jeudi, 22 octobre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


falamata-aouami

Licenciée pour avoir dénoncé des pratiques frauduleuses au sein de la Banque agricole du Niger, Falamata Aouami est aujourd’hui poursuivie par son ancien employeur.

 

Zeyna transfert argent bis

Elle avait toutes les cartes en main pour réussir une brillante carrière dans la banque : un master 2 en audit et contrôle de gestion obtenu au prestigieux Centre africain d’études supérieures en gestion (Cesag, à Dakar), une solide expérience professionnelle et, à seulement 32 ans, un poste de directrice de l’audit et de l’inspection des services. Pour gravir les échelons, Falamata Aouami n’avait qu’une chose à faire : feindre de ne rien voir des pratiques déviantes au sein de la Banque agricole du Niger (Bagri), son employeur.

Pour s’y être refusée, la jeune femme a été brutalement débarquée en mai 2015. « J’ai découvert que la banque, après quatre années d’existence, ne disposait que de 3,374 milliards de francs CFA de fonds propres [soit 5,1 millions d’euros], pour un capital social 10 milliards de francs CFA. Je me suis dit qu’il y avait un problème et que je devais tirer la sonnette d’alarme », raconte-t-elle d’une voix posée.

« Créances douteuses »

Pensant bien faire en exerçant la vigilance prévue par ses fonctions, Falamata Aouami se penche également sur la politique de crédits tous azimuts de la banque. « J’ai découvert que de nombreux crédits n’étaient pas recouvrés et que certains avaient été octroyés sans garanties minimales. Pire, d’autres crédits étaient devenus des créances douteuses. Là encore, j’ai décidé de ne pas fermer les yeux », explique l’ancienne employée de la Bagri.

« TU ES MALADE ! TU NE PEUX PAS SCIER LA BRANCHE SUR LAQUELLE TU ES ASSISE »

Pour ne rien arranger à son sort, Falamata Aouami se penche par ailleurs sur une autre pratique peu orthodoxe : les écarts de caisse. En clair, la différence entre ce qui existe réellement et ce qui aurait dû exister. « En comptabilité, argumente-elle, l’écart de caisse traduit une situation anormale. Or j’en avais régulièrement, notamment à Maradi [la capitale économique]. Avec mon équipe, j’ai monté une mission à l’agence de Maradi pour y voir plus clair. Sur place, j’ai découvert que la situation était bien plus grave que je ne le pensais. »

De retour à Niamey, la jeune directrice de l’audit et de l’inspection des services rédige un rapport sévère sur le cas particulier de l’agence de Maradi et fait part de ses inquiétudes quant à la gouvernance générale de la banque. Pour toute réponse, on lui dit : « Il ne faut pas que ça sorte », puis « Tu es malade ! Tu ne peux pas scier la branche sur laquelle tu es assise ». Falamata Aouami raconte : « Je n’ai pas cédé, j’ai demandé qu’on prenne les dispositions nécessaires pour éviter la catastrophe vers laquelle nous allions. »

Invitée à se taire

Pour sa hiérarchie, déjà très agacée par ses commentaires sur la politique d’octroi et de recouvrement des crédits, la jeune directrice est allée trop loin avec sa mission d’inspection et son rapport sur l’agence de Maradi. Il faut sévir. L’ensemble de la haute direction est ainsi convié, le 4 mai 2015, pour passer au peigne fin le rapport et les recommandations d’audit. Au bout de trois heures d’échanges, une tendance générale se dégage : il faut étouffer ce rapport et tout faire pour que les organes de contrôle externe, notamment la Commission bancaire de l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA), n’en entendent jamais parler.

