lundi, 27 mai 2019
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

HEADER AMAA 1

bazoum VOA

C’est au Niger que le nouveau président nigérian Muhammadu Buhari a décidé de se rendre pour sa première visite officielle. Niamey est engagé comme ses voisins dans la lutte contre Boko Haram. Qu’attendent les Nigériens des nouvelles autorités nigérianes ?

Quelles conséquences la menace Boko Haram fait-elle peser sur le climat politique au Niger, où une présidentielle est prévue en 2016 ? Qu’est-ce que le pouvoir répond à ceux qui s’inquiètent d’une possible dérive autoritaire au nom de la lutte contre le terrorisme ? Pour répondre à ces questions, Florence Morice reçoit le ministre d’Etat du Niger Mohamed Bazoum.

RFI : Avec la venue du président Buhari au Niger, quelques jours après son investiture, est-ce que vous vous dites que l’on est entré dans une nouvelle ère dans la lutte contre Boko Haram ?

Mohamed Bazoum : Certainement. C’est plus qu’un symbole ce que vient de faire le président Buhari de visiter le Niger et le Tchad. Ça en dit long sur sa volonté de prendre en charge de façon rigoureuse le problème de Boko Haram.

Qu’attendez-vous de sa part aujourd’hui ?

Nous attendons que le Nigeria soit mobilisé, que le Nigeria soit efficace. Il a une armée nombreuse, il a une armée en principe compétente. Il lui faut insuffler la volonté qu’il faut, ainsi que la détermination à même de rendre la victoire possible et même facile, certainement.

Le président nigérian a souhaité que d’ici quatre semaines son armée prenne la relève du Niger et du Tchad dans la sécurisation des villes du Nord-Est qui ont été reprises récemment à Boko Haram. Qu’est-ce que ça signifie concrètement une reprise en main ?

Ça signifie que l’armée du Nigeria vient se substituer aux armées du Tchad et du Niger dans les villes frontalières avec le Niger. Quatre semaines, c’est très raisonnable. A l’époque, on s’attendait à ce que ça se fasse au lendemain seulement de la libération de cette ville. Qu’il prenne quatre semaines, ça veut dire qu’il a l’intention de faire les choses de façon vraiment rigoureuse.

Fin avril, une attaque de Boko Haram sur les îles du lac Tchad a coûté la vie à des dizaines de soldats nigériens. Est-ce que cet épisode n’a pas révélé les fragilités de la défense nigérienne ?

Cette position était exposée en effet et nous savions que notre élément qui se trouvait sur cette île de Karamga était vulnérable. Le débat était en cours quand malheureusement les évènements ont eu lieu.

Les incursions de Boko Haram ont provoqué le déplacement de dizaines de milliers de personnes dans des conditions critiquées, y compris par votre Premier ministre qui s’est rendu sur place. Comment expliquer alors que lorsqu’un leader de la société civile, Moussa Tchangari, lui aussi publie un rapport critique sur ces transferts de déplacés, il soit arrêté ?

Moussa Tchangari est leader de la société civile, c’est vrai, mais il est le numéro deux d’un parti politique de l’opposition. L’opposition au Niger n’a jamais eu un seul mot de condamnation de ce que fait Boko Haram, bien au contraire, à chaque fois que nous avons été agressés par Boko Haram, c’est le président Issoufou que l’opposition a accablé en disant que c’est sa posture belliciste qui attire la guerre au Niger. Mais subitement, certains éléments qu’elle utilise sous le label de la société civile se sont faits force de dire des choses excessives, mensongères et tendancieuses quand nous gérons une situation qui en soi, est extrêmement difficile. Nous n’avons rien fait de délibéré qui ait consisté en des exactions telles qu’elles sont décrites par ce rapport.

Moussa Tchangari a été arrêté pour complicité avec une entreprise terroriste, complice de Boko Haram. Ça vous semble crédible ?

Moi, je n’en sais rien. Je ne suis pas l’autorité qui a pu faire ces qualifications. Mais ce que je sais, c’est que les rapines qui ont été organisées par Boko Haram, les exactions qui ont été commises par cette organisation n’ont jamais suscité le moindre petit rapport de l’organisation de monsieur Tchangari, encore moins de l’opposition politique à laquelle il appartient. Nous ne permettrons pas qu’on banalise les questions dangereuses de ce genre parce que la première des libertés, c’est d’abord la stabilité de nos Etats. C’est de les protéger contre les facteurs de leur vulnérabilité qui sont bien connus. Et aucun de nos Etats n’est à l’abri de situations comme celles qui sont vécues au Mali. Et ça, ce sont les situations les pires qui existent aujourd’hui.

