dimanche, 22 juillet 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

MRN vs JAC min

Les nigériens ont encore battu le pavé,  ce weekend à Niamey et dans les autres grandes villes du pays, pour manifester leur contestation ou leur soutien à la loi des finances 2018 et au régime d’Issoufou Mahamadou.

A Niamey, c’est la 5e journée d’action citoyenne (JAC) du Cadre de concertation des organisations de la société civile qui était au programme de ce dimanche 7 mars. Comme c’est le cas pour la précédente, cette nouvelle manifestation a enregistré une importante mobilisation. Les manifestants étaient sortis en masse pour prouver leur rejet de la loi des finances 2018, la mauvaise gouvernance ainsi que la présence des forces étrangères. La manif de ce 11 mars était d’autant plus particulière pour la société civile qu’elle sonne comme une réponse à celle organisée une semaine plutôt, le 4 mars dernier, par la mouvance présidentielle. « Démonstration de force » contre « démonstration de force » et si au regard des deux manifestations, il va sans dire que « la marche du pouvoir » a réunit plus du monde, celle de ce dimanche a aussi son principal intérêt. Du coté des organisateurs, on met en effet en avant le fait que « c’est une mobilisation désintéressée et donc citoyenne ». « Nous n’avons pas eu à payer et à transporter les gens, contrairement aux partis de la majorité,  pour qu’ils sortent manifester et témoigner leur colère contre le régime actuel»  a déclaré à actuniger, un membre du Collectif de la société civile qui se dit « très satisfait de cette manifestation ».

Comme c’est le cas pour les précédentes éditions, une déclaration a sanctionné la manifestation lors du meeting qui s’est tenu à la Place de la concertation. Le Collectif a réitéré ses revendications et a répondu à certaines déclarations du gouvernement et des partis de la majorité tout en promettant de poursuivre la lutte. La prochaine journée d’action citoyenne est prévue pour le dimanche 25 mars prochain et le 15 mars, journée internationale des consommateurs, un mot d’ordre de « JOURNEE VILLE MORTE » a été déjà lancé par la société civile.

A L’INTÉRIEUR DU PAYS AUSSI, LE FRONT SOCIAL EN ÉBULLITION

Dans les autres grandes villes du pays aussi, c’est presque au même scénario qu’on a assisté avec des cas assez rocambolesques et qui frisent parfois la comédie comme à Zinder et à Maradi ainsi et surtout à Dosso.

jacdoss

jac11marsny3

Dans la deuxième ville du pays, ZINDIER, où la société civile locale manifestait depuis le début de la contestation, la manifestation du samedi 10 mars a été perçue comme une réponse cinglante de la majorité face aux détracteurs du régime. A travers une gigantesque mobilisation qui a nécessité l’acheminement et la prise en charge des manifestants de plusieurs localités environnantes, les partis de la MRN et de l’APR ont fait une véritable démonstration de force populaire. La réponse ne s’est pas faite attendre puisque ce dimanche 11 mars, et de l’avis général, la manifestation était encore plus impressionnante que celle de la veille. « C’est du jamais vu pour une manifestation non politique, les gens avaient vraiment envie de montrer que la manifestation d’hier n’était qu’une illusion » a témoigné un participant présent à la marche suivie de meeting sui s’est cette fois terminée à la Tribune officielle contrairement aux autres éditions où c’était devant le siège du gouvernorat.

Dans la capitale économique, MARADI, c’est aussi la même prestation des deux camps à la différence que la mobilisation du samedi 10 mars à l’appel des partis de la mouvance présidentielle, était plus importante que celle de ce dimanche 11 mars de la société civile. « Ce n’est que la seconde fois qu’on nous autorise à manifester mais déjà la mobilisation ne cesse de s’amplifier de jour en jour » explique un des cadres locaux du Collectif de la société civile à actuniger.

Le cas le plus rocambolesque, c’est dans la cité des Djermakoyes. Ce dimanche, Dosso a connu simultanément deux manifestations. La première est celle du collectif local de la société civile, lequel n’est pas à sa première manifestation. La seconde, c’est celle de la majorité présidentielle qui s’est tenue en parallèle presque même si  en d’autres endroits. Là aussi, un défi pour les deux camps qui a consisté à  dégager, lequel des deux camps a mobilisé plus de manifestants.

A Agadez, après la marche de soutien du weekend dernier, la société civile locale a été pour la première fois autorisée à manifester. Un simple sit-in au cours duquel les participants ont rendu public leur plate-forme revendicative, laquelle en plus de s’approprier les doléances nationales de la société civile, comprend aussi des revendications locales. Au rang de ces dernières, la mauvaise gestion des ressources minières dont la région en regorge notamment l’uranium exploité par AREVA et ses filiales.

