dimanche, 15 septembre 2019
frarzh-CNentr
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

WhatsApp Image 2019 08 28 at 18.43.25

Issoufou Ja Grand RV

Il est discret, presque timide, mais il ne faut pas s'y tromper : fier de son bilan, le chef de l'État sortant est décidé à s'imposer à l'issue de la présidentielle du 21 février. Rencontre avec un homme dont la lisseté n'est qu'apparente et que ses adversaires ont appris à ne pas sous-estimer.

Drôle d'hivernage que celui-ci. La brume sèche de poussière qui flotte sur Niamey dès les premières heures du jour, de part et d'autre du pont Kennedy et de l'échangeur tout juste inauguré en bordure du fleuve, nimbe d'un voile grisâtre une capitale saisie par la fièvre électorale. Météo atone, mais prédictions extrêmes : pour la présidentielle du 21 février, le pouvoir en place prévoit une victoire par knock-out au premier tour alors que l'opposition annonce le pire si l'un des siens n'est pas déclaré gagnant à l'issue du second round. Au cœur du match, un homme de 63 ans, le chef de l'État sortant Mahamadou Issoufou, dont on s'étonne qu'il se retrouve l'objet de toutes les passions, tant ce personnage réservé et un peu timide semble devoir n'en déclencher que de raisonnées.

Celui qui préside aux destinées du Niger depuis cinq ans et brigue aujourd'hui son deuxième et dernier mandat n'est pas de ces leaders qui impriment par leur charisme ou par leur capacité à trancher – au sens figuré – les têtes. Il est plutôt de ceux dont la force de conviction tient de la pédagogie, du consensus et de l'humilité. Bien vu à Paris, où François Hollande le reçoit volontiers en camarade sur le front de la lutte contre le terrorisme jihadiste, et auprès des bailleurs de fonds du Niger, qui louent la sobriété de sa gouvernance, Issoufou est aux yeux de ses adversaires une sorte de Machiavel en boubou dissimulant sous des dehors patelins un vrai tempérament d'autocrate. Pourquoi une telle dichotomie ? On ne savait pas les Nigériens – dont une récente découverte scientifique certifie qu'ils sont, à l'instar des Ghanéens et des Mexicains, plus dotés que d'autres en « gènes du bonheur » (l'hydrolase des amides gras, dont la présence favorise la félicité) – particulièrement portés sur les excès. Assimiler, contre toute évidence, le président sortant à un vulgaire dictateur en est un, tout comme sans doute prédire son élection au premier tour avec 70 % des voix – pourcentage entendu dans la bouche de ses partisans. Une chose est sûre : au Niger comme ailleurs, c'est le verdict des urnes qui fera foi. Plus qu'ailleurs peut-être, car ici le fichier électoral a été validé par toutes les parties, la commission électorale est réellement indépendante, la composition de la Cour constitutionnelle est plus ouverte et libérale qu'en France, les observateurs étrangers sont les bienvenus, et il est de tradition nigérienne que les vaincus félicitent le vainqueur.

Qui est donc le vrai Mahamadou Issoufou ? Celui que son concurrent incarcéré et néanmoins candidat (sans doute une première mondiale), Hama Amadou, accuse d'avoir voulu l'empoisonner, ou « Zaki », le lion placide, protecteur et équanime que décrivent les militants de son parti ? Voici quelques pièces du puzzle pour comprendre une personnalité dont la lisseté n'est qu'apparente.

Fils de tirailleur

Il est né en septembre 1952 à Dandadji, bourg haoussa de la région de Tahoua. Son père, Oumarou Issa, dit Nomao, a eu 14 enfants et a effectué dix campagnes au sein de l'armée française entre 1929 et 1947. Analphabète, adjudant, médaillé et pensionné. Retraite paisible de chef de village et de petit propriétaire terrien. À sa mort, la pension s'arrête net. En terminale au lycée de Niamey, le jeune Mahamadou écrit au ministère français de la Défense pour que les ayants droit en bénéficient. Réponse : il y a prescription et, si vous n'êtes pas d'accord, engagez un avocat. Premier choc.

« Pompidou, dehors ! »

Bachelier en 1971, Mahamadou sollicite de l'État nigérien une bourse pour s'inscrire en classe préparatoire à Louis-le-Grand, à Paris. Il travaille trois mois pour se payer un costume et attend. En vain. Ses camarades issus de familles de barons du régime de Hamani Diori sont sélectionnés, pas lui. Trop pauvre, pas assez pistonné. Deuxième choc, et le début d'une politisation accélérée. Quelques mois plus tard, il est du groupe d'étudiants qui « accueillent » le président Georges Pompidou en visite à Niamey avec des jets de tomates et de mottes de terre. En 1973, une grève dure paralyse le secteur scolaire et universitaire. Première arrestation : trois semaines de commissariat.

Les années Feanf

Enfin boursier ! Pendant quatre ans, Mahamadou Issoufou est en France : maths et sciences à Montpellier et à Paris, puis école des Mines à Saint-Étienne. Années de fièvre studieuse et militante, dans le sillage de la mythique Fédération des étudiants d'Afrique noire en France. Son livre de chevet : Que faire ? , de Lénine, mais aussi ceux de Fanon et de Césaire.C'est à la résidence universitaire d'Antony, près de Paris, que naît en 1976 le premier groupe de réflexion révolutionnaire nigérien sous l'impulsion de celui qui signe ses correspondances du surnom de Pinto. Issoufou se place dans le sillage de ses aînés féanfistes Alpha Condé et Ibrahim Boubacar Keïta, et fréquente un étudiant voltaïque du nom de Roch Marc Christian Kaboré. Tous futurs présidents de leurs pays respectifs.

Le temps des camarades

Le Niger vit alors sous le régime d'exception du colonel Seyni Kountché et, lorsqu'il regagne Niamey en 1979 pour prendre un poste de directeur au sein du ministère des Mines, Issoufou fait de la politique en clandestin. Avec les camarades de ce qui deviendra (et demeure aujourd'hui) sa garde rapprochée – Massaoudou Hassoumi, Souleymane Kane, Mohamed Bazoum, Foumakoye Gado –, il jette les bases du PNDS, le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme. Un parti qui, avant d'opter pour le rose de la social-démocratie, est carrément dans le rouge lors de la conférence nationale de 1991, où il se distingue par ses revendications radicales. Devenu entre-temps directeur des exploitations de la Somaïr (uranium) à Arlit, Mahamadou Issoufou apparaît comme le leader d'une formation élitiste où se côtoient ingénieurs, enseignants et étudiants. Il ne va pas tarder à rencontrer son électorat.

Qui seront ses principaux concurrents ?

Début janvier, la Cour constitutionnelle a validé quinze candidatures pour un scrutin au cours duquel s'affronteront plusieurs ténors de la vie politique locale.

