jeudi, 23 mai 2019
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

GRPAKOM.jpg

arevaDepuis quelques jours, le Niger et Areva sont entrés en conclaves afin de renégocier les nouveaux contrats qui lient les deux parties en termes d’exploitation du minerai d’uranium. D’ores et déjà, beaucoup de voix s’élèvent pour demander un rééquilibrage des rapports entre les deux parties afin que le Niger profite pleinement des retombés de ses ressources naturelles. En effet à en croire le gouvernement et certaines organisations non gouvernementales, pendant les quarante années d’exploitation, l’uranium n’a participé qu’à hauteur de 5% au PIB du Niger.

À ce niveau on peut dire que le Niger ne tire pas suffisamment profit de l’uranium. Il y a donc lieu de revoir tout le processus d’exploitation et de vente de ce minerai. Pour commencer, le Niger en commun accord avec Areva a diligenté un audit indépendant de toutes les mines qui produisent l’uranium. Même si les résultats de cet audit ne sont pas connus du public, il est peu probable qu’ils permettront au Niger de voir clair compte tenu d’un certain nombre de points : i) le cabinet qui fait l’audit est français, ii) le Niger ne maîtrise rien en ce qui concerne le circuit de production et de vente de l’uranium.

Etant donné que toutes les cartes sont remises sur table, voici trois points à prendre en compte par notre pays pour une négociation réussie avec le géant du nucléaire.

Souveraineté sur les ressources

Le Niger doit mettre en avant la souveraineté sur son patrimoine minier et être inflexible sur ce point. Il s’agit d’évaluer la ressource à un prix juste avant extraction. En effet, le fait que l’uranium se retrouve sous le sous-sol nigérien ne rapporte rien à notre pays ; c'est-à-dire que le minerai lui-même n’a de valeur que s’il est extrait. De ce fait, la chaine de valeur commence à partir de tous les investissements faits pour extraire le minerai. Etant donné que c’est Areva qui investit dans l’extraction, elle détient le plus grand capital dans la mine. Nous pensons que le Niger doit évaluer son patrimoine minier à au moins 20% du projet global quel que soit le type de mine et le type de minerai. Ensuite le Niger doit imposer un financement supplémentaire de 30% de telle sorte que notre pays se retrouve avec un capital d’au moins 50% dans le projet global. Concrètement, étant donné que le Niger détient environ 34% du capital, alors sa participation doit être réévaluée à 54% en prenant en compte les 20% du patrimoine minier. C’est seulement à ces conditions que le Niger peut avoir un droit de regard suffisant dans les mines (présidence du conseil d’administration, fixation du prix…).

Transfert de compétences

Si le Niger ne maîtrise pas grand-chose dans l’exploitation de l’uranium c’est parce qu’elle dispose de peu de compétences dans le domaine. C’est pour cette raison que quel que soit le nombre d’audits que le Niger va diligenter, il ne verra pas clair car la majorité d’entreprises qui sous traitent avec Areva sont françaises. Pour mettre fin à cela, il faut que le Niger exige, dans le nouveau contrat, un transfert de compétences de telle sorte que le Niger puisse être le plus autonome possible dans le domaine de l’exploitation de l’uranium. Le but final c’est de se préparer à une éventuelle production d’énergie nucléaire. Mais pour ça il faut que les nigériens maîtrisent toutes les technologies de pointe du domaine de l’énergie nucléaire et créer des entreprises solides et fiables qui puissent sous-traiter avec Areva. Ces compétences vont nous rendre crédible et fiable vis-à-vis de la communauté internationale ce qui va nous faciliter l’écoulement de notre part d’uranium.

Seulement il faut que l’orientation ou la sélection de ceux qui vont suivre cette filière soit la plus objective possible car pour l’instant on a l’impression que travailler dans les mines d’uranium s’hérite. Il y a même des gens sans scrupule qui chantent sur tous les toits que ce sont eux qui composent la majorité des cadres qui travaillent dans ces mines. Sans doute pour avouer sans le savoir qu’ils sont les plus forts dans le PAC au Niger.

