mercredi, 25 novembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


AYOUBA HASSANE1 

DECLARATION DE PRESSE DU SYNDICAT AUTONOME DES MAGISTRATS DU NIGER (SAMAN)
Fidèle à sa mission de veille citoyenne relativement aux questions touchant l’Etat de droit, le respect des droits humains et l’indépendance de l’institution judiciaire, le Syndicat Autonome des Magistrats du Niger (SAMAN) prend l’opinion publique nationale à témoin face à des dérives autoritaires commises par certains de nos gouvernants.

Zeyna transfert argent bis

En effet, il est un truisme de rappeler que la Constitution de notre pays a, de manière formelle, consacré la séparation des pouvoirs et l’indépendance de la justice comme principes cardinaux constituant le socle de notre édifice institutionnel.
Mais que constate-t-on aujourd’hui au Niger ?
Certains Nos autorités actuelles parvenues au pouvoir par le truchement de l’Etat de droit, n’ont trouvé mieux dans leurs actions quotidiennes que de fouler au pied les règles élémentaires qui fondent toute démocratie.
Elles considèrent la justice comme un des facteurs entravant la mise en œuvre de leur projet funeste visant à mettre notre processus démocratique en péril. Leur ambition a toujours été d’avoir une justice aux ordres à cette fin.
Comment pensent-elles y parvenir ?
L’Acte1 a consisté en la création d’une ligne verte dont l’objectif est de créer un climat de psychose et de peur permanente dans l’esprit des magistrats afin de leur empêcher d’avoir le courage nécessaire pour dire le droit, non pas en leur âme et conscience mais bien selon le désidérata des gouvernants. 
C’est pourquoi, le SAMAN a fait de la suppression du Bureau de la ligne verte, une de ses exigences prioritaires pour laquelle il ne saura faire aucune concession car il reste convaincu qu’il ne s’agit que d’un instrument de chantage et de pression entre les mains de l’Exécutif pour freiner l’ardeur des juges courageux et porter gravement atteinte à l’indépendance de la justice et à la séparation des pouvoirs.
L’Acte 2 a consisté en cette fausse croyance que développe le Ministre de l’intérieur par laquelle il s’érige en patron de la police judiciaire au mépris des dispositions du code de procédure pénale qui font seulement du Procureur de la République le chef hiérarchique naturel de la police judiciaire qui reste un auxiliaire de justice chargé de recevoir les plaintes et dénonciations, d’interpeller les personnes mises en cause, de mener les investigations en vue de recueillir les indices nécessaires relatifs aux infractions à la loi pénale.
Le pic a été atteint ces derniers temps avec les interpellations massives et arbitraires des hommes politiques, des journalistes et acteurs de la société civile suivies des perquisitions illégales sans aucun respect des règles de procédure faisant des juges les seules autorités habilitées à ordonner la détention des citoyens soupçonnés d’infractions à la loi pénale et d’en apprécier les charges éventuelles à retenir contre eux.
L’idée de base est de transformer nos parquetiers en des simples exécutants des ordres venant « d’en haut ».
Mais que ces gouvernants se détrompent. Aucune autorité publique, aucun homme politique, aucun groupe de pression, ne pourront entraver le travail consciencieux des juges car ils ont prêté le serment devant Dieu et devant le peuple nigérien de dire le droit dans le respect de la légalité et des exigences de l’Etat de droit.
Le troisième Acte est le comportement inexplicable et inexpliqué de ce gouverneur zélé de la Région de Zinder qui se donne le culot de continuer à croire que les magistrats de son ressort relèvent aussi de son autorité et qu’à ce titre il a un droit de regard et au besoin de substitution, dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions.
Il vous souviendra que cet ancien repris de justice notoirement connu de nos services a poussé l’audace jusqu’à s’ériger en un puissant « commandant de cercle » ordonnant à « ses gardes » d’aller nuitamment faire libérer manu militari à la prison civile de Zinder des personnes placées régulièrement sous mandats de dépôt dans l’attente de leur comparution devant l’instance de jugement au motif qu’il s’agit de ses militants qu’il entend protéger.
