vendredi, 17 novembre 2017

Nous avons 51591 invités et aucun membre en ligne

French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Forfait-Albarka 1200X500px-min

Elus locaux Agadez

Réuni le 20 Mars 2017 dans la Salle des Réunions du Conseil Régional d’Agadez, le cadre de concertation qui regroupe tous les quinze maires de la région et l'ensemble des conseillers régionaux tous bords politiques confondus, ont rendu publique une déclaration résumée en deux points. 

Premièrement, les élus locaux ont dénoncé à l'unanimité le refus par trois sociétés minières de la place à savoir les deux filiales d'Areva, au Niger Somaïr et Cominak et la Sonichar de mettre les communes dans certains de leurs droits. " Ces trois sociétés s’insurgent de manière désinvolte contre la seule taxe qui revient entièrement aux populations subissant les effets néfastes et directs des activités industrielles. Il s’agit de la taxe professionnelle", a souligné Issouf AG Maha qui a lu la déclaration. 
Sur ce même registre, les élus réunis à Agadez, ont déploré : " que des sociétés qui se disent respectables et respectueuses des lois de la République se versent dans l’incivisme fiscal pour une taxe dont s’acquitte même la petite vendeuse de galette et ce malgré les injonctions des services des impôts".
Faut-il le rappeler la taxe professionnelle est un impôt entièrement rétrocédé par l’Etat aux collectivités territoriales par décret n°230-2013/MI du 28 Juin 2013 portant répartition des produits de certains impôts et taxes rétrocédés par l’Etat aux collectivités territoriales. Elle est définie comme étant un impôt direct perçu au profit des collectivités territoriales sur les personnes physiques ou morales exerçant une profession industrielle commerciale, libérale...etc. Ces sommes avoisineraient près de 4 milliards de Fcfa que les trois sociétés précitées refusent de payer aux communes concernées.
Le second point abordé dans cette déclaration est relatif à la gestion de la lutte contre la migration qui agace les autorités élues de la région. Le président du conseil régional Mohamed Anacko a été clair à ce sujet. Ses propos appuyés par tous les élus de la région présents à la réunion ne souffrent d'aucune ambiguïté : " Nous sommes au regret de vous annoncer que nous sommes fatigués d'attendre ces promesses d'appuis à la région qui tardent à venir. On nous annonce chaque jour des milliards de FCFA au titre de cette aide, il n'y a pas de semaine qui s'achève sans qu'on ne reçoive une quelconque délégation étrangère, mais à cette date aucun franc n'a été versé au bénéfice de la région dans le cadre de la lutte contre cette migration. Les agences dites de développement de l'Union européenne gèrent leurs projets à leur guise sans nous associer. Elles font comme si nous n'existons pas. Il faut que les partenaires de notre pays impliqués dans cette gestion de la migration comprennent que personne ne peut empêcher ce trafic sans impliquer ces jeunes. Sans nous impliquer. Il ne sert à rien de se mentir à ce sujet. Cette manière de faire de ces agences de développement européennes va faire échouer tous les efforts que les élus locaux et l'État du Niger font. Ces jeunes qui n'avaient que le transport des migrants comme travail l'ont laissé un temps parce qu'ils croyaient en nous, ils s'attendaient à une reconversion promise par le biais de ces projets annoncés. Mais rien ne vient ! Nous ne pouvons plus les maintenir avec des refrains creux. Ils nous accusent d'être coauteurs de leurs maux maintenant. À mon humble avis, si ces projets de l'Union européenne vont continuer à ignorer les autorités élues de la région, eh bien, on va s'acheminer vers un fiasco. Il est préférable que ces projets qui ne nous servent à rien plient bagages et retournent chez eux. Il faut qu'ils sachent que notre population est brave et a des potentialités hydriques et des terres fertiles pour subvenir à ses propres besoins. On peut bien vivre sans leur aide (...). D'autre part, nous fustigeons avec la dernière énergie l'application sélective de la loi 036/2015 qui ferme les yeux sur tous les bus qui transportent des migrants des postes frontaliers du Niger jusqu'à Agadez sans problème mais sanctionnent les Pick-up de nos jeunes qui font le même travail. Nous l'avons dit et redit cette loi votée nous cause beaucoup de torts. Plusieurs de nos jeunes sont actuellement en prison et leurs véhicules confisqués sous prétexte qu'ils sont des criminels. Ce ne sont pas des criminels mais des jeunes qui font un transport comme tant d'autres. Nous sommes respectueux de l'État de droit de notre pays mais il est grand temps qu'on nous implique dans la gestion de nos cités.", a conclu tout irrité Mohamed Anacko dans une salle archi comble.

