lundi, 15 octobre 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

uam mitchell

A la suite des violentes échauffourées ayant opposées les étudiants et les forces de l’ordre ce mercredi 18 avril à Niamey, le gouvernement a décidé de fermer le campus universitaire jusqu’à nouvel ordre. Dans un communiqué, le ministre des enseignements supérieurs, Yahouza Sadissou, a souligné que « malgré les concessions faites par le gouvernement et son ouverture au dialogue, les étudiants et élèves ont choisi de passer aux actes de vandalisme».

Selon le ministre, ces actes ont occasionné un bilan provisoire de  6 véhicules du rectorat vandalisés,  des dégâts importants sur le bâtiment principal du Rectorat ainsi que plusieurs blessés à la suite de l'intervention des forces de l'ordre. « Devant cette situation de trouble et de violence, le gouvernement a pris la décision de la fermeture, jusqu’à nouvel ordre, du Campus universitaire et de toutes les cités annexes de Niamey à compter de ce jour 18 avril 2018 » précise le communiqué. Toutefois, le ministre assure que les facultés et le restaurant universitaire restent ouverts et le transport sera régulièrement assuré afin de garantir la poursuite des activités académiques.

« Le campus et les cités annexes seront rouverts dès que les conditions de quiétude seront rétablies » a conclu le communiqué du gouvernement qui ajoute par ailleurs qu’une enquête sera diligentée et « les auteurs de ces actes de vandalisme seront identifiés et punis conformément aux lois et règlements en vigueur ».

Fermeté

Comme en 2017 donc à la suite des tragiques évènements du 10 avril, le gouvernement a décidé de jouer la fermeté. La situation reste très tendue avec de nombreux blessés enregistrés au cours de la journée dont au moins trois (3) cas graves confirmés et admis aux urgences des deux hôpitaux nationaux de Niamey. Selon nos sources, les étudiants avaient jusqu’à 18H00 pour récupérer leurs affaires au niveau des différentes cités situées sur le campus.

La décision des autorités de fermer le campus universitaire vise certainement à contenir les violentes manifestations qui ont commencé depuis la matinée à la suite du mot d’ordre de grève de 72H lancé par le CD/USN pour exiger la satisfaction de ses doléances par le gouvernement. Toutefois, l’annonce de cette décision a été largement dénoncée par l’opinion en raison notamment des milliers d’étudiants qui risquent de se retrouver dans la rue.

En cette fin de journée, le campus universitaire a été placé sous la garde d’un imposant dispositif sécuritaire et au regard de la tension, il est peu probable que les activités académiques se poursuivent comme l’assure le gouvernement.

communique gouv fermeture campus univ

communique gouv fermeture campus univ bis

A.Y.B (Actuniger.com)