Notre « commandant de cercle » toujours égal à lui-même a eu aussi à donner des instructions fermes pour faire reprendre des détenus ayant bénéficié d’une mise en liberté provisoire.
Devant le refus des juges d’accepter cette atteinte grave à leur indépendance et à l’absence de tous faits nouveaux qu’auraient commis lesdites personnes, notre ‘monsieur le gouverneur » a juré de faire affecter tous ces juges insoumis. Pari, selon toute évidence réussi, car aux dernières assises du Conseil Supérieur de la Magistrature, l’effectif des magistrats en service au Tribunal de Zinder a été dans sa totalité affecté.
Nous nous faisons dès lors le devoir d’interpeller le CSM par rapport à son indépendance dans la prise de ses décisions.
Aussi nous continuons à nous interroger sur la complicité dont jouit ce gouverneur à la tête de l’Etat pour continuer à défier l’autorité de la justice en toute impunité alors même qu’au haut sommet de l’institution judiciaire (notamment la Cour de Cassation), il nous a été promis que des poursuites appropriées seront engagées en temps opportun contre lui suite aux instructions illégales par lui données pour libérer des détenus au niveau de la prison civile de Zinder.
Le quatrième Acte d’atteinte à l’image et à l’honorabilité de notre justice a trait aux propos indécents et d’un autre âge tenus par « le philosophe » Mohamed Bazoum, Ministre d’Etat de la République du Niger dans les colonnes de la dernière parution de l’hebdomadaire « Jeune Afrique ».
Faisant fi des autres déclarations jetant le discrédit sur certains corps constitués et autres acteurs politiques et ignorant les subterfuges utilisés pour faire rectifier maladroitement le tir par le même journal, les propos du sieur Bazoum mettant à mal la cohésion nationale et l’ordre public doivent avoir un traitement judiciaire approprié afin qu’il se convainque définitivement qu’il n’est pas au-dessus des lois de la République. Ces déclarations ont permis à l’opinion publique de bien cerner la nature et la dimension de l’homme Bazoum.
Au niveau du SAMAN, ce « monsieur » est déjà connu dans nos archives comme un récidiviste notoire en matière d’attaques gratuites à l’endroit de notre justice. Dans ses propos injurieux, il s’est permis, au mépris du principe de la présomption d’innocence, de spéculer et d’imaginer la nature de la décision que rendront les juges en charge d’une affaire encore pendante devant les juridictions.
Pire, il a mis en cause l’intégrité de ceux ayant eu à connaitre de ce même dossier en soulignant que lesdits magistrats ont sciemment fait retarder les choses contre de l’argent à eux distribué. A ce niveau, nous disons au sieur Bazoum que Trop c’est Trop. Le SAMAN le met en garde et se réserve le droit en temps opportun de demander à ses militants injustement salis par notre apprenti sorcier qui croit tout savoir et tout connaitre du milieu judiciaire de porter plainte auprès de qui de droit pour que justice soit faite.
C’est pourquoi, il est de notre devoir de lui demander de porter à la connaissance de l’opinion publique les noms de tous les juges qu’il déclare être corrompus dans cette affaire afin de permettre au Ministre de la Justice qui excelle dans la suspension illégale des magistrats de leurs fonctions sans être entendus au préalable avec la complicité de certains chefs de juridiction zélés, pour qu’il puisse valablement exercer les poursuites pénales et disciplinaires appropriées dans le cadre de la purge de la maison « justice » de toutes ses brebis galeuses.
Nous en sommes donc preneurs et nous osons croire qu’ainsi notre justice sera véritablement assainie et jouera son rôle naturel de gardienne des libertés publiques.
Nous marquons toutefois notre grand étonnement que ce même monsieur qui ne mérite aucun respect malgré les hautes fonctions dont il est inverti à la tête de l’Etat, se permet d’affirmer sans honte bue et sans aucune réserve, qu’ils ont procédé au remplacement de ces juges qu’il qualifie d’indélicats, de leurs fonctions, par d’autre plus intègres. Quelle hérésie de sa part ?
En bon psychanalyste, car pas philosophe étant entendu que ce dernier a au moins son libre arbitre pour cogiter sur le sens des choses, il se permet de scruter le subconscient des magistrats pour les catégoriser en intègres, en corrompus, voire en politiques.
