lundi 8 août 2022

2738 lecteurs en ligne -

fraren

Les représentants de l’opposition à la Commission Electorale Nationale Indépendante prêtent serment

ceni nouveaux membres prestation serment 20 01 2021

Au Niger, les cinq représentants des partis politiques de l’opposition à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ont prêté serment devant la Cour Constitutionnelle ce mardi 19 janvier 2021.

La cérémonie solennelle a été présidée par le président de ladite Cour, M. Bouba Mahamane. Elle fait suite au décret signé le 11 janvier dernier par le Président de la République portant nomination des nouveaux membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) au titre des représentants des partis politiques, et la lettre de saisine de la Cour Constitutionnelle pour leur prestation de serment.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Les représentants désignés des partis de l’opposition ont juré selon la formule consacrée du serment avant d’être renvoyés à l’exercice de leur fonction.

A l’issue de cette cérémonie, le président de la CENI, Me Issaka Sounna a dit toute sa satisfaction de voir enfin les représentants de l’opposition politique prendre leurs places au sein de la CENI.

« Aujourd’hui, nous sommes heureux d’avoir assisté à cette cérémonie consacrant la venue de l’opposition pour compléter le dispositif administratif et fonctionnel de la CENI », a-t-il déclaré, avant d’indiquer que l’arrivée de l’opposition est la preuve que le travail que la CENI est en train de mener, en dépit de quelques difficultés, "est bien et doit continuer dans ce sens", en ce qu’il "est accepté comme un travail raisonnable, juste et équitable et l’ensemble des citoyens croient à ce processus".

« Nous espérons poursuivre ensemble pour le succès de notre processus électoral », a-t-il enfin souhaité, avant de relever que tous les regards sont actuellement rivés sur le Niger, qui est entrain de réussir sa première passation démocratique du pouvoir.

« L’environnement électoral qui caractérise le Niger voudrait que le résultat des élections soit un modèle. La venue de l’opposition permettra à la CENI de renforcer le crédit du travail, la réalisation du travail dans la paix, la sérénité et la confiance », a estimé Me Issaka Sounna qui, a par ailleurs, invité les Nigériens à œuvrer pour que le rendez-vous du 21 févier 2021 aboutisse dans des bonnes conditions pour que le président régulièrement et légalement élu soit applaudi par l’ensemble des Nigériens dans l’expression la plus saine de la souveraineté du Niger. 

Le représentant des prestataires, M. Modi Alzouma a, pour sa part, indiqué que c’est à la fin du processus que la population nigérienne aura à féliciter ou sanctionner les membres de la CENI. Selon lui, c’est en ce moment-là que la population jugera la contribution que les nouveaux membres ont pu apporter dans l’amélioration du travail au niveau de la CENI. « Si aujourd’hui, nous avons décidé de reprendre nos fonctions, c’est pour apporter notre contribution dans ce travail de construction de l’édifice », a-t-il conclu.

ANP

 



Commentaires  

0 #1 TikTok 20-01-2021 20:02
Maintenant au boulot.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 lolna 20-01-2021 20:17
Tout ce bruit pendant des annees pour ca! :zzz
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 DAN DAJI 21-01-2021 11:34
Face au holdup électoral qui va se produire, le PNDS risque fort d'être avantagé par l'attitude passive des Nigériens . Peuple qui dans sa culture ne connait pas contester . Ne se révolte jamais face a l'oppression et accepte la fatalité avec calme et résignation.
Pire, il tourne le dos et laisse en pâture les quelques aventuriers qui se risquent a défendre l'intérêt collectif et dénoncent l'injustice, la corruption et autres dérives des dirigeants.
Pauvres de nous! quand est ce qu'on va se réveiller et défendre ce qui est juste?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 DAN DAJI 22-01-2021 11:24
Le second tour de l’élection présidentielle, prévu pour le 21 février, va opposer Mohamed Bazoum, le candidat du parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS) au pouvoir, à Mahamane Ousmane, premier président démocratiquement élu au Niger en 1993. Depuis le 19 janvier, Mohamed Bazoum est en France en même temps que le président sortant, Mahamadou Issoufou.

Écouter l'audio01:51
"Le séjour de Bazoum en France est suspect" (Fah Aminatou Adamou)
Dans la capitale française, l'ancien ministre de l'intérieur a programmé plusieurs rencontres avec la presse française. Une visite que Fah Aminatou Adamou, la coordinatrice de l'organisation "Action debout Niger", considère comme une ingérence de Paris dans le processus électoral en cours dans le pays.

Elle dénonce par ailleurs les fraudes commises lors du premier tour de l’élection présidentielle.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com