Commentaires   

+3 #1 MOI 18-04-2018 19:29
C'est le mieux à faire.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 MOI 18-04-2018 19:29
C'est le mieux à faire.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 papus 18-04-2018 19:53
Honte aux belligérants et vive les scolaires nigériens.la nation ou la mort nous gagnerons.aba aba aba la démarche assassine
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #4 Papou 18-04-2018 21:33
:roll: qu'allah nous viens en aide amine
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #5 Dan Kassa 18-04-2018 22:19
ils (les étudiants) ont eu le culot de saccager les locaux du Rectorat.du jamais vu. ils sont partis loin ces enfants -là. Que Dieu ramène à la raison cette race d'étudiants.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #6 Dan Kassa 18-04-2018 22:28
En 1990, au regard de la permanence des grèves estudiantines, le Professeur Abdou Mounmouni, paix à son âme, disait "je ne vous empêche pas d'aller dans la rue manifester, je sais que vous serez tabassé, mais de grâce après reprenez le chemin des facultés". une façon de dire qu'avant tout il faut sauver l’académique. cette culture a disparu de nos jour dans le mental collectif des étudiants actuels. c’était en des moments où les structures estudiantines et scolaires étaient animés par des "carriéristes"
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 niger 19-04-2018 00:57
Recteur ou ministre et même gouverneur n ont aucune maturité d esprit tous ceux ci pourrait être évité en fin se fou de président qui vol l opposition par tous
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #8 Nigerien 19-04-2018 01:00
Dan kassa koh dan j ne sais koi, va
Pourir dans ton coin griot. T'en sais quoi de la sityatsituations des etudiants et comment ose tu comparer le chercheur Abdou moumouni à ces vauriens d'enseignants qui ne font que régresser ce pays par leur médiocrité légendaire. Y'en a qui sont docteurs depuis plus de 28 ans sans devenir mm pas maitre de conférence et pir sans jamais publier un article. Tellement médiocres qu'ils sont, ils n'avancent et ils empêchent aux étudiants d'avancer. Aujourd'hui UAM ne fait pas la promotion de l'excellence, les étudiants n'ont pas la chance de postuler aux bourses étrangères car étant victimes de la méchanceté des vauriens
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #9 TMM 19-04-2018 07:37
On ferme le campus et les dortoires mais les cours continuent, Ca veut dire que les exclus restent exclus
A L `USN de revoir sa copie : lutter pour l integration des exclus ou sauver l `annee academique
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #10 Dan-AÏR 19-04-2018 08:13
« Nigérien » je suis d'accord avec toi, ces enseignants cherchés (pas chercheurs) sont mauvais et méchant.
En 2017, un camarade m'a raconté son histoire quand il a voulu faire son doctorat. Après 4 ans des travaux, il a été bloqué par un enseignant X (autiste et fou). Il n’a pas pu avoir l’aide des autres enseignants (et même le rectorat), sous prétexte que enseignant X est un super-enseignant à Université (X n’écoute personne, personne ne peut lui parler ou prendre son ancien stagiaire)
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #11 CK 19-04-2018 08:32
C'est un cercle infernal: mauvaises conditions de vie et d'études-manifestations violentes-répressions-fermeture du campus-recherche de solution. Pouvoir et étudiants soyez plus regardants pour sauver ce qui peut l’être car de toute façon ce pays nous appartient tous et son développement passe impérativement par la prise en compte de cette frange importante de la population qu'est la jeunesse. Tous ensemble prions pour ce pays
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 ZAMAN KOULOUM LAFYA 19-04-2018 09:59
monsieur le Ministre vous avez vu de vos yeux qu'on ne règle pas un conflit en écartant une des parties au conflit . Jamais de mémoire de nigérien ou sur terre on n'a vu un conflit où la solution est arrivée en mettant de coté celui qu'on considère le plus faible . Il faut peut être faire pression sur le plus fort pour qu'il puisse faire un pas vers la solution . on dit couramment que c'est ce qu'on peut qu'on peut laisser à dieu . C'est dire donc que vous avez passer à coté de la solution . demandez tous simplement à celui qui est agressé de retirer sa plainte et aux étudiants de demander pardons .
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 TOTO A DIT 19-04-2018 12:32
"Nous n'aurons pas de raison d'être à la tête de ce pays si nous ne préparons pas l'avenir à cette jeunesse qui monte" dixit GENERAL SEYNI KOUNTCHÉ :zzz ;-)
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 Maimouna 19-04-2018 14:13
Dans cette crise personne ne gagne.le mieux à faire les étudiants doivent privilégier le dialogue et non la force.quils n'oublient pas qu'ils sont les futurs cadres de demain.la violence ne mène à rien.cest pourquoi je demande à tous les acteurs de privilégier le dialogue gage d'un développement radieux.la méthode de lutte des étudiants est révolue dans un État de droit mes amis.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #15 Djambeydou 19-04-2018 14:17
l'Université est une maternité du savoir et c'est pourquoi les étudiants doivent utiliser leur savoir pour revendiquer leur droit.mais revendiquer par la violence , çà c'est pas normal.cette méthode de lutte est révolue mes frères.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #16 MOCTAR issaka 19-04-2018 14:23
Depuis des années les étudiants ne revendiquent que la bourse et le restau alors que le vrai problème de l'Université de Niamey c'est sont les enseignants chercheurs et non le gouvernement comme beaucoup le pensent.ils bloquent les enfants du peuple.dites moi combien des enfants rentrent à l'Université par an et combien sortent avec leur diplôme ? Voilà le vrai problème.le vrai combat c'est combattre cette autonomie des enseignants au nom de laquelle l'avenir des enfants du peuples est confisquée pour des intérêts égoïstes et personnels.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #17 Dandize 20-04-2018 11:49
Il paraît que la plupart des enseignants chercheurs sont de gouri dont la devise est de détruire ce pauvre Niger.Ils pensent que la brutalité le mépris des enfants du bas peuple sont les seuls indicateurs du développement au Niger.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #18 Ekhyni 21-04-2018 01:56
Que Dieu nous donne la force pour renversé ce foutu gouvernement. Ameen
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

