samedi, 25 mai 2019
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

GRPAKOM.jpg

migrants dans le desert du Niger

La police l’a trouvé dans une rue du quartier Dan Gao de Niamey. Lui, né il y a quelque semaines de cela, un paquet de couches et des habits de rechange, il avait été abandonné près d’une clinique privé. Le nom Gabriel lui a été donné pour l’occasion dans l’orphelinat à qui la police l’a confié. Un migrant improvisé pour un voyage sans aucune carte géographique. La première migration de Djibril, forme arabe de Gabriel, termine dans les bras des filles habitant à l’orphelinat qui l’ont adopté comme leur petit frère. La fille qui le gardait au dos disait que désormais Gabriel était son fils. Djibril, ‘force de Dieu’, comme son nom l’indique, est né en migrant.

C’est, en son opinion, à cause de la ‘force de Dieu’  déviée depuis quelque temps dans la Méditerranée que Diallo s’est sauvé des eaux comme un nouveau Moise. L’eau de la mer avait commencé à entrer après deux heures de navigation. Dans le Zodiac ils étaient 115, avec 10 femmes et 3 enfants. Avant l’arrivée des garde cotes libyennes 56 avaient déjà disparus dans la mer. Les 3 enfants du groupe jouent depuis dans la ‘ville submergée’ qui donne la citoyenneté à tous les migrants naufragés. Les sauvés de la mer ont été amenés et détenus en prison et puis libérés en échange de 800 dinars. Le marché des esclaves en réalité n’est jamais terminé et chaque époque reproduit les esclaves dont elle a besoin. Chassé de la Libye Diallo est parti chercher sa chance en Algérie.

Il s’est aussitôt blessé dans le chantier ou il travaillait et il choisit de retourner avec sa blessure au bras. En Guinée Conakry, Diallo faisait le commerçant de tout ce qu’on peut vendre dans le marché des pauvres. Afin de continuer le voyage de retour il a du vendre son portable. Pour donner ses nouvelles à la famille, il se fait aider par des compatriotes qu’il rencontre dans la gare des bus où il passe la nuit avant de voyager. La saveur du sel est restée imprimée dans ses yeux. La même saveur que Bobby, d’origine libérienne, raconte avec ses paroles sauvées de la mer. Dans la barque ils étaient environ 200 avant que d’autre garde cotes  les amènent aux geôliers vendus du régime libyen.

Le même rivage, la même mer et la même prison. Aussi les esclaves sont les mêmes à ceux d’avant. Seulement changent les modalités du transfert et la direction de la marche. L’Afrique qui emprisonne l’Afrique en échange d’euros et des patrouilles conjointes. Plus tard, dans cette partie du monde, on sera dotés de camps pour les élus et les ensablés. Bobby voulait simplement arriver en Italie parce que, après la guerre civile et la guerre de l’Ebola, il s’est retrouvé comme le chef de sa famille. En passant par Gao les groupes rebelles lui ont tout pris. Une fois en Algérie, de travail en travail il avait tenté le passage en Libye d’où il a été expulsé. Bobby donnera son vote à George Weah, ballon d’or en ’95 et fierté du football libérien.

Neymar, de sa part, se dit content du transfert. Il jouera au Paris St Germain de la capitale française. Le chiffre colossal versé pour annuler le contrat avec le Barça ressemble au budget de plusieurs Etats africains mis ensemble dans la même barque. Il est facile de comprendre, dans cette partie sableuse du monde, que Junior da Silva Santos Neymar n’ai aucun problème à migrer en France. Dans ce pays on reçoit seulement les réfugiés et les joueurs de classe mondiale : une migration bien choisie. Les autres migrants, appelés économiques, par contre, seront arrêtés, filtrés, fichée et finalement liquidés entre le sable, la mer et les camps de détention.

La police a trouvé Djibril abandonné au bord de la route dans un quartier de Niamey. Sa première migration l’a amené à l’orphelinat qui porte le nom de Mariam de Nazareth. Bien avant de Neymar, il a commencé par jouer avec la vie.

                                                                                            Mauro Armanino

 

Commentaires   

+2 #1 Malthus 10-08-2017 09:23
Vous avez compris quelques choses? moi je suis à la traine peut etre je n'ai pas le niveau.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 Dan Aïr 10-08-2017 10:12
???????????????????????????????????
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 Dan daji 10-08-2017 10:21
Citation en provenance du commentaire précédent de Malthus :
Vous avez compris quelques choses? moi je suis à la traine peut etre je n'ai pas le niveau.

Du coq à l'âne. Du grand n'importe quoi! :zzz
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Bazindré 10-08-2017 13:50
Je n'ai rien compris de tout cela
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 MS 10-08-2017 14:47
C'est pas difficile à comprendre, c'est juste un tableau sombre de la souffrance des africains et de l’égoïsme européen que l'auteur a voulu nous montré.Courage
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 nima 11-08-2017 11:26
c'est quoi cet article no sens?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 douna koura 12-08-2017 17:43
on dirai que j un problème de compréhension. je ne rien compris .
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 WALA 21-08-2017 14:45
Je crois ca a été betement traduit d'une langue etrangere au francais. Ceci expliquerait cela
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

B4 MarathonduSahel.jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Appel au Président Issoufou : pour une approche rénovée des dispositifs sécuritaires

13 mai 2019
Appel au Président Issoufou : pour une approche rénovée des dispositifs sécuritaires

Monsieur le Président, La recrudescence des actes de violence enregistrés ces derniers mois dans plusieurs régions du pays nous oblige à vous lancer cet appel afin d’attirer votre attention sur...

Lettre ouverte à Mr le ministre en charge de la renaissance culturelle (Par AbdoulMalik Issoufa)

27 avril 2019
Lettre ouverte à Mr le ministre en charge de la renaissance culturelle (Par AbdoulMalik Issoufa)

Monsieur le Ministre Par la présente, je viens à vous pour un plaidoyer et une sollicitation. En effet, Mr le Ministre, depuis quelques années, nous assistons à la publication d'une...

Que retenir de toi, tonton Baré, 20 ans après ta mort, sinon que tu as bravé les puissants de ce monde, pour notre bonheur !

5 avril 2019
Que retenir de toi, tonton Baré, 20 ans après ta mort, sinon que tu as bravé les puissants de ce monde, pour notre bonheur !

20ans déjà ! 20 ans que u es parti ! Que le temps passe vite, très vite. Il en est ainsi, semble-t-il quand on prend de l’âge. Je me souviens de ce...

Délégués spéciaux ou administrateurs délégués déguisés ?

27 mars 2019
Délégués spéciaux ou administrateurs délégués déguisés ?

La 7ème République semble avoir trouvé le parfait subterfuge pour propulser à la tête de nos municipalités ses militants qui ne peuvent jamais être élus par la voie démocratique des...

8 mars 2019 : la Journée internationale des droits des femmes a-t-elle encore un sens ?

8 mars 2019
8 mars 2019 : la Journée internationale des droits des femmes a-t-elle encore un sens ?

A la veille du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, Virginie Martin, politiste et sociologue, enseignante-chercheuse à KEDGE,Présidente du Think Thank Different et spécialiste des questions Egalité hommes-femmes,...

Lettre citoyenne ouverte au président de la République relative au cortège présidentiel

2 mars 2019
Lettre citoyenne ouverte au président de la République relative au cortège présidentiel

Monsieur le président, Les Nigériens que nous sommes vous ont porté à la magistrature suprême en 2011, après les multiples errements de notre démocratie, et ils étaient très nombreux à...