Falamata Aouami est invitée à se taire : elle n’a rien vu des irrégularités. Mais la jeune femme n’est pas d’accord et le fait clairement savoir lors d’une réunion à laquelle assiste le directeur général de la Bagri, Abdoulaye Djadah. Quarante-huit heures plus tard, elle reçoit une lettre l’informant qu’elle est mise à la disposition de la direction des ressources humaines. Puis, le 7 mai, une demande d’explications. Entre-temps, son compte professionnel a été désactivé. Chaque matin, elle doit pointer chez le directeur des ressources humaines pour trouver un bureau vide sur lequel elle peut poser ses affaires. Cet acharnement lui vaudra finalement une période d’arrêt maladie.

DANS LES ANNÉES 1980, SON PÈRE, MAGISTRAT, AVAIT CROISÉ LE FER AVEC SEYNI KOUNTCHÉ

Mais, à peine est-elle revenue, qu’elle est déférée, le 28 mai 2015, devant un conseil de discipline comprenant le directeur des crédits, le directeur comptable et deux responsables mis en cause dans ses rapports : si elle veut éviter toute sanction, lui dit-on, elle doit reconsidérer le contenu de ses rapports et présenter des excuses au directeur général, qui serait alors prêt à passer l’éponge. La jeune femme ne lâche rien, et elle a de qui tenir. Pour défendre son impartialité de magistrat, Mamadou Malam Aouami, son père, n’avait-il pas croisé le fer, dans les années 1980, avec Seyni Kountché, chef de la junte qui dirigea le Niger de 1974 à 1987 ?

Hélas, le 29 mai, le couperet tombe brutalement. Falamata Aouami est licenciée de la Bagri pour « fautes graves », sans indemnité ni préavis, ni même un certificat de fin de collaboration. Dans l’épreuve, le réconfort ne viendra ni de l’inspection du travail, qu’elle avait pourtant saisie très tôt, ni du conseil d’administration de la banque, auquel elle a écrit, ni de la Commission bancaire de l’UMOA ou du gouverneur de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), qu’elle a également contactés. Il ne lui reste plus, en dernier recours, que la justice.

Seule face aux juges

Le 31 décembre 2015, après plusieurs renvois, le tribunal de Niamey examine finalement le litige entre la jeune directrice et la Bagri, qui a vu défiler en quatre années trois directeurs généraux. La sentence est sévère pour l’employeur : 400 millions de francs CFA de dommages et intérêts (610 000 euros). Mais comme rien ne se passe jamais comme prévu dans ce dossier, la décision du juge ne sera disponible qu’en mai 2016, soit six mois après son prononcé.

Entre-temps, le montant de l’indemnisation est ramené de 400 millions à 13 millions de francs CFA (20 000 euros), tandis que le juge part en disponibilité et que l’ensemble du dossier disparaît des greffes du tribunal de Niamey… Il aura fallu que la lanceuse d’alerte saisisse l’inspection des services judiciaires du ministère de la justice pour que le dossier réapparaisse et soit finalement transmis à la cour d’appel de Niamey.

Sur le chemin, Falamata Aouami a perdu son avocat à la suite d’un litige sur le montant des honoraires. C’est donc seule que la lanceuse d’alerte comparaît, le 10 novembre 2016, devant les juges chargés de statuer sur la décision rendue en première instance, qui ne satisfait aucune des deux parties. Le 12 janvier 2017, la cour confirme la décision favorable à la lanceuse d’alerte en condamnant la Bagri à lui verser 13 millions de francs CFA : 5 millions au titre des indemnités de licenciement et 8 millions de dommages et intérêts.

Depuis, Falamata Aouami a décidé de tourner la page, sans regrets mais avec beaucoup d’amertume face à l’indifférence de tant d’institutions devant les « arrangements » de son ex-employeur avec l’orthodoxie bancaire. Au Plateau – un quartier résidentiel de Niamey –, elle tient désormais une sandwicherie, bien nommée « Lanceur d’alerte », qui propose le wayna, beignet traditionnel typique de l’est du Niger. La Bagri, quant à elle, n’a visiblement pas abandonné la partie : elle vient d’assigner en justice son ex-directrice de l’audit et de l’inspection des services, pour « crédits professionnels impayés ».

