dimanche, 20 janvier 2019
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Kely Ondo Obiang

La présidence gabonaise annonce que le chef des putschistes a été arrêté et que deux autres membres de son commando ont été arrêtés. La situation est "sous contrôle" indique-t-on à Libreville.

Le chef du commando, qui a prononcé l'appel au soulèvement à la radio, "a été arrêté", selon la présidence qui affirme, lundi 7 janvier, que "la situation est sous contrôle". Les forces de sécurité ont "pris le bâtiment (de la radio) d'assaut, abattu deux membres du commando et libéré les otages", selon le communiqué.

Le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Guy-Bertrand Mapangou, qui s'exprimait sur France 24, a précisé que "les forces de sécurité ont repris les positions autour de la radio et de la télévision". Il a ajouté que, sur un commando de cinq militaires qui avaient pris le contrôle de la radio-télévision nationale dans la nuit de dimanche à lundi et appelé à un soulèvement, deux ont été tués et le chef arrêté.

Par ailleurs, Internet et les réseaux mobiles semblent coupés et indisponibles dans le pays, comme l'ont confirmé à France 24 plusieurs sources.

Ali Bongo en convalescence au Maroc

Les événements ont débuté lundi matin quand des militaires se sont emparés emparés de la radio d'État pour y lire un message aux environs de 6 h 30 heures locales (5 h 30 GMT), indiquant à Libreville qu'un "Conseil national de restauration" allait être mis en place dans le pays en l'absence du président Ali Bongo, en convalescence au Maroc.

Le message a été lu par le seul mutin désormais en fuite : Kelly Ondo Obiang, un militaire se présentant comme commandant-adjoint de la Garde républicaine (GR) et se disant président d'un Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon (MPJFDS). Mais selon le porte-parole du gouvernement, Kelly Ondo Obiang "appartient à la compagnie d'honneur" et non à la Garde républicaine. "C'est un inconnu. C'est le songe qu'il a fait qui a mal tourné", a-t-il ajouté. Quant au MPJFDS, "ce mouvement n'a jamais existé" et "est complètement inconnu", a affirmé sur France 24 Guy-Bertrand Mapangou.

Le discours du Nouvel An d'Ali Bongo "a renforcé les doutes sur la capacité du président à continuer à assumer les responsabilités de sa charge", a déclaré Kelly Ondo Obiang, qui demandait "à tous les jeunes des forces de défense et de sécurité et à toute la jeunesse gabonaise de se joindre" au mouvement.

"Levez-vous comme un seul homme et prenez le contrôle de la rue"

"Si vous êtes en train de manger, arrêtez. Si vous êtes en train de prendre un verre, arrêtez. Si vous dormez, réveillez-vous. Réveillez vos voisins (...), levez-vous comme un seul homme et prenez le contrôle de la rue", a encore déclaré le militaire à la radio, appelant à occuper les édifices publics et aéroports dans tout le pays.

Ali Bongo a été hospitalisé le 24 octobre après avoir été victime d'un AVC lors d'une conférence économique en Arabie saoudite, selon des sources citées par Reuters. Hospitalisé plusieurs jours à l'hôpital Roi Fayçal de Riyad, il a poursuivi sa convalescence au Maroc, laissant son vice-président exercer le pouvoir en son absence sur décision de la Cour constitutionnelle.

Le porte-parole du gouvernement a assuré sur France 24 qu'Ali Bongo était "bien rétabli" et qu'il allait "retrouver son peuple dans quelques semaines ou dans un ou deux mois", sans toutefois avancer une date précise pour un retour du président au Gabon.

"L'Union africaine condamne fermement la tentative de coup de ce matin au Gabon. Je réaffirme le rejet total par l'UA de tout changement inconstitutionnel de pouvoir", a tweeté son président, Moussa Faki.

La France a elle aussi condamné lundi la tentative de coup d'État. "Nous condamnons toute tentative de changement de régime extra-constitutionnel. La stabilité du Gabon ne peut être assurée que dans un strict respect des dispositions de sa Constitution", a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Agnès von der Mühll.

 

Avec AFP et Reuters

Commentaires   

+3 #1 Bossake 08-01-2019 07:07
Des plaisantins ou des guignols ???
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 Pauvre Afrique 08-01-2019 07:37
Ah l'Afrique, notre pauvre Afrique où n'importe quel farfelu peut prétendre venir diriger.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #3 Hum 08-01-2019 16:25
Citation en provenance du commentaire précédent de Pauvre Afrique :
Ah l'Afrique, notre pauvre Afrique où n'importe quel farfelu peut prétendre venir diriger.

Je suis d accord avec toi mais plus farfelu que les politiciens du Niger il n en aura pas.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Alkaly 11-01-2019 09:08
Ce pauvre lieutenant a cru en son peuple.Il a fait son devoir patriotique. Le peuple va se lamenter longtemps sur son sort de ne pas avoir profiter de cette lueur d'espoir que lui donnait ce jeune lieutenant.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

IMG 20190108 WA0002

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Diplomatie : le Tchad et Israël officialisent la reprise de leurs relations rompues en 1972

20 janvier 2019
Diplomatie : le Tchad et Israël officialisent la reprise de leurs relations rompues en 1972

Le Premier ministre Israël, Benyamin Netanyahu, à la tête d’une grande délégation comprenant notamment des membres du gouvernement de l’Etat hébreu et des hommes d’affaires, est arrivé ce dimanche matin...

Mali : au moins 8 casques bleus tchadiens tués dans l’attaque du camp de la Minusma à Aguelhok

20 janvier 2019
Mali : au moins 8 casques bleus tchadiens tués dans l’attaque du camp de la Minusma à Aguelhok

Tôt ce matin, les Casques Bleus de la MINUSMA à Aguelhok [où est stationné le contingent tchadien, NDLR] ont repoussé une attaque complexe lancée par des assaillants arrivés à bord...

RDC : la Cour constitutionnelle dit non à l’Union africaine

19 janvier 2019
RDC : la Cour constitutionnelle dit non à l’Union africaine

L’Union africaine avait demandé à la République démocratique du Congo de suspendre la proclamation des résultats des élections du 30 décembre. Le message n’est visiblement pas passé ou les responsables...

Burkina Faso : contesté, le gouvernement de Kaba Thiéba rend le tablier

19 janvier 2019
Burkina Faso : contesté, le gouvernement de Kaba Thiéba rend le tablier

Le premier ministre Paul Kaba Thiéba a présenté, dans l’après-midi de ce vendredi 18 janvier, sa démission ainsi que celle du gouvernement. En poste depuis l’élection du président Roch Marc...

CPI : Gbagbo et Blé Goudé restent finalement en prison (CPI)

18 janvier 2019
CPI : Gbagbo et Blé Goudé restent finalement en prison (CPI)

La Chambre d'appel de la CPI maintient Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé en détention et programme une audience sur leur détention le 1er février 2019 La Chambre d'appel de...

RDC: l'UA demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

18 janvier 2019
RDC: l'UA demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

Les résultats contestés de l'élection présidentielle en RDC étaient au centre d'une réunion à huis-clos à Addis Abeba, ce jeudi 17 janvier, entre la SADC, la CIRGL et l'UA. Une...