Mais nous disons au sieur Bazoum que la magistrature de notre pays n’a pas attendu son avènement au pourvoir pour appréhender la délicatesse, la noblesse, la grandeur de sa mission. Elle reste et demeure une justice indépendante et impartiale au service de notre peuple, n’en déplaise à ses détracteurs.
Aucune autorité, aucun pouvoir ne peut lui donner des injonctions dans sa manière de dire le droit. S’il pense avoir des complicités internes en notre sein, nous l’avertissions que nous les combattrions tous ensemble.
Le SAMAN ne saurait par conséquent continuer à tolérer les dérives et autres allégations mensongères et fallacieuses des Ministres Bazoum, Massaoudou, et tous autres de leur acabit, à l’endroit du corps de la magistrature. 
Nous rappelons au sieur Bazoum qu’il reste aux yeux de la justice comme un simple justiciable lambda et qu’il soit rassuré que son titre de Ministre d’état sans contenu, ne lui sera d’aucune utilité quand l’heure de la vérité sonnera où il viendra forcément rendre compte à cette même justice qu’il ne cesse de vilipender avec sa rhétorique habituelle teintée de mépris et de haine envers les magistrats du Niger.
Nous le rassurons qu’avec son camarade Massaoudou qui qualifie de suspecte une décision souverainement prise par un juge du siège parce que non conforme à ses desseins maquiavéliques, ils répondront inéluctablement devant la barre de la justice car comme le dit cet adage séculaire « les hommes passent, mais les institutions restent ».
C’est pourquoi, le SAMAN interpelle le Procureur de la République pour qu’il puisse prendre ses responsabilités et toutes ses responsabilités en tant que représentant du peuple auprès des juridictions pour enclencher les poursuites judiciaires appropriées devant ces innombrables faits constitutifs d’infractions à la loi pénale commis par ces princes qui nous gouvernent. 
Nous allons donc tout mettre en œuvre pour que nos procureurs puissent s’affranchir du joug et du diktat qu’ils subissent de la part de l’Exécutif.
Qui dit qu’un Ministre est au dessus de la justice ?
Que dit le Président de la République, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, face aux actes graves de ses ministres portant atteinte à l’indépendance de la justice ?
Peut – on y voir de sa part une complicité tacite ou une volonté délibérée de les protéger ?
Il est dès lors de notre devoir républicain et historique de mener la lutte en synergie avec toutes les forces démocratiques de notre pays pour nous aider dans le noble combat de restauration d’une justice digne, indépendante au dessus des faucons et autres fossoyeurs plus enclins à vouloir à tout prix la mettre au pas. 
Enfin, il est de notre devoir en tant que bureau exécutif du Syndicat Autonome des Magistrats du Niger de présenter nos condoléances émues aux familles des victimes des événements tragiques de Mina et des lâches attaques meurtrières commises sur des paisibles citoyens de la Région de Diffa.
Par ailleurs, nous condamnons et fustigeons avec la dernière énergie les ignobles attentats terroristes perpétrés en France, en Tunisie, en Egypte, au Mali et au Nigéria.
Le SAMAN reste par conséquent solidaire avec tous les peuples du monde épris de paix et de justice dans un environnement sécurisé où la vie de la personne humaine demeure sacrée et inviolable.
En conclusion
- Considérant que la République du Niger est un Etat unitaire et indivisible ;
- Considérant le désir et l’engagement historiques du peuple nigérien à vivre dans l’harmonie, l’unité et la cohésion ;
- Considérant la mission régalienne du pouvoir judiciaire de maintenir la quiétude et l’ordre dans la société ;
- Considérant les principes sacro-saints de la séparation des pouvoirs, de l’égalité des citoyens devant la loi et de la présomption d’innocence consacré par notre Constitution ;
- Considérant le serment coranique du Président de la République de respecter et de faire respecter les dispositions de ladite Constitution ;
- Convaincu qu’aucun Etat au monde ne peut se développer dans le déchirement, l’injustice et l’impunité quelle que soient ses multiples ressources ;