EXE-promo-decodeur-internet-265x285 (2).jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

FRONT SOCIAL : déclaration de presse du Cadre de concertation et d'actions citoyennes

14 octobre 2018
FRONT SOCIAL : déclaration de presse du Cadre de concertation et d'actions citoyennes

Les organisations membres du Cadre de concertation et d’actions citoyennes, réunies à l’effet de dresser le bilan de la journée d’actions citoyennes du 6 octobre et examiner les derniers développements...

SOMMET FRANCOPHONIE 2018 : Aissatou Adamou Noma, « Ana Tchanga », sacrée meilleure « Jeune entrepreneure francophone »

10 octobre 2018
SOMMET FRANCOPHONIE 2018 : Aissatou Adamou Noma, « Ana Tchanga », sacrée meilleure « Jeune entrepreneure francophone »

Les nigériens ont du talent ! Notre compatriote, Aissatou Adamou Noma, « Ana Tchanga, vient de le prouver encore une fois en remportant l’édition 2018 du Prix de la jeune entrepreneure francophone. ...

JAC : la pression de la société civile ne faiblit pas, la mobilisation montre des signes d’essoufflements

7 octobre 2018
JAC : la pression de la société civile ne faiblit pas, la mobilisation montre des signes d’essoufflements

Le Cadre de concertation et d'action citoyenne (CCAC), a tenu ce samedi 6 octobre, sa 20ème Journée d'Action Citoyenne (JAC). A Niamey, la manifestation s’est comme d’habitude traduite par un...

AFFAIRE CRENI MAGARIA : MSF apporte son soutien à Dr Anne Pittet, et confirme son alerte sur la gravité de la situation

6 octobre 2018
AFFAIRE CRENI MAGARIA : MSF apporte son soutien à Dr Anne Pittet, et confirme son alerte sur la gravité de la situation

C’est un démenti en bonne et due forme que Médecins Sans Frontières (MSF), vient d’adresser au gouvernement du Niger dans l’affaire du « Creni de Magaria ». Dans un communiqué qu’elle vient...

Relaxe pour les acteurs de la société civile, Maikoul Zodi, Ibrahim Diori et Ibrahim Tanko emprisonnés depuis avril

5 octobre 2018
Relaxe pour les acteurs de la société civile, Maikoul Zodi, Ibrahim Diori et Ibrahim Tanko emprisonnés depuis avril

La justice nigérienne a relaxé vendredi trois acteurs majeurs de la société civile du Niger, emprisonnés depuis avril après une manifestation interdite contre la loi de finances, a annoncé leur...

AGADEM : encore une nouvelle découverte de pétrole au sud-est du Niger

5 octobre 2018
AGADEM : encore une nouvelle découverte de pétrole au sud-est du Niger

  Vendredi, le britannique Savannah Petroleum a annoncé sa cinquième découverte consécutive d’huile sur le contrat de partage de production R3 / R4 dans le bassin de l'Agadem, au sud-est...