mardi, 29 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Yacouba costard

Cible de trois attaques terroristes en dix jours au mois d’octobre, le Niger se trouve sous les feux de la rampe et des jihadistes venus du Nord-Mali. Entre une situation sécuritaire tendue, un agenda diplomatique chargé et un récent remaniement, le ministre des Affaires étrangères nigérien, Ibrahim Yacouba, répond aux questions de Jeune Afrique.

Zeyna transfert argent bis

Jeune Afrique : Le Niger a subi trois attaques en dix jours et, chaque fois, les assaillants se sont enfuis vers le Mali. Cela signifie-t-il que la frontière entre les deux pays est aujourd’hui hors de contrôle ?

Ibrahim Yacouba : Cela signifie que la situation au Nord-Mali s’est dégradée. Nous le disons depuis dix mois : nous devons nous organiser pour éradiquer le terrorisme à sa racine, c’est-à-dire au nord du Mali. Nous avions demandé à ce que le mandat de la Minusma soit  nettement plus offensif et permette de faire la guerre. Cela  n’a pas été fait. Il y a eu des petits aménagements mais l’action n’est pas encore appropriée. Sans un mandat offensif robuste, nous ne parviendrons pas à faire en sorte que les pays du Sahel ne soient pas attaqués, comme l’ont été le Niger et le Burkina Faso notamment.

La responsabilité de ces attaques est donc à chercher du côté de la Minusma ?

Plutôt du côté de la communauté internationale. Nous avons plus de 10 000 hommes au sein de la Minusma et nous y mobilisons des centaines de millions de dollars. Mais dans certaines zones, des groupes exercent des activités criminelles et on ne les attaque pas. La Minusma est conçue comme un dispositif de maintien de la paix sur un terrain où il faut faire la guerre. Si nous ne faisons pas la guerre aux terroristes, eux nous la feront ! Il faut transformer la force de l’ONU, comme cela a été fait en RD Congo avec la Monusco. Et si ce n’est pas possible, il faut permettre aux pays du G5 Sahel [Niger, Tchad, Burkina Faso, Mali, Mauritanie, NDLR] de mettre en place une force multinationale.

Où en sont les discussions concernant cette force ?

Au sein du G5, nous sommes d’accord pour la mettre en place, mais il nous faut des ressources financières pour le faire. Nous avons désormais un exemple à copier avec la force multinationale mixte autour du lac Tchad. Cette nouvelle force peut être opérationnelle le plus tôt possible. Nous ne pouvons plus nous contenter d’un dispositif onusien classique, adapté à des acteurs vertueux et respectueux. Au Nord-Mali, certains sont signataires d’un accord de paix le jour et redeviennent terroristes et narcotrafiquants la nuit. Il y a une guerre à mener et on ne peut pas en faire l’économie.

Vous parlez de narcotrafic. Celui-ci est-il aujourd’hui le principal problème du Niger, à la fois pays de transit et cible des terroristes ?

Le Niger n’a pas de groupes jihadistes ou narcotrafiquants sur son territoire. Mais il est vrai que les terroristes utilisent la drogue pour se financer et nous attaquer. Nous devons donc absolument combattre le trafic, que ce soit pour notre santé publique ou pour notre sécurité. Il faut détruire cette source de financement du terrorisme.

Qu’en est-il des accusations concernant des liens entre le milieu politique nigérien et le trafic de drogue ?

Notre gouvernement n’a aucun lien avec le trafic de drogue et il ne fera jamais de concession ou d’arrangement avec celui-ci. Les trafiquants de drogue sont des criminels, des ennemis, que nous affronterons au Niger ou à l’étranger. C’est notre responsabilité si nous voulons préserver notre État. Si des personnalités, politiques ou non, ont des liens avec le trafic, je serais heureux qu’elles soient sanctionnées.

Vous évoquiez la force multinationale autour du lac Tchad. Quelle est aujourd’hui la situation face à Boko Haram ?

Nous avons remporté beaucoup de victoires et repris toutes les villes que Boko Haram occupait. Nos armées ont considérablement affaibli les jihadistes. Mais il faut rester lucide : même si leur capacité est aujourd’hui très réduite, ils restent dangereux. Nous ne baisserons pas la garde. Il y a un combat asymétrique à mener et il nous reste à réoccuper les îles du lac Tchad. Nous allons mener cette guerre des îles et, si Dieu le veut, nous la gagnerons.

