jeudi 18 août 2022

1995 lecteurs en ligne -

fraren

Education : le Président Bazoum va enfin pouvoir mettre fin au « statut précaire » des contractuels  

Bazoum reunion enseignants 13 10 2021

Le Président de la République Bazoum Mohamed a présidé ce mercredi matin au Palais de la Présidence, une nouvelle réunion de haut niveau sur le secteur de l’éducation. Au menu, trouver les voies et moyens pour mettre fin au système de « contrat» dans l’enseignement afin de garantir la qualité de l’éducation en mettant fin à ce que le chef de l’Etat qualifiait à une certaine époque de « statut précaire » des contractuels.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

C’est une annonce qui va indiscutablement réjouir des milliers de contractuels de l’éducation qui constituent de nos jours, la plus importante catégorie des éducateurs au Niger principalement dans l’enseignement général, technique et professionnel. Le gouvernement a, en effet,  décidé d’engager le vaste et colossal chantier de la fin de la contractualisation dans l’enseignement au Niger conformément aux engagements pris par le président Bazoum, de faire retrouver au système éducatif nigérien, ses lettres de noblesses.

C’est ainsi que ce mercredi 13 octobre 2021, une réunion de haut niveau a regroupé autour du Chef de l’Etat, du Premier ministre ainsi que le ministre des Finances, les différents  ministres en charge de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et la de la Formation professionnelle et Technique. Selon le résumé de la rencontre fait par le  Secrétaire général du ministère de l’Education nationale, Mohamed Zeidane, la rencontre a permis de dégager  « de grandes orientations » et « des décisions importantes » vont être prises pour améliorer la qualité de l’enseignement. Ces décisions, a-t-il  ajouté, vont dans le sens « du recrutement d’une certaine catégorie d’enseignants mais également dans le sens de permettre à beaucoup de jeunes nigériens d’avoir des emplois ».

« Le gouvernement va faire une communication sur l’ensemble de ces décisions, mais d’ores et déjà, nous sommes allés sur l’objectif suivant : à terme, nous allons mettre fin à la contractualisation dans l’enseignement général, technique et professionnel», a indiqué à la presse M. Zeidane qui a en ce sens, fait cas du recours, pendant un certain temps, aux appelés du service civique qui vont être en majorité dédiés à l’enseignement. Aussi, il sera désormais question de former des élèves-maîtres qui vont entrer dans les Ecoles normales de formation d’instituteurs  avec le niveau Bac contrairement aux années précédentes où c’est le BEPC qui est requis.  « C’est une grande satisfaction pour nous et un devoir de répondre à l’appel du Président de la République de dire que les ressources humaines valorisent toutes les autres ressources. Il nous faut former et bien former nos cadres. Et il faudrait commencer par la classe », a par la suite estimé le SG du ministère de l’Education nationale.

Mettre fin au  « statut précaire » d’une catégorie d’enseignants

 

En attendant « les grandes orientations et décisions » validées par le gouvernement, la décision à saluer est celle de la fin du « système de contrat dans l’éducation ». Ce système qui a été mis en œuvre pour permettre à l’Etat de ne plus recruter des enseignants dans la fonction publique, et ainsi contenir l’explosion de la masse salariale (sous l’égide de la Banque mondiale et du FMI), fait suite à celui du « volontariat » instauré sous la 5e République et dont les effets ont été, de l’avis de plusieurs experts de l’éducation, beaucoup néfastes à la qualité de l’Education au Niger. Il faut dire que grâce à ce système, les « contractuels » ne sont pas des agents de la fonction publique et sont donc recrutés au rabais avec comme salaire « des pécules », dépourvus de véritable prise en charge sociale ou même d’indemnités de motivation, de responsabilités  ou de compensation. Bien qu’ils constituent aujourd’hui plus de 70% du corps enseignant, certains contractuels ont perdu tout espoir d’intégrer la fonction publique au regard des dispositions actuelles qui imposent une certaine limite d’âge pour concourir et devenir agent de l’Etat.

Une situation que le Président Bazoum, bien avant son accession au pouvoir, a qualifié de « précaire » et qu’il a décidé aujourd’hui d’y mettre fin aux fins  d’améliorer la qualité de l’éducation au Niger, un chantier qu’il a fixé comme l’une des principales priorités de son mandat.