jac11marsny4

A.Y.B Actuniger.com

Commentaires   

0 #1 nouhou 11-03-2018 17:41
avec ces manifestations et contre manifestations, nous sommes en train de dénigrer notre pays à la face d monde qui nous observe. Et le pouvoir et la société civile, chacun affirme disposer du maximum de manifestants. Au lieu de nous attarder sur une question de loi des finances 2018, sortons les vrais problèmes de ce pays et mettons-les sur une table de négociations pour en trouver les solutions (problèmes politiques, économiques et sociaux, rien ne doit être ignorer). Un consensus autour de ces problèmes est plus que nécessaire si l'on veut réellement faire avancer ce pays vers le progrès. Le pouvoir et la société civile ne jouent qu'à l'enfantin, un jeu qui ne fera jamais progresser le pays, si non l'enfoncer davantage.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 Saddick Bouba Kar 11-03-2018 17:58
Quand on emprunte de l'argent vous dites on endette ce pays et quand on cherche une alternative vous vous rebellez. Vous voulez quoi au juste les Nigériens?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Dromadaire 11-03-2018 18:14
Il ne s'agit pas de négocier ici, la société civile du Niger est bien dans son rôle défendre les intérêts de la population qu'elle représente. Ce au gouvernement de solliciter une négociation avec les OSC bien que selon la déclaration de la semaine, il ne semble pas être prêt pour une telle éventualité. En ce qui concerne l'image du pays a l'extérieur, nul besoins de manifestations pour la salir car elle l'est déjà par son rang IDH peu aviable et la pauvreté ambiante qui risque de s'approfondir au vu de cette malencontreuse LF 2018.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Oumarou Hima Issaka 11-03-2018 18:45
La rue a parlé, pas besoin de partager des 1000f pour mobiliser les gens comme le fait certains
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #5 Djibril Ousmane OXy Moussa 11-03-2018 18:49
Que la lutte continue,je confirme on a va toucher la cible.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #6 Soucieux 11-03-2018 20:09
Que Dieu bénisse les N Arzika ,A.I M T ...etc toute société civile indépendante
De leurs luttes pour le bonheur du peuple Nigérien. Ameen
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #7 Vérité 11-03-2018 20:21
La marche de la société civile à fait plus de monde que celle de la MRN. donc peut on renoncer à cette loi de finances messieurs le ministre. Veuillez m excuser si j ai fait mal.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #8 Dan Fada. 12-03-2018 00:39
Juste pour vous encourager la vraie Société Civile.Du courage!
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #9 JAC 12-03-2018 09:41
SVP arrêtons d'encourager le faux, le mensonge et la malhonnete dans la presse. Ayons le courage de dire la vérité: la marche des nigeriens du 11 mars n'a rien de comparable à la marche du bétail du 4 mars. Ce n'est un secret pour personne. Félicitations à la société civile et aux differents front de l'opposition qui ont honnorés de leur présence cet évènement marquant de l'histoire de notre pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 VISION 12-03-2018 09:43
IL Y A LE PEUPLE ET LE "peple"
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 VISION 12-03-2018 12:44
le "peple" c'est des grands boubous claires bonnet bien habillé... Et le peuple c'est des chemises froissées manches retroussées et pantalon... bref comparer vous meme les photos...
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #12 dogo 12-03-2018 13:29
une société manipulée par une opposition; est en voix d écheque.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 Histoire 14-03-2018 08:33
L'histoire nous apprend ce qui s'est passée autre fois. La revendication oui, mais la société civile perd sa raison en demandant au gouvernement de quitter. Et qui le remplace? Nouhou Arzika remplace Issoufou, c'est ça???
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 gaskia 14-03-2018 11:04
alh yakamama talak amin kuma yanatareda maigaskia
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #15 Hankali 15-03-2018 08:06
Ah oui, quelle victoire! Félicitations encore aux Nouhou Arzika
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #16 Ilimi karhi 15-03-2018 08:08
Nous demandons au Président de la République d'agir en bon père de famille. Nous respectons Pr Issoufou, il faut composer avec la société civile et trouver une solution.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

 

265x285 C Jeunesse2018 Niger

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Attaque de Boko Haram au Tchad: des hommes tués et des femmes enlevées

22 juillet 2018
Attaque de Boko Haram au Tchad: des hommes tués et des femmes enlevées

Au Tchad, plusieurs personnes ont été tuées, dans la soirée du jeudi 19 juillet, sur la rive nord du lac Tchad, côté Tchad et non loin du Niger, lors d’une...

Dix membres de Boko Haram tués dans le sud-est du Niger

22 juillet 2018
Dix membres de Boko Haram tués dans le sud-est du Niger

  L'armée du Niger a annoncé samedi avoir tué «dix terroristes», après avoir repoussé une attaque d'une de ses positions par le groupe djihadiste Boko Haram dans le sud-est du...

13 morts et plus de 17 000 sinistrés après des inondations

22 juillet 2018
13 morts et plus de 17 000 sinistrés après des inondations

Treize personnes sont mortes au Niger dans des inondations dues à de fortes pluies, ont annoncé jeudi les Nations unies. « À la date du 18 juillet », les intempéries ont fait...

Communiqué de presse conjoint : Niger. Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort, doivent être libérés immédiatement et sans condition

20 juillet 2018
Communiqué de presse conjoint : Niger. Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort, doivent être libérés immédiatement et sans condition

Niger. Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort, doivent être libérés immédiatement et sans condition ·      Délibéré du verdict de leur procès ce 24 juillet ·      Des peines allant de la...

TAHOUA : Inondations dans plusieurs quartiers A la suite de pluies diluviennes enregistrées, de dimanche à lundi

16 juillet 2018
TAHOUA : Inondations dans plusieurs quartiers A la suite de pluies diluviennes enregistrées, de dimanche à lundi

Une centaine de maisons se sont effondrées à Tahoua (Centre) suite aux inondations provoquées par les pluies diluviennes qui se sont abattues dimanche sur la ville.Les inondations ont concerné plusieurs...

Ouverture du procès de l’activiste Lirwana Abdourahamane

16 juillet 2018
Ouverture du procès de l’activiste Lirwana Abdourahamane

Au Niger, l’avocat et l’activiste de la société civile, Lirwana Abdourahamane, se trouve à nouveau devant les juges. Il est poursuivi, cette fois, pour outrage à un magistrat. S’il est...