Le problème résidait essentiellement dans le fait que les forces nigérianes avaient du mal à occuper les territoires reconquis…

C’était vrai il y a quelques mois mais la situation a changé. Aujourd’hui, nous avons du côté du Nigeria une armée totalement engagée et efficace.

Sur un plan diplomatique, l’Union africaine s’apprête à changer de président de la Commission, en janvier. Qui le Niger soutiendra-t-il pour la succession de Nkosazana Dlamini-Zuma ?

Ce sont des discussions que nous avons au sein de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao). L’objectif est d’avoir une démarche commune sur cette question. Il nous reste encore quelques mois pour finaliser les candidatures et les positions de chacun. Tout se décidera au niveau communautaire.

Le président tchadien Idriss Déby va également quitter la présidence de l’UA. Mahamadou Issoufou est-il candidat à sa succession ?

Encore une fois, c’est une décision qui va se prendre au niveau de la sous-région. Ce qui est sûr, c’est que c’est au tour de l’Afrique de l’Ouest d’occuper la présidence. Un nom sera proposé d’ici le sommet des chefs d’État de l’Union africaine, en janvier.

Le Burundi, l’Afrique du Sud et la Gambie ont annoncé vouloir se retirer de la Cour pénale internationale. Quelle est la position du Niger ?

Nous sommes respectueux de la position de ces pays. Ils ont adhéré librement à la Cour et décident aujourd’hui de s’en retirer. C’est leur responsabilité. Il y a un débat qui est ouvert depuis le dernier sommet de l’UA à Kigali et il va se poursuivre, avec la participation du Niger, lors de la prochaine rencontre. Le gouvernement nigérien n’a, au moment où nous parlons, jamais tenu de discussions spécifiques sur un éventuel retrait de la CPI.

Vous avez été confirmé à votre poste lors du dernier remaniement, qui a intégré des ministres issus du Mouvement national pour la société du développement (MNSD, rallié à la majorité présidentielle). Ce gouvernement d’union nationale est-il une bonne chose ?

C’est une excellente chose, adaptée à notre situation et à nos défis. Pour affronter les menaces sécuritaires et porter les réformes nécessaires, il faut une adhésion et une unité nationale, notamment à l’Assemblée. Cette unité est la première pierre du succès des forces de défense et de sécurité dans un conflit. Il ne faut pas non plus oublier que notre processus démocratique est encore fragile : depuis la conférence nationale, aucun chef d’État élu n’a transmis le pouvoir à un autre président élu ! Pour que le processus démocratique se renforce, tous les acteurs politiques doivent s’engager dans un programme de gouvernance et de renforcement des institutions.

Selon nos informations, un gouvernement resserré de 30 ministres était, au départ, envisagé. Il y a finalement plus de 40 ministères. N’est-ce pas trop pour le Niger ?

Je comprends le point de vue de ceux qui espéraient un gouvernement plus restreint. Mais la « grosseur » d’un gouvernement est également un élément de stabilité politique. Je pense qu’il était nécessaire d’avoir une quarantaine de ministres. Dans un contexte particulier, notamment sécuritaire, il fallait trouver un équilibre entre les aspirations des citoyens et la stabilité politique. C’est ce qu’a fait le Premier ministre.

 