Moussa Tchangari n’est pas un cas isolé. Certains voient dans ces évènements le signe que le pouvoir utilise la lutte contre Boko Haram pour museler la société civile à des fins électoralistes ?

Quelle relation il y a entre les élections et ce phénomène-là ? En quoi d'avoir interpellé une ou deux personnes, qui se disent acteurs de la société civile, a une relation avec les élections ?

Vous êtes également président du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS). A ce titre, votre mission majeure est de préparer la présidentielle. Ces derniers temps, la société civile vous a reproché la mauvaise gestion de la méningite, les nombreux délestages, une réduction des libertés politiques. Ce climat ne semble pas très propice à une réélection du chef de l’Etat ?

Lorsqu’eux étaient au pouvoir, en 2000, il y a eu presque 10 000 cas de méningite avec 2 000 décès à peu près. Cette année, nous avons eu 7 000 cas de méningite avec 400 décès. C’est terminé. Nous pensons qu’on ne peut pas nous accabler sur ce thème-là. Il n’y a que des gens qui ont tendance à faire feu de tout bois pour penser qu’ils ont là un argument vraiment politique. Qu’il y ait des difficultés au Nigeria pendant trois jours et qu’il y ait un peu plus de délestage au Niger que d’habitude, ça ne fait pas que nous soyons désormais dans une situation désespérée où nous aurions perdu l’électorat. Les libertés, je rigole parce que j’entends les gens nous faire ce procès-là. Nous aurons des élections libres et transparentes. Et si parce que nous n’avons pas été performants, nous devions perdre, ce ne sera pas un drame pour nous.

Ci-dessous l’intégralité de l’interview en Audio

{play}Audio/bazoum-itv-rfi-05-06-2015.mp3{/play}

 

RFI

{jathumbnail off}

Commentaires   

+5 #1 naba 05-06-2015 15:11
Alors vivement a 2016 :lp
Citer | Signaler à l’administrateur
+12 #2 Un nigérien 05-06-2015 15:13
Non de Dieu bazoum moussa numéro 2 d'un parti vous allez loin,
S'ils vous plaît respecter le peuple.
Je pense que personne ne voterai pour vous, l'électorat vous l'avez perdu depuis l'affaire Charlie issoufou a refuser de demander pardon.
Citer | Signaler à l’administrateur
+8 #3 tapargaza 05-06-2015 15:42
Ou on en ai avec l affaire des PASSEPORTS :sad: :sad: :sad: :sad: :sad: :sad: :sad: ET DU fils DE K ....... qu'il a vendu aux enchères :(( :(( ;-0 ;-0 ;-0 :eek: :eek: :eek: ????????????
Citer | Signaler à l’administrateur
-13 #4 KITIKA 05-06-2015 15:49
Nigerien, si tu ne sais pas moussa tchangari est Le secrétaire général de ORDN TARMAMOUA, qui est à l'opposition.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #5 way waye adon tahia 05-06-2015 16:04
Allez y doucement vous avez etais portés plutôt elus au pouvoir du Niger vous n'avez pas conquit le Niger
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #6 KM 05-06-2015 16:34
Complément d'infos.

