vendredi, 25 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


malim

Le Mouvement du 5 juin  2020 (M5-RFP) a opposé une fin de non recevoir aux solutions proposées par la mission ministérielle de médiation de la Cédeao qui vient de séjourner à Bamako du 18 au 20 juin en vue de trouver une solution à la crise qui secoue le pays. Pour le rassemblement des partis politiques et associations (le M5-RFP), qui exigent la chute du régime du président IBK, ces solutions sont loin de tenir compte de la source des problèmes que connait le pays et de l’objectif visé par le peuple malien. Le mouvement a par conséquent maintenu ses exigences et a affirmé sa détermination à aller jusqu’au bout.

 

Zeyna transfert argent bis

C’est une fin de non recevoir en bonne et due forme qu’a opposé le Mouvement du 5 Juin 2020 – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5 – RFP) aux solutions de sortie de crise préconisées par la mission ministérielle de la médiation de la Cédéao. Dans un communiqué publié le samedi 20 juin, juste après celui de la mission, le rassemblement des organisations opposées au régime d’IBK ont annoncé avoir pris connaissance « avec surprise et étonnement », des solutions proposées. Selon le Mouvement, celles-ci ne tiennent aucunement compte, «de la source de tous les maux et de toutes les crises du Mali, à savoir la mauvaise gouvernance, la corruption et la violation des principes républicains et démocratiques dont le Président Ibrahim Boubacar Keita est le seul et unique responsable ».

Ainsi, le M5-RFP a rejeté, entre autres, l’organisation d’élections législatives partielles ou la mise en place d’un gouvernement d’union nationale comme proposées par la mission de la Cédéao. Il s’est engagé à poursuivre sa lutte jusqu’au bout, c'est-à-dire la chute du régime.

« Dans les circonstances actuelles, aucun gouvernement, même d’union nationale dont le M5-RFP n’est ni demandeur, ni preneur ne saurait résoudre les problèmes du Mali. Enfin le communiqué ne fait nullement cas de la nécessaire refondation dont le Mali a besoin, et qui constitue l’objectif ultime de la lutte enclenchée par le Peuple malien. Aussi le M5-RFP réitère sa demande de démission du Président Ibrahim Boubacar Keita et son régime. Le M5-RFP réaffirme sa détermination à mettre en œuvre tous les moyens légaux et légitimes pour l’atteinte de cet objectif qui seul peut aujourd’hui sauver le Mali ». Communiqué du M5-RFP

Le jeu d’équilibrisme de la Cédeao

La médiation de la Cédeao est donc mal engagée. Conduite par le ministre nigérien des Affaires étrangères, Kalla Ankourao ; ses homologues du Nigeria, Geoffrey Onyeama, et de la Côte d’ivoire, Ally Coulibally, ainsi que le président de la Commission, Jean-Claude Kassi Brou. Arrivée à Bamako le jeudi 18 juin après une brève escale à Niamey, où elle a reçu les instructions du président en exercice de la Cédéao, le chef de l’Etat Issoufou Mahamadou, la mission est restée dans la capitale malienne jusqu’au samedi 20 juin, au lendemain d’une nouvelle grande mobilisation du M5-RFP. Après avoir rencontré tous les principaux acteurs de la crise ainsi que les représentants des partenaires internationaux (UA, MINUSMA, UE, missions diplomatiques), la mission ministérielle a publié un communiqué dans lequel elle a émis ses propositions pour une sortie de crise. Après avoir noté « la convergence de vues de tous les acteurs maliens sur les nombreux défis auxquels le Mali est confronté, notamment le défi sécuritaire, sanitaire (Covid-19) et économique et la nécessité d’œuvrer, de toute urgence, à sortir le pays de la situation actuelle », la mission a rappelé qu’il est important d’éviter une autre crise qui engendrerait des complications additionnelles, tout en invitant «  toutes les parties prenantes à privilégier le dialogue et la concertation comme mode de règlement des différends ».

