samedi, 25 mai 2019
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Entrepreneur Route Tchadoua Mayahi

Petite anecdote : lors de la cérémonie d’inauguration de la Route Tchadoua- Mayahi le jeudi 11 avril, aussitôt après son « mot » de bienvenue, le Maire de la Commune Urbaine de Mayahi monsieur Abdou Neino a demandé publiquement au Président de le République Issoufou Mahamadou, la permission de disposer de quelques minutes supplémentaires, pour procéder à la remise d’un témoignage officiel de satisfaction des populations de sa commune au responsable de l’entreprise EGBTP monsieur Amadou Oumarou Mainassara.

Le geste était peut-être anodin vu d’ailleurs, mais pour les populations de Mayahi et les « connaisseurs de la chose », l’Entreprise Générale des BTP (EGBTP), méritait bien plus qu’une simple reconnaissance publique, au vue de la manière avec laquelle elle a relevé un défi pourtant qualifié de « improbable » à ses début, par tous les commentateurs.

Lancés le 15 janvier 2016, juste avant le début de la « campagne électorale » et confiés à une « entreprise nigérienne », sous la formule de « Partenariat Public Privé » (PPP), les travaux de cette route étaient perçus, principalement à Mayahi et Maradi, par beaucoup d’observateurs à l’époque, comme de la poudre aux yeux d’un électorat traditionnellement acquis au MNSD. Un PPP de cette envergure (32 milliards CFA), avec une entreprise nigérienne, était l’argument principal mis en avant par les « détracteurs politiques » du projet.  

L’Honorable Moctar Sabo, natif de Mayahi, grand entrepreneur lui-même, Président de la fédération régionale PNDS de Maradi, était monté au créneau plusieurs fois, pour rassurer l’opinion régionale sur la capacité de cette entreprise à exécuter le projet. « Un peu de patience… je connais ce monsieur, c’est l’un des plus sérieux qu’on a sur le marché… L’Etat ne va rien lui donner jusqu’à ce qu’il finisse. Donnez-lui juste le temps d’aller chercher l’argent et le matériel nécessaire pour faire ces travaux », disait-il à chaque fois qu’il était interpelé à Mayahi ou Maradi sur le retard que prenait le démarrage des travaux.

Et puis EGBTP commença à convoyer du matériel tout neuf sur sa base-vie de Mayahi. Sur place, l’entreprise procéda à un recrutement massif d’ouvriers et distribuait à tour de bras des contrats de construction et de prestations diverses aux entreprises locales. La perception autour de la capacité de l’entreprise changea radicalement. Personne ne se plaignit d’une marginalisation quelconque ni dans le recrutement, ni dans les indemnisations, encore moins dans l’exécution du cahier de charge environnemental et social.

Les travaux proprement dits démarrent tambour battant en 2017, 7j/7, en trois équipes et ne sont arrêtés que le temps d’une fête nationale ou des retards dans l’arrivée d’une commande d’un produit. Aussi tous les villages traversés par la route vont bénéficier d’une ou plusieurs réalisations. Ainsi apprend-on, 2512 arbres y ont été plantés, 9361 mètres linéaires y ont été construits pour clôturer les services sociaux (écoles, dispensaires, services départementaux), 12 salles de classes et 4 forages ont été également offerts par l’entreprise, sans compter les 7.35 km de voirie dans la ville de Mayahi.

La route bitumée est aujourd’hui une réalité pour les habitants de Mayahi. Une route longue de 53.58 km, la seule dans la région répondant aux normes de la CEDEAO, notent les techniciens. Pour les populations de Mayahi, Serkin Haoussa, Jan Toudou et Tchadoua, c’est 50 ans de leur rêve qui viennent de se matérialiser.

A Maradi, « capitale économique », cette prouesse d’EGBTP et de son patron Amadou Oumarou Mainassara, sonne comme un pied de nez au cartel des opérateurs économiques, « toujours prompts à embêter le Président Issoufou avec leurs audiences intempestives, mais jamais capables de remblayer un trou à 1 milliard seulement qui menace pourtant leur ville », constate avec humour Elh Achirou Wambèye ce trublion de la scène maradienne, réputé ne pas avoir sans langue dans sa poche.

Pour dire simple et vrai, EGBTP et son patron viennent ici d’administrer une cinglante leçon de patriotisme à toutes les entreprises et à tous les entrepreneurs « opportunistes » qui empochent l’argent de l’Etat sans rien livrer ou qui abandonnent sans gêne, pendant plusieurs années leurs chantiers, juste après avoir mis la main sur l’avance de démarrage.