Ibrahim Manzo Diallo (DIM)

Air Info

Commentaires   

0 #1 Tchidit 21-03-2017 16:03
A bon entendeur salut !!! Le message est clair et celui à qui il s'adresse est identifier.

A cela il faut ajouter les mécontents de la fermeture des sites d'or. Ils feront quoi??

Que Dieu protège notre cher pays et sa population.
Répondre | Signaler à l’administrateur
-1 #2 Askia 21-03-2017 16:28
Vous voulez encore prendre les armes
Pourtant vous êtes les "enfants gâtés" de la
Renaissance...
Répondre | Signaler à l’administrateur
-1 #3 BEHOU 21-03-2017 16:38
Voilà du n importe quoi ? Qu ont ils déjà fait de concret avec les autres taxes ; donc que feront ils avec 4 Milliards ?
Issouf Maha, regardez moi ce petit malin ! Tu n as même pas honte de ta commune trop sale.
Répondre | Signaler à l’administrateur
0 #4 Alkher 21-03-2017 16:39
Ah oui ?
Répondre | Signaler à l’administrateur
+2 #5 la vérité 21-03-2017 18:29
Bonjour
Vous dites que ces sommes avoisineraient près de 4 milliards de Fcfa que les trois sociétés précitées refusent de payer aux communes concernées. Pourquoi voulez-vous qu'ils payent puisque de toute façon ces sommes iront dans les poches des dirigeants et non a la population. Ces élus vont vous dire qu'ils ont achetés des véhicules pour le gouverneur et pour le maire et aussi des véhicules réservés pour une visite du président et qu'il ne restera plus rien. Que Dieu vienne en aide au Niger. Merci
Répondre | Signaler à l’administrateur
0 #6 Ali 21-03-2017 23:10
Je croyais que le tourisme etait reparti et que c'était ça ki alleric nous nourrir nous les jeunes.
L'uranium cet fini non ?
Répondre | Signaler à l’administrateur
+1 #7 himad 22-03-2017 11:34
je penses que les societes ont des raisons de refuser de payer parce que l'agents sera sens doute détourné par des voleurs comme Issouf Ag maha.. j'ajoute que vous êtes plus des élus de peuples parce que votre manda expirer depuis
Répondre | Signaler à l’administrateur
0 #8 Gaya gaskiya 22-03-2017 15:29
Grand merci aux sociétés de ne rien versé jusqu'a ce qu'un audit soit organisé pour éclairer l'opinion national et international sur utilisation des fonds déjà décaissés. la population s'appauvrisse pendant que les maires s'enrichissent sur leur dos. Quoi de concret réalisé dans la région, regardons un peu dans la ville d'agadez avant agadez sokni,on dirait un champs de ruines.Messieurs les maires,soyez honnetes
Répondre | Signaler à l’administrateur
0 #9 Souleymane amadou 23-03-2017 12:45
Si areva refuse de verser ces sommes elle a peut être raison, car ces sommes sont detournés par ces soit disant élus. Qui ne font rien au profit de la population que s'en richirent sur le dos de celle ci.
Répondre | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

 

265x285_C_NollEp-NIGER_-_actuniger.jpg

Forfait-Albarka 600X600