Diversification des partenaires

A travers la diversification des partenaires, nous voyons un moyen pour exiger la suppression des avantages fiscaux accordés à Areva sans subir de chantage. En effet, la plupart des multinationales qui veulent investir chez nous miroitent le montant d’investissement et le nombre d’emplois qu’ils vont créer dans le pays pour demander des exonérations fiscales. Mais s’il y a beaucoup d’investisseurs qui se font concurrence, alors on peut être catégorique et être inflexible sur certains points. De toutes les façons Areva n’est pas un investisseur inconnu au Niger. On peut penser qu’en 40 ans d’activité, elle a eu le temps de se stabiliser financièrement. Sans compter que dans la plupart des cas, les entreprises françaises bénéficient des primes à l’exportation de la part de leur gouvernement. Donc le fait de demander des avantages fiscaux au Niger, Areva a l’intention de ne rien céder à notre pays. En effet, elle passe toutes ses commandes en France et de plus elle ne veut pas payer des taxes d’importation au Niger.

Si le Niger arrive à détenir au moins 50% du capital des mines d’uranium sans investissements supplémentaires, négocier un transfert de compétences et tirer le maximum des taxes liées à l’exploitation de l’uranium, alors on peut dire qu’il a réussi ses négociations avec Areva.

Adamou Kokary

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires   

0 #1 Niger 07-12-2013 13:59
Meme toi, qui est un simple griot t'as des idées sur comment reussir, image des cadres qui ont passés toutes leur vie en train d'etudier la matières... ou penses-tu que Niger ne dispose pas des experts sur l'exploitation minerais? un soulard :z :z :z
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #2 NIGER 07-12-2013 14:53
:ne: :ne: :ne: :ne: :ne: :ne: soutien absolu a NIGER kokary tu n'e qu'un corompu c tt. Mais pense a tt ce peuple du niger qui souffr.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #3 Aux 2 premiers comen 07-12-2013 19:18
Quelle est la différence entre Niger et NIGER? Vs êtes sans doute la même personne. Mais sincèrement vous faites honte car vous utilisez le nom de notre pays pour insulter les gens. En plus de cela, vous êtes laches car vous êtes meme incapable de mettre vos vrai noms.
Mais dites sincèrement, il y a quoi de corruption dans l'article en question. L'auteur a donné son point de vue sur les points a tenir en compte par notre pays pour qu'il rééquilibre ses rapports avec Areva mais vous le qualifiez de soulard et corrompu. Mais est ce que même vous avez lu l'article? Ou bien son nom ne vous plait pas et du coup vous l'insulter.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Niger-Petition 07-12-2013 19:24
Petition