Hama Amadou

Jusqu'à il y a quelques mois, l'ancien président de l'Assemblée nationale faisait figure de principal adversaire à Mahamadou Issoufou. Problème : mis en cause dans une affaire de trafic d'enfants, il est incarcéré depuis la mi-novembre à Filingué, à 180 km de Niamey. Empêché de faire campagne, il n'a toutefois pas renoncé à se présenter sous la bannière du Moden Fa Lumana – parti qu'il a créé en 2010 après avoir été écarté de la direction du MNSD, alors au pouvoir. Originaire de l'ouest du pays, il fut Premier ministre à deux reprises (sous Mahamane Ousmane puis sous Mamadou Tandja). Lors du second tour de la présidentielle de 2011, il avait soutenu Issoufou face à Seyni Oumarou, avant de rejoindre les rangs de l'opposition, en 2013.

SeyniOumarou

Originaire de la région de Tillabéri, dans l'Ouest, Seyni Oumarou est réputé pour sa discrétion et son sens du compromis. Il a fait l'essentiel de sa carrière dans l'ombre de Hama puis dans celle de Mamadou Tandja. En 2009, quand Hama est écarté du MNSD, Seyni Oumarou lui succède à la tête du parti. En 2011, il mène une campagne habile en parvenant à se poser en héritier de Tandja tout en se démarquant du tazartché (« la continuité », en langue haoussa) et parvient à se hisser au second tour de la présidentielle. Aujourd'hui chef de file de l'opposition, il espère profiter de l'incarcération de Hama et rogner sur son électorat.

Mahamane Ousmane

Par deux fois, en 2004 et en 2009, l'ancien président est arrivé troisième à l'élection présidentielle. Et par deux fois, lui, « le faiseur de rois », a choisi de soutenir Tandja plutôt qu'Issoufou. En 2011, nouvelle déception : candidat pour le compte de la CDS-Rahama, il n'arrive qu'en quatrième position. Fort de son influence dans ses bastions historiques de Zinder (la ville dont il est originaire), de Maradi et de Diffa, il portera cette fois les couleurs du MNRD et affrontera dans les urnes trois de ses anciens Premiers ministres : Issoufou, Amadou Boubacar Cissé et Hama Amadou.

Amadou Boubacar Cissé

Ancien Premier ministre, plusieurs fois ministre et déjà candidat en 2011 (il avait soutenu Issoufou au second tour), Amadou Boubacar Cissé a quitté la coalition présidentielle en septembre 2015 en dénonçant « les volontés hégémoniques du pouvoir ». Économiste de formation, il est passé par la Banque mondiale et par la Banque islamique de développement et portera, à la prochaine élection, les couleurs de l'UDR-Tabbat.

17 opposants ont conclu un accord de ralliement en cas de second tour. Parmi les signataires de cette Coalition pour l'alternance 2016 (Copa 2016) : Mahamane Ousmane (1), Hama Amadou (2), SeyniOumarou (3) ou encore Amadou Boubacar Cissé (4).

Trois défaites, une victoire

Candidat à la présidentielle de 1993, Zaki réussit un petit miracle : il frôle les 16 % au premier tour, et son parti rafle 13 sièges de député. Séduit, le président Mahamane Ousmane le nomme Premier ministre à l'âge de 40 ans. Mais, entre ces deux hommes au tempérament opposé, la cohabitation ne dure pas. Issoufou démissionne, avant de rebondir en février 1995 à la tête du Parlement. Un an plus tard, le général Baré Maïnassara s'empare du pouvoir par un coup d'État, précipitant la plupart des leaders politiques dans l'opposition. Mahamadou Issoufou goûte à nouveau de la prison : cinq semaines et trois lieux de détention différents. Maïnassara assassiné sur le tarmac de l'aéroport militaire de Niamey, une nouvelle élection est organisée en octobre 1999, à laquelle Issoufou se porte candidat, pour la deuxième fois. Avec 22,8 % au premier tour, il se qualifie pour le second avant d'être battu par Mamadou Tandja. Même configuration et même résultat cinq ans plus tard, en novembre 2004. Il faudra attendre mars 2011, le temps pour Tandja d'échouer dans sa tentative de s'incruster au pouvoir en modifiant la Constitution, pour qu'Issoufou accède enfin à la présidence. Une résilience qui lui aura valu un mandat d'arrêt, auquel il a su faire face avec courage, et une science d'arpenteur du territoire national, labouré de village en point d'eau.

Travail, famille, patrie

La trilogie pétainiste pourrait être la sienne, le dévoiement en moins. Quand il ne voyage pas à bord du BB jet présidentiel acheté d'occasion en 2013, Mahamadou Issoufou règle sa vie comme une horloge. Levé à 5 h 30, prière, une heure de marche, bureau à 7 h 30. « La première personne que je reçois chaque matin, c'est le chef des renseignements, dit-il. C'est parce que j'accorde une importance prioritaire à la sécurité que nous avons tenu le choc et que, à la différence du Mali, il n'y a pas au Niger de zone de non-droit, où l'État est absent. » En cinq ans, l'opposant devenu président a appris à faire des compromis : « On en fait toujours, y compris avec ses convictions, quand on est au pouvoir ; comme le disait Lénine, entre les principes et la réalité, il faut choisir la réalité, à condition de ne pas s'agenouiller devant elle. Mes valeurs sont des valeurs républicaines : liberté, justice, égalité, ordre public, et je ne transige pas avec les libertés. » Lorsqu'il rentre chez lui le soir, vers 19 h 30, Zaki lit, beaucoup, et regarde parfois des DVD de ce qui a toujours été sa passion : la lutte traditionnelle haoussa, dont il connaît par cœur le nom et la légende de tous les héros. De ses deux épouses, Aïssata l'ingénieure et Malika le médecin, il affirme qu'elles s'entendent bien et qu'elles ne jouent aucun rôle politique, se contentant de gérer chacune sa propre fondation humanitaire. Abba, l'aîné de ses cinq enfants, diplômé de Harvard, a créé une société d'entrepreneuriat social au Niger. « Je lui ai interdit tout marché avec l'État », assure le président, qui se sait constamment pister sur ce terrain sensible par des médias pugnaces. Même prudence avec ses biens : « Je n'en ai aucun à l'étranger, et ils font l'objet d'une déclaration annuelle de patrimoine. » Ou avec ses loisirs : « C'est à Dan dadji que je me repose. Vous ne me verrez jamais en vacances à Deauville ou à Marbella. »

En 2011, Issoufou était arrivé en tête du premier tour avec 36 % des suffrages, socle sur lequel il est persuadé de pouvoir encore compter. Au second tour, il l'avait emporté avec 57,95 % des voix face à Seyni Oumarou

