vendredi, 27 novembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


soldat nigerien devant vehicule detruit lors attaque boko haram bosso.jpg

Après l'attaque massive début juin de la ville de Bosso, dans le sud-est du Niger, les jihadistes nigérians de Boko Haram qu'on disait affaiblis ont démontré qu'ils disposaient encore des capacités de nuisance importantes. Mais de nombreuses zones d'ombre entourent le groupe.

Zeyna transfert argent bis

Forts ou faibles

Le groupe islamiste a lancé une offensive d'ampleur sur Bosso, avec plusieurs centaines d'éléments. Ceux-ci ont facilement débordé les forces nigériennes: 24 soldats nigériens et deux nigérians ont été tués. Une démonstration de force qui a marqué les esprits et conduit près de 50.000 personnes à fuir. 

"Si Boko Haram est fort, c'est surtout parce que les armées de la région à l'exception du Tchad sont faibles", souligne une source militaire rappelant que Boko Haram avait déjà pris Bosso en 2015. Le harcèlement, les attaques et incursions sont incessantes autour du lac Tchad. 

Boko Haram s'est aussi régulièrement emparé de véhicules, armes, uniformes des armées qu'il combat. Le groupe a aussi pillé d'importants stocks d'armement moderne de l'armée nigériane.  

"Boko Haram n'est plus capable de frapper N'Djamena", la capitale du Tchad, et "ne va plus dans les grandes villes", résume le général français Patrick Brethous, commandant de l'opération anti-jihadiste Barkhane au Sahel. "Cette menace n'est pas éradiquée, mais (elle) est diminuée et Boko Haram a une capacité de nuisance". 

Qui dirige

La nébuleuse Boko Haram - qui sévit principalement au carrefour du Niger, du Nigeria, du Tchad et du Cameroun - reste peu connue. Il est difficile de savoir qui en est le chef depuis la disparition médiatique de son chef Abubakar Shekau.  

Shekau apparaissait affaibli dans une vidéo en avril. Certaines sources pensent qu'il est "peut-être mort de maladie" et a laissé la place à d'autres, notamment au Camerounais Babagana (Ba'na) Bulachira (ou Bachera). D'autres estiment n'avoir aucune preuve d'une éventuelle succession. En tout état de cause, le groupe est fragmenté et dispose de commandants régionaux, disposant d'une réelle indépendance opérationnelle. 

Changement de méthode

A Bosso, Boko Haram ne s'est pas attaqué directement aux populations même s'il a fait des victimes collatérales. Le 16 juin, des éléments du groupe ont tué sept gendarmes à Nguaguam, tout en assurant à la population qu'ils ne s'en prendraient pas aux civils. Certains y voient un changement de modus operandi, contrastant avec les massacres passés. 

Pour le chercheur Marc-Antoine Pérouse de Montclos, spécialiste du groupe, "cela ressemble surtout à un retour à 2012". A l'époque, Boko Haram s'en prenait surtout aux forces de sécurité ou aux "collaborateurs". Le groupe est ensuite passé à une "stratégie de la terreur" pour lutter contre les milices et décourager les collaborateurs.  

Combien sont-ils

C'est une des grandes questions. Les estimations varient entre 5.000 et plusieurs dizaines de milliers de combattants. Une des forces du groupe --qui complique les estimations -- est que ses éléments peuvent se fondre dans la population dont ils sont issus.  

Ils bénéficient de complicités locales qui vont d'un soutien actif (approvisionnement en nourriture, renseignement) jusqu'à la simple bienveillance. "Boko Haram est partout. Ils ont des complices dans la population, dans les camps de réfugiés et de déplacés", admet une source nigérienne.  

Moussa Tchangari, figure de la société civile nigérienne, souligne que la force de Boko Haram coïncide avec l'absence de l'Etat. 