Le BEN SAMAN :
1. Demande aux procureurs général et de la République de Niamey de prendre toutes leurs responsabilités pour engager des poursuites judiciaires contre tous les auteurs des actes ci-dessus dénoncés ;
2. Assure ceux-ci de son soutien indéfectible et sans faille face à toutes formes de pression qu’ils peuvent subir ;
3. Dénonce le silence complice et complaisant du Président de la République, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature devant les attaques et autres immixtions de certains de ses ministres et autres cadres de commandement dans le traitement des affaires judiciaires ;
4. Rappelle au Président de la République son serment prêté devant Dieu et devant le peuple nigérien de faire respecter la Constitution en garantissant une égalité devant le service public de la justice par une lutte implacable contre toutes formes de trafic d’influence et d’abus de pouvoir ;
5. Attire son attention sur les conséquences inéluctables de l’impunité et d’une justice à double vitesse ;
6. Exhorte notre peuple à plus de sérénité et d’esprit de fraternité devant les agissements hors la loi de certains individus qui n’ont aucun sens de l’Etat et qui se sont retrouvés par le hasard de l’histoire à des hautes fonctions sans mérite aucun.

Vive l’Etat de Droit !
Vive le SAMAN !

 

Zeyna transfert argent bis

Commentaires  

+16 #1 tchimi koy 29-11-2015 22:01
Allah sarki, bazoum n'a aucune intention de vous nuire particulièrement , il veut tout simplement mettre mal à l'aise le président Issoufou, le mettre dans une position inconfortable souvenez vous dans ll'affaire des passeports il a vite fait d'amener le nom du président. Vous croyez que ouhoumoudou par exemple peut dire ce qu'il a raconté?bazoum veut tout simplement savoir jusqu'à quel degré issoufou peut le supporter sinon il est qui pour s'en prendre aux corps judiciaire et militaire. Quelque chose ne va pa pas dans la maison tarraya surtout si on li le reste de l'interview où il parle de corruption.
Citer | Signaler à l’administrateur
-10 #2 bobo dioulasso 29-11-2015 22:03
Je suis flic ,je suis juif,je suis charlie,cheeguè dan [mot censuré].
Citer | Signaler à l’administrateur
+13 #3 Nigerien!! 29-11-2015 22:09
NO COMMENT! Tout est dit.
Citer | Signaler à l’administrateur
-8 #4 bamarade 29-11-2015 22:15
Le SAMAN c'est bien de rappeler quelqu'un à 'dre s'il dérape qui soit-il.

Mais là où je ne suis pas trop convaincu de votre parti pris, parmi les actes que vous avez rappeler je remarque:

....vous n'avez nul part les actes posées par l'opposition sur l'intégrité morale de vos autres militants suite aux décisions qu'ils ont,

....nul part vous n'avez rappeler que Hama+ a dit qu'il n'y a pas des magistrat indépendant au Niger et vous voulez nous faire avaler si c'est un ministre qui donne son point de vu sur les actes personnelles de vos militant,

Tous les teneurs de la politique nigérienne sont les mêmes (vous avez existez au temps de Hama+, Seyni, Ousman et maintenant Issoufou pour le savoir), ne faites pas de distingo vis à vis entre eux si réellements vous êtes véridiques et vous seriez les gagnant pour une justice équitable.
Citer | Signaler à l’administrateur
+16 #5 Nigerien!! 29-11-2015 22:16
CE RÉGIME EST ENTRAIN DE CREUSER SA PROPRE TOMBE!
Citer | Signaler à l’administrateur
-8 #6 bamarade 29-11-2015 22:24
Ne roulez pour personne qu'il soit de l'opposant ou de la majorité qui gouverne.
Peut être vous avez travaillé avec ceux-la qui gouvernent aujourd'hui et peut être vous êtes entrain de rééditer la même erreur en roulant avec l'opposition actuelle.