 

Seidik Abba contributeur

Le Monde Afrique, Niamey, envoyé spécial

Zeyna transfert argent bis

Commentaires  

+3 #1 Chic Chic 06-05-2017 06:06
M. Abba, nous sommes fires de vous car vous êtes un grand journaliste. Je sais aussi que vous avez voulu augmentez la charge emotionnelle de votre recit en évoquant le nom de l'Illustre et integre President Kountché. Mais le respectable Magistrat Aouami a croisé le fer avec Kountché ? Un grand professionals comme vous ne doit pas salir une reference nationale comme Kountché sans cause juste pour defendre la cause (certes juste) d'une cousine.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #2 Mourtalla 06-05-2017 12:07
La Bagri est une banque qui est appelé à fermer. Cette banque politique à tous les problèmes de ce monde.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #3 Dis la vérite!! 06-05-2017 13:51
C'est cela qui est tres rare dans les institutions aussi publiques que privées!Beaucoup de cafouillages et beaucoup de "tais-toi"! Ce n'est pas pour rien que ca n'avance pas.Tout celui qui cherche à bien faire,à etre juste,on ne manque quoi lui faire pour le faire partir!!La situation est tres lamentable.Seul Allah peut sauver notre cher pauvre pays!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #4 Habbah 06-05-2017 22:35
Si tous les Nigériens conscients et profondément patriotes pouvaient suivre l'exemple de cette Nigérienne digne et courageuse, notre pays allait vraiment progresser et surtout les geénérations suivantes allaient hériter d'une MENTALITÉ honnête et courageuse. Mais hélas!!!
Depuis quelques décénies,la mentalité ne fait que sombrer dans l'immoralité, le mensonge, et ledétournement des BIENS PUBLICS. Harram!
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #5 Dan Daji 07-05-2017 09:33
"DANS LES ANNÉES 1980, SON PÈRE, MAGISTRAT, AVAIT CROISÉ LE FER AVEC SEYNI KOUNTCHÉ"
C'est un tantinet exagéré, Kountché aimait les cadres intègres. Du coup, je vois mal pourquoi croisera t-il le fer avec Mr Aouami si tant est que ce dernier était ''CORRECT''.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #6 Gaji 07-05-2017 10:15
Courage
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #7 Modibo 08-05-2017 07:56
Si elle est réellement experte comme décrit par le journaliste, elle ne peut pas se convertir en vendeuse de sandwich. De grâce, le Niger n'est pas maudit au point ou elle ne peut plus trouver de boulot alors qu'elle n'a rien fait de mal. Sinon que sont devenus les auteurs du rapport? Un directeur ne rédige pas seul un rapport. Il y a d'autres raisons à son licenciement, à mon avis.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 ok 08-05-2017 08:25
Citation en provenance du commentaire précédent de Dan Daji :
"DANS LES ANNÉES 1980, SON PÈRE, MAGISTRAT, AVAIT CROISÉ LE FER AVEC SEYNI KOUNTCHÉ"
C'est un tantinet exagéré, Kountché aimait les cadres intègres. Du coup, je vois mal pourquoi croisera t-il le fer avec Mr Aouami si tant est que ce dernier était ''CORRECT''.


Ton Kountché avait aussi protégé certains (ex: affaire mairie) et il a profité d'une époque, un point et c'est tout.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 seng 08-05-2017 14:39
Salut Mr le journaliste. C'est bien ton écrit, mais il faut avoir du respect pour les références nationales comme le défunt président Kountché. Je te rappelle tout simplement que la junte c'est le CMS qui n'a pas dirigé le Niger de 1974 à 87
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #10 moi mm 08-05-2017 17:21
Le Niger? seul Dieu a ton médicament
Citer | Signaler à l’administrateur
-5 #11 azonto 09-05-2017 00:12
To kaji.....
c'est fameux jouraleux a ecrit tous ce gros recit pour deux raisons;
1) Avoir gratuitement accés a ces sandwich
2) Ou parce qu'il pense lui plaire pour la ...............
Ne te fou pas des lecteurs aussi triste que la vie est un expert ne peut jamais tombé a ce point
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 DANLADI 12-05-2017 08:28
Je salue le courage de ma sœur Falamata,et l'encourage à persévérer dans son honnêteté.Ce pays est pourri de cette façon dans toutes institutions Étatiques comme privées.Dès que tu déniches la tricherie,tu es mis à l'écart.Le faux et rien que du faux!C'est tout ce qu'il y a dans ce pays/
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

