants responsables, pas des bandits, des voyous, des impolis, des inconscients qui détruisent tous les biens publics mêmes ceux qu'ils utilisent. Ce gouvernement fait de son mieux et pour ton info aucun gouvernement n'a fait mieux depuis la démocratisation de ce pays. Mais beaucoup reste encore a faire.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 30/09/2020, 09:48
niamey-le-delegue-special-mouctar-mamoudou-demissionne-pour-briguer-la-presidence-du-conseil-de-ville Le Président de la Délégation Spéciale de Niamey, Mouctar Mamoudou,  a annoncé sa démission mardi...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 14:13
societe-civile-apres-6-mois-de-detention-mounkaila-halidou-maikoul-zodi-et-moudi-moussa-libres-en-attendant-le-delibere-de-leur-proces-en-appel Les 3 acteurs de la société civile Mounkaila Halidou, Maikoul Zodi et Moudi Moussa ont été libérés...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 10:07
journee-de-solidarite-coris-day-2020-coris-bank-niger-offre-des-vivres-et-du-materiel-a-plus-de-300-sinistres-de-harobanda-et-de-saga L’édition 2020 de la Journée de solidarité, « CORIS DAY », de Coris Bank International a été...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 08:48
communique-du-conseil-des-ministres-du-lundi-28-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 28 septembre 2020, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 28/09/2020, 14:47
togo-le-president-faure-nomme-victoire-tomegah-dogbe-a-la-tete-du-gouvernement Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé ce lundi 28 septembre, Mme Victoire Tomegah-Dogbé,...Lire plus...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...
Publier le 28/09/2020, 14:47
togo-le-president-faure-nomme-victoire-tomegah-dogbe-a-la-tete-du-gouvernement Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé ce lundi 28 septembre, Mme Victoire Tomegah-Dogbé,...
Publier le 27/09/2020, 21:31
fenifoot-le-francais-jean-michel-cavalli-va-s-engager-avec-le-mena-national Le technicien français Jean-Michel Cavalli vient d’arriver à Niamey où il va s’engager avec la...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 27/09/2020, 16:24
niger-des-partis-politiques-comme-s-il-en-pleuvait Niger, 147 partis politiques légalement reconnus, 21 en instance de l’être ; Côte d’Ivoire 130...
Publier le 29/09/2020, 08:48
communique-du-conseil-des-ministres-du-lundi-28-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 28 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...

Dans la même Rubrique

Société civile : après 6 mois de détention Mounkaila Halidou, Maikoul Zodi et Moudi Moussa libres en attendant le délibéré de leur procès en appel

29 septembre 2020
Société civile : après 6 mois de détention Mounkaila Halidou, Maikoul Zodi et Moudi Moussa libres en attendant le délibéré de leur procès en appel

Les 3 acteurs de la société civile Mounkaila Halidou, Maikoul Zodi et Moudi Moussa ont été libérés d’office par la justice ce mardi 29 septembre 2020, après plus de six...

Journée de solidarité « Coris Day » 2020 : Coris Bank International Niger offre des vivres et du matériel à plus de 300 sinistrés de Harobanda et de Saga

29 septembre 2020
Journée de solidarité « Coris Day » 2020 : Coris Bank International Niger offre des vivres et du matériel à plus de 300 sinistrés de Harobanda et de Saga

L’édition 2020 de la Journée de solidarité, « CORIS DAY », de Coris Bank International a été célébrée le samedi 26 septembre 2020 à Niamey.  A cette occasion, les agents du groupe...

Lutte contre la Covid 19 : le groupe Orano renforce les capacités opérationnelles du CERMES

24 septembre 2020
Lutte contre la Covid 19 : le groupe Orano renforce les capacités opérationnelles du CERMES

Dans le cadre du soutien aux autorités dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, le groupe Orano Mines Niger vient d’offrir un important don au centre de Recherche Médicale...

Ethique et Bonne gouvernance : les Douanes nigériennes à l’école du Programme Anti-corruption et Promotion de l'Intégrité de l’Organisation Mondiale des Douanes (A-CPI/OMD)

23 septembre 2020
Ethique et Bonne gouvernance : les Douanes nigériennes à l’école du Programme Anti-corruption et Promotion de l'Intégrité de l’Organisation Mondiale des Douanes (A-CPI/OMD)

Niamey abrite, du 22 au 23 septembre 2020, la première réunion des contributeurs internes et externes du Programme Anti-corruption et Promotion de l’Intégrité des douanes (A-CPI) de l’Organisation Mondiale des...

L’AJ-SEM Niger pose les jalons d’un cadre de dialogue et de collaboration entre FDS et acteurs des médias

23 septembre 2020
L’AJ-SEM Niger pose les jalons d’un cadre de dialogue et de collaboration entre FDS et acteurs des médias

A l’issue d’une riche journée d’échanges acteurs des médias et forces de défense et de sécurité ont formulé la nécessité de créer un mécanisme formel de collaboration entre eux pour...

Marathon Day du Groupe Bolloré : au Niger, l’édition 2020 en solidarité avec les victimes des inondations

18 septembre 2020
Marathon Day du Groupe Bolloré : au Niger, l’édition 2020 en solidarité avec les victimes des inondations

Comme chaque année depuis 2016, les collaborateurs du groupe Bolloré ont répondu présent au « Marathon Day », une course de solidarité qui vise à lever des fonds en faveur de ceux...