vendredi, 27 novembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Mohamed Anacko

Avec l’annulation de la réunion de réconciliation entre les mouvements armés du nord du Mali, qui devait se tenir du 19 au 21 août à Niamey, et la multiplication des combats près de Kidal, l’application des accords d’Alger semble encore s’éloigner. Mohamed Anacko, ancien leader touareg nigérien, devait participer aux discussions. Il livre son analyse à "Jeune Afrique".

Zeyna transfert argent bis

Aujourd’hui président du Conseil régional d’Agadez, l’ancien rebelle a créé en 2013 le Cabinet d’analyses et d’actions pour la sécurité et la paix au Sahel et s’implique depuis plusieurs années dans la résolution des conflits, au Mali ou dans le sud de la Libye. Invité à la réunion de réconciliation, annulée, qui devait se tenir à Niamey entre les mouvements armés du nord du Mali, il est décidé à promouvoir le développement des zones transfrontalières du Sahel afin de prévenir les risques de conflit.

Jeune Afrique : Quand le Niger peut-il espérer organiser une nouvelle réunion de réconciliation ?

Mohamed Anacko : Difficile à dire. Il n’y a pas encore de dates car cela dépend de la situation sur le terrain. Les communautés invitées sont désormais encore un peu plus en état de guerre.

Qu’est ce qui coince encore dans l’application des accords d’Alger ?

Je crois qu’il y a surtout une mauvaise volonté de la part du gouvernement. Il devait créer l’environnement propice à l’application du cessez-le-feu. Pourtant, c’est une milice progouvernementale qui aurait provoqué les combats ayant abouti à l’annulation de la rencontre de Niamey. Donc, soit le gouvernement contrôle cette milice et est complice, soit celle-ci est hors de contrôle et cela voudrait dire qu’il n’y a plus d’État et plus d’armée nationale, ce qui est encore pire.

Le gouvernement malien ne voudrait pas de l’application de ces accords ?

Le gouvernement malien a surtout à cœur la reprise de Kidal. Malgré la signature des accords d’Alger, cette plaie est toujours là, ouverte. Je pense que Bamako veut absolument récupérer Kidal avant de véritablement mettre en place les accords. Mais diviser pour régner est un mauvais calcul. À force de diviser, il finit par ne plus y avoir personne à gouverner. Les milices qu’un gouvernement a créées peuvent échapper à son contrôle, voire se retourner contre lui, et tout ce qu’il reste, c’est le chaos. Je pense que le Mali va dans le mauvais sens, au devant d’un danger qu’il n’a jamais connu auparavant.

Quel rôle peut jouer le Niger dans cette situation ?

Le Niger peut évidemment aider à la réconciliation. Aujourd’hui, ce n’est plus seulement un problème entre l’État du Mali et le Nord. Il y a désormais un conflit entre des communautés qui peuvent être présentes à la fois au Niger et au Mali. Mais, au-delà de cette aide, c’est surtout la sécurité du territoire nigérien qui se joue. Il y a toujours un risque de contagion.

Vous vous êtes également inquiété de la situation dans le sud de la Libye. Pourquoi ?

Pour les mêmes raisons. Si les communautés s’entredéchirent dans le sud libyen, il n’y a pas de raisons que cela s’arrête à la frontière du Niger. C’est une préoccupation du gouvernement nigérien et nous avons créé, au niveau de la région d’Agadez, un comité de paix chargé de prévenir les risques de conflit, dans lequel on a impliqué toutes les communautés, touarègues et arabes. L’idée est qu’elles aient une action de sensibilisation dans le sud de la Libye, en particulier chez les jeunes, pour leur expliquer que la guerre au nord du pays n’est pas la leur. Tant que la crise entre les deux « gouvernements » n’est pas résolue, il faut éviter que les communautés du Sud choisissent un camp.

Comment se passe la cohabitation avec l’opération française Barkhane, déployée notamment à Agadez et censé combattre le terrorisme au Sahel ?

Avant tout, il faut dire que, si Barkhane n’avait pas été là, le dernier verrou nigérien aurait sauté lors de la guerre du Mali. L’armée nationale n’aurait pas pu empêcher les terroristes de venir s’installer dans le Nord. Mais il est vrai que Barkhane a pâti au départ d’un manque de communication. Quand vous envoyez des hélicoptères et des avions dans le désert, sans avoir mis en place un dispositif d’information, il faut s’attendre à ce que les populations y voient une nouvelle forme de colonialisme. Avec le temps, cela s’est arrangé, même s’ils ne sont toujours pas proches des gens.