Jeune Afrique 

Zeyna transfert argent bis

Commentaires  

-1 #1 nass 03-11-2016 04:31
merci mon president bien parle.
bonne chance...
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #2 zilly 03-11-2016 07:39
"Qu’en est-il des accusations concernant des liens entre le milieu politique nigérien et le trafic de drogue ? " Cette question est posee par JA a un politicien nigerien, ce qui veut dire que cette collusion entre MI et son gang avec les trafiquants de drogue n'est plus un secret de polichinelle. C'est connu au dela de nos frontieres et c'st grave pour le Niger. Ceci devrait inquieter chaque nigerien.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 seynos 03-11-2016 08:24
La grosseur du Gouvernement est juste une stabilité pour le Président mais pas pour le Niger parce que on veut avoir une assemblée acquise à sa cause pour faire passer tout. Dans tous les cas, le Niger n'a pas élu le Premier Ministre, le peuple a élu le Président et c'est lui qui rendra compte devant ALLAH de la confiance placée en lui. Aujourd'hui, à l'unanimité, les nigériens sont pour un gouvernement restreint, pourquoi ne pas aller dans ce sens au lieu d'aller dans l'autre sens où ce sont les hommes politiques qui sont satisfaits et non le peuple
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 haba haba 03-11-2016 08:35
Rhissa?
PNDS?
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 sarki 03-11-2016 08:56
Au moins lui, il est à peu près cohérent et ne dit pas des bêtises. Contrairement à d'autres..
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #6 PourLeNiger 03-11-2016 09:12
Ces politiciens ne pensent qu'a eux meme. Pour eux la stabilite se limite a une entente entre eux pour dillapider nos maigres ressources.
A quand le reveil des vrais democrates et patriotes Nigeriens pour mettre fin a cette mafia politico administrative qui nous dirrige?
Allons nous continuer de subir passivement et lachement tous ces affronts?
Rester sans rien faire est synonime d'acceptance et de compliciter.
Chers freres et soeurs, Pour Le Niger il est grand temps que nous nous reveillons.
Faisons usage de nos droits constitutionnels, refusons la dictature, la cleptocratie et les railleries de toute sorte que ce pouvoir usurpe nous impose.

Seule la lutte et le travail payent!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #7 wane mutune 03-11-2016 13:50
Faisons la guerre contre la pauvreté c'est mieux à travers une bonne gouvernance, une formation de qualité pour les jeunes, un renforcement du système de santé pour un accès à des soins de qualité à tous les niveaux, un développement de l'économie et des secteurs connexes, la protection de l'environnement toutes choses devant nous conduire vers le développement durable. Évitons les provocations car nous n'avons pas les moyens de supporter des efforts de guerre ni sur le moyen terme encore moins sur le long. Déjà notre trésor national semble essoufflé par la morosité du contexte actuel. Sur quoi et sur qui comptons-nous pour faire la guerre aux terroristes dans un autre pays qui n'est pas le notre? La prudence est mère de sûreté.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 sabiou 03-11-2016 17:33
Citation en provenance du commentaire précédent de wane mutune :
Faisons la guerre contre la pauvreté c'est mieux à travers une bonne gouvernance, une formation de qualité pour les jeunes, un renforcement du système de santé pour un accès à des soins de qualité à tous les niveaux, un développement de l'économie et des secteurs connexes, la protection de l'environnement toutes choses devant nous conduire vers le développement durable. Évitons les provocations car nous n'avons pas les moyens de supporter des efforts de guerre ni sur le moyen terme encore moins sur le long. Déjà notre trésor national semble essoufflé par la morosité du contexte actuel. Sur quoi et sur qui comptons-nous pour faire la guerre aux terroristes dans un autre pays qui n'est pas le notre? La prudence est mère de sûreté.