Mes chers frères, c'est vrai que Tchangari est le numéro deux d'un parti de l'opposition??? Si quelqu'un a l'information, merci de me confirmer cela s'il vous plait.
Finalement, toute notre société civile est politisée si cela est avéré. Avant c'était les Ibrahims Yacouba, Kassoum Moctar, Mahamane Hamissou, etc.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #7 KITIKA 05-06-2015 17:07
Tchangari est Le secrétaire général de ORDN TARMAMOUA
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #8 degrace 05-06-2015 17:34
Mr bazoum. Jouant l intello ne te fera pas sortir d affaires. Ça serait malhonnête de vous approprié des oeuvres de vos prédécesseurs et en suite vous irigez en super héros. Mais croyez moi le nigérien n est pas aussi bête que vous l imaginez. Vous osez faire de comparaison entre les régime précédents et le votre. Eh bien réalisez d ou viennent vos 6000 milliards. Ce qui est vous l avez pas ramasser a dandadli ni chez Holland. Tanja a fait venir les chinois. Sud ..sud. Le pétrole nigerien enfin. Vous et vos amis prennent l héritage. Vous hypothèquez le pétrole a exum bank. Vous jetez l argent par la fenetre au français. Bolloré et chemin de faire bâclé. Areva et chômage de masse. Vous confondez pont et échangeur. Vous fabrique des indices économiques propre a votre régime dans le but de mentir.de grâce mr bazoum en âme et conscience quel valeur ajoutée avez vous apportez plus que le pétrole qui existe avant vous. la tricherie et le mensonge pour indices de développement.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #9 Patience.... 05-06-2015 17:55
Le déni est un mécanisme de défense parfois utilisé par ces hommes politiques lorsqu'ils se trouvent confrontés à une réalité qu'ils redoutent ou ressentent comme inacceptable. Chers Politiciens en déclin refuser la réalité ne l’empêche pas en effet d’exister, de même que la peur n’évite pas le danger. Il faudra que ce regime accepte de reconnaître leurs erreurs une fois dans leur vie, à chaque montée de la tension on sort et on accuse X ou Y d'opposant et alors ??? Vivement les élections de 2016 pour mettre fin à «d'arrogance». L'arrogance en politique trouve son cimetière au Niger. Patience.... Celui qui vous fait peur aujourd'hui vous fera pitié demain Inchallah.
Citer | Signaler à l’administrateur
+10 #10 Ouf 05-06-2015 17:56
Ô la rage quand tu nous tiens! Même s'il est un opposant cela ne vous donne pas le droit de l'arrêter s'il fait des critiques objectives comme le premier ministre. En plus, il a émis les critiques au nom de son association pas d'un parti. Je comprends que vous êtes en rage de n'avoir pas de preuves qui le lient à Bokou Haram maintenant vous voulez faire votre campagne de décrédibilisation de Changari mais sachez qu'Allah ne dort pas.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #11 Tchiwaké 05-06-2015 18:26
Kaitcho Bazoum, ba koumya ba tsoron Allah,
2016 est proche et incha Allah Dieu va libérer le peuple de ce manque de respect en son égard
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #12 Le Pragmatique 05-06-2015 19:08
La lecture de cette interview fait sortir le fait que cette cabale contre l'opposition est bien réelle. En confiant que Tchangari appartient à un parti de l'opposition, vous ne faites que confirmer aux Nigériens ce que l'opinion vous a toujours reproché, à savoir votre vendetta. De grâce Monsieur le Ministre faites preuve d'un peu d'humilité et reconnaissez vos échecs. Tout Nigérien connaît la réalité du Niger, ne venez pas nous vendre que tout est "rose" depuis votre accession au pouvoir.
Citer | Signaler à l’administrateur
+15 #13 Hagar Ben Sliman 05-06-2015 19:23
AU MOINS BAZOUM FAIT DES AVEUX COMME CHAQUE FOIS QUE CE PALTOQUET COMIQUE OUVRE LA BOUCHE: "Cette position était exposée en effet et nous savions que notre élément qui se trouvait sur cette île de Karamga était vulnérable". Secret defense mais Bazoum qui se targue d'etre un intellectuel (Au Niger le ridicule ne tue pas) l'ignore completement et dit ce qui lui vient par la tete. Bref! d'une facon ou d'une autre Bazoum a fait des aveux: ils savaient. Maintenant, dans quel pays du monde des "responsables" politiques et militaires, le sachant parfaitement, exposeraient volontairement leurs soldats au massacre sans aucune consequence pour eux-memes? Dans quel pays digne de ce nom viendraient-ils ensuite gaillardement affirmer qu'ils "savaient" et se perdaient en discussions oiseuses quand ce qui etait previsible arriva? Chaque jour qui passe ce type qui se fait passer pour un individu intelligent devoile sa vraie nature de politicien stupide.
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #14 Nigerien 05-06-2015 19:25
:sad: :z :z :z :cry: no ;-0 :(( :z:
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #15 Sagalo 05-06-2015 19:38