https://secure.avaaz.org/fr/petition/A_Luc_Oursel_PDG_dAreva_et_a_tous_les_actionnaires_dAreva_Le_pays_le_plus_pauvre_au_monde_face_a_Areva/
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #5 balla 07-12-2013 19:40
Vous me faites honte chers lecture vous avez le droit d'avoir des idées differentes de celles de l'ecrivain mais les insultes que vous avancées à son agard son pathetique, vous etes des ennemies de la liberté de pensée; honte à vous et soutien à notre cher ami pour cette contribution; si vous n'avez rien à rapporter fermez vos gueules bandes de [mot censuré]s...
Citer | Signaler à l’administrateur
+8 #6 Bon 07-12-2013 19:53
Le Guri etant un pur produit d'areva peut il aller contre sa volonte ?
Areva a t elle fait le coup d'etat contre Tandja pour rien?
et avant lui contre Diori Hamani?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 le nomad 07-12-2013 21:25
la position de guri reste inchangeable a propos de l uranuim. meme hier sr NEW TIMES un journal americain a souligne que le president nigerien veut un equilibre entre son pays et areva. mais ce n est pas le moment de parler de la politique. c est une situation que nous, nigeriens devraient faire tres attention et nous devrons nous unir pour decider du sort de ce pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 esprit 08-12-2013 11:00
Svp arrêter de faire de ce site un, un terrain d'insulte de tous genres.soyons encore patient et véridique dans l'humour.merci
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #9 Habou 08-12-2013 13:39
Félicitation pour votre contribution Mr Kokari. Nous espérons que nos experts ont pris ces observations et bien d'autres en compte dans les négociations.Qu'Allah fasse profiter le Niger de ses minerais.Amen
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #10 areva 08-12-2013 16:57
vous été loin des histoire ,,,,,,,, areva donne tout au niger mai le niger na rien a foutre du peuple ;;;;;;
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 kokarii 08-12-2013 16:59
:lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp :lp voila
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #12 haba 09-12-2013 09:01
La première clé est la mobilisation de tous les nigériens comme un seul homme pour montrer que nous connaissons nos intérêts et que nous sommes collectivement capable de les défendre.
Oublions donc les zizanies traditionnelles et quotidiennes pour sortir de la honte.
Pensons à nos enfants
Pensons à notre dignité..
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 Nigerois 09-12-2013 11:39
:lp :lp :lp
Très bonne contribution Compatriote Kokary. Je relève seulement que si le Niger doit évaluer son patrimoine minier, il faut le faire de façon systématique et scientifique et non au pif.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 Nigerois 09-12-2013 11:40
Ceci dit, par exemple, si nous prenons le cas d'Umoraren, nous avons l'estimation d'une production moyenne annuelle de 5 000 tonnes sur 35 ans, cela fait 175 000 tonnes de réserves.
L'estimation financière actuelle de cette réserve est de 17 500 milliards de FCFA au prix de 100 000 FCFA le KG (prix moyen sur le marché international long terme comme spot). Soit 26,6 milliards d'euro.
Areva estime qu'il va investir 1.2 milliards d’euro (même, il n’y a pas eu de contrexpertise), alors si nous constitution une société, l'apport en nature du Niger sera de 26,6 milliards d'euro et l'apport en numéraire de Areva sera de 1.2 milliard d'euro, donc un capital total de 27.8 milliards d'euro, d'où une prise de participation de :
- 95.68% (26,6/27.8=95,68%) pour le Niger et
- pour Areva 4,32%(1,2/27.8=4.32%).
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #15 Nigerois 09-12-2013 11:41
Il est important de sortir gagnant de cette négociation avec Areva, par ce que la nature des autres contrats en dépend, notamment avec ceux :
- de l'or, ou pour des réserves estimées à 27 tonnes, soit 21,6 milliards de FCFA, Semafo investi un milliard de FCFA et prend 80% et donne seulement 20% au Niger. A ce niveau, l’apport en nature du Niger de réserves d’or de 27 tonne doit être rémunéré par une prise de participation de 95,57% [21.6/(21.6+1)=95,57], et pour Semafo 4.43% [1/(21.6+1)=4,43%]. En plus pendant le prix sur le marché international est de 800 000 FCFA le KG d’or, Semafo Niger vend le kg a une autre filiale de Semafo, le kg a 200 FCFA, spoliant le Niger de 600 000 FCFA par kg d’or vend, il faut redresser cela aussi a plus vite.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #16 Nigerois 09-12-2013 11:41
Avec une production en moyenne annuelle de 1.5 tonne d’or, Semafo a spolie le Niger de près de d’un milliard de FCFA chaque année et ce de 2005 à aujourd’hui.
Nous disons que c’est ENORMES pour un pays où les gens ne mangent pas à leur faim, ou la malnutrition tue des milliers d’enfants, pour un pays qui n’est pas capable de fournir des tables-bancs aux écoliers, et même des en paillottes en plein centre de sa capitales, dans les villes secondaires et villages n’ en parlons même pas.
- du pétrole, ou pour des réserves estimées au dernières nouvelles a un milliard de barils, soit 100 milliards de USD, a 100 USD le baril. SNPC investi tout au plus 3 milliards d’USD et donne 34 % au Niger. Et ces 34% même sont finances par un prêt au niveau de Eximbank, comme si le Niger est actionnaire dans des champs de pétrole appartenant au Chinois.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #17 Nigerois 09-12-2013 11:42
Nous disons que le Niger doit avoir pour son apport en nature que constitue sa réserve de pétrole, une prise de participation de 97,08% [100/(100+3)=97.08%] et la SNPC doit avoir pour son apport en numéraire 2,92% [3/(100+3)=2.92].
En plus, le prêt suppose finance la participation du Niger doit être annule, ou verse au trésor nigérien, si le Niger doit le rembourser.
C’est seulement en adoptant cette approche que nos autorités s’acquitteront de l’obligation constitutionnelle d’affirmer la souveraineté du Niger sur les ressources de son sol et sous-sol. Autrement, elles auront violé la constitution, et seront tôt ou tard poursuivies pour TRES HAUTE TRAHISON.

