jeudi 11 août 2022

3932 lecteurs en ligne -

fraren

Mali : l’ex junte militaire se rebelle contre les dirigeants de la transition et replonge le pays dans l’incertitude

Pr et Pm Mali Transition

C’est encore le saut dans l’inconnu au Mali où les militaires de l’ex-junte militaire du CNSP, auteurs du coup d’Etat contre IBK, viennent de revenir en force au devant du pouvoir. Depuis lundi, dans l’après-midi, c’est l’incertitude totale à Bamako avec l’interpellation du Président et du premier ministre de la Transition  qui sont tous deux depuis retenus par les militaires au camp de Kati. Une tentative de coup de force condamnée unanimement par la communauté internationale et qui fait suite à la publication de la liste du nouveau gouvernement de transition qui s’est traduite par l’éjection de deux colonels membres de l’ex CNSP qui occupaient des postes stratégiques dans la précédente équipe.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Que se passe-t-il vraiment au Mali ? Depuis lundi soir, c’est l’incertitude totale avec l’arrestation puis le transfèrement au camp militaire Soundjiata de Kati, du Président de la Transition, Bah N’Daw, et son Premier ministre, Moctar Ouane,  par les éléments du Bataillon autonome des forces spéciales (BAFS), le corps d’élite de l’armée malienne que commandait le vice-président de la transition et chef de la junte militaire du CNSP, le colonel Assimi Goita, celui qui a fait tombé le régime d’IBK le 18 août dernier.

Depuis quelques jours, la situation était déjà tendue dans la capitale malienne dans l’attente de la formation du nouveau gouvernement mais les choses se sont accélérées peu après la publication, dans l’après-midi du lundi, de la liste de la nouvelle équipe. Des mouvements de troupes ont été alors observés à Kati et à Bamako et le Premier ministre Moctar Ouane a indiqué à plusieurs médias avoir été « emmené sous la contrainte par des soldats chez le président ». Peur apres, les deux dirigeants civils de la transition ont été emmenés au camp militaire de Kati, à la périphérie de Bamako.

C’est visiblement l’éjection  de deux importants membres de l’ex junte, les colonels Sadio Camara (Défense nationale) et Modibo  Koné (sécurité) qui semble avoir mécontenté les colonels auteurs du coup d'Etat de 2020. Comme lors de la chute d’IBK, c’est à Kati que joue l’avenir du Mali. C’est là que sont retenus le  Président et le Premier ministre de la Transition et où des tractations se poursuivent encore ce mardi. Selon plusieurs sources, les militaires qui n’ont pas encore dévoilé leur véritable intention, veulent obtenir du Président Bah N’Daw la démission de son premier ministre et la formation d’un nouveau gouvernement.

Incertitude et saut de l’inconnu

A mi-chemin, la transition au Mali qui devrait durer 18 mois est prise en otage par des conflits d’intérêts qui plongent le pays dans l’incertitude. L’évolution de la situation reste incertaine bien que la CEDEAO, l’UA, la MINUSMA et le reste de ce qu’on appelle « la communauté internationale », ont unanimement condamné « cette tentative de coup de force ».

‘’ Le Président de la Commission de l'UA et le Président de la Commission de la CEDEAO suivent avec une vive préoccupation l’évolution de la situation politique au Mali, notamment l’arrestation par des militaires en rébellion, du Président de la Transition SE Bah N’DAW, de son Premier ministre M. Moctar OUANE ainsi que de certains de leurs collaborateurs. Ils condamnent avec énergie cet acte d’une gravité extrême qui ne peut en aucun cas être toléré au regard des dispositions pertinentes de la CEDEAO et  de l'UA. Ils demandent aux militaires de retourner 1en casernes. Les Présidents demandent une libération immédiate et sans conditions des Autorités gardées dans les casernes et invitent les parties maliennes à privilégier l’esprit de dialogue et invitent les parties maliennes à privilégier l’esprit de dialogue et de responsabilité pour régler les malentendus autour de la mise en place du Gouvernement. En tout état de cause, ils rappellent que le respect du consensus politique qui a jusqu’ici fondé la transition au Mali est la seule voie à privilégier. Ils lancent un appel à leurs partenaires internationaux pour une solidarité active envers l’Union Africaine (UA) et la CEDEAO en soutien au succès de la transition au Mali. ‘’ Communiqué conjoint CEDEAO-UA

Une délégation de la Cedeao conduite par le médiateur pour le Mali, le nigérian Goodluck Jonathan, est attendue ce mardi en milieu de journée à Bamako, pour participer aux négociations en vue d’une éventuelle sortie de crise. Vers quel scénario va-t-on s’acheminer cette fois ? C’est là toute la question qui pour le moment n’a pas de réponse. Ce qui est certain, c’est que ces événements qu’elle qu’en soit leur issue, auront des répercussions sur la feuille de route de la transition en cours alors que le pays fait toujours face à l’amplification des menaces sécuritaires et des défis politiques et socioéconomiques. Ce qui a été exactement reproché à IBK qui doit bien rigoler de là où il suit l’évolution de la situation de son pays qui vient encore de faire un saut dans l’inconnu…

A.Y.B (actuniger.com)

 



Commentaires  

0 #1 oumar 25-05-2021 15:28
Vraiment j'avais cru à ce président de transition en le voyant larmoyé le jour de sa désignation. Apres j'ai su que c'est un incapable. Il n a pratiquement rien fait sur le plan sécurité.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Bien fait pour les traitres 25-05-2021 15:59
Ndaw et son PM Ouane ont essaye de rouler pour Paris alors que les membres de la junte qui sont les vrais detenteurs du pouvoir sont plutot sensibles aux sirene russes. Le clash etait des lors inevitable.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 Lam 25-05-2021 16:05
Le President Ndaw avait contre toute attente fait le deplacement sur Paris alors que son PM venait de demissionner et son pays sans gouvernement. Quand son PM se demenait pour former un gouvernement, lui Ndaw prenait du bon temps a Paris eu milieu de petits dictateurs tels que Faure, Kagame, Ouattara, Sassou, etc. Dire que le Mali a ete mis sous embargo juste pour imposer un tel individu a la tete de l'etat. Une vraie deception et un vrai gachis.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Ashley 25-05-2021 18:54
Chapeau à mes frères qui font sur des réflexions forts à propos et sans condescendance,au vu de la descente aux que connaît mon pays.Contrairement â certains voisins qui passent leur temps à faire du hors-sujet.Vous êtes les vrais frères, vous avez toujours été à nos côtés du début à aujourd'hui.Encore une fois, merci
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Omar 26-05-2021 15:57
Ces vieux la ne vallent rien. Ils ont trahi l'Afrique,
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com