Route Tchadoua Mayahi

El Kaougé Mahamane Lawaly, Le Souffle de Maradi

 

Commentaires   

+6 #1 Abdullah 24-04-2019 22:55
Je les ai vus travailler pendant deux ans. La qualité et l'engagement étaient incroyables. Je pensais qu'il devait s'agir d'un étranger.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #2 Laboabdoulay74 24-04-2019 23:48
Si vous pouvez modifier votre pub sur le nom du maire actuel du deppartement ça serait bien
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 Dandjouma 25-04-2019 06:08
Felicitation
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #4 Hak 25-04-2019 07:16
La première remarque, c'est que les travaux ont coûté très cher: plus de 32 milliards de francs CFA pour moins de 90 Km de route de ce genre au Niger a été très
coûteux.
Aussi, pour juger de la qualité des travaux réalisés, ce n'est pas le jour de l'inauguration qu'il faut le faire. Laissez seulement un peu de temps passer, laissez quelques pluies arriver dans la zone et allez vérifier s'il y a dégradation ou pas; si vous ne pouvez pas attendre le délai de garantie d'un an pour vous prononcer.
Enfin, je vous invite à vérifier les performances de l'entreprise EGBTP sur les précédents travaux à elle confiés au Niger. Cette entreprise ne termine jamais des travaux dans les délais, la qualité de ses prestations n'est pas toujours bonne. A titre d'exemple, renseignez-vous sur le seuil d'épandage de Teguelguel ou sur l'aménagement hydro- agricole à Ayorou sur le site de construction du barrage de Kandaji.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Niger 25-04-2019 07:32
Citation en provenance du commentaire précédent de Hak :
La première remarque, c'est que les travaux ont coûté très cher: plus de 32 milliards de francs CFA pour moins de 90 Km de route de ce genre au Niger a été très
coûteux.
Aussi, pour juger de la qualité des travaux réalisés, ce n'est pas le jour de l'inauguration qu'il faut le faire. Laissez seulement un peu de temps passer, laissez quelques pluies arriver dans la zone et allez vérifier s'il y a dégradation ou pas; si vous ne pouvez pas attendre le délai de garantie d'un an pour vous prononcer.
Enfin, je vous invite à vérifier les performances de l'entreprise EGBTP sur les précédents travaux à elle confiés au Niger. Cette entreprise ne termine jamais des travaux dans les délais, la qualité de ses prestations n'est pas toujours bonne. A titre d'exemple, renseignez-vous sur le seuil d'épandage de Teguelguel ou sur l'aménagement hydro- agricole à Ayorou sur le site de construction du barrage de Kandaji.

Entierement d´accord avec toi
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 mms 25-04-2019 08:23
Citation en provenance du commentaire précédent de Hak :
La première remarque, c'est que les travaux ont coûté très cher: plus de 32 milliards de francs CFA pour moins de 90 Km de route de ce genre au Niger a été très
coûteux.
Aussi, pour juger de la qualité des travaux réalisés, ce n'est pas le jour de l'inauguration qu'il faut le faire. Laissez seulement un peu de temps passer, laissez quelques pluies arriver dans la zone et allez vérifier s'il y a dégradation ou pas; si vous ne pouvez pas attendre le délai de garantie d'un an pour vous prononcer.
Enfin, je vous invite à vérifier les performances de l'entreprise EGBTP sur les précédents travaux à elle confiés au Niger. Cette entreprise ne termine jamais des travaux dans les délais, la qualité de ses prestations n'est pas toujours bonne. A titre d'exemple, renseignez-vous sur le seuil d'épandage de Teguelguel ou sur l'aménagement hydro- agricole à Ayorou sur le site de construction du barrage de Kandaji.

Ah oui, ça fait quand même 350 millions par kilomètre... ;-) ;-) ;-) :cry: :cry: :cry:
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 bagague 25-04-2019 08:38
Félicitations à EGBTP.On aura plus besoin de SATOM alors pour les prochains contrats .
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 Vkasso 25-04-2019 08:42
[quote name="Hak"]La première remarque, c'est que les travaux ont coûté très cher: plus de 32 milliards de francs CFA pour moins de 90 Km de route de ce genre au Niger a été très
coûteux.

Entière d'accord avec toi sur la qualité mais sur le coût je pense que l'ordre de grandeur est bon. Voici un article de la côte d'ivoire 91 km a 33.5 milliards:

https://www.20minutes.fr/economie/1469622-20141028-cote-ivoire-500-milliards-francs-cfa-an-rehabiliter-routes

les routes coûtent excessivement chères.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 Vkasso 25-04-2019 08:51
Citation en provenance du commentaire précédent de Vkasso :
[quote name="Hak"]La première remarque, c'est que les travaux ont coûté très cher: plus de 32 milliards de francs CFA pour moins de 90 Km de route de ce genre au Niger a été très
coûteux.

Entière d'accord avec toi sur la qualité mais sur le coût je pense que l'ordre de grandeur est bon. Voici un article de la côte d'ivoire 91 km a 33.5 milliards:

https://www.20minutes.fr/economie/1469622-20141028-cote-ivoire-500-milliards-francs-cfa-an-rehabiliter-routes

les routes coûtent excessivement chères.