"L'armée et les autorités sont souvent mal acceptées. Il n'y a pas forcément une adhésion au projet" de Boko Haram "mais une certaine sympathie qui peut aller plus loin", dit-il. Il rappelle que la décision des autorités nigériennes d'évacuer les zones du lac Tchad où travaillaient des pêcheurs et agriculteurs a été mal vécue par les déplacés qui se retrouvent sans ressources et à mendier. Il dénonce aussi la corruption et le manque de justice: "On ne peut pas régler le problème de Boko Haram, sans régler ses causes".  

Les milices

Au Niger, des milices anti-Boko Haram, "se mettent en place sans les autorités, mais on ne va pas les interdire. Elles peuvent apporter quelque chose", confie un haut responsable de la sécurité. Mais, comme le souligne M. Pérouse de Monctlos: "Il n'y a pas de coordination entre les forces de sécurité et les milices. Il y a déjà eu des exactions. Certains groupes sont aussi récupérés par des caciques locaux. Les milices peuvent devenir partie du problème". Le risque est aussi que l'armée fasse "une guerre par procuration". 

La force multinationale

La force mixte de 8.500 hommes qui regroupe Niger, Tchad, Nigeria, Cameroun, et désormais le Bénin, n'a jusqu'ici pas fait preuve d'une grande coordination. Le Niger avait promis une offensive coordonnée pour prendre le groupe en tenaille, reprenant des annonces similaires faites par d'autres pays. Si le Tchad est déjà intervenu chez ses voisins, une grande offensive est toujours attendue. Des sources militaires notent toutefois une meilleure coordinations des moyens aériens.  

 