"Nous aurons des élections libres et transparentes. Et si parce que nous n’avons pas été performants, nous devions perdre, ce ne sera pas un drame pour nous."
Ha! Ha! Voila au moins une chose qui ne risque pas d'arriver. Tout le monde sait que vos proces-verbaux pre-fabriques sont deja prets et que vous n'attendez que la fin de la farce electorale pour proclamer vos resultats et les faire rapidement valider par votre cour supreme et vos observateurs complices ou achetes. Les pretendues elections sont organisees juste pour donner une legitimite a la fraude. Faire croire que Mahamadou Issoufou va quitter le pouvoir a l'issue d'elections "democratiques et transparentes", c'est vraiment prendre les Nigeriens pour des idiots et des ignorants. Ce qui ne nous etonne guere venant de Bazoum qui cela et le proclame haut et fort. "Elections democratiques et transparentes" sous Mahamadou Issoufou...Peut-etre le jour ou les poules auront des dents.
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #16 moctar_ 05-06-2015 19:48
qui exactement est le ministre des affaires etrangeres du Niger?
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #17 Allah Galib 05-06-2015 20:16
"nous savions que notre élément était vulnérable..." Et Massaoudou avait dit que l'armée n'a jamais été aussi équipée que pendant leur régime. Qui ment parmi les deux! Ou ils se contredisent comme les résultats du bilan de l'an 4.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #18 degrace 05-06-2015 20:22
Sagalo. Bien vu et bien dit. Pour qui se prend bazoum. Stratège militaire. General armée. Super politicien superman. Finalement il lui reste a avouer qui il est le super président élu du niger en réalité.
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #19 hamiste 05-06-2015 20:29
:lp :lp : :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :D :D :D :D :D :D
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #20 mai gaskiya 05-06-2015 20:42
la colorisation du Niger est en marche,
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #21 mass 05-06-2015 21:22
Bazoum c'est vraiment honteux. Que de condammer tchangari, resolver les problèmes qui sont devant vous.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #22 mchi 06-06-2015 08:53
Bazoum u fai vrmaint honte vous qui disait que l'armée était équipé vous venez de le cnfirmez que c'était pa l cas.. L'irresponsabilité de votre est plus que palpable. D'abord votre incapacité se découler sur notre vaillant armée.ensuite maina vous fermez les citoyens sans aucune prétendant sur rfi que c'est opposant alors un opposant est pour celui qui doit être en fermé. Même s'il est opposant eh ben il en a le droit. Vous juste des inconscient qui ne connaisse pa dbr c quoi l'État de droit
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #23 socki 06-06-2015 09:07
Tchangari ce un membre d'un parti politique de l’oppositions, c normal qu'il soit en prison selon Bazoum,
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #24 mes frères 06-06-2015 10:49
A comprendre Bazoum , Tchangari est arrêté parce qu'il est de l'opposition. Ce qui veut dire qu'il informe les Nigériens que la chasse aux sorcières à commencé. Tout celui qui n'est pas avec eux ne soit pas surpris qu'il soit arrêté d'ici peu. Gare à nous tous car nous comprenons que dès que tu pense le contraire de ce que veut le pouvoir on te qualifie d'opposition. Résultat c'est l'arrestation
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #25 Kay Na Turray 06-06-2015 12:49
Sagalo et degrace. Gaston est le président-bis du Niger.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #26 dan 06-06-2015 13:48
no comment
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #27 Apprenant 06-06-2015 15:21
MrBas zoom as tu oublié l'histoire des passeports, du milliard de ta fille? Si tu as un tout petit peu de bon tu dois te taire pour toujours. Mais Bas Zoom ne voit jamais loin.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #28 Apprenant 06-06-2015 15:23
Lire "bon sens"
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #29 verite sagesse 06-06-2015 15:53
vive le Niger.
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #30 goge 06-06-2015 16:28
Abas l'opposition nigerienne ABAS TCHANGARI ET ABAS TOUS LES NIGERIENS JALOUX DE LA REUSSITE DU PRESIDENT ISSOUFOU EN AVANT POUR UN 2E MANDAT
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #31 Gaskiya 06-06-2015 18:41
Abas la famille goge
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #32 Oustaz 06-06-2015 21:50
Svplait plus de plus de 400 mort pour lui ce ne rien jusqu'à' comparer le chiffre de l années 2000 ont ne où là ??même si ce un dece sans vaccination ce grave
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #33 civilisé 06-06-2015 23:05
je ne vois aucun avantage ou intérêt d'un coup d'état à quelques mois des élections! :z