Dans tout le cas les indices me laissent le penser car la SAMAN des magistrat n'arrive pas à voir aucun acte déplacé de Hama+.

Si ALLAH le décide ainsi:

... MI sera réélu même si vous ne voulez pas;
...MI ne sera pas réélu même si vous voulez;

Ces équations s'appliquent tous les autres candidats quelque le soutien que vous allez lui donner ou refuser.
Citer | Signaler à l’administrateur
-13 #7 bamarade 29-11-2015 22:32
Pensez vous que quand Hama+ dénigre la justice ce MI qu'il dénigre? Si oui, ne parlez plus au nom de votre indépendance mais au nom d'autre chose que vous cachez.

Si réellement vous êtes indépendants, ne donnez plus des libertés provisoirs mais la condamnation pour les fautifs et la rélaxe pour les innocents et qui soient-ils.

Même le MI est en liberté provisoire.
Citer | Signaler à l’administrateur
+8 #8 bobo dioulasso 29-11-2015 22:55
Kay bamaradé!qui a parlè de hama,qui gouverne le niger presentement,ga damo ana bin mulkaki,Mr charli est l'alfa et l'omega de tout ce climat deletere ,mais il faut etre animal pour ne pas le savoir.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #9 ANTI-TOTO A DIT 29-11-2015 22:59
Citation en provenance du commentaire précédent de tchimi koy :
Allah sarki, bazoum n'a aucune intention de vous nuire particulièrement , il veut tout simplement mettre mal à l'aise le président Issoufou, le mettre dans une position inconfortable souvenez vous dans ll'affaire des passeports il a vite fait d'amener le nom du président. Vous croyez que ouhoumoudou par exemple peut dire ce qu'il a raconté?bazoum veut tout simplement savoir jusqu'à quel degré issoufou peut le supporter sinon il est qui pour s'en prendre aux corps judiciaire et militaire. Quelque chose ne va pa pas dans la maison tarraya surtout si on li le reste de l'interview où il parle de corruption.