Dans son communiqué, la délégation ministérielle de la Cédeao a rappelé « l’importance du respect des institutions de la République, fondement de la stabilité du pays ». Pour ce qui de la crise actuelle, elle a relevé que c’est l’Arrêt rendu par la Cour Constitutionnelle dans le cadre du contentieux des dernières élections législatives qui est à la base de la crispation socio –politique actuelle. C’est pourquoi, elle a invité donc le gouvernement malien à reconsidérer les résultats de toutes les circonscriptions ayant fait l’objet de révision par l’Arrêt de la Cour Constitutionnelle, et a proposé l’organisation de nouvelles élections partielles pour les circonscriptions concernées. En outre, dans communiqué, la mission a insisté spécifiquement sur la nécessité d’œuvrer pour le rétablissement d’un climat de confiance renouvelée entre les parties maliennes ; d’éviter la violence comme moyen de règlement de crise et privilégier le dialogue ; ainsi que de « préserver les Institutions de la République afin de maintenir la stabilité du pays et d’éviter le chaos institutionnel aux conséquences imprévisibles et désastreuses pour la paix et la stabilité du Mali et de la sous-région ». Aussi, elle a proposé dans le même cadre, la mise en place d’un gouvernement consensuel d’union nationale tenant compte des recommandations du Dialogue National Inclusif ; l’accélération de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger ; la poursuite de la mise en œuvre des conclusions du Dialogue national et des reformes prévues concernant la Constitution et le Code électoral.

Des solutions qui n’ont visiblement pas convaincu au sein du M5-RFP qui a décidé de maintenir ses exigences, en particulier la démission du président IBK. Après avoir repris ses consultations samedi 20 juin dans son QG de l’hôtel Salam, la mission de la Cédéao a quitté la capitale malienne alors que les critiques fusaient au sein de l’opinion. Après sa réponse du  samedi 20 juin, le M5-RFP a prévu une  nouvelle sortie médiatique ce lundi 22 juin pour décider de la suite des évènements. La mission de la Cédéao va entre temps rendre compte au plus haut sommet et refiler la patate chaude aux chefs d’Etat, au premier rang desquels, le président Issoufou Mahamadou, le président en exercice de l’organisation qui va devoir continuer à jouer à l’équilibriste pour espérer sauver son ami et allié IBK, de plus en plus en mauvaise posture.

A.Y.B (actuniger.com)

 