Hama et lui

L'un se considère comme le « prisonnier personnel » de l'autre et le second dit ne pas comprendre pourquoi le premier le rend responsable de ses démêlés avec la justice. Entre Hama Amadou, le détenu candidat de Filingué, et Mahamadou Issoufou, le président candidat de Niamey, difficile de repérer le moment précis où la relation qu'ils entretenaient depuis trente ans s'est brisée – définitivement, si l'on en croit l'entourage des deux hommes. Certes, l'administrateur et l'ingénieur n'ont jamais été amis. Lorsque Hama Amadou était directeur de cabinet des généraux Kountché et Ali Saïbou, puis Premier ministre de MamadouTandja,Issoufou était dans le camp opposé. Idéologiquement – si le mot a un sens –, Hama Amadou est un homme de droite, proche en France de l'UMP, alors qu'Issoufou ne cache pas l'appartenance de son parti à l'Internationale socialiste. Mais ils se sont retrouvés dans des combats communs : contre le régime Maïnassara, contre les dérives de celui de Tandja et surtout au second tour de la présidentielle de 2011. En appelant à voter pour Issoufou contre Seyni Oumarou, Hama Amadou a fait pencher la balance. Est-ce là qu'est né le malentendu ? Un partage des deux mandats aurait-il été négocié en secret entre les deux hommes pour prix du ralliement ? Improuvable et démenti, la main sur le cœur, par le camp présidentiel. Avant d'en claquer la porte et d'afficher ses ambitions d'opposant pour l'élection présidentielle, Hama Amadou a été, de 2011 à 2013, président de l'Assemblée. « Il aurait pu, il aurait dû le rester et continuer de collaborer avec moi, estime Issoufou. Cela ne l'aurait pas empêché d'être candidat et, qui sait, de me battre. C'est en tout cas la stratégie qu'à sa place j'aurais choisie : éviter le conflit. » La suite est connue. Lorsque éclate l'affaire dite des bébés volés, Hama choisit la fuite et l'exil, revient à Niamey, se fait illico arrêter et échoue à obtenir sa libération, tant auprès de la Cour de justice de la Cedeao que de la Cour constitutionnelle nigérienne. Face à un adversaire de poids qui cherche à faire passer cette étrange affaire pour une machination destinée à le détruire, le camp présidentiel savoure ces péripéties comme du pain bénit. Et parie sur la prime au sortant, le bilan du quinquennat, le vote légitimiste et les ralliements enregistrés ces dernières années pour prédire sa victoire. « Si Dieu et les Nigériens me donnent cinq ans de plus, ce seront les derniers, jure Issoufou. Cela fait 1 761 jours [le 14 janvier 2016] que je suis au pouvoir, et je n'ai toujours pas trouvé un seul argument qui justifie que je m'accroche au-delà du terme fixé par la Constitution. » Parole de Zaki.

Issoufou Mahamadou RVMahamadou Issoufou « Cette élection, je la sens bien! »

Aucun scrutin n'est gagné d'avance, concède le président sortant, qui se prend néanmoins à rêver d'un coup KO. « J'ai tenu mes promesses », affirme-t-il.

JEUNE AFRIQUE : Le terrorisme jihadiste a frappé Ouagadougou le 15 janvier. Niamey est-il menacé?

MAHAMADOU ISSOUFOU : Tous les pays, toutes les capitales du Sahel sont des cibles. Plus nos services de renseignements seront fiables, plus la coopération sécuritaire entre nous sera fluide et mutualisée, plus nos institutions seront fortes, et mieux nous parviendrons à prévenir ce type d'agression. Il s'agit d'une guerre asymétrique, d'une guerre au sein des populations, l'impératif étant d'empêcher l'ennemi d'évoluer dans les quartiers de nos villes comme un poisson dans l'eau. Ici, au Niger, nous faisons un gros travail de sensibilisation afin que tout comportement suspect soit dénoncé aux forces de l'ordre le plus rapidement possible.

Les habitants de Niamey et les expatriés qui y vivent ou y sont de passage ont-ils des raisons d'avoir peur?

Ne pas sortir au restaurant, ne pas fréquenter nos hôtels, ne pas venir au Niger, c'est déjà offrir une victoire aux terroristes. Alors oui, bien sûr, la vie doit continuer normalement, même si nous avons un devoir de vigilance. Garder les yeux ouverts ne signifie pas être paralysé. Depuis mon arrivée au pouvoir et même avant, le Niger vit dans une sorte d'alerte et de vigilance antiterroriste permanente. Nos forces de défense et de sécurité aussi : ce n'est pas un hasard si elles sont considérées comme étant parmi les meilleures d'Afrique de l'Ouest.

L'extension de Daesh en Libye vous préoccupe-t-elle?

C'est une énorme source d'inquiétude pour le Niger et pour toute l'Afrique de l'Ouest et de l'Afrique centrale, surtout si Daesh et BokoHaram coordonnent leurs actions. Il faut qu'un embryon d'État centralisé existe en Libye, et il faut l'aider à combattre Daesh par tous les moyens. Une intervention militaire internationale y est plus que jamais un impératif – c'est la seule solution. Autant je suis optimiste quant à nos capacités à réduire, voire à éradiquer BokoHaram en 2016, autant je suis pessimiste sur la Libye. Nous ne devons pas laisser le monstre Daesh devenir hors de contrôle.

Combien y a-t-il de jihadistes détenus dans les prisons nigériennes?

Un millier. La moitié sont des Nigérians, que nous allons transférer au Nigeria. L'autre moitié sont des Nigériens, que nous devrons juger.

Vous affirmez avoir déjoué une tentative de coup d'État menée par une fraction de l'armée il y a un mois et demi. Était-ce vraiment réel et sérieux ?

C'était très sérieux. Nous avons pris soin de réunir tous les éléments avant d'agir. Et quel intérêt aurions-nous à inventer une opération qui porte atteinte à l'image du pays?

 Comment l'expliquez-vous?

Je ne me l'explique pas. Il n'y avait aucune raison objective à vouloir faire un putsch. Si problème il y avait dans le pays, il fallait le régler dans les urnes le 21 février. Pas de cette manière.

Une vingtaine de militaires et seize civils sont détenus dans le cadre de cette affaire. Où en est l'enquête?

Ce n'est pas à moi que cette question doit être posée, mais à la justice. Je peux vous dire que la procédure avance et que le tribunal militaire dont relèvent ces individus est mis en place.

La présidentielle du 21 février risque de se dérouler dans un climat de tension. N'est-ce pas regrettable?

Cette tension dont on parle à l'extérieur est purement artificielle. Elle fait partie des stratagèmes dont use l'opposition. La rue est calme, les institutions fonctionnent. Ce n'est pas parce qu'il y a de temps à autre des manifestations ou que des députés déposent des motions de censure, choses normales en démocratie, qu'il y a crise ou blocage.