Il faut une collaboration avec les habitants, qui connaissent la région. Sinon, Barkhane va se contenter de faire du tourisme dans le désert

C’est-à-dire ?

Les habitants ne comprennent pas que Barkhane n’agisse que sur certains groupes armés. Il y a des bandes, venues du Tchad ou du Soudan par exemple, qui pratiquent le pillage, en particulier depuis que l’orpaillage a pris une place importance. Mais Barkhane, parce que ce n’est pas sa mission, ne s’intéresse pas à eux. Pas davantage que les forces de sécurité nigériennes d’ailleurs. Pourtant, ce sont ces personnes qui créent les conditions propices à l’installation du terrorisme. Le risque, c’est que la population crée des milices pour se défendre. De plus, la lutte contre le terrorisme, c’est d’abord le renseignement. Il faut une collaboration avec les habitants, qui connaissent la région. Sinon, Barkhane va se contenter de faire du tourisme dans le désert.

La résolution des conflits sahéliens passe donc d’abord par le dialogue avec les communautés transfrontalières ?

Bien sûr. C’est pour cela que nous avons créé le Cabinet d’analyses et d’actions pour la sécurité et la paix au Sahel, basé à Niamey. Notre idée est d’organiser des conférences, des rencontres entre les groupes présents en Libye, au Mali, en Algérie, au Niger et au Tchad. Nous voulons donner un outil aux États pour le dialogue et le développement dans leurs zones frontalières. C’est une sorte de bureau de liaison pour lequel le gouvernement nigérien nous a promis de sensibiliser les pays voisins.

Pensez-vous que ces États soient d’accord pour appuyer cette initiative ?

Difficile à dire. Il y a toujours une peur des communautés transfrontalières sous prétexte qu’elles finiraient par revendiquer un État indépendant, ce qui est faux. Il faut dépasser cette crainte. Bien sûr, c’est difficile. Nous l’avions fait il y a quinze ans au Niger, en intégrant des populations touarègues du Nord aux forces de sécurité. Pourtant, aujourd’hui, nous sommes en train de revenir à la case départ, parce que la bureaucratie se méfie toujours. Les personnes intégrées partent à la retraite et il n’y a pas de relève. Résultat : l’armée, par exemple, est dominée par deux ethnies du Sud et, à Agadez, les locaux ne lui font pas confiance. Nous n’avons toujours pas réussi à faire en sorte que les gens se sentent chez eux.

 