campagne nouvelles chaines ACTU NIGER 800 800 pixels

Top de la semaine

Publier le 21/10/2020, 22:15
infrastructures-routieres-inauguration-officielle-de-la-route-illela-bagaraoua-region-de-tahoua Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a procédé mercredi, 21 octobre...Lire plus...
Publier le 21/10/2020, 16:23
direction-generale-des-douanes-vulgarisation-du-nouveau-code-des-douanes-et-de-ses-principales-innovations La Direction générale des Douanes (DGD) a organisé le mardi 20 octobre 2020 à Niamey, un atelier de...Lire plus...
Publier le 20/10/2020, 22:32
sahel-central-1-7-milliard-de-dollars-d-aide-humanitaire-promis-par-les-bailleurs-de-fonds-onu Les bailleurs de fonds ont annoncé  ce mardi 20 octobre 2020, plus de 1,7 milliard de dollars...Lire plus...
Publier le 20/10/2020, 22:29
industrie-et-infrastructures-lancement-des-travaux-de-construction-de-la-cimenterie-de-kao-et-de-rehabilitation-de-la-route-rta-kao-tchintabaraden-tahoua  Le Président Issoufou Mahamadou a procédé ce mardi  20 octobre à Kao, dans la région de...Lire plus...
Publier le 20/10/2020, 09:51
semaine-des-nations-unies-un-dialogue-sur-le-role-des-jeunes-et-des-femmes-en-periode-electorale-pour-lancer-la-celebration-de-75-ans-d-engagement-en-faveur-de-la-paix-dans-le-monde Les activités entrant dans le cadre de la commémoration de l’édition 2020 de la Semaine des Nations...Lire plus...
Publier le 16/10/2020, 19:44
inauguration-officielle-de-l-hotel-des-finances-une-infrastructure-ultramoderne-et-multifonctionnelle-au-coeur-de-la-capitale Le Président de la République a inauguré jeudi 15 octobre 2020, l’Hôtel des Finances,  le nouvel...
Publier le 21/10/2020, 22:15
infrastructures-routieres-inauguration-officielle-de-la-route-illela-bagaraoua-region-de-tahoua Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a procédé mercredi, 21 octobre...
Publier le 20/10/2020, 22:29
industrie-et-infrastructures-lancement-des-travaux-de-construction-de-la-cimenterie-de-kao-et-de-rehabilitation-de-la-route-rta-kao-tchintabaraden-tahoua  Le Président Issoufou Mahamadou a procédé ce mardi  20 octobre à Kao, dans la région de...
Publier le 19/10/2020, 19:16
guinee-l-opposant-cellou-dalein-diallo-proclame-sa-victoire-des-le-premier-tour-a-la-presidentielle-du-18-octobre Au lendemain de l’élection présidentielle du dimanche 18 octobre, l’opposant guinéen Cellou Dalein...
Publier le 16/10/2020, 07:22
journee-mondiale-du-lavage-des-mains-edition-2020-des-progres-enregistres-en-matiere-de-changement-de-comportement  Le Directeur General de l’Assainissement du Ministère de l’hydraulique et de l’assainissement...
Publier le 16/10/2020, 20:13
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-16-octobre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 16 octobre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 16/10/2020, 19:44
inauguration-officielle-de-l-hotel-des-finances-une-infrastructure-ultramoderne-et-multifonctionnelle-au-coeur-de-la-capitale Le Président de la République a inauguré jeudi 15 octobre 2020, l’Hôtel des Finances,  le nouvel...
Publier le 20/10/2020, 22:29
industrie-et-infrastructures-lancement-des-travaux-de-construction-de-la-cimenterie-de-kao-et-de-rehabilitation-de-la-route-rta-kao-tchintabaraden-tahoua  Le Président Issoufou Mahamadou a procédé ce mardi  20 octobre à Kao, dans la région de...
Publier le 17/10/2020, 12:38
haroun-printing-les-raisons-de-la-plainte-contre-l-activiste-bana-ibrahim-pour-chantage-et-tentative-d-extorsion-de-fonds Le Directeur général par intérim de la société Haroun Printing, Mahamadou Siradji Issa, a animé la...
Publier le 19/10/2020, 06:56
strategie-nationale-de-securite-de-proximite-des-consultations-multi-acteurs-pour-une-approche-plus-inclusive-en-matiere-de-gestion-securitaire Après Tillabéri et de Dosso et en attendant les autres régions, Niamey a abrité du 16 et 17 octobre...