Hama Amadou, l'un de vos principaux concurrents, est candidat tout en restant en prison. Pourquoi ne pas l'avoir fait libérer?

Cette tension dont on parle à l'extérieur est artificielle. C'est un stratagème de l'opposition.

Encore une fois, c'est à la justice nigérienne, qui est indépendante, que vous devez vous adresser. Hama Amadou est un justiciable comme un autre qui a un problème avec la justice, pas avec moi. Je regrette qu'il ait choisi de fuir en 2014 – s'il avait agi autrement, nous n'en serions pas là. Sans doute serait-il aujourd'hui en liberté provisoire comme les autres protagonistes de cette affaire de trafic d'enfants. Son escapade, qui a duré plus d'un an, fait que notre justice estime qu'il n'offre pas toutes les garanties de représentation.

Pour ses partisans comme pour lu i - m ê m e, Hama Amadou est un détenu politique…

En aucun cas. Il n'y a de ma part ni animosité ni acharnement à son encontre. J'aurais souhaité continuer à travailler avec lui, mais il a décidé de me quitter, à mon corps défendant.

Vos adversaires estiment que vous utilisez les menaces qui pèsent sur la sécurité du Niger pour museler les libertés. Que répondez-vous?

Il n'y a pas le moindre soupçon de dérive autocratique au Niger. À preuve : le classement mondial de la liberté d'expression par Reporters sans frontières. Le Niger était en 140e position il y a cinq ans. Nous sommes aujourd'hui 47e.

Êtes-vous satisfait du bilan de votre quinquennat?

Totalement. Toutes les promesses que j'ai faites dans le cadre du programme Renaissance ont été tenues, sans exception. Nous avons investi près de 7 000 milliards de F CFA [environ 11 milliards d'euros] en cinq ans dans les infrastructures, l'éducation, la santé, l'accès à l'eau, la sécurité alimentaire et la modernisation de nos forces de défense. Nous avons renforcé les institutions et la bonne gouvernance, gagné 31 places sur l'indice de perception de la corruption. Le taux de grande pauvreté est passé de 63 % à 45 % de la population, 15 000 classes d'école ont été construites, 150 000 emplois permanents ont été créés, les salaires des fonctionnaires ont été augmentés, et la classe moyenne, socle de la stabilité, est désormais une réalité. Malgré les défis sécuritaires à nos frontières nord, sud et ouest, et malgré les perturbations sur les marchés de l'uranium et du pétrole, nous avons maintenu un taux de croissance moyen de 6 %. Comme le disent les Nigériens : « Tu as promis, tu as fait, nous te remercions. » Si je suis réélu, les objectifs de Renaissance II seront encore plus ambitieux.

Avez-vous un doute quant au verdict des urnes, le 21 février?

Aucune élection n'est gagnée d'avance, mais celle-ci, je vous avoue que je la sens bien. Je crois que ce sera un coup KO. Je sais que le Niger a besoin de moi.

Si vous êtes réélu, ne serez-vous pas tenté de modifier la Constitution pour effectuer un troisième mandat?

Si j'entreprenais quoi que ce soit en ce sens, les Nigériens auraient raison de se soulever contre moi.

 

François Soudan, Envoyé Spécial à Niamey/Jeune Afrique

Commentaires  

-1 #91 Kader 06-02-2016 16:56
Citation en provenance du commentaire précédent de Haboulé :
combien de milliards voles au peuple Nigerien Jeune afrique vous avez encaisses pour ce trorchon..
aboyez volez trichez fates toute ce que voulez ce regime vomi prendra fin inchallah le 21 Fevrierr 2016 .. les Nigeriens vont elire un MUSULMAN a la tete de leur pays. N'en deplaise a JA et les sponsors colons francais de Issoufou Mahamadou. inchaallah dans quelques jours

Même si Issoufou a volé (ce qui reste a prouver) tout le monde voit qu'il a investi au niger. Le Niger a beaucoup avancé avec lui. Même si on ne l'aime pas on est obligé de le lui reconnaitre. Qu'est ce que hama a fait de bien por le niger? Si c'est pas le népotisme et la promotion du regionalisme? Tous ceux qui savent qu'ils ne peuvent pas réussir par eux mêmes parce qu'ils sont incompetents sont avec hama. Tous ceux qui aiment le Niger dans son ensemble et toute sa diversité sont avec Issoufou, cest ça la vérité mais elle est difficile à admattre.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #92 Tilaizé 06-02-2016 17:04
Sachez aussi que: "Le 13 mars 1591 à Tondibi, les trente mille hommes de l'armée Songhaï (armés de flèches) se trouvèrent face aux soldats marocains (armés de fusils), conduits par le Pacha Douder, un espagnol au service du Roi Moulay Ahmed Al Mansour (...), les troupes Songhaï furent écrasées (s'en se rendre, en bataillant jusqu'au dernier) après, il est vrai, une journée de resistance héroïque, nous apprend Michel Abitbol".
Autrement dit, par les arabes ou les blancs, notre destin a basculé faute de moyens, pas faute de détermination. Les moyens que nous allons nous donner aujourd'hui, c'est le vote, en espérant que tout le monde a pu déjouer les machinations de charlie pour se faire recenser.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #93 moussa foullo 06-02-2016 17:05
Citation en provenance du commentaire précédent de Villageois :
@ moussa foullo,
Mais quesque toutes ces jeremiades ont avoir avec le fait que Oumarou Issa, dit Nomao ne figure pas sur le nom de MI alias Charlie?
Ce que tu fais s'appelle de la rationnalisation, car tes explications sont des plus incoherentes.