Mathieu Olivier

Jeune Afrique

Commentaires  

+6 #1 PourLeNiger 21-08-2015 16:20
Monsieur le Gouverneur. Le Niger est certes pris en hotage par des individus comme vous et vos acolytes politiciens mediocrates en charg du Pays depuis la conference Natinale. Au nom de la paix et la solidarite nationale, des insjustices ont ete comises contre la jeunesse d'entant de ce pays. Au moment ou les diplomes de toutes hetnies confondues n'avaient pas d'emploi, les "tiens" ont ete integres dans l'armee, les services des doaunes etc.C'est d'ailleurs pour cela que tu dis: "il y a quinze ans au Niger, en intégrant des populations touarègues du Nord aux forces de sécurité". Monsieur, vous ne meritez pas ce titre de Gouverneur avec vos elants divisionistes et de clannistes qui vous fait dire:" l’armée est dominée par deux ethnies du Sud et, à Agadez, les locaux ne lu font pas confiance. Nous n’avons toujours pas réussi à faire en sorte que les gens se sentent chez eux."
Le Nigeriens sont tous majoritairement des freres et soeurs en islam et nous le demeurerons.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #2 Echec 21-08-2015 17:18
Les propos de ce monsieur traduisent l'echec sinon la trahison de mahamdou issoufou envers le peuple nigerien en permettant naivement a ces trafiquants et criminels de tout poils d'avoir acces a tous ceux dont ils ont besoin pour plonger le pays dans un conflit inutile. Ceci dit, on n'a pas besoin d'etre alle a science po pour comprendre que monsieur anako essait de preparer les esprits a la guerre des que ce mediocre tandem brigi-zaki auront degage le plancher.
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #3 priére 21-08-2015 17:48
Que Dieu sauve ce pays.Au moment où les 2 ethnies bataillaient pour construire le pays vous étiez où?Vous fuillez méme l'education à fortuoris l'armée.La vie ne se gagne pas comme vous le voulez.
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #4 Modibo 21-08-2015 18:19
Un médiateur ne doit pas prendre position. En accusant le pouvoir malien vous vous disqualifiez à l'avance.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 pasdedoute 21-08-2015 18:23
Qui veut la paix, doit preparer la guerre. Mahamdou Issoufou a entraine le Niger sans raison valable dans une guerre contre boko haram, son successeur devra se preparer au combat contre les groupes armes touaregs conduits par les enfants gates du guri que sont les brigi, anako, rhissa, etc.
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #6 Gafili 21-08-2015 18:39
A Massaoudou,
Voilà des gens qu’il y a lieu de surveiller de près et de traiter comme tels. Comment ce type qui aurait dû être pendu par notre vaillante armée osé parler de la sorte. Kadhafi n’est plus là pour vous utiliser dans de sales aventures. A la prochaine rébellion je ne pense pas que vous échapperez.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 Sirius 21-08-2015 20:37
@Pasdedoute,
Es-tu sérieux quand tu déclare qu'Issoufou nous entraine dans une guerre contre BH.
-Sais-tu que BH a un agenda territorial ? après le Nigéria, l’intention est le Niger car beaucoup de ces criminels sont de Diffa. Alors qui veut la paix, prépare la guerre. Tot ou tard, ils attaqueront le Niger.
-Vois-tu, leur projet de créer un califat en Afrique occidentale (où ils tirent leur nouvelle appellation). D'où aussi leur filiation à Daesh.
-As-tu protesté quand nos militaires sont engagés au Mali ? Dans une stratégie militaire, il vaut mieux anticiper et protéger ses arrières, sinon tu seras surpris comme l'est le Mali actuellement.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #8 le Niger 21-08-2015 21:47
Mr le gouverneur même sans barkhan nous sommes capable de protège nos frontières.ce bien de resté dans sont bureau et donné des fausse information...aujourd' hui à cause de barkham vous savez combien de frère on à perdu? non!donc fermé la
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #9 @Ahmed 21-08-2015 22:35
Mr Massaoudou de la viande fraiche pour vous, personne n'est indispensable pour le Niger. Force reste au FDS....
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 pasdedoute 22-08-2015 07:38
Pour anako, Agadez est une un butin de guerre livre sans combat par son serviteur zaki a la cause du peuple touareg meurtri, exclu par les 2 ethnies du sud. Pas de doute, Agadez sera le prochain Kidal. Avec la presence sur le terrain de leur soutien traditionnel francais et dans la perspective du retour au pouvoir en france du tombeur de khadafi, le moment est bien choisi pour anako et ses copains d'engager les hostilites contre un Niger et son armee dont ils n'ignorent plus aucun secret grace au soutien de mahamdou issoufou et de sa meute.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #11 pasdedoute 22-08-2015 07:45
a sirius,
Nous savons tous que zaki et sa meute nous ont plonge dans la guerre et la destruction contre BH juste pour nous faire oublier sa rebaptisation en charlie.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #12 DALWEY GUIDAN 24-08-2015 09:49
CE PETIT BOUZOU NE NOUS APPREND RIEN DE NOUVEAU. ILS SONT D'AILLEURS COMPLICES DE LA TERREUR ET DE TRAFICS DE TOUT GENRE AU NORD DU NIGER. QU'ILS AILLENT AU DIABLE (MAHAMADOU ISSOUFOU, LES BOUZOU MARCHANDS D'OTAGES ET TOUS CES BLANCS COMPLICES)
QU'ILS CRÈVENT ON S'EN FOU
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

