samedi, 04 juillet 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


jean ping gabon conference presse election presidentielle 0

Au lendemain de la présidentielle du 27 août, le Gabon est confronté à une crise post-électorale. Jean Ping a demandé jeudi 29 septembre à la communauté internationale de « prendre des sanctions ciblées » contre les responsables de ce qu'il appelle un « coup d'Etat militaro-électoral », réaffirmant qu'il ne « reconnaîtrait pas le pouvoir d'Ali Bongo ». Jean Ping sort de son silence. Est-il « KO debout » ? A-t-il cru réellement pouvoir accéder au fauteuil suprême ? Quel va être sa stratégie désormais ? Quelles initiatives va-t-il prendre ? A toutes ces questions, Jean Ping répond ce matin.

Zeyna transfert argent bis

RFI : Certains vous disent KO, sonné. Dans quel état d’esprit êtes-vous ? KO ou combatif ?

Jean Ping : Je ne peux pas être KO. On ne peut pas être KO quand on sait qu’on a le peuple avec soi, le droit avec soi et la communauté internationale avec soi. On ne peut pas être KO.

Vous appelez chacun à la résistance active, c’est-à-dire ? Des grèves nationales ? Des journées « ville morte » ? Des marches ? Qu'est-ce que cela veut dire ?

Ça veut dire, tout simplement, que nous avons en face de nous quelqu’un qui a usurpé les résultats des élections, qui a fait un coup d’Etat militaro-électoral, qui a pris le pouvoir, qui veut le conserver encore sept ans. Ça veut dire 57 ans de pouvoir. Et ils utilisent tous les moyens pour y arriver. Et je crois que, cette fois-ci, le peuple ne veut plus de ça.

Le nouveau Premier ministre Issoze-Ngondet a annoncé la formation d’un gouvernement d’ouverture, en direction des partis et de la société civile. Ne craignez-vous pas qu’il débauche certains qui vous ont rallié ?

Oh, mais c’est certain, c’est certain ! Ça se passe toujours comme ça, ici comme chez vous ! Ça se passe toujours comme ça. Il va à la pêche, il va « pêcher » les gens. Nous le savions depuis le départ. Il n’y a rien d’étonnant à cela.

Aujourd’hui, vous dites quoi ? « Je suis le président, le mandat d’Ali Bongo va s’achever » ? Ne placez-vous pas ainsi le Gabon dans une impasse totale ?

Non. Moi, je ne place pas le Gabon dans une impasse totale. C’est lui qui place le Gabon dans une impasse totale. Il n’a pas gagné les élections, il le sait. Il procède à un « hold-up » militaro-électoral, il cherche à se faire légitimer par tous les moyens, voilà.

Vous annoncez organiser un dialogue inclusif. Avec qui ? C’est-à-dire ?

C’est simple : le dialogue est quelque chose qu’on ne peut pas négliger. Surtout lorsque le pays traverse une crise aussi grave. Je pense simplement que le dialogue doit être organisé par celui qui a gagné les élections, avec tous les Gabonais. Pas par celui qui n’a pas gagné et qui cherche un dialogue juste pour se faire légitimer ! Et de surcroît, il vous appelle au dialogue revolver sur la tempe, les Mirage qui terrorisent les populations à basse altitude, les hélicoptères d’attaque, les emprisonnements, les tueries... Est-ce un dialogue, ça ? Ce n’est pas un dialogue !

Diriez-vous qu’Ali Bongo ne tient pas compte de vos 47 % de voix ?

Ali Bongo ne tient pas compte de ma victoire ! Quels 47 % des voix ? Les 47 % des voix qu’il a annoncés et préfabriqués ? Vous connaissez la vérité ! Donc, ne nous dites pas des choses qui sont contraires à la vérité.

Ecartez-vous toute violence, M. Jean Ping ?