Un villageois n'a pas cette éducation pour son prochain, tu ne mérite ce nom, tu es dan Birni.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #94 dan madotchi 06-02-2016 17:06
Y'a beaucoup de malades sur ce site. Entre des harobandaize et autres débiles grégaires les psychiatres ont du boulot. Le vertigooooooo ohooooooh....a2vv
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #95 dongo 06-02-2016 17:07
on vous dit de commenter au lieu d'insulter les gens,combien gagnent ceux qui insultent les gens dans leur commentaires?mettez de l'eau dans vos vins.si vous voulez bien comprendre ou connaitre ces politiciens pour les quels vous vous faites le mauvais sang,laissez voir après les élections,ils sont tous les mêmes.ne vous laissez pas utiliser.En Bon Entendeur!SALUT!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #96 Tilaizé 06-02-2016 17:16
Mon cher Kader, le monde entier a fini de savoir, entre Hama Amadou Mandéla et charlie, lequel est incompétent.
N'est-ce pas que c'est au cours de la conférence de Brigi Rafini, sous les projecteurs du monde entier que tous les ambassadeurs et les représentants de la communauté internationale se sont succédés pour dire à brigi, donc à charlie que crédit et infrastructures ne font pas le développement et qu'il faut qu'il s'attèle maintenant à faire le travail qu'il faut c'est à dire stopper l'explosion démographique, et investir dans l'agriculture? Le débat là est dépassé mon ami, aujourd'hui, le monde entier retient son souffle et prie pour que le Niger ne bascule du fait des inconséquences de charlie, C'est à ce stade qu'on est maintenant.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #97 Bagobiri 06-02-2016 17:21
Ce site a ete cree pour vehiculer que des insultes qui heureusement ne sont que loeuvre des petits egares qui ont perdu toute raison. Au lieu de criier et insulte allez faire campagne pour faire elire vos candidats car cest pas vos ecrits ou insultes qui vont changer la situation mais vos suffrages . Vos histoires de tel empire puissant ou pas ne changent pas la donne nous sommes au 21 siecle de grace mettez de l eau dans vos verres et travailler pour le developpement de votre region et celle du Niger .
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #98 Samba 06-02-2016 17:27
Dan madotchi, alors vous avez intérêt ou a arrêter la domination et la martyrisation de tout un peuple ou à déguerpir, car oui, maintenant nous sommes tous fous à lier et votre psychiatrie sur nous ne marche plus, à bon entendeur...
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #99 Damana 06-02-2016 17:36
Nous sommes sur tous les fronts bagobiri, ne vous méprenez pas. Et espèce de petit con, tu ne peux pas savoir que c'est la connaissance de son Histoire qui fait de l'homme un homme? Voilà pourquoi vous n'en êtes pas. Vous êtes jaloux de notre histoire et des prouesses de nos ancêtres aussi? Va te faire chier
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #100 Damana 06-02-2016 17:41
En tout cas nous on veut la partition, tout comme les touaregs et peut être les kanouri, trop c'est trop, chacun chez lui, vivre ensemble n'est pas obligé quand rien ne va.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #101 Tchiroma 06-02-2016 18:19
Trop idiots les gens sur ce site. Les petits égarés, c'est l'arbre qui cache la forêt, sortez un peu dans les rues. Quand ils vont vous mettre les pieds dans le cul, Vous allez mettre vos chaussures après "bienvenue à Tahoua".
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #102 Bagobiri 06-02-2016 19:54
Damana
Cest pas en insultant derrire l'ecran que tu es un homme et fier de son histoire, il faut sortir le dire dans les rues duNiger. Sinon ici tu perds ton temps.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #103 Attamou 06-02-2016 20:58
ALLAH nous a créé diffemment et en LIEUX différents et nous et Nous vivrons ainsi dans nos différences
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #104 alma 06-02-2016 21:09
tous au travail pour vous candidats::::!!!!!!!!!!!!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #105 Adily 06-02-2016 22:18
Dommages que les meetings du
candidat du pnds et allies, rassemblent plus de
Curieux venus voir le président et les sbires du régime,
Que des militants acquis véritablement a la cause
:o :o :o
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #106 dan madotchi 06-02-2016 23:20
@Samba: alors vous êtes dominé ? Je ne savais pas ça.. Mais bon ça c'est ton problème et à tes pareils. Pendant plus de 50 ans vous aviez fait la pluie et le beau temps dans ce pays, il faut laisser les autres gérer aussi. Non vous voulez le faire de père en fils grâce à la droite française.. Les temps ont changés, il faut vous adapter il faut cultiver le fleuve au lieu de passer de bureau en bureau pour magouiller et vous accrocher à l'État. Ce qui vous a rendu en de véritables assistés.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #107 Bagobiri 07-02-2016 09:00
Adily
Par qu'elle magie tu as su que les gens qui viennent aux rassemblement des partis de la majorité sont des simples curieux et non des militants. Dis simplement que cette foule tu fais peur d'un coup K.O. Tous les partis en campagne aujourd'hui veulent faire le plein lors des meetings car cela qui leur donne confiance qu'ils ont des militants et non des curieux comme tu le penses.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #108 Kader 07-02-2016 10:42
Citation en provenance du commentaire précédent de Damana :
En tout cas nous on veut la partition, tout comme les touaregs et peut être les kanouri, trop c'est trop, chacun chez lui, vivre ensemble n'est pas obligé quand rien ne va.