banniere spotlight BIS

Canal Horizon Nov Dec

Top de la semaine

Publier le 27/11/2020, 11:53
signature-d-une-convention-de-partenariat-entre-les-regulateurs-nigeriens-et-francais-de-l-energie-communique-de-presse Le mardi 25 novembre 2020 a été signée à Niamey au Niger, une convention de financement entre le Niger...Lire plus...
Publier le 27/11/2020, 08:56
47e-conference-des-ministres-de-l-oci-a-niamey-le-niger-accueille-le-monde-musulman Le Niger accueille du 27 au 28 novembre 2020, la 47ème  session du conseil des ministres des...Lire plus...
Publier le 26/11/2020, 17:28
tandja-mamadou-baba-repose-pour-l-eternite-a-maine-soroa-sous-sa-terre-natale L’ancien président Tandja Mamadou a été inhumé ce jeudi en début d’après-midi à Mainé-Soroa, sa ville...Lire plus...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 26/11/2020, 11:27
obseques-officielles-de-tandja-mamadou-hommage-national-a-l-ancien-president-au-palais-de-la-presidence Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a assisté, jeudi matin, 26...
Publier le 21/11/2020, 15:17
elections-presidentielles-15-partis-politiques-s-engagent-a-soutenir-albade-abouba-des-le-premier-tour Quinze (15) partis politiques ont signé un protocole accord, hier vendredi au sortir d’une réunion,...
Publier le 23/11/2020, 07:46
elections-malgre-des-defis-importants-le-niger-a-l-opportunite-d-assurer-un-transfert-paisible-du-pouvoir-selon-mohamed-ibn-chambas-envoye-special-du-sg-de-l-onu Le Représentant spécial du SG des nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel  de l’ONU,...
Publier le 21/11/2020, 15:17
elections-presidentielles-15-partis-politiques-s-engagent-a-soutenir-albade-abouba-des-le-premier-tour Quinze (15) partis politiques ont signé un protocole accord, hier vendredi au sortir d’une réunion,...
Publier le 24/11/2020, 20:59
disparition-de-tandja-mamadou-le-president-issoufou-reporte-sa-visite-dans-la-region-de-maradi Suite à la disparition de l’ancien chef de l’Etat Tandja Mamadou ce mardi à Niamey, le président...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 25/11/2020, 22:44
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-25-novembre-2020 En application de l’article 73 de la Constitution, le Premier Ministre a reçu du Président de la...

Dans la même Rubrique

Signature d’une convention de partenariat entre les régulateurs nigériens et français de l’énergie (Communiqué de presse)

27 novembre 2020
Signature d’une convention de partenariat entre les régulateurs nigériens et français de l’énergie (Communiqué de presse)

Le mardi 25 novembre 2020 a été signée à Niamey au Niger, une convention de financement entre le Niger à travers l’Autorité de Régulation du Secteur de l’Energie (ARSE), la...

47e Conférence des ministres de l’OCI : à Niamey, le Niger accueille le monde musulman

27 novembre 2020
47e Conférence des ministres de l’OCI : à Niamey, le Niger accueille le monde musulman

Le Niger accueille du 27 au 28 novembre 2020, la 47ème  session du conseil des ministres des affaires étrangères des pays membres de l’organisation de la coopération islamique (OCI) sous...

Projet d’appui à la Force conjointe du G5 Sahel (FC G5S) : les organismes de promotion des droits humains, la société civile et les médias édifiés sur le Cadre de conformité du Haut-commissariat des Nations unies (HCDH)

26 novembre 2020
Projet d’appui à la Force conjointe du G5 Sahel (FC G5S) : les organismes de promotion des droits humains, la société civile et les médias édifiés sur le Cadre de conformité du Haut-commissariat des Nations unies (HCDH)

La série des ateliers d’informations et de consultations des membres de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH), des Organisations de la société civile (OSC) et des professionnels des médias,...

Tandja Mamadou : « Baba » repose pour l’éternité à Mainé-Soroa, sous sa terre natale

26 novembre 2020
Tandja Mamadou : « Baba » repose pour l’éternité à Mainé-Soroa, sous sa terre natale

L’ancien président Tandja Mamadou a été inhumé ce jeudi en début d’après-midi à Mainé-Soroa, sa ville natale. Décédé le mardi 24 novembre dernier à Niamey, les obsèques officielles de l’ex...

Solidarité nationale : Orano Niger et ses filiales font un don d’équipements d’une valeur de 125 millions FCFA aux victimes des inondations

26 novembre 2020
Solidarité nationale : Orano Niger et ses filiales font un don d’équipements d’une valeur de 125 millions FCFA aux victimes des inondations

Dans le cadre de son engagement sociétal et en réponse à l’appel des autorités à la solidarité nationale, la société Orano Mining Niger et ses deux filiales locales (COMINAK et...

Obsèques officielles de Tandja Mamadou : hommage national à l’ancien président au Palais de la Présidence

26 novembre 2020
Obsèques officielles de Tandja Mamadou : hommage national à l’ancien président au Palais de la Présidence

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a assisté, jeudi matin, 26 novembre 2020, dans la cour du Palais de la Présidence, à la cérémonie officielle...