Entierement d'accord. Ouhoumoudou a montre qu'il est capable du sacrifice ultime pour sauver un regime mais Bazoum a vite fait d'associer MI dans son erreur.
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #10 soyeya 30-11-2015 07:32
MI est un bon a rien a tous egards. Son insensibilite aux souffrances de nos freres et soeurs du manga le prouve suffisamment. C'est parceqie Bazoum en est conscient qu'il se permet de faire et de dire ce qu'il veut. Il sait qu'en face de lui c'est mais, un minable a qui il a refile sa nana pleine, un esclave aux ordres de ses maitres a peau rouge, bref un homme qui merite d'etre la ou il avait ete n'eut ete Hama Amadou.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 Dan Kolonche 30-11-2015 07:53
Comment une justice aux bottes de la renaissance peut -elle se plier devant un syndicat de magistrats? Le corps de la justice manque de poigne et de courage pour dissuader ces Bazoum et Massaoudou qu'ils sont des citoyens justiciables. Chers magistrats , prenez votre mal en patience car le peuple s'est depuis longtemps remis a la justice de Dieu.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #12 BADAMAGARE 30-11-2015 09:22
Peut être c'est le déclin du PNDS TARAYYA qui s'annonce à travers tout ceci!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 sirfi 30-11-2015 09:28
on aura tout vu au Niger! des magistrats hyper arrogants et trop imbus du pouvoir que symbolise leur toge pour se comporter comme étant au dessus de la loi.nous avons été témoin cette année des situations où un magistrat,juste parce on lui a demandé de dégager la porte d'entrée d'un service où il a garé son véhicule en obstruant l'accès s'est permis de proférer des menaces du genre"vous allez voir à qui vous avez affaire"et d'appeler aussitôt la police pour embarquer 3 agents et établir un mandat-dépot pour la prison de zinder le même jour. un autre jeune-homme a eu le malheur d'aimer une demoiselle qui intéressait un magistrat; cela lui a valu quelques semaines de prison d'où il a été libéré après des menaces des jeunes des "palais".même au bistrot ,ils pensent être revêtus de leur toge pour menacer serveuses et clients.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #14 Nigerien 30-11-2015 10:29
NA GODE
ALLAH YA SA KA DA ALHERI
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #15 Mamane 30-11-2015 11:33
C fo Sirfi moi je ss de zinder ns n'avons enreistre des tels incident je vs en prie ne raconte pa des histoires.
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #16 bobo dioulasso 30-11-2015 12:02
Pnds ragayta ne kahoway ga kasagga tamu.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #17 Gafili 30-11-2015 12:09
Il est grand temps que MI se débarrasse de ses deux ministres opportunistes, fossoyeurs de la République. Ils sont plus négatifs que Ouhoumoudou et Hankouraou car ces derniers dans leur recyclage ont su se taire et ne se mêle pas des affaires judiciaires.
Pour montrer qu'il n'est ni complice encore moins complaisant, MI doit se débarrasser de ces brebis galeuses car il a plus à gagner qu'à perdre à l'approche des élections.
Soutien au SAMAN
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #18 Issa_abdoulaye 30-11-2015 12:33
Les magistrats du Niger sont notre fierté.
Que Dieu vous aide et vous guide dans cette tâche noble mais difficile. Vous êtes le dernier rempart pour le peuple.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #19 BIZO 30-11-2015 13:19
Il est temps que les magistrats se ressaisissent et demandent une indépendance totale, à l'instar du Burkina où une loi a été votée pour que dorénavant le conseil suérieur de la magistrature soit dirigée par un magistrat nommé par ses pairs. N'est ce pas une occasion rêvée pour la justice et les magistrats nigériens pour demander une telle loi qui va les libérer totalement du jour de l'exécutif ?
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #20 LE COMTE DE L ADER 30-11-2015 13:59
Quand des magistrats s adonnent a une crousse effreinee de richesse c la corruption qui fait surface.
Dites moi quel magistrat a EU le courage de demisionne suite a une decision illegale?
Quand on est corompu tu recolte walakaytchi.
Hama+ a t il raison de dire que vous etes corompus ...je n ai pas vu son nom.
Mamane ousmane n a jamais accepte votre decision parcel I'll estime que vous etes corompus.
Dieu vous attend patiemment bienvenu Dan's lenfer.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #21 Bagobiri 30-11-2015 14:12
Pour quoi supprimer le numero vert? Dans tous les pays de monde il existe ce genre de numero . Expliquer nous la pression que vous suivez a cause de ce numero s'il vous plait? Vous pouvez aussi l'utiliser pour denoncer tout chantage des justiciables en ce que je comprends.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #22 LE COMTE DE L ADER 30-11-2015 14:15
Vos tarifs sont multiples multiples du million
Pourvu que le pauvre PAYE.
Dites moi depuis le debut du mandat de MI QUI avez vous inculpe?C toujour LIBERTE PROVISOIRE parce que on vous PAYE rubis sir l ongle. CE qui fait qu au Niger liberte provisoire time avec liberte tout court.
Mais lui DIEU NE DORT PAS PREPAREZ VOUS POUR GOUTTER LE SUPLICE DU FEU.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #23 sirfi 30-11-2015 14:38
mr mamane,vous aurez beau crier que les faits que j'ai rapportés n'ont jamais lieu à zinder , c'est peine perdue car cela avait nourri les débats au niveau des radios locales.alors partez vous renseigner à anfani ou shukura monsieur l'avocat du diable.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #24 kirgam 30-11-2015 14:56
le saman a toujours eu une position dualiste dépuis qu'il a eu à sa tête les magistrats que l'on sait.leurs déclarations confirment aisément leur inféodation par certains politiciens assez généreux pour arriver à leur fin.tous les propos régionalistes tenus par hama lors de ses meetings à niamey, le refus d'obtempérer à une décision de justice de mahamane ousmane et toutes les critiques de l'opposition sur les aaêts rendus en leur défaveur n'ont jamais atteints les oreilles du saman.c'est pourquoi beaucoup des magistrats ne se retrouvent pas dans vos déclarations plus politiques que syndicales
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #25 Dosso-ize 30-11-2015 17:08
rappelez-vous de ce que Massaoudou a dit
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #26 MANYA 30-11-2015 18:10
ca commence a pourri
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #27 Conscience Prudente 06-12-2015 20:24
Le syndicat de ce corps n'a intervenu qu'en flagrant non-sens en ajoutant
...."AVEC LA COMPLICITÉ DU PRÉSIDENT ISSOUFOU"....
Soyons sérieux! N'est-ce pas eux qui sont sensés comprendre que le Pdt de la Rép doit rester au dessus de la mêlée politique et surtout; de par la séparation du pouvoir entre l'Exécutif, le Législatif et le Judiciaire? Si le Syndicat des magistrats doit accuser SEM le Pdt Issoufou, personne ne sera contre quand des preuves concrètes seraient fournies car la Justice ne croit qu'aux preuves évidentes. À la manière de l'autre PM de la 5ème Rép qui trainait tout dénonciateur de ses déboires, à la barre des tribunaux, si SEM l'humble Président Issoufou porte plainte contre le Saman pour diffamation, comment agiront ses syndiqués membres du BEN? S'il n'y a pas du vent politique dans leur dénonciation, tous le monde sera de gré à ce que le contenu soit considéré dans toute sa profondeur avec rigueur. TOUS POUR UNE JUSTICE ÉQUITABLE, UN PEUPLE, UNE NATION.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