Qu’Allah Bénisse le Niger, Amen.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #18 Nigerois 09-12-2013 11:45
Rectificatif, Lire: Semafo Niger vend le kg a une autre filiale de Semafo, le kg a 200 000 FCFA,
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #19 Adamou Kokary 09-12-2013 14:51
Bonjour Nigerois et merci sincèrement pour cette belle contribution. Si tous les autres experts peuvent faire pareil au lieu de m'insulter on aurai indiquer à notre pays comment s'y prendre dans le cadre de ces négociations. Surtout que c'est maintenant que ça se joue et malheureusement ces contrats risquent de sceller le sore des nigériens pour plusieurs décennies. En fait mon idée d'évaluer le patrimoine minier nigérien à au moins 20% n'est pas au pif. Mais si vous êtes miniers vous saurez que donner une valeur économique au patrimoine minier c'est le voeux de beaucoup de gouvernements qui se respectent. Mais le lobby des miniers est tellement puissant qu'ils n'y arrivent pas souvent. Mais dans le cas du Niger, je pense qu'on peut y arriver si notre pays est au moins au courant de cette problématique. C'est ça l'idée de mon article. Si notre pays prend conscience de cet enjeu, je suis sûr qu'il trouvera les moyens scientifiques pour y parvenir. Aussi areva n'acceptera pas le pif
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #20 Adamou Kokary 09-12-2013 15:05
Selon mon estimation, si on enlève l'investissement de départ (investissement fixe 4,32%), et qu'on estime le coût total des charges variables de la mine durant son exploitation (que je ne connais pas pour l'instant), je pense que notre marge sera réduite. Mais même si elle tombe à 20% je pense qu'on a beaucoup gagné puisque pour l'instant c'est évaluer à 0%. C'est là qu'intervient le second point de mon article: le transfert de compétences. Si les nigériens sont autonome dans l'exploitation de ce minerai, pourquoi nous n'allons pas le faire nous mêmes. Avec tous les prêts qu'on contracte, je pense qu'on aura les 1300 Mlrds nécessaires. Et comme cela on n'aurons qu'à rembourser les prêts mais notre minerai nous le vendons à qui nous voulons au prix du marché international. Mais ça aussi faut il que nos autorités en prennent conscience.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #21 Nigerois 09-12-2013 15:48
Compatriote Kokary,
Il faut faire la distinction entre:
- la constitution de la société Umouraren, donc la formation du capital, ou la prise de participation avec un apport en nature pour le Niger, constitue de 175 000 tonnes d'uranium pour le Niger équivalent a 26.6 milliards d'euro et un apport en numéraire d'un milliard d'euro pour Areva.
- et les charges ou couts (fixes constitues principalement de l'amortissement des équipements acquis avec les apports en numéraire, et variable que constituent les salaires, les frais des diverses fournitures, d'eau, d’électricité, les frais financiers...) de fonctionnement et de production qui entrent dans les déterminations de la valeur ajoutée, et du résultat après leur déduction (à travers ce que les comptables appellent les soldes caractéristiques de gestion) du chiffre d'affaires.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #22 Nigerois 09-12-2013 15:50
Pour ton information, je suis un financier de la diaspora, mais j'ai des professeurs au Niger, notamment mon jeune frère Hassane Tahirou, DG de l'ETC.
Qu'Allah bénisse le Niger, Amen!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #23 Nigerois 09-12-2013 15:51
Lire, DG de l'ETEC
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #24 Nigerois 09-12-2013 16:09
En terme terre à terre:
- le capital est un stock, élément du bilan, qui est accrue au file de la vie de la société par les réserves, c'est à dire les bénéfices non distribues soit du fait de la loi, les réserves obligatoires ou facultatives.
- et les couts de production (incluant les charges variables) sont des flux, qui permettent le fonctionnement de la société, ce sont des éléments du compte d'exploitation, pas du bilan. C'est a niveau que se jouent la question de surfacturation à travers notamment les sous-traitances de sociétés françaises, les salaires trop élevés des expatriés...