Dans la même Rubrique

Infrastructures routières: inauguration officielle de la route Illéla-Bagaraoua (Région de Tahoua)

21 octobre 2020
Infrastructures routières: inauguration officielle de la route Illéla-Bagaraoua (Région de Tahoua)

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a procédé mercredi, 21 octobre 2020, à l’inauguration officielle de la Route Illéla-Bagaroua, les bretelles PK10-Dandadji, Dandadji-Dangona, et travaux...

Direction Générale des Douanes : vulgarisation du nouveau Code des douanes et de ses principales innovations

21 octobre 2020
Direction Générale des Douanes : vulgarisation du nouveau Code des douanes et de ses principales innovations

La Direction générale des Douanes (DGD) a organisé le mardi 20 octobre 2020 à Niamey, un atelier de vulgarisation du nouveau Code national des douanes. La rencontre qui a réuni...

Semaine des Nations unies : un dialogue sur le rôle des jeunes et des femmes en période électorale pour lancer la célébration de 75 ans d’engagement en faveur de la paix dans le monde

20 octobre 2020
Semaine des Nations unies : un dialogue sur le rôle des jeunes et des femmes en période électorale pour lancer la célébration de 75 ans d’engagement en faveur de la paix dans le monde

Les activités entrant dans le cadre de la commémoration de l’édition 2020 de la Semaine des Nations Unies ont été lancées, ce lundi 20 octobre au Radisson Blu de Niamey...

Stratégie nationale de sécurité de proximité: des consultations multi-acteurs pour une approche plus inclusive en matière de gestion sécuritaire

19 octobre 2020
Stratégie nationale de sécurité de proximité: des consultations multi-acteurs pour une approche plus inclusive en matière de gestion sécuritaire

Après Tillabéri et de Dosso et en attendant les autres régions, Niamey a abrité du 16 et 17 octobre 2020, l’Atelier régional d'analyse et de réflexion pour la contribution à...

Haroun Printing : les raisons de la plainte contre l’activiste Bana Ibrahim pour «chantage et tentative d’extorsion de fonds »

17 octobre 2020
Haroun Printing : les raisons de la plainte contre l’activiste Bana Ibrahim pour «chantage et tentative d’extorsion de fonds »

Le Directeur général par intérim de la société Haroun Printing, Mahamadou Siradji Issa, a animé la semaine dernière une conférence de presse relative à la plainte que l’entreprise en charge...

Inauguration officielle de l’hôtel des Finances : une infrastructure ultramoderne et multifonctionnelle au cœur de la capitale

16 octobre 2020
Inauguration officielle de l’hôtel des Finances : une infrastructure ultramoderne et multifonctionnelle au cœur de la capitale

Le Président de la République a inauguré jeudi 15 octobre 2020, l’Hôtel des Finances,  le nouvel immeuble qui va abriter  tous les services relevant du Ministère des Finances. D’un coût...