mardi 4 octobre 2022

1975 lecteurs en ligne -

fraren
Ads Sidebar

Situation politique au Burkina : les chefs d’Etat de la Cédéao en sommet virtuel ce vendredi 28 janvier

Sommet CEDEAO

Les Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) se réuniront virtuellement le vendredi prochain pour un Sommet extraordinaire sur la situation au Burkina Faso. Il s’agit de la première réunion du genre après la prise du pouvoir par une junte militaire, le MPSR, qui a renversé lundi dernier, le régime de Roch Marc Christian Kaboré.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

La Cédéao avait déjà, par le biais d’un communiqué du Président de la Commission, Jean Claude Kassi Brou, condamné cet « acte d’une extrême gravité » qui « ne saurait être toléré »  au regard des dispositions réglementaires de l’organisation.

L’organisation régionale a aussi dénoncé « la démission obtenue sous menace » de l’ancien Président Roch Kaboré et qualifié le coup de force du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), de véritable « recul démocratique »  pour le Burkina.

Il faudrait certainement s’attendre à de nouvelles condamnations  conformément aux principes de l’organisation ainsi que des menaces de sanctions afin de faire pression sur la junte militaire qui a pris le pouvoir à Ouagadougou pour qu’elle envisage un retour à l’ordre constitutionnel dans « un délai raisonnable ».

Les Chefs d’Etat vont également évoquer le cas de l’ancien président déchu dont on est sans nouvelles depuis le lundi dernier ainsi que les autres personnalités du régime qui ont été interpellées.

Très critiqués pour leur gestion des crises politiques dans certains pays de la sous-région notamment au Mali et en Guinée, les Chefs d’Etat vont devoir encore afficher une certaine fermeté pour mettre fin à la série de prises de pouvoir par les militaires dans la sous-région ouest-africaines. Des mesures et sanctions qui n’ont jusque-là pas eu l’effet escompté comme on l’a vu au Mali et que la Cédéao va devoir, de nouveau, rééditer au Burkina.

Ikali Dan Hadiza (actuniger.com)

 

.

Commentaires  

-1 #1 TOTO A DIT 26-01-2022 21:47
OÙ SE TROUVE LE PRÉSIDENT KABORÉ DÉPOSÉ ?
Vive le Président .....
Abas le Président....
Bye bye le Président....tu aurais dû écouter ton peuple au lieu de faire le zouave avec la France merdique ....et quand TOTO A DIT partage , aller à la ligne reste un choix ...
Au Burkina Faso, le sort réservé à Roch Marc Christian Kaboré reste confus. Une source de son parti assure toutefois que le dirigeant, renversé par un coup d'État militaire, va bien. Il serait détenu dans une villa présidentielle...
Le président du Burkina Faso, renversé le 24 janvier par un coup d'État militaire, "va bien physiquement". Une source haut placée au sein de son parti , raconte dans quelles circonstances Roch Marc Christian Kaboré a été contraint de quitter le pouvoir.

"En résidence surveillée"

Selon cette source , "il a un médecin à sa disposition", sans pouvoir se prononcer sur "son état d'esprit". Elle a affirmé que le président était "toujours aux mains de l’armée, pas dans un camp militaire, mais dans une villa présidentielle en résidence surveillée" et avait "accès à son portable, sous surveillance de ses geôliers bien entendu".

"C’est lui qui a bel et bien rédigé la lettre de démission publiée par la télévision nationale, mais je ne saurai dire dans quelles conditions il l’a écrite", a ajouté cette source du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP).

A suivre
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #2 TOTO A DIT 26-01-2022 22:02
Suite
"Il n'a pas été arrêté aux premières heures" de l'action des soldats mutins: "sa résidence privée a été quadrillée par les mutins, il a fallu que sa garde rapprochée use de stratégie en l’exfiltrant à bord d’un véhicule banalisé pour le mettre en lieu sûr".

"Il n’était pas dans le convoi qui a été criblé de balles" et dont trois véhicules avaient été vus le 24 au matin par un journaliste de l'AFP. Ceux-ci "étaient ceux de ses gardes qui ont trompé la vigilance des mutins". "C’est plus tard et sous la pression des mutins, que ses gardes - notamment des gendarmes - ont dû le laisser entre leurs mains (des putschistes), et se rallier à eux dans la foulée", a-t-elle ajouté.

"La gendarmerie ne pouvait que se rallier car toute l’armée était consentante pour démettre le président de ses fonctions", selon elle.

8) :-* TOTO A DIT dit donc TOH!!! donc sa garde rapprochée a du Plagueai Plagait ;-) ...trompait la vigilance des militaires pour le sortir de sa résidence quadrillée pour dire a t il été maquillé en Hijab ou bourqa pour tromper les militaires dehors ou portait une jupe avec perruque AFRO .....????

AH ! donc ses proches ont du recourir à des strategemes pour rouler les militaires dehors ....

Militaires dehors .... Vous avez entendu KOOH!!! 8)

C'est comme ça donc ,ils vous ont dribblé...
RETENEZ la leçon ! :-) ;-)
Est ce que TOTO A DIT s'adresse à toi ?
Hein ??
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Mansour Hamissou 27-01-2022 08:30
Les condamnations de la CEDEAO ne sont qu'un coup d'épée dans l'eau.Cette attitude laxiste de l'organisation sous régionale conduira à d'autres coups d'Etats militaires.Nous avons comment l'attitude des démocraties ( la France et la Grande Bretagne) a conduit le monde à la seconde guerre mondiale.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Haruru 27-01-2022 14:31
Imaginez un juge qui en fait à sa guise et inflige une peine sévère non prévue par le code pénal.
C'est le cas des copins de chefs d'Etat qui infligent des sanctionnent assassinés au Mali qu'aucun texte de la CEDEAO ni de l'UMOA n'ait prévu.
Des voleurs de texte qui s'érigent en donneur de leçon.
A cette allure combien de présidents se réuniront.
Déjà nous constatons qu'il y aura trois absents.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Haruru 27-01-2022 14:33
Lire violeurs de texte
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com