La violence est pratiquée par Ali, pas par nous ! Vous étiez ici à Libreville. Les avions à réaction qui volent à basse altitude, c’est contre qui ? Les hélicoptères d’attaque, c’est contre qui ? Les arrestations arbitraires, c’est contre qui ? Les morts qui ne cessent de s’accumuler, c’est contre qui ? Il y a une volée de violence disproportionnée de l’Etat. Nous, nous n’avons tué personne, nous n’avons pas d’armes.

Aviez-vous pensé sincèrement, à un moment donné, pouvoir gagner l’élection et qu’Ali Bongo quitterait le pouvoir ?

Bon, nous l’avons réellement pensé. Nous avons pensé que, pour une fois, il pourrait céder à la volonté populaire unanime. Mais nous connaissons l’homme. Il a voulu en 1985 se faire proclamer prince héritier, faire passer le président Bongo pour un roi. Et il est dans cette posture. Il pense qu’il va régner à perpétuité sur le Gabon et, après lui, ce sera son fils. Mais on n’entre pas au XXIe siècle à reculons. Tous ceux qui ont tenté de jouer à ce jeu-là ont fini par perdre. Qu’ils s’appellent Idi Amin Dada ou tout ce que vous voulez.

La communauté internationale vous a conseillé lourdement de déposer des recours devant la Cour constitutionnelle. Vous l’avez fait. Le regrettez-vous aujourd’hui ?

Oui et non. Non, parce que si nous ne l’avions pas fait, la communauté internationale nous aurait accusés de ceci ou de cela, de ne pas vouloir respecter les règles. Nous l’avons donc fait en pensant que la communauté internationale jouerait à son tour son rôle. Et ça n’a pas été le cas. Nous pensons que la communauté internationale doit maintenant jouer son rôle.

Diriez-vous que vous avez été dupe à un moment donné ?

Non, je viens de vous dire ! Dupe, ce n’est pas le mot qui convient. La communauté internationale nous a forcé la main en nous disant : cette fois-ci, ça pourrait bien se passer. Nous avons dit oui, parce que les communiqués de la communauté internationale sont clairs, les engagements pris étaient clairs. L’Union européenne a fait tout ce qu’elle pouvait et, malheureusement, ce que nous craignions est arrivé ! Nous, qui connaissons ces gens et nous, qui avons dit que la Cour constitutionnelle, c’est la tour de Pise qui penche toujours du même côté.

Je retire le mot « dupe ». Pourrait-on dire que vous avez été à un moment donné ou que vous êtes aujourd’hui – pardonnez-moi l’expression – le « dindon de la farce » ?

Vous pouvez employer tous les mots que vous voulez, vous pouvez employer tous les mots que vous voulez... Nous savons simplement que la direction qu’on nous a demandé de prendre n’était pas la bonne. Nous avons fait ce qu’on nous demandait de faire. Aux autres de faire ce qu’ils ont promis de faire.

Le Gabon se réveille coupé en deux ?

Non, le Gabon n’est pas coupé en deux ! Le Gabon, c’est le Gabon, avec une bande de voyous qui ont pris le Gabon en otage. Et la population gabonaise dans son ensemble est en danger. Elle appelle la communauté internationale à une assistance à population en danger. Voilà, c’est clair.

 