Commentaires  

+2 #1 Maliki 21-06-2020 21:00
La mission de la CEDEAO a ete mandateee par le President en exercice de l'organisation qui est issoufou mahamadou. Les malien savent qui il est et ce qu'il fait. Il n'est pas credible a leurs yeux, donc normal que ses envoyes fassent choux blanc.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #2 Fils Du Terroir 21-06-2020 23:06
CEDEAO association de Mounaquafs..
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #3 Gario 22-06-2020 09:31
Rien de surprenant. C'était absolument prévisible. Ce qui se dit clairement s'énonce bien. La crédibilité est une valeur en matière de médiation. Comment pouvait-il en être autrement. Un régime qui refuse de dialoguer pas avec l'opposition sur des questions d'intérêt national comment peut-il éteindre le feu sous d'autres cieux. Cela sort purement de toute cohérence et de toute logique, fusse-t-il commandité par MI président en exercice de la CEDEAO. MACKY Sall serait mieux écouté.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Karap Katchap 23-06-2020 09:36
Chers amis, la CEDEAO ne va pas accepter que la rue fasse partir un président démocratiquement élu, à moins qu'il ne prenne lui même la poudre d'escampette. La CEDEAO peut même engager des focres armées au Mali pour maintenir la paix et ce jusqu'à l'organisation d'élections démocratiques libres et transparentes.
Faire partir un régime par la rue, ce n'est pas facile, c'est ce que le Gouvernement de Issoufou a toujours voulu éviter en interdisant les manifestations de rue.
On a beau crié démocratie, démocratie, s'il n'y a pas de stabilité, c'est zéro
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Jean Luc Pichou 23-06-2020 13:14
La démocratie n'est pas pour l'Afrique, avec la démocratie on ne va jamais évolué
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #6 Tanimoune 25-06-2020 20:07
Étant politicien,je demanderai aux enfants des simples citoyens de se mettre dans les rues, j'accuserai mon opposant de toutes les défaillances dans sa gestion, j'enverrai mes enfants à l'étranger,les cachés (car je ne permettrai pas de risquer leur vie, leur avenir...)... je leur promettrai un paradis au cas où j'y parviendrai... bref, vous me servirez d'appât.....
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 25/09/2020, 13:49
assemblee-nationale-discours-du-pan-a-l-ouverture-de-la-2e-session-ordinaire-au-titre-de-l-annee-2020 La 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale au titre de l’année 2020, dite Session...Lire plus...
Publier le 25/09/2020, 13:36
elections-2020-2021-l-union-europeenne-lance-son-programme-de-soutien-pour-un-processus-electoral-credible-inclusif-et-transparent Dans le cadre de sa coopération avec le Niger, l'Union européenne (UE) a signé une convention de...Lire plus...
Publier le 24/09/2020, 11:53
lutte-contre-la-covid-19-le-groupe-orano-renforce-les-capacites-operationnelles-du-cermes Dans le cadre du soutien aux autorités dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, le groupe Orano...Lire plus...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...Lire plus...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...
Publier le 23/09/2020, 06:45
ethique-et-bonne-gouvernance-les-douanes-nigeriennes-a-l-ecole-du-programme-anti-corruption-et-de-promotion-de-l-integrite-de-l-organisation-mondiale-des-douanes-a-cpi-omd Niamey abrite, du 22 au 23 septembre 2020, la première réunion des contributeurs internes et externes...
Publier le 20/09/2020, 12:05
presidentielles-l-opposant-hama-amadou-investi-candidat-par-le-moden-fa-lumana L’ancien président de l’Assemblée nationale a été de nouveau investi candidat du MODEN/FA LUMANA ce...
Publier le 21/09/2020, 14:45
elections-presidentielles-investi-candidat-du-mpr-jamhuriya-albade-abouba-annonce-ses-ambitions Le Mouvement Patriotique pour la République (MPR Jamhuriya) a investi son président Albadé Abouba...
Publier le 21/09/2020, 22:15
mali-un-ancien-militaire-comme-chef-d-etat-et-l-essentiel-du-pouvoir-dans-les-mains-de-la-junte-militaire Les premières autorités de la transition politique sont connues depuis ce lundi 21 septembre 2020,...
Publier le 20/09/2020, 12:05
presidentielles-l-opposant-hama-amadou-investi-candidat-par-le-moden-fa-lumana L’ancien président de l’Assemblée nationale a été de nouveau investi candidat du MODEN/FA LUMANA ce...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...
Publier le 21/09/2020, 14:45
elections-presidentielles-investi-candidat-du-mpr-jamhuriya-albade-abouba-annonce-ses-ambitions Le Mouvement Patriotique pour la République (MPR Jamhuriya) a investi son président Albadé Abouba...
Publier le 21/09/2020, 22:15
mali-un-ancien-militaire-comme-chef-d-etat-et-l-essentiel-du-pouvoir-dans-les-mains-de-la-junte-militaire Les premières autorités de la transition politique sont connues depuis ce lundi 21 septembre 2020,...
Publier le 22/09/2020, 06:24
elections-presidentielles-pour-une-confrontation-loyale-et-equitable-gage-d-une-certaine-intelligence-politique-au-service-du-pays L’investiture, comme candidats aux prochaines élections présidentielles, de deux autres poids lourds...

Dans la même Rubrique

Mali : un ancien militaire comme chef d’Etat et l’essentiel du pouvoir dans les mains de la junte militaire

21 septembre 2020
Mali : un ancien militaire comme chef d’Etat et l’essentiel du pouvoir dans les mains de la junte militaire

Les premières autorités de la transition politique sont connues depuis ce lundi 21 septembre 2020, veille de la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance du pays. Il s’agit du colonel-major...

Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

16 septembre 2020
Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte militaire lors du mini-sommet sur la crise malienne qu’ils ont tenu le lundi 15...

Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

15 septembre 2020
Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

L’ancien président malien, le général à la retraite Moussa Traoré,  est décédé ce mardi 15 septembre 2020 à 83 ans, selon des sources familiales citées par plusieurs médias maliens. Au...

Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

7 septembre 2020
Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la CEDEAO qui se sont réunis ce lundi en sommet ordinaire à Niamey, ont exigé la nomination d'un président de...

CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

3 septembre 2020
CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

Les Etats-Unis sont passés des menaces aux actes en imposant des sanctions à Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI). La gambienne est désormais inscrite sur la...

Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

2 septembre 2020
Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

Le président Alpha Condé s'est enfin exprimé ce mercredi sur sa candidature à la prochaine présidentielle du 18 octobre. A l’adresse de ses partisans réunis au Palais du peuple de...