Cette guerre implacable contre la misere et la pauvrete aidera a gagner celle contre les terroristes.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 afriki 04-11-2016 20:10
Bien parlé. Ton seul défaut c'est de trahir tes convictions pour aller à la mangeoire. Politiquement issoufou t'a detruit. C'est cette meme communaute internationale que sont la france les etats unis et l'otan qui sont les parrains du terrorisme. La munisma est une force de reserve pour la france et africom pour les etats unis qui payent les terroristes avec l'argent de la drogue pour annexer nos etats. Issoufou n'est qu'un complice de tout ce desordre au sahel c'est pour cela que les occidentaux le protege mais pas le niger. Il faut que les africains se tournent vers la russie et la chine pour eradiquer le terrorisme occidental.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 afriki 04-11-2016 20:50
Il faudrait être naïf ou borné pour ne pas comprendre que se sont la France les États-Unis la grande Bretagne l'Allemagne et l'otan qui s financent le terrorisme partout dans le monde notement au moyen orient et en afrique. Les bases étrangères ne luttent pas contre le terrorisme mais les arment et les renseignent. Pourquoi la france protege kidal berceau du terrorisme et du trafic de drogue au sahel. Ces ennemis de la paix ont pour prochaine cible l'algerie . Et pour cela ils renforcent leurs bases au niger et au tchad.Quand les terroristes quitteront kidal pour attaquer l'algerie ces bases vont mettre en place une zone d'exclusion aerienne comme en lybie. Ainsi ils mettront l'afrique a genoux pour exploiter ses richesses sans payer. Mais il leur fait un gouvernement favorable en lybie voila pourquoi le general a ete empoisonne ou hemoragie cerebrale?. Les africains doivent se reveiller ou perir.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 afriki 04-11-2016 21:11
S'il vous plait. La France qui parle de terroristes modérés et rebelles démocratiques en Syrie. Le mnla rebellion responsable au mali et des terroristes invisibles avec des narco trafiquants ui echappent a leurs avions et a leurs patrouilles. Au. Igeria la. France et les etats unis disent ne pas etre intetesses par les terroristes de boko haram. Au Rouanda 22 officiers ftancais sont cites dans le genocide rouandais. En centre afrique la france seme le chaos en soutenant les groupes terroristes qui circulent sans etre inquietes. Les africains attendent les nouvelles bases russes au mali au niger et au congo pour lutter reellement contre les terroristes de la france et des etats unis.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 lemou 04-11-2016 23:07
Arriviste dégage
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 29/09/2020, 10:07
journee-de-solidarite-coris-day-2020-coris-bank-niger-offre-des-vivres-et-du-materiel-a-plus-de-300-sinistres-de-harobanda-et-de-saga L’édition 2020 de la Journée de solidarité, « CORIS DAY », de Coris Bank International a été...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 08:48
communique-du-conseil-des-ministres-du-lundi-28-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 28 septembre 2020, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 28/09/2020, 14:47
togo-le-president-faure-nomme-victoire-tomegah-dogbe-a-la-tete-du-gouvernement Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé ce lundi 28 septembre, Mme Victoire Tomegah-Dogbé,...Lire plus...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...Lire plus...
Publier le 27/09/2020, 21:31
fenifoot-le-francais-jean-michel-cavalli-va-s-engager-avec-le-mena-national Le technicien français Jean-Michel Cavalli vient d’arriver à Niamey où il va s’engager avec la...Lire plus...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...
Publier le 23/09/2020, 06:45
ethique-et-bonne-gouvernance-les-douanes-nigeriennes-a-l-ecole-du-programme-anti-corruption-et-de-promotion-de-l-integrite-de-l-organisation-mondiale-des-douanes-a-cpi-omd Niamey abrite, du 22 au 23 septembre 2020, la première réunion des contributeurs internes et externes...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 27/09/2020, 16:24
niger-des-partis-politiques-comme-s-il-en-pleuvait Niger, 147 partis politiques légalement reconnus, 21 en instance de l’être ; Côte d’Ivoire 130...
Publier le 23/09/2020, 06:45
ethique-et-bonne-gouvernance-les-douanes-nigeriennes-a-l-ecole-du-programme-anti-corruption-et-de-promotion-de-l-integrite-de-l-organisation-mondiale-des-douanes-a-cpi-omd Niamey abrite, du 22 au 23 septembre 2020, la première réunion des contributeurs internes et externes...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...

Dans la même Rubrique

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU LUNDI 28 SEPTEMBRE 2020

29 septembre 2020
COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU LUNDI 28 SEPTEMBRE 2020

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 28 septembre 2020, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République,...

Présidentielles: Alma Oumarou investi candidat du RPP Farilla

28 septembre 2020
Présidentielles: Alma Oumarou investi candidat du RPP Farilla

Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey, son premier congrès constitutif. Par la même occasion, son président Alma Oumarou a...

NIGER : Des partis politiques comme s’il en pleuvait… !

27 septembre 2020
NIGER : Des partis politiques comme s’il en pleuvait… !

Niger, 147 partis politiques légalement reconnus, 21 en instance de l’être ; Côte d’Ivoire 130 partis politiques, Burkina Faso 103, Mali 94, Sénégal 77, Togo 68, Guinée 46, Nigéria 41, Benin...

Présidentielles : le journaliste Salou Gobi investi candidat du CNR Gayya

27 septembre 2020
Présidentielles : le journaliste Salou Gobi investi candidat du CNR Gayya

La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des Sports de Niamey, son premier congrès statutaire qui a été couplé à la...

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 25 SEPTEMBRE 2020

25 septembre 2020
COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 25 SEPTEMBRE 2020

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la...

Assemblée nationale : discours du PAN à l’ouverture de la 2e session ordinaire au titre de l’année 2020

25 septembre 2020
Assemblée nationale : discours du PAN à l’ouverture de la 2e session ordinaire au titre de l’année 2020

La 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale au titre de l’année 2020, dite Session budgétaire, s’est ouverte ce vendredi 25 septembre  2020 à l’hémicycle, Place de la concertation. A cette occasion,...