RFI

Zeyna transfert argent bis

Commentaires  

+1 #1 chéri 30-09-2016 21:15
Et après, c'est ça qu'on a jamais vu? Vas te faire cuire des oeufs en chine man!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 Maiga One 03-10-2016 11:21
Ce monsieur (Ping) est le plus minable des hommes politique. Qui est la Communauté internationale ? N'est ce pas ces pays immoraux de France, USA, Grande Bretagne ... qui ne font que du 2 poids 2 mesures. ces Etats qui sont voyous, qui tuent des Chefs d'Etat pour prendre les richesses de leur pays? Ping est idiot, valet, irréfléchi, naif, ignorant, inculte, corrompu ...... Sans prendre la défense d'Ali, Ping est moins que rien. Il a certainement pris des engagements à la France pour leur laisser user des richesses du Gabon à volonté pourvu qu'il occupe le palais présidentiel.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 afriki 03-10-2016 13:01
Ping a des actions dans la compagnie française du pétrole elf et cette compagnie a ete condamne par Ali bango a rembourser 805 milliards d'impaye d'impots a l'etat du gabon. Ensuite Ali a dit non a l'exportation anarchique du bois gabonais vers la france. C'est pour ces quelques raisons que la france a fait appelle a ses amis europeens et americains comme en cote d'ivoire et en lybie pour faire partir Ali et imposer ping le traitre parmi les africains a la solde occidentale. Une chose est sûre la France est prête à utiliser des terroristes comme ailleurs pour faire partir Ali Bongo. Rfi c'est l'hypocresie totale. Les africains ont un ennemi commun qui est la france. Les interets francais condamnent l'Afrique a la mendicite.Et cela que combatte Al Bohari theodoro et et kabila mais ce dernier n'est pas oblige de rester pour dejouer l'emprise occidentale
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #4 afriki 03-10-2016 13:37
Est ce que les africains prennent un peu de leur temps pour réfléchir sur la france?,. Non. Le problème des africains est qu'ils ne connaissent pas leurs ennemis assez. En Afrique nous n'avons pas une seule radio internationale a la hauteure de rfi dw et bbc. Toutes les informations africaines sont manipulees et les africains sont devenus des marrionnettes. Le franc CFA que nous utilisons est la pire exploitation de l'homme par l'homme. Nous sommes manipules dans nos convictions religieuses. Le plus scandaleux eest la complicte des dignitaires saoudien et du qatar dans ce depeuplement du monde musulman.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

NITA Banniere web 03

Top de la semaine

Publier le 03/07/2020, 21:25
covid-19-un-seul-nouveau-cas-importe-enregistre-ce-vendredi-03-juillet-2020 Le ministère de la Santé publique a annoncé que sur 155 tests réalisés ce vendredi 03 juillet...Lire plus...
Publier le 03/07/2020, 21:17
covid-19-les-meetings-politiques-autorises-sous-condition-de-respecter-le-port-des-bavettes  Le gouvernement nigérien a décidé de la levée de la mesure de suspension des meetings des partis...Lire plus...
Publier le 03/07/2020, 19:40
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-03-juillet-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 03 juillet 2020, dans la salle habituelle...Lire plus...
Publier le 03/07/2020, 17:26
mali-7-soldats-et-une-trentaine-de-civils-tues-dans-le-centre-region-de-mopti Sept (7) soldats maliens ont été tués le jeudi 2 juillet aux environs de 20H00 lorsqu’une patrouille...Lire plus...
Publier le 03/07/2020, 13:16
g5-sahel-quel-bilan-6-mois-apres-le-sommet-de-pau-par-tidiane-sahelien Le G5-Sahel a été  créé en 2014 sur la volonté des chefs d’Etat du Tchad, du Niger, du Burkina...Lire plus...
Publier le 28/06/2020, 23:20
presidentielles-l-ancien-chef-de-l-etat-salou-djibo-investi-candidat-du-pjp-doubara L’ancien chef de la junte militaire qui a dirigée le Niger de 2010 à 2011, Salou Djibo, a été investi...
Publier le 29/06/2020, 19:58
reamenagement-technique-du-gouvernement-bazoum-mohamed-laisse-son-maroquin-ministeriel Le Président de la République Mahamadou Issoufou a procédé ce lundi 29 juin 2020, à un léger...
Publier le 30/06/2020, 07:47
g5-sahel-a-nouakchott-les-chefs-d-etat-font-le-point-avec-macron-sur-les-engagements-pris-a-pau La capitale mauritanienne accueille ce mardi 30 juin 2020, un sommet des Chefs d’Etat des 5 pays...
Publier le 28/06/2020, 19:31
nation-des-acteurs-politiques-et-de-la-societe-civile-lancent-un-appel-citoyen-pour-sauver-le-pays-d-une-situation-porteuse-de-perils-graves A l’initiative de plusieurs acteurs politiques et de la société civile, issus de divers horizons, un...
Publier le 29/06/2020, 18:03
politique-l-opposition-s-engage-a-mener-toutes-actions-legales-pour-la-tenue-d-elections-democratiques-transparentes-et-sinceres-declaration Les principaux fronts de l’opposition politique nigérienne (FRDDR, FOI, FDR, FP) ont rendu public une...
Publier le 29/06/2020, 19:58
reamenagement-technique-du-gouvernement-bazoum-mohamed-laisse-son-maroquin-ministeriel Le Président de la République Mahamadou Issoufou a procédé ce lundi 29 juin 2020, à un léger...
Publier le 30/06/2020, 08:15
gouvernement-ce-qu-il-faut-retenir-du-dernier-reamenagement-de-l-equipe-de-brigi-rafini Le Président de la République Issoufou Mahamadou a procédé, lundi 29 juin 2020 dans la soirée, à un...
Publier le 28/06/2020, 23:20
presidentielles-l-ancien-chef-de-l-etat-salou-djibo-investi-candidat-du-pjp-doubara L’ancien chef de la junte militaire qui a dirigée le Niger de 2010 à 2011, Salou Djibo, a été investi...
Publier le 28/06/2020, 19:47
logements-sociaux-operation-rattrapage-pour-la-renaissance Le gouvernement a annoncé, vendredi dernier à l’issue du dernier conseil des ministres, avoir conclu...
Publier le 29/06/2020, 18:03
politique-l-opposition-s-engage-a-mener-toutes-actions-legales-pour-la-tenue-d-elections-democratiques-transparentes-et-sinceres-declaration Les principaux fronts de l’opposition politique nigérienne (FRDDR, FOI, FDR, FP) ont rendu public une...