Du reste, la fin de la contractualisation est l’une des principales doléances exprimées depuis des années par les différents syndicats du secteur notamment ceux des contractuels du primaire, du secondaire ainsi que de la formation professionnelle et technique. Il reste désormais à attendre la « recette Bazoum » et surtout espérer que le Président aille jusqu’au bout de ses promesses et de ses engagements car c’est un colossal chantier qui nécessite d’importantes ressources financières surtout au regard du stock d’enseignants contractuels actuellement en poste. Mais comme l’éducation n’a pas de prix, comme ne cesse de le ressasser le chef de l’Etat, l’espoir est permis surtout que la volonté politique qui a longtemps fait défaut, est cette fois de mise…

Ikali Dan Hadiza (actuniger.com)

 



Commentaires  

+3 #1 sarki 13-10-2021 17:36
allahou akoubar, que Allah nous montre le grand jour.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 Momo 13-10-2021 17:44
On sent vraiment la présence d'un ancien enseignant à la tête du pays
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 Souley Nouhou Alhassane 13-10-2021 17:46
Ça c'est une bonne initiative, je n'en veux pas au chef d'état de traité la vie des enseignants de précaire, c'est une réalité pourquoi lui en vouloir pour avoir dit ceci ,c'était vrai est c'est vrai, ça c'est des sujets qui méritent la participation de toute la nation ou toutes les nations pour avoir une solution idoine dans cet aspect qui est le moteur de développement d'une nation.
Il doit y avoir d'abord la présence des, enseignants et conseillers pédagogiques( professeurs, enseignants etc) ,les ministres dont celui du plan et des finances accompagnés uniquement de leurs conseillers techniques et financier des deux secteurs, le président ou son intérim, le chef du gouvernement ou intérim, le représentants de l'assemblée nationale, les différents SG des syndicats de l'éducation c'est à dire du primaire collège lycée et l'université, et les différents parents d'élèves qui doivent être représentés par une organisation de la société civile patriotique et poser le débat, sur la table comme sujet:
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Souley Nouhou Alhassane 13-10-2021 17:47
Comment Nationalisée l'éducation en éradiquant le système du contrat et rendre la vie de ses acteurs leurs noblesse qui leurs appartenait à l'époque?
Je suis plus que persuadé que si un tel débat est organisé, nous parviendrons.
Et le résultat sera satisfaisants .
Quand commencera à tomber les fruits du débats, on va oublier la grève dans nos pays et yaura des bons cadre réservés pour le future.
Mais la parole wo wo wo
Ça ne donne rien
Passons a l'acte !
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 Kaba 13-10-2021 21:35
Ne parler pas de "stock" c est péjoratif tu entends même des responsables de l éducation employer ce terme
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #6 dioncounda nakaterr hag 14-10-2021 03:41
L'anpe de segou prospectives en enseignement du rails routes herbes arbres saint petersbourg segou souhaite entretenir une relation diplomatique tres detendue pour les modaliter d'achat de 400 millions de tonnes d'achat de ciment premier choax , livraisons vrac , par rails depuis niamey a hombori
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 AMONAVIS 14-10-2021 11:06
C’est certainement une bonne chose de régulariser la situation de ces contractuels mais il ne faut pas le faire à l’aveuglette.
Il faut nettoyer et désinfecter une plaie avant de procéder au pansement !
Sinon, on ne sera pas sorti de l’auberge!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 Salaire_A_Suivre 14-10-2021 18:06
Une très bonne chose pour notre secteur de l'education.Après, il faut suivre de près la question de la masse salariale...S'assurer que les salaires tomberont à terme échu...on aimerait surtout pas voir des enseignants titulaires contractualisant des dettes à n'en finir auprès des boutiquiers du quartier.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 Fassouma 02-11-2021 20:22
Moi ce qui m'inquiète ceux là qui ne sont pas de la catégorie de ceux qui vont être recrutés ou même les nouveaux contractuels de 2021 comment on va leur faire ils vont rester contractuel ou bien qu'est ce qui va se passer?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 Fassouma 02-11-2021 20:22
Moi ce qui m'inquiète ceux là qui ne sont pas de la catégorie de ceux qui vont être recrutés ou même les nouveaux contractuels de 2021 comment on va leur faire ils vont rester contractuel ou bien qu'est ce qui va se passer?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 Abdoul razak tanimoune 02-03-2022 08:46
Moi mon sousis c'est de quitter le niger poste.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 Abdoul razak tanimoune 02-03-2022 08:48
Parc qu'il n'a aucun avantage
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com