AFP

Zeyna transfert argent bis

Commentaires  

0 #1 ALKASSOUM 01-07-2016 13:16
courage nos FDS que Dieu vs protege
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #2 ALKASSOUM 01-07-2016 13:25
COURAGE NOS FDS
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Verdatre 01-07-2016 13:35
Qu'Allah vous assiste dans cette lutte. Ameen!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 ABC 01-07-2016 13:39
Nous te comprenons Moussa Tchangari, tu ne veux pas qu'on parle de complicité des populations en disant que la force de Boko Haram reside dans l'absence de l'Etat. Mais tu te contredis en declarant: "L'armée et les autorités sont souvent mal acceptées. Il n'y a pas forcément une adhésion au projet". N'est ce pas cela une sorte de complicité. C'est vous les riverains de Diffa qui doivez parler a ces populations et les convaincre d'aider l'armée et les autorités. Ce n'est pas en restant a Niamey et battre le pavet et defier le gouvernement qui va regler cette affaire. C'est vrai que ceux sont nos parents a nous tous, mais si ces populations aident BH c'est d'abord votre faute vous les gens de Diffa. Fraternellement.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 gaskiyaba 01-07-2016 15:20
Merci de la contribution mr le spécialiste de boko haram , mais fo oublier que l armée française n a jamais gagné une quelconque guerre ds le monde. ils n sont pas plus efficace q nos militaires qui se battent avc le maigre moyen dont c vs les français qui décident mm de notre achat d'armement espèce des escrots , mais plutot comploteur que nos soldats . vs aves mis à notre pays 2fois des rebelions dont nos FDS sont venus à leur bout et maina vs aves changé de methode en appuiyant boko haram en armement e renseignemnt pour ridiculiser nos Soldats , sachez bien que nous prions pour eux afin de venir o terme d votre complot .
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #6 Gorzo 01-07-2016 21:05
L'état ne laisserait pas l'installation des milices armées. On ne resoud pas un problème pat un problème. Seule l'armée régulière doit tenr les armes dans l'espace nigérien. après la defaute des BH, l'état refera face à elles, donc autant ne pas les créer. Sensibiliser la population locale à collaborer avec l'armée. seulement si les collabo seront protégés.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 afriki 01-07-2016 22:08
C'est la stratégie du k.o prônée par les spécialistes occidentaux en co concassage d'etats riches en petrole. Ces soient specialistes en boko haram ont fait leurs etudes ou?. Au nigeria aupres de boko ou ils assurent sa survie. Nous savons aussi que des journalistes sont complices pour manipuler les masses. L'etat aussi est complice en autorisant les milices pour creer la confusion. Tous ces articles de presse n'ont qu'un objectif celui de l'installation de la force mixte multinationale avec tous les pouvoirs d'operation. Voila les faux amis. Tant que cette force n'est pas operationelle c'est du sabotage et de la complicite.
Force multinationale plus Avion de combat est la solution.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 afriki 01-07-2016 22:21
La force mixte multinationale avec les pleins pouvoirs appuyée par les avions de combat est la seule solution. Tout chef d'etat qui se derobe a cette operation est complice et son peuple doit reagir. Je sais que la france les etats unis ne veulent pas de l'installation de cette force et feront tout pour la saboter car ca y va du maintien de leurs bases militaires pour la fausse lutte contre le terrorisme
Je dirais la lutte pour le controle du petrole mondiale et le sacrifice humain pour leur dadjal.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 La force tranquille 02-07-2016 10:20
Quel spécialiste, tu aurais du sortir Mr Patrick pour nous dire que c'est vous qui soutenaient Boko Haram et on aura tournée la page.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 Pays 02-07-2016 12:54
L'Etat ne joue pas vraiment son rôle. Que du folklore et des promesses non tenu dans cette guerre avec BK
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 TARANA BAMARADATCHE 02-07-2016 21:46
Par et pour ce mois béni de Ramadan Karim 2016 qui entrera bientôt dans l'histoire du temps, nos Saints guides religieux doivent intensifier l'enseignement du Vrai Islam hérité du St Prophète Mohamed (rsaws) pour la Paix à nos peuples et l'humanité tout entière. Nos frères et soeurs en Islam, du contingent des SOLDATS LIBRES, ont largement évoqué la nécessité à l'humanité de revenir sur la voie d'Allah (swt) imposée aux hommes raisonnables, ceux-là qui sont élevés du statut animal au statut des humains. Allah (swt) a dit aux croyantes et aux croyants: "PRESERVEZ VOS ENFANTS DES FEUX DE L'ENFER" => Conséquemment, les Bokoharamistes sont pour la plus part, des enfants issus d'illégalité conjugale. Contractés ailleurs, leurs génitrices se servant de la couverture du mariage, et affectèrent la paternité de ces enfants à leurs maris. Devenus grands, c'est naturellement que Satan les incite à donner la mort à ceux qui ont le sang de noblesse dans leurs veines, leurs faux pères y compris!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 verite 03-07-2016 11:54
ÉCOUTÉ le complice de buko haram c'est mahamadou issoufou ,c'est lui leur chef arrête le. Vous tous vous savez que mahamadou issoufou et une malchance pour notre pays, c'est lui bouku haram
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