Dans la même Rubrique

Mali : 7 soldats et une trentaine de civils tués dans le centre (région de Mopti)

3 juillet 2020
Mali : 7 soldats et une trentaine de civils tués dans le centre (région de Mopti)

Sept (7) soldats maliens ont été tués le jeudi 2 juillet aux environs de 20H00 lorsqu’une patrouille de l’armée est tombée dans une embuscade à Gouari, dans le cercle de...

Mali : le mandat de la Minusma prorogé jusqu’au 30 juin 2021

1 juillet 2020
Mali : le mandat de la Minusma prorogé jusqu’au 30 juin 2021

Le Conseil de sécurité a décidé, lundi 29 juin 2020, de proroger pour un an, le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali...

Ghana : le président Nana Akufo-Addo investi par son parti pour briguer un second mandat

28 juin 2020
Ghana : le président Nana Akufo-Addo investi par son parti pour briguer un second mandat

Seul candidat en lice, le président Nana Akufo-Addo a été investi ce samedi 27 juin à Accra, candidat de son parti, le New Patriotic Party (NPP), pour les élections présidentielles...

Tchad : élevé au grade de Maréchal, le président Idriss Déby distingué pour ses victoires militaires

27 juin 2020
Tchad : élevé au grade de Maréchal, le président Idriss Déby distingué pour ses victoires militaires

Les députés tchadiens ont élevé, vendredi 26 juin, le président Idriss Déby Itno au grade honorifique de Maréchal de l’armée. Une distinction qui vient récompenser « ses victoires militaires » dont le...

Côte d’ivoire : le chef du commando de l’attaque terroriste de Kafalo capturé par l’armée (Ministre de la Défense)

22 juin 2020
Côte d’ivoire : le chef du commando de l’attaque terroriste de Kafalo capturé par l’armée (Ministre de la Défense)

Le ministre ivoirien de la Défense, Hamed Bakayoko, a annoncé que le chef du commando qui a mené l’attaque terroriste de Kafolo, dans la nuit du 10 au 11 juin...

G5 Sahel : très attendu dans la Zone des trois frontières, le déploiement des soldats tchadiens n’est pas pour demain

21 juin 2020
G5 Sahel : très attendu dans la Zone des trois frontières, le déploiement des soldats tchadiens n’est pas pour demain

Annoncé en décembre dernier à Niamey puis confirmé en janvier lors du Sommet de Pau, en France, le déploiement des soldats tchadiens dans la Zone dite des trois frontières (Niger,...