banniere spotlight BIS

Canal Horizon Nov Dec

Top de la semaine

Publier le 25/11/2020, 15:57
disparition-de-tandja-mamadou-l-ancien-president-sera-inhume-ce-jeudi-a-maine-soroa-sa-ville-natale Les obsèques officielles de l’ancien Président de la République Tandja Mamadou auront lieu le jeudi 26...Lire plus...
Publier le 25/11/2020, 13:26
droit-de-l-enfant-atelier-de-formation-des-journalistes-des-membres-du-parquet-et-de-la-pj-sur-le-droit-a-l-image-des-enfants-au-sein-des-medias-2 En partenariat avec l’UNICEF, le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) a organisé ce mercredi 25...Lire plus...
Publier le 25/11/2020, 13:26
droit-de-l-enfant-atelier-de-formation-des-journalistes-des-membres-du-parquet-et-de-la-pj-sur-le-droit-a-l-image-des-enfants-au-sein-des-medias En partenariat avec l’UNICEF, le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) a organisé ce mercredi 25...Lire plus...
Publier le 25/11/2020, 12:54
campagne-contre-les-violences-a-l-egard-des-femmes-et-des-filles-les-chefs-traditionnels-au-coeur-de-la-prevention Démarrage aujourd’hui 25 novembre 2020 de la campagne de 16 jours d’activisme contre les violences à...Lire plus...
Publier le 25/11/2020, 10:24
disparition-de-tandja-mamadou-le-peuple-nigerien-vient-de-perdre-un-de-ses-illustres-fils-selon-hama-amadou-son-ancien-premier-ministre-et-bras-droit Dans son message de condoléances, l’ancien premier ministre (2000 à 2007) Hama Amadou  a tenu à...Lire plus...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 19/11/2020, 16:29
elections-rien-ne-s-oppose-a-ce-que-les-differents-scrutins-se-deroulent-aux-dates-prevues-a-estime-le-president-issoufou-apres-le-retrait-de-sa-carte-d-electeur Le Président de la république a procédé ce jeudi 19 novembre 2020 au retrait de sa carte d’électeur....
Publier le 20/11/2020, 10:16
presidentielles-la-requete-des-3-candidats-a-la-cour-constitutionnelle-sur-la-candidature-de-bazoum-declaree-irrecevable-arret La Cour Constitutionnelle vient de juger « irrecevable », la requête déposée la semaine dernière par...
Publier le 21/11/2020, 15:17
elections-presidentielles-15-partis-politiques-s-engagent-a-soutenir-albade-abouba-des-le-premier-tour Quinze (15) partis politiques ont signé un protocole accord, hier vendredi au sortir d’une réunion,...
Publier le 20/11/2020, 10:16
presidentielles-la-requete-des-3-candidats-a-la-cour-constitutionnelle-sur-la-candidature-de-bazoum-declaree-irrecevable-arret La Cour Constitutionnelle vient de juger « irrecevable », la requête déposée la semaine dernière par...
Publier le 21/11/2020, 15:17
elections-presidentielles-15-partis-politiques-s-engagent-a-soutenir-albade-abouba-des-le-premier-tour Quinze (15) partis politiques ont signé un protocole accord, hier vendredi au sortir d’une réunion,...
Publier le 24/11/2020, 20:59
disparition-de-tandja-mamadou-le-president-issoufou-reporte-sa-visite-dans-la-region-de-maradi Suite à la disparition de l’ancien chef de l’Etat Tandja Mamadou ce mardi à Niamey, le président...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...

