mercredi 10 août 2022

4367 lecteurs en ligne -

fraren

Contentieux Lumana : le ministère de l’Intérieur s’en défend d’avoir violé une décision de justice

Logo Moden FA Lumana1

Dans un communiqué en date du 28 octobre 2020, le ministère de l’intérieur a répondu à sa manière  à ce qu’il a qualifié « d’allégations de violation d’une décision », en référence aux différentes interprétations des deux lettres adressées par la tutelle à Oumarou Noma et au secrétaire général du bureau politique national du MODEN/FA Lumana. 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

 

COMMUNIQUÉ DU MINSTERE DE L’INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA DECENTIQALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIERES ET RELIGIEUSES

Suite aux décisions du Ministère de l’intérieur relatives aux congrès tenus simultanément le 19 septembre 2020 par les deux ailes du parti Moden Fa Lurnana Africa, certains concitoyens se sont crus en droit de jeter l’anathème et le discrédit sur le Ministère avec parfois des propos tendancieux prêtant au Gouvernement des intentions qui sont loin d’être les siennes, supposant même un agenda caché qui vise à octroyer au Président de la République une rallonge sinon un troisième mandat.

C’est dans cette perspective selon eux, que s’inscriraient les décisions du Ministère de l’intérieur de prendre acte des conclusions des travaux du congrès du parti Moden Fa Lumana Africa tenu à l’hôtel Toubal et rejeter celles du congrès tenu au Gouvernorat de Dosso. Le Ministère de l’intérieur s’inscrit en faux contre ces allégations mensongères qui ne reposent sur aucun fondement. En effet, selon allégations, la décision de prendre acte des conclusions des travaux tenus à l’hôtel Toubal est intervenue en méconnaissance d’une décision de justice en l’occurrence l’ordonnance de référé 141/2020 du 29 septembre 2020 du TGI/HC/N.

Ce qu’il faut rappeler tout d’abord à l’opinion publique, c’est qu’un référé n’a pas pour objet de régler un litige au fond, mais de prendre des mesures conservatoires en attendant un jugement définitif. De plus, le référé en question est intervenu le 29 septembre 2020, soit dix(10) jours après ta tenue des deux congrès. Or, jusqu’à cette date, seul Monsieur Noma Oumarou a qualité pour agir au nom du parti Moden Fa Lumana Africa conformément au jugement civil n o 328/20 du 05/08/2020 rendu au fond par le TGI/HC/N, sans qu’aucune décision de justice n’intervienne pour remettre en cause cette qualité de Président par intérim.

En soutenant que le Ministère de l’intérieur a violé une décision de justice, l’on entretient un flou juridique comme si le référé du 29 septembre2020, dénie tout pouvoir au Ministère de l’intérieur d’instruire et de se prononcer sur les dossiers soumis a son examen. De fait, l’on veut substituer le juge à l’Administration et transférer les compétences du Ministère au prétoire. Cette manipulation des esprits ne saurait prospérer car le Ministère entend bien exercer ses compétences.

En tout état de cause, la décision du Ministère de l’intérieur reste une décision administrative susceptible d’être attaquée devant le juge administratif et le Ministère se pliera volontiers à la décision qu’il prendra.

Fait à Niamey le 28 octobre 2020

Le Directeur général des Affaires Politique et Juridiques (DGAPJ)