Donc, c'est deux niveaux différents pour maitriser les relations déséquilibrées de partenariat avec les autres actionnaires.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #25 Nigerois 09-12-2013 16:10
le troisième niveau a contrôler est bien sûr celui de la fixation du prix de vente en relation avec les prix sur le marché international que le Niger, doit essayer d'influencer, en s’associant éventuellement avec d'autres producteurs, comme le cas de L'OPEP pour le Pétrole.

Qu'Allah bénisse le Niger, Amen!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #26 haba 09-12-2013 17:45
Merci à vous chers compatriotes. Voilà des écrits qui vont dans le sens de nos intérêts communs. Sinon la zizanie ne fait que nous déservir.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #27 la verite 09-12-2013 23:04
:D sorte ces sallo d areva dans notre pays am[mot censuré] les dans notre niger car se son de voleur qualifier abas areva. Sans areva on peut vivre mier qu avec areva car ce son pervers
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #28 nigerien 12-12-2013 08:02
il faut reflechir avant insulte mn frere Areva
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

B4 MarathonduSahel.jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Appel au Président Issoufou : pour une approche rénovée des dispositifs sécuritaires

13 mai 2019
Appel au Président Issoufou : pour une approche rénovée des dispositifs sécuritaires

Monsieur le Président, La recrudescence des actes de violence enregistrés ces derniers mois dans plusieurs régions du pays nous oblige à vous lancer cet appel afin d’attirer votre attention sur...

Lettre ouverte à Mr le ministre en charge de la renaissance culturelle (Par AbdoulMalik Issoufa)

27 avril 2019
Lettre ouverte à Mr le ministre en charge de la renaissance culturelle (Par AbdoulMalik Issoufa)

Monsieur le Ministre Par la présente, je viens à vous pour un plaidoyer et une sollicitation. En effet, Mr le Ministre, depuis quelques années, nous assistons à la publication d'une...

Que retenir de toi, tonton Baré, 20 ans après ta mort, sinon que tu as bravé les puissants de ce monde, pour notre bonheur !

5 avril 2019
Que retenir de toi, tonton Baré, 20 ans après ta mort, sinon que tu as bravé les puissants de ce monde, pour notre bonheur !

20ans déjà ! 20 ans que u es parti ! Que le temps passe vite, très vite. Il en est ainsi, semble-t-il quand on prend de l’âge. Je me souviens de ce...

Délégués spéciaux ou administrateurs délégués déguisés ?

27 mars 2019
Délégués spéciaux ou administrateurs délégués déguisés ?

La 7ème République semble avoir trouvé le parfait subterfuge pour propulser à la tête de nos municipalités ses militants qui ne peuvent jamais être élus par la voie démocratique des...

8 mars 2019 : la Journée internationale des droits des femmes a-t-elle encore un sens ?

8 mars 2019
8 mars 2019 : la Journée internationale des droits des femmes a-t-elle encore un sens ?

A la veille du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, Virginie Martin, politiste et sociologue, enseignante-chercheuse à KEDGE,Présidente du Think Thank Different et spécialiste des questions Egalité hommes-femmes,...

Lettre citoyenne ouverte au président de la République relative au cortège présidentiel

2 mars 2019
Lettre citoyenne ouverte au président de la République relative au cortège présidentiel

Monsieur le président, Les Nigériens que nous sommes vous ont porté à la magistrature suprême en 2011, après les multiples errements de notre démocratie, et ils étaient très nombreux à...