Dans la même Rubrique

Disparition de Tandja Mamadou : l’ancien président sera inhumé ce jeudi à Mainé-Soroa, sa ville natale

25 novembre 2020
Disparition de Tandja Mamadou : l’ancien président sera inhumé ce jeudi à Mainé-Soroa, sa ville natale

Les obsèques officielles de l’ancien Président de la République Tandja Mamadou auront lieu le jeudi 26 novembre au Palais de la Présidence de Niamey où un hommage national lui sera...

Droit de l’enfant : atelier de formation des journalistes, des membres du parquet et de la PJ sur le droit à l’image des enfants au sein des médias

25 novembre 2020
Droit de l’enfant : atelier de formation des journalistes, des membres du parquet et de la PJ sur le droit à l’image des enfants au sein des médias

En partenariat avec l’UNICEF, le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) a organisé ce mercredi 25 novembre 2020 à Niamey, une formation à l’endroit des journalistes, du parquet et des...

Droit de l’enfant : atelier de formation des journalistes, des membres du parquet et de la PJ sur le droit à l’image des enfants au sein des médias

25 novembre 2020
Droit de l’enfant : atelier de formation des journalistes, des membres du parquet et de la PJ sur le droit à l’image des enfants au sein des médias

En partenariat avec l’UNICEF, le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) a organisé ce mercredi 25 novembre 2020 à Niamey, une formation à l’endroit des journalistes, du parquet et des...

Campagne contre les violences à l’égard des femmes et des filles : les chefs traditionnels au cœur de la prévention

25 novembre 2020
Campagne contre les violences à l’égard des femmes et des filles : les chefs traditionnels au cœur de la prévention

Démarrage aujourd’hui 25 novembre 2020 de la campagne de 16 jours d’activisme contre les violences à l’égard des femmes et des filles sous le thème ‘’Orangez le monde : financez,...

Disparition de Tandja Mamadou : « le peuple nigérien vient de perdre un de ses illustres fils » selon Hama Amadou, son ancien premier ministre et bras droit

25 novembre 2020
Disparition de Tandja Mamadou : « le peuple nigérien vient de perdre un de ses illustres fils » selon Hama Amadou, son ancien premier ministre et bras droit

Dans son message de condoléances, l’ancien premier ministre (2000 à 2007) Hama Amadou  a tenu à rendre hommage au défunt président Tandja Mamadou, décédé le mardi 24 novembre, et dont...

Disparition de Tandja Mamadou : le président Issoufou reporte sa visite dans la région de Maradi

24 novembre 2020
Disparition de Tandja Mamadou : le président Issoufou reporte sa visite dans la région de Maradi

Suite à la disparition de l’ancien chef de l’Etat Tandja Mamadou ce mardi à Niamey, le président Issoufou Mahamadou a décidé de reporter la visite qu’il devrait entamer dans la...