banniere spotlight BIS

Canal Horizon Nov Dec

Top de la semaine

Publier le 27/11/2020, 11:53
signature-d-une-convention-de-partenariat-entre-les-regulateurs-nigeriens-et-francais-de-l-energie-communique-de-presse Le mardi 25 novembre 2020 a été signée à Niamey au Niger, une convention de financement entre le Niger...Lire plus...
Publier le 27/11/2020, 08:56
47e-conference-des-ministres-de-l-oci-a-niamey-le-niger-accueille-le-monde-musulman Le Niger accueille du 27 au 28 novembre 2020, la 47ème  session du conseil des ministres des...Lire plus...
Publier le 26/11/2020, 17:28
tandja-mamadou-baba-repose-pour-l-eternite-a-maine-soroa-sous-sa-terre-natale L’ancien président Tandja Mamadou a été inhumé ce jeudi en début d’après-midi à Mainé-Soroa, sa ville...Lire plus...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 26/11/2020, 11:27
obseques-officielles-de-tandja-mamadou-hommage-national-a-l-ancien-president-au-palais-de-la-presidence Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a assisté, jeudi matin, 26...
Publier le 21/11/2020, 15:17
elections-presidentielles-15-partis-politiques-s-engagent-a-soutenir-albade-abouba-des-le-premier-tour Quinze (15) partis politiques ont signé un protocole accord, hier vendredi au sortir d’une réunion,...
Publier le 23/11/2020, 07:46
elections-malgre-des-defis-importants-le-niger-a-l-opportunite-d-assurer-un-transfert-paisible-du-pouvoir-selon-mohamed-ibn-chambas-envoye-special-du-sg-de-l-onu Le Représentant spécial du SG des nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel  de l’ONU,...
Publier le 21/11/2020, 15:17
elections-presidentielles-15-partis-politiques-s-engagent-a-soutenir-albade-abouba-des-le-premier-tour Quinze (15) partis politiques ont signé un protocole accord, hier vendredi au sortir d’une réunion,...
Publier le 24/11/2020, 20:59
disparition-de-tandja-mamadou-le-president-issoufou-reporte-sa-visite-dans-la-region-de-maradi Suite à la disparition de l’ancien chef de l’Etat Tandja Mamadou ce mardi à Niamey, le président...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 26/11/2020, 11:27
obseques-officielles-de-tandja-mamadou-hommage-national-a-l-ancien-president-au-palais-de-la-presidence Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a assisté, jeudi matin, 26...

Dans la même Rubrique

Signature d’une convention de partenariat entre les régulateurs nigériens et français de l’énergie (Communiqué de presse)

27 novembre 2020
Signature d’une convention de partenariat entre les régulateurs nigériens et français de l’énergie (Communiqué de presse)

Le mardi 25 novembre 2020 a été signée à Niamey au Niger, une convention de financement entre le Niger à travers l’Autorité de Régulation du Secteur de l’Energie (ARSE), la...

47e Conférence des ministres de l’OCI : à Niamey, le Niger accueille le monde musulman

27 novembre 2020
47e Conférence des ministres de l’OCI : à Niamey, le Niger accueille le monde musulman

Le Niger accueille du 27 au 28 novembre 2020, la 47ème  session du conseil des ministres des affaires étrangères des pays membres de l’organisation de la coopération islamique (OCI) sous...

Projet d’appui à la Force conjointe du G5 Sahel (FC G5S) : les organismes de promotion des droits humains, la société civile et les médias édifiés sur le Cadre de conformité du Haut-commissariat des Nations unies (HCDH)

26 novembre 2020
Projet d’appui à la Force conjointe du G5 Sahel (FC G5S) : les organismes de promotion des droits humains, la société civile et les médias édifiés sur le Cadre de conformité du Haut-commissariat des Nations unies (HCDH)

La série des ateliers d’informations et de consultations des membres de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH), des Organisations de la société civile (OSC) et des professionnels des médias,...

Tandja Mamadou : « Baba » repose pour l’éternité à Mainé-Soroa, sous sa terre natale

26 novembre 2020
Tandja Mamadou : « Baba » repose pour l’éternité à Mainé-Soroa, sous sa terre natale

L’ancien président Tandja Mamadou a été inhumé ce jeudi en début d’après-midi à Mainé-Soroa, sa ville natale. Décédé le mardi 24 novembre dernier à Niamey, les obsèques officielles de l’ex...

Solidarité nationale : Orano Niger et ses filiales font un don d’équipements d’une valeur de 125 millions FCFA aux victimes des inondations

26 novembre 2020
Solidarité nationale : Orano Niger et ses filiales font un don d’équipements d’une valeur de 125 millions FCFA aux victimes des inondations

Dans le cadre de son engagement sociétal et en réponse à l’appel des autorités à la solidarité nationale, la société Orano Mining Niger et ses deux filiales locales (COMINAK et...

Obsèques officielles de Tandja Mamadou : hommage national à l’ancien président au Palais de la Présidence

26 novembre 2020
Obsèques officielles de Tandja Mamadou : hommage national à l’ancien président au Palais de la Présidence

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a assisté, jeudi matin, 26 novembre 2020, dans la cour du Palais de la Présidence, à la cérémonie officielle...