Dagoul Malam N’Goudo



Commentaires  

+3 #1 hum 30-10-2020 18:06
hello , c est qui ce mea culpa ?Tout le monde sait que vous faites du Harakiri contre la candidature de Hama qui vous empeche d ailleurs de dormir.
Il faut nous dire combien de delegues regionaux ont assiste a la causerie de l Hotel Toubal?
comme par ironie de maladresse vous avez meme diffuse le congres de Hama a l ORTN qui est devenu TIAM(Tele Issoufou Aissata Malika) donc vous vous ridiculisez vous meme.
Tout le a vu Noma trembale par un groupe de badaux comme un fou a la devanture de l hotel toubal si quelqu un peut valider cela comme un congres alors celui la a sa place au Kabano.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 Didi 30-10-2020 18:53
Le Juge administratif c'est qui? Dans ce pays où ce sont ceux qui dénoncent les travers qui vont au gnouf. La société civile a payé un lourd tribut dans l'affaire de détournement du MDN où l'on a vu ceux qui dénonçaient aller en prison et ceux qui sont concernés par l'affaire sont toujours libres de leur circulation.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #3 Bilaou 30-10-2020 19:22
Le ridicule ne tue pas. La politique au Gondwana. A dire que nous copions les blancs particulierement la France pour faire de la démocratie. Ce sont ces coups bas qui nous font reculer. Dans quel pays voudrions-nous que nos enfants vivent. Dans un pays désuni avec de nombreux défis de surcroit au dernier rang au plan de l'indice de développement humain. Qui peut penser diriger avec aisance un pays en proie à l'insécurité de toute sorte et dans lequel ses fils et filles ne s'entendent pas sur l'essentiel des valeurs qui portent. Nous n'avons pas pitié de ce pays et particulièrement les guristes voleurs et pilleurs mus par un cynisme inexpliqué.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #4 Verique 31-10-2020 10:56
En terme de politique dans un pays comme le Niger il faut bien sûr dénigrer ou contourné certains règles qu'elle soit religieux ou peut importe mais un chose est sûre que tout le monde soit prêt à répondre à ces actes
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #5 Kader 31-10-2020 12:45
En fait même pas besoin d’être un juriste pour comprendre que tout ce qui est dit ici est faux et est un ramassis de mensonge. C’est pas la peine, vraiment ces gens n’ont pas de dignité, c’est à peine croyable, comment des gens peuvent mentir tranquillement de la sorte, mais comme ils savent que les nigériens pour la majorité ne sont pas instruits ils se permettent tout cela, mais c’est une abomination!
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #6 Désamour du pays 02-11-2020 08:47
Citation en provenance du commentaire précédent de Bilaou :
Le ridicule ne tue pas. La politique au Gondwana. A dire que nous copions les blancs particulierement la France pour faire de la démocratie. Ce sont ces coups bas qui nous font reculer. Dans quel pays voudrions-nous que nos enfants vivent. Dans un pays désuni avec de nombreux défis de surcroit au dernier rang au plan de l'indice de développement humain. Qui peut penser diriger avec aisance un pays en proie à l'insécurité de toute sorte et dans lequel ses fils et filles ne s'entendent pas sur l'essentiel des valeurs qui portent. Nous n'avons pas pitié de ce pays et particulièrement les guristes voleurs et pilleurs mus par un cynisme inexpliqué.

Par ton "nous n'avons pas pitié de ce pays", tu as tout dit, mon frère. Et ça, ce n'est hélas pas seulement le problème des "guristes", mais de l'ensemble des politiciens nigériens. Je souhaite vivement une alternance, et le cas échéant, je t'attendrais sur cette même tribune, si Dieu nous prête longue vie, pour y dénoncer les mêmes travers qui caractérisent le régime actuel.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #7 aaaaa 02-11-2020 13:24
Ce n'est pas au Ministère de juger qui des deux parties a raison. Un contentieux juridique se règle à la justice. Le juge de référé a tranché; la Cour d'Appel vient de le conforter dans sa position. Le Ministère de l'Intérieur n'a qu'à réfléchir par deux fois avant de pondre une nouvelle absurdité juridique.
Nous sommes prêt à imposer la justice au Niger par tous les moyens nécessaires...mais nous laissons à nos adversaires la latitude de choisir le terrain de jeu.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 aaaaa 02-11-2020 13:32
Citation en provenance du commentaire précédent de Didi :
Le Juge administratif c'est qui? Dans ce pays où ce sont ceux qui dénoncent les travers qui vont au gnouf. La société civile a payé un lourd tribut dans l'affaire de détournement du MDN où l'on a vu ceux qui dénonçaient aller en prison et ceux qui sont concernés par l'affaire sont toujours libres de leur circulation.

Vous aiguillez Lumana vers votre juge administratif que vous aviez soigneusement désigné pour vous assister dans votre ambition sordide. Alkache et ses apôtres devront revenir avec des idées beaucoup plus intelligentes....
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #9 Lecteur-Actuniger 02-11-2020 19:04
Citation en provenance du commentaire précédent de Bilaou :
Le ridicule ne tue pas. La politique au Gondwana. A dire que nous copions les blancs particulierement la France pour faire de la démocratie. Ce sont ces coups bas qui nous font reculer. Dans quel pays voudrions-nous que nos enfants vivent. Dans un pays désuni avec de nombreux défis de surcroit au dernier rang au plan de l'indice de développement humain. Qui peut penser diriger avec aisance un pays en proie à l'insécurité de toute sorte et dans lequel ses fils et filles ne s'entendent pas sur l'essentiel des valeurs qui portent. Nous n'avons pas pitié de ce pays et particulièrement les guristes voleurs et pilleurs mus par un cynisme inexpliqué.


Monsieur, tu peux chercher un autre pays que le Niger pour vivre tranquillement comme tu en pense ainsi. Le président SEM ISSOFOU a fait de son mieux pour avancer le Niger à son développement et à la cohésion sociale. Comme ce n'est pas votre courant au affaire tout n'est pas bien, c'est ça
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 Issoufou warzagan 14-11-2020 09:09
Bonjour






:cry:
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com