Peut etre aussi c'est pas la même chose....
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #10 Mai IDON GANI 25-04-2019 09:30
LONGUE VIE A EGBTP.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #11 yafia ga Allah 25-04-2019 10:07
un plus pour le niger les usagers quant a vs roulés doucement avec les passagers sur cette nouvelle route merci
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #12 Jeune patriote 25-04-2019 10:34
Quelle belle initiative!
Il est grand temps que l'Etat du Niger commence à encourager et à favoriser les Entreprises locales en les amenant à honorer leur engagements pris.
Le Niger étant un Etat de droit, il est impotant que chaque personne , physique ou morale, respecte ces devoirs vis à vis de l'Etat!
C'est de telle façon que les entreprises locales peuvent être favorisées.
Je félicite l'Entreprise EGBTP pour avoir honoré à ses engagements vis à vis de l'Etat.
Vive le Niger, en avant le patriotisme!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #13 Jeune patriote 25-04-2019 10:34
Quelle belle initiative!
Il est grand temps que l'Etat du Niger commence à encourager et à favoriser les Entreprises locales en les amenant à honorer leur engagements pris.
Le Niger étant un Etat de droit, il est impotant que chaque personne , physique ou morale, respecte ces devoirs vis à vis de l'Etat!
C'est de telle façon que les entreprises locales peuvent être favorisées.
Je félicite l'Entreprise EGBTP pour avoir honoré à ses engagements vis à vis de l'Etat.
Vive le Niger, en avant le patriotisme!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 Dan Niger 25-04-2019 11:15
Les travaux ont couté tres chers (32 millards) meme si en ce PPP et la qualité de la chausée reste à desirer. Je me pose la question à savoir, combien de temps va durer cette route tant attendue par la population. Au vue et au su de ma petite experience en ma matiere des pistes et chausées, pas plus de 10 ans
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #15 Koulki 25-04-2019 14:25
:eek: Si ça s'avère être vrai et que cette route et les réalisations annexes réalisées respectent les normes internationales, ALORS CHAPEAU À MAINASSARA ET SON ENTREPRISE.
Il faut voir la garantie et les services d'entretiens qui prendront la relève..Si tout est vrai, ça sera une première au Niger, et on doit lui confier la RTA. Moungodee
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #16 Intarou 25-04-2019 14:30
Il s'agit de 53,58 kms et non 90 kms, soit 597.237.775.289 le kilomètre.
Jugez-en?
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #17 Intarou 25-04-2019 14:33
Pardon : lire 597.237.775 FCFA le Kilomètre
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

EXE CANAL CAN 2019 ACTU NIGER

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Education : malgré les défis, le Niger mise sur la promotion du préscolaire

24 mai 2019
Education : malgré les défis, le Niger mise sur la promotion du préscolaire

Dans le cadre du dialogue politique national sur la promotion de l’éducation préscolaire, s’est tenue une conférence nationale sur la promotion de l’enseignement préscolaire, les 15 et 16 mai 2019...

Barrage de Kandadji : la BAD débloque près de 76 milliards de FCFA pour les travaux

24 mai 2019
Barrage de Kandadji : la BAD débloque près de 76 milliards de FCFA pour les travaux

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, mercredi 22 mai 2019 à Abidjan, une aide financière de 128,8 millions de dollars américains soit 75, 8...

Crise universitaire : le gouvernement et le SNECS signent la paix des braves (Officiel)

23 mai 2019
Crise universitaire : le gouvernement et le SNECS signent la paix des braves (Officiel)

Le gouvernement à travers le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) et le Syndicat national des enseignants et chercheurs du supérieur (SNECS), ont signé ce...

Le maintien en prison de l’activiste Sadat Illiya Dan Malam après plus d’un an de détention arbitraire est une nouvelle injustice

23 mai 2019
Le maintien en prison de l’activiste Sadat Illiya Dan Malam après plus d’un an de détention arbitraire est une nouvelle injustice

La décision de maintien en détention arbitraire de Sadat Illiya Dan Malam après appel du procureur est une nouvelle injustice pour cet activiste emprisonné depuis plus d’un an, ont déclaré aujourd’hui, Amnesty...

Journée internationale des casques bleus de l’ONU : l’Organisation rend hommage au nigérien Souley Souley Ibrahim décédé au service de la paix

22 mai 2019
Journée internationale des casques bleus de l’ONU : l’Organisation rend hommage au nigérien Souley Souley Ibrahim décédé au service de la paix

La Journée internationale des Casques bleus de l’ONU sera commémorée au siège des Nations Unies, à New-York, le 24 Mai 2019. A cette occasion, 111 Casques Bleus dont un du...

Crise universitaire : assigné en justice par le gouvernement, le SNECS suspend provisoirement sa grève en attendant une ultime médiation

21 mai 2019
Crise universitaire : assigné en justice par le gouvernement, le SNECS suspend provisoirement sa grève en attendant une ultime médiation

Après près de 4 mois de grèves en série, le Syndicat national des enseignants et chercheurs du supérieur (SNECS), s’est vu acculé par décision de justice, de suspendre provisoirement son...