Pour les élections je crois qu'il y a toujours eu les observateurs internationaux seuls en qui croit l'opposition. communauté internationale est soucieuse!

Si les élections sont truquées ils le diront et si n'est pas le cas ils le diront aussi! alors trêve de tapage inutile :z

A moins que certains se croit vaincus avant même de battre campagne.

Pour Hama , personne ne l'a chassé du pays!
il a fuit de lui même, laissant dernière lui femme, enfants, partisans et amis pour la PARIS chez Sarkozi.
Libre à lui de rentrer ou pas au pays et de s'innocenter en 5min ( test ADN)

Pour Issoufou et sa bande, si on ne veut plus d'eux alors sortez massivement et votez contre lui, pour Seyni Omar par exemple;
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #34 idi moutari,ocbn mar 07-06-2015 07:58
Oui effectivement et depuis sa création moussa est le numéro de lordn taramamua . Le numéro un est un certain mamane sani adamou lui même un imposteur qui parle souvent au nom de la société civile
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #35 baltigo 08-06-2015 17:32
tchangari sg ordn tarmamoua ? mais la sc n'est-elle pas appolitique ? voilà, le mec est vraiment sale !
quant à arzika le tazartchiste, lui, il est classé ...
mais ce n'est que les marionnettes de hama et...seini.
en tous cas il faut les avoir à l'eil,
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Affaire « bébés importés » : les arguments de la défense de Hama Amadou devant la Cour de justice de la CEDEAO

27 mai 2019
Affaire « bébés importés » : les arguments de la défense de Hama Amadou devant la Cour de justice de la CEDEAO

PLAIDOYER DE MAÎTRE FRANÇOIS SERRES, L'AVOCAT DU CHEF DE FILE DE L'OPPOSITION NIGÉRIENNE DEVANT LES 7 JUGES DE LA CEDEAO Immunité parlementaire violée, arrestation illégale, emprisonnement arbitraire, accusations imaginaires, instruction...

Fermeture de la Braniger (Castel) : le gouvernement disposé à sauver la « Conjo » (Ministère de l’Industrie)

26 mai 2019
Fermeture de la Braniger (Castel) : le gouvernement disposé à sauver la « Conjo » (Ministère de l’Industrie)

Le gouvernement nigérien s’est dit disposé à sauver la Braniger, l’unique brasserie du pays qui a annoncé la cessation prochaine de ses activités, en raison de la situation difficile dans...

Le bâtiment de l’hôpital de district d’Arlit construit en 2013 est inutilisable (Ministre de la santé)

25 mai 2019
Le bâtiment de l’hôpital de district d’Arlit construit en 2013 est inutilisable (Ministre de la santé)

Le ministre de la Santé Dr Idi Illiassou Mainassara a annoncé ce samedi devant les parlementaires  que le bâtiment de l’hôpital de district d’Arlit construit en 2013 à hauteur de...

Front social : les étudiants ont manifesté contre les bases étrangères

25 mai 2019
Front social : les étudiants ont manifesté contre les bases étrangères

A l’appel du comité directeur de l’Union des scolaires nigériens (USN), des centaines d’étudiants ont manifesté ce samedi 25 mai à Niamey, en soutien aux forces de défense et de...

Conjoncture : la Braniger, filiale du groupe français Castel, va bientôt cesser ses activités

25 mai 2019
Conjoncture : la Braniger, filiale du groupe français Castel, va bientôt cesser ses activités

Mauvaise nouvelle pour les amateurs de la « Conjo »  et aussi pour l’économie nationale! La société des Brasseries et boissons gazeuses du Niger (Braniger) va prochainement cesser ses activités. Selon une...

Education : malgré les défis, le Niger mise sur la promotion du préscolaire

24 mai 2019
Education : malgré les défis, le Niger mise sur la promotion du préscolaire

Dans le cadre du dialogue politique national sur la promotion de l’éducation préscolaire, s’est tenue une conférence nationale sur la promotion de l’enseignement préscolaire, les 15 et 16 mai 2019...