Merci
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #109 Kader 07-02-2016 10:45
Avec hama le niger va reculer
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #110 Kader 07-02-2016 10:52
C'est triste pour le Niger, tout celui qui fait avancer le Niger et qui n'est pas zarma est combattu farouchement. C'était Tandja et aujourd'hui Issoufou. Xomme si pour diriger il faut etre zarma, etonnant encimore ils existent des cancres dits opposants qui ne sont pas zarma et qui soutiennent de tels abus. Sinon parmi ces sales candidats à la présidence personne ne peut faire au Niger la moitié de ce que Issoufou a fait. On les a tous vus. Surtout hama qui deteste tous le nigeriens qui ne sont pas zarma et qui n'investit les richesses du Niger qui sont pourtant du nord , du sud et de l'est qu'à l'ouest
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #111 Clairevoyant Vérité 07-02-2016 11:41
Mes chers amis sachez que vous n'êtes pas dominés, personne au Niger ne peut vous dominer, car pour dominer quelqu'un, il faut être plus intellectuel que lui, or jusqu'aux années 1970, quelqu'un l'a dit plus haut, ils faut que les militaires entrent dans les maisons de l'Est pour faire sortir les enfants pour les mettre à l'école, aujourd'hui encore l'analphabétisme à 90 pour cent et l'explosion démographique qui font du Niger le dernier de la planète, c'est à cause des gens de l''Est, ils le savent très bien ne vous en faites pas (car si l'on prend un million de filles de 14 ans à l'Ouest et à l'Est, 5 ans après, ceux de l'Est vont être au moins 4 millions elles et leurs enfants à cause des mariages précoces, pendants que celles de l'ouest ne se sont même pas mariés, voilà pourquoi l'écart n'a cesse de se creuser en nombre depuis des décennies entre l'Ouest et l'Est.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #112 Clairevoyant Vérité 07-02-2016 12:16
La procréation animale qui constitue un véritable problème pour le monde entier c'est à cause d'eux. leur refus de mettre leurs enfants à l'école fait que les zarma ont dirigé le pays pendant cinq décennies et dirigent encore aujourd'hui, malgré qu'ils sont aux commendes. Regardez dans les écoles et dans l'administration ils ne savent même pas parler français, corruption, incapacité, fraudes, paresse, ect, c'est cela la réalité du Niger avec eux. le pays et classé dernier depuis q'ils sont au pouvoir et affamés même les salaires c'est Hama Amadou qui les a régularisé, demandez à vos parents. Toutes les réalisations de Issoufou n'ont pas empêché au Niger d'être dernier de la planète de puis 5ans. Mettre leurs enfants à l'école ne constitue pas un problème pour ceux de l'Ouest, vous êtes les meilleurs partout, question d'intellectualité, qui peut vous dominer?
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #113 Clairevoyant Vérité 07-02-2016 12:41
Vos avez le plus grand nombre des bons cadres de l'administration, vous avez le plus grand nombre de maisons et de parcelles dans Niamey, les terres alentours vous êtes libres de ne pas leur vendre, si vous ne voulez pas qu'ils continuent de vous envahir, contrairement à ceux que vous croyez, ils sont lion d'être plus nombreux que vous à Niamey; tous les quartier de Niamey harobanda, aeroport talladjé y compris, sont essentiellement peuplés par les ceux de l"Ouest sauf banifandou, derrière francophonie et bobiel où vos nombres sont à peu égaux, donc ne vous inquiétez pas; S'ils paraissent nombreux c'est à cause des petits fonctionnaires de l'administration, les agents de santé et les enseignants qui ont fui leurs postes dans les autres régions pour venir à Niamey et les commerçants qui sont toujours là où il y a des possibilités d'achat; Tout ce petit monde va regagner les autres régions du Niger par la décentralisation et la déconcentration, passage obligé pour développer.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #114 Clairevoyant Vérité 07-02-2016 13:06
Toutes ces informations m'ont étés données par des gens bien renseignés, donc relax mes frères. Quand un politicien vient au pouvoir ceux de sa région se montent la tête mais très peu d'entre eux s'enrichissent grâce à sa politique, ils se font des idées, mais tout le monde a le droit de rêver. A propos de l'ethnocentrisme aussi, beaucoup d'entre eux le sont, particulièrement les grands et petits fonctionnaires qui ont migré à Niamey. Mais n'oublions pas ceux de Maradi, hier à la télé, l’accueil fait à Loumana à konni doit nous faire faire combattre l'ethnocentrisme. Issoufou a emprisonné Hama, parce qu'il veut gagner, ce n'est pas loyal, mais qui nous dit qu'un jour Hama ou Soumana Sanda ne sera pas soutenu par Issoufou pour être Président et qui nous dit que Hama ne va pas le coffrer par ce qu'il aura commis une faute? C'est Hama qui a défendu la vie du MNSD à la conférence Nationale, mais ils l'ont emprisonné. Aujourd'hui ils sont ensemble.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #115 Clairevoyant Vérité 07-02-2016 13:40
La politique est une question d'intérêt, l'éthique n'y a pas sa place. Issoufou vient de parler à la télé d'intégrer la culture, donc les aspects religieux pour certainement prendre ce qu'il y'a du bon et rejeter ce qu'il y a de mauvais pour le développement, s'il a vraiment ce courage, peut être que nous pouvons le regarder autrement. La pression démographique qui entrave le développement va cesser, les nombres de personne entre les ethnies vont s'équilibrer car le développement c'est accroître la population quand elle a vieilli ou a été décimée et la réduire quand elle dépasse la capacité de charge économique et écologique, donc cela, avec la, déconcentration et la décentralisation, fera le rééquilibrage régionale sur le plan démographique et économique car c'est ça le développement et on y est obligé. Nous ne sommes même pas 20 millions, le rééquilibrage régionale ( des ethnies vont diminuer, certains vont augmenter) sera facile, donc calmons nos ardeurs et travaillons d'avantage.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #116 Clairevoyant Vérité 07-02-2016 13:49
Je viens de voir sur vidéo un lion dévorer un homme, faites du bien nigériens, la vie de l'homme ne tient qu'à un fil partout où il est.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #117 nigeri 07-02-2016 14:32
tu n'as pas évoqué 'igine d'un certain SANOGO pourquoi?
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #118 nigeri 07-02-2016 14:35
Citation en provenance du commentaire précédent de Kader :
Avec hama le niger va reculer

explique toi
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #119 Le réaliste 07-02-2016 19:17
Kader, tu as raison. Mais ce n'est pas un problème de Djerma. Les gens sont juste habitués à un certain type de fonctionnement né de leur incapacité à accepter le bien fait par
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #120 Le réaliste 07-02-2016 19:20
par quelqu'un d'autre !
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #121 Morou 08-02-2016 08:00
Citation en provenance du commentaire précédent de Kader :
[quote name="Haboulé"]combien de milliards voles au peuple Nigerien Jeune afrique vous avez encaisses pour ce trorchon..
aboyez volez trichez fates toute ce que voulez ce regime vomi prendra fin inchallah le 21 Fevrierr 2016 .. les Nigeriens vont elire un MUSULMAN a la tete de leur pays. N'en deplaise a JA et les sponsors colons francais de Issoufou Mahamadou. inchaallah dans quelques jours

Même si Issoufou a volé (ce qui reste a prouver) tout le monde voit qu'il a investi au niger. Le Niger a beaucoup avancé avec lui. Même si on ne l'aime pas on est obligé de le lui reconnaitre. Qu'est ce que hama a fait de bien por le niger? Si c'est pas le népotisme et la promotion du regionalisme? Tous ceux qui savent qu'ils ne peuve]
Tu ment comme tu respire . Mon frere Mahamadou Issoufou Hama Amadou ils sont tous des régionaliste.Tous les Gardes du corps de Issoufou sont de tahoua.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #122 Léviathan 08-02-2016 08:44
A comprendre le president, Hama amadou n'aurai connu aucun probleme sil avait continuer a travailler avec lui (issoufou) ce qui signifie que tout ses problemes ne resulte que de son opposition a issoufou.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #123 jamais vu 08-02-2016 10:16
Si vs savez pas de tout temps l'Armee qui était au commande des fils dignitaires de l'ouest à tjr été perçu comme une défaite pour ces gens de l'est dans le coulisse ça les a tjr dégoûté que l'ouest représente 10 Généraux contre 1 seul de l'est et à 80% les cadres Militaires et Officiers supérieur sont de l'ouest cela est dans leur gêne les gens du fleuve sont plus courageux et vaillant paraît il alors que de l'est prennent les interminable fuites aux moindre soucis l'histoire est la mais depuis un certains nombre de temps ils s'acharnent bec et ongle pr renverser la tendance dire leur projet c dan 20ans ils comptent mtiplier leur cadre au soin des administrations
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #124 poulloh 08-02-2016 10:17
votre probleme excellence si vous devez perdre la chaise ,c'est que pendant ces cinq ans vous n'avez pas sevit,c'etait un laisser aller chaotique qui a vu des gens de votre entourage se foutre des Nigeriens , on ne dirige pas avec la complaisance ,,,, les sanctions doivent etre a la hauteur du manquement meme si c'est votre proche.... c'est cela l'egalite devant la loi et c'est pour cela qu'on vous doit ce respect en tant que notre president.
On ne recolte que ce qu'on a seme..........
que DIEU choississe le meilleur.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #125 faux 08-02-2016 11:43
Citation en provenance du commentaire précédent de Morou :
Issoufou Hama Amadou ils sont tous des régionaliste.

Hama Amadou n'est pas régionaliste mon frère. tu étais ou pendant tous ces années qu'il a soutenu Baba Tanja? puis trahi par ce dernier, et puis il a soutenu Issoufou et Issoufou l'a trahi... Hama a ses défauts mais, pas le régionalisme.
Et si tous les Gardes du corps de Issoufou sont de Tahoua je vois pas de problème, si c'est ainsi qu'il se sent en sécurité. Que dieu protége les nigérien(nes)
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #126 faux 08-02-2016 12:35
Citation en provenance du commentaire précédent de Kader :
C'est triste pour le Niger, tout celui qui fait avancer le Niger et qui n'est pas zarma est combattu farouchement. C'était Tandja et aujourd'hui Issoufou.

Kader, si Baba Tanja ou Issoufou a pu te lire ils seraient honte de toi, des personnes comme toi ne ser pas le PNDS tarayya. Tu crois que être a l'opposition veut dire être Zarma? y'a combien de zarma qui sont entrain de soutenir Issoufou?
Hama Amadou était avec Baba Tanja depuis la création du MNSD jusqu'en 2007 et tu sais bien que Baba Tanja n'est pas un zarma, aujourd'hui y'a combien de zarma dans le régime d'Issoufou (dans l'assemblé nationale, des poste ministériel... etc) qui soutenaient sont KO.
Je sais pas ce que tu as contre cette ethnie, mon frère je sens qu'un zarma t'as refuser de te donner sa fille en mariage
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #127 faux 08-02-2016 13:41
Citation en provenance du commentaire précédent de Kader :
C'est triste pour le Niger, tout celui qui fait avancer le Niger et qui n'est pas zarma est combattu farouchement. zarma... zarma... zarma et qui n'investit les richesses du Niger qui sont pourtant du nord , du sud et de l'est qu'à l'ouest

Étonnant!!! les ethnie de l'ouest ne sont seulement des Zarma, ou sont les Touareg, Peuls, Haoussa et Gourmantché!
Kader je ne sais pas de quelle ethnie tu es!
Ces zarma sont des nigérien comme toi, ils ont des liens de parenté avec presque tout les autre ethnie du pays dans leur origine, parfois par des lien de mariages. Si vraiment tu as pu vécu avec ces gens la tu n'aura pas autan de haine contre eux.
SVP parlons politique au lieu de l'ethnocentrisme ou régionalisme. Qu'Allah nous préserve.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #128 BAMUSSON TCHUNKUSUMA 08-02-2016 14:51
Citation en provenance du commentaire précédent de Harobandaizé :
"bamunso tchunkuso L'écart entre vous et nous...des êtres humains, vous...des animaux...vous nous empêchez d'avancer

1/ CEUX D'ENTRE VOUS QUI ONT CRU À CE QU'A DIT S.E.M ISSOUFOU MAHAMADOU "C'est par l'éducation religieuse que les hommes s'élèvent du statut animal au statut des êtres humains"; (Wassalké Boukari, Elh Karidjo Mahamadou, l'intrépide Gl Salou Djibo...ceux du Prince dossolais, Djermakoye...); TOUS VOUS ONT QUITTÉS POUR REJOINDRE LE RANG DES NIGÉRIENS ÉLEVÉS AU STATUT D'ÊTRES HUMAINS. LE MONDE SAIT QUE L'EAU DU FLEUVE NIGER COULAIT SOUS LES PIEDS DE VOS PÈRES; ALORS QU'À CHAQUE FAMINE (qu'on endigue par les "3N"), LES CAMIONS DE L'OPVN, CHARGÉS DE VIVRES DE L'EST, VINRENT VOUS SAUVER DE LA FAIM. N'AVEZ-VOUS PAS HONTE, LES PARENTS DE S.E LE PM BRIGI RAFINI, TRAVAILLENT LA TERRE DANS l'AÏR ET LE DÉSERT POUR RAVITAILLER EN VIVRES, VOS MARCHÉS DE L'OUEST? TAS DE FAINÉANTS ! Regardez les chinois travailler pour faire la fierté de la Chine!
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #129 Hum 08-02-2016 16:38
Citation en provenance du commentaire précédent de BAMUSSON TCHUNKUSUMA :
Citation en provenance du commentaire précédent de Harobandaizé :
"bamunso tchunkuso L'écart entre vous et nous...des êtres humains, vous...des animaux...vous nous empêchez d'avancer

1/ CEUX D'ENTRE VOUS QUI ONT CRU À CE QU'A DIT S.E.M ISSOUFOU MAHAMADOU "C'est par l'éducation religieuse que les hommes s'élèvent du statut animal au statut des êtres humains"; (Wassalké Boukari, Elh Karidjo Mahamadou, l'intrépide Gl Salou Djibo...ceux du Prince dossolais, Djermakoye...);

Croix-tu vraiment qu'Issoufou est un musulman? il ne fait pas la fierté des musulmans et même pas la fierté des nigérien(nes)
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #130 Zemblabla 08-02-2016 17:28
Citation en provenance du commentaire précédent de Hum :
Citation en provenance du commentaire précédent de BAMUSSON TCHUNKUSUMA :
Citation en provenance du commentaire précédent de Harobandaizé :
"bamunso tchunkuso L'écart entre vous et nous...des êtres humains, vous...des animaux...vous nous empêchez d'avancer

1/ CEUX D'ENTRE VOUS QUI ONT CRU À CE QU'A DIT S.E.M ISSOUFOU MAHAMADOU "C'est par l'éducation religieuse que les hommes s'élèvent du statut animal au statut des êtres humains"; (Wassalké Boukari, Elh Karidjo Mahamadou, l'intrépide Gl Salou Djibo...ceux du Prince dossolais, Djermakoye...);

Croix-tu vraiment qu'Issoufou est un musulman? il ne fait pas la fierté des musulmans et même pas la fierté des nigérien(nes)

moi je suis convaincu qu'il est bon musulman par contre toi tu es satan en personne.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #131 le nigerien 08-02-2016 17:30
C'est fini pour charli. Il va dégager Ichallah.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #132 Hum 08-02-2016 19:18
Citation en provenance du commentaire précédent de Zemblabla :

moi je suis convaincu qu'il est bon musulman par contre toi tu es satan en personne.

Je t'excuse de m'avoire appeller satan, je sais ce qui t'anime... Mais crois moi je ne caricature aucun prophète d'Adam a Mohamed et je ne soutien pas les personnse qui leur manquent du respect... Je ne suis pas Charlie, donc toi tu l'es?
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

DOC_UA19.jpg

Top de la semaine

Publier le 14/09/2019, 18:50
mahamadou-issoufou-president-de-la-cedeao-nous-parviendrons-a-relever-le-defi-du-terrorisme-et-du-crime-organise DISCOURS DE SEM ISSOUFOU MAHAMADOU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU NIGER, PRÉSIDENT DE LA CONFÉRENCE DES...Lire plus...
Publier le 13/09/2019, 19:34
prodec-19-jeunes-chauffeurs-formes-en-maintenance-auto-a-tillabery Au titre de l’année 2019, l’antenne régionale du fonds d’appui à la formation professionnelle et à...Lire plus...
Publier le 13/09/2019, 13:48
l-afrique-de-l-ouest-n-a-pas-besoin-d-une-force-antiterroriste-supplementaire Les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest doivent examiner les...Lire plus...
Publier le 13/09/2019, 13:17
cds-rahama-me-boubacar-madougou-et-abdou-amani-enterrent-la-hache-de-guerre Les deux ailes qui se disputent jusque-là, la direction de la Convention démocratique et sociale (CDS...Lire plus...
Publier le 12/09/2019, 22:47
abala-malgre-les-defis-securitaires-et-alimentaires-des-actions-salvatrices-ont-permis-de-renforcer-la-resilience-des-populations Les interventions du projet « d’Appui à l’amélioration de la résilience des éleveurs et...Lire plus...
Publier le 10/09/2019, 11:36
recrutement-a-la-douane-des-candidats-demandent-l-annulation-pure-et-simple-du-concours-a-polemiques-communique COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU  COLLECTIF DES CANDIDATS AU CONCOURS DES DOUANES Les 22 et 23 février...
Publier le 12/09/2019, 01:39
exclusif-le-niger-risque-de-perdre-son-petrole-s-inquiete-ibra-hadiza-presidente-de-l-association-niwo À l’aube de l’exploitation à grande échelle de l’or noir de notre pays - ce qui, du reste, suscite...
Publier le 11/09/2019, 15:47
recrutement-des-specialistes-au-sein-des-douanes-le-comite-des-candidats-admissibles-repond-au-collectif-des-candidats-non-admis Mise au point du Comité représentatif des candidats admissibles au concours de recrutement de...
Publier le 11/09/2019, 23:53
prix-d-excellence-et-de-merite-2019-211-laureats-honores-par-la-fondation-guri-vie-meilleure Comme de tradition depuis neuf (9) ans, la Fondation « Guri Vie Meilleure », de la Première...
Publier le 12/09/2019, 22:47
abala-malgre-les-defis-securitaires-et-alimentaires-des-actions-salvatrices-ont-permis-de-renforcer-la-resilience-des-populations Les interventions du projet « d’Appui à l’amélioration de la résilience des éleveurs et...
Publier le 12/09/2019, 01:39
exclusif-le-niger-risque-de-perdre-son-petrole-s-inquiete-ibra-hadiza-presidente-de-l-association-niwo À l’aube de l’exploitation à grande échelle de l’or noir de notre pays - ce qui, du reste, suscite...
Publier le 10/09/2019, 11:36
recrutement-a-la-douane-des-candidats-demandent-l-annulation-pure-et-simple-du-concours-a-polemiques-communique COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU  COLLECTIF DES CANDIDATS AU CONCOURS DES DOUANES Les 22 et 23 février...
Publier le 10/09/2019, 22:58
communique-du-conseil-des-ministres-du-mardi-10-septembre-2019 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mardi 10 septembre 2019, dans la salle habituelle des...
Publier le 11/09/2019, 15:47
recrutement-des-specialistes-au-sein-des-douanes-le-comite-des-candidats-admissibles-repond-au-collectif-des-candidats-non-admis Mise au point du Comité représentatif des candidats admissibles au concours de recrutement de...
Publier le 09/09/2019, 16:26
rentree-universitaire-le-cd-usn-denonce-les-mauvaises-conditions-de-preparation-de-l-annee-academique-declaration DÉCLARATION DE PRESSE/CD-USN: Camarades militantes et militants de...

Dans la même Rubrique

Mahamadou Issoufou, président de la Cedeao: "nous parviendrons à relever le défi du terrorisme et du crime organisé"

14 septembre 2019
Mahamadou Issoufou, président de la Cedeao: "nous parviendrons à relever le défi du terrorisme et du crime organisé"

DISCOURS DE SEM ISSOUFOU MAHAMADOU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU NIGER, PRÉSIDENT DE LA CONFÉRENCE DES CHEFS D’ETAT ET DE GOUVERNEMENT DE LA CEDEAO AU SOMMET EXTRAORDINAIRE DE LA CEDEAO...

CDS Rahama : Me Boubacar Madougou et Abdou Amani enterrent la hache de guerre

13 septembre 2019
CDS Rahama : Me Boubacar Madougou et Abdou Amani enterrent la hache de guerre

Les deux ailes qui se disputent jusque-là, la direction de la Convention démocratique et sociale (CDS Rahama), ont décidé de mettre fin à leur guéguerre et de cheminer désormais ensemble...

MARADI/SÉCURITÉ TRANSFRONTALIÈRE : rencontre conjointe entre les gouverneurs de Maradi, Katsina, Zamfara et Sokoto, les nigérians mis devant leur responsabilité… !

11 septembre 2019
MARADI/SÉCURITÉ TRANSFRONTALIÈRE : rencontre conjointe entre les gouverneurs de Maradi, Katsina, Zamfara et Sokoto, les nigérians mis devant leur responsabilité… !

Du Samedi 7 au dimanche 8 novembre 2019, s’est tenue à Maradi, une réunion inédite  sur la sécurité transfrontalière et le banditisme armé, entre trois gouverneurs du nord ouest du...

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU MARDI 10 SEPTEMBRE 2019

10 septembre 2019
COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU MARDI 10 SEPTEMBRE 2019

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mardi 10 septembre 2019, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la...

Coopération: communiqué final de la visite du président Issoufou au Mali

7 septembre 2019
Coopération: communiqué final de la visite du président Issoufou au Mali

COMMUNIQUÉ FINAL A L’ISSUE DE LA VISITE OFFICIELLE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR ISSOUFOU MAHAMADOU, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU NIGER AU MALI

En visite à Kinshasa, le président Issoufou rend hommage à Étienne Tshisekedi 

7 septembre 2019
En visite à Kinshasa, le président Issoufou rend hommage à Étienne Tshisekedi 

Parvenue au 3ème jour de sa visite de travail à Kinshasa, le Président de la République du Niger a pris la résolution de saluer autrement la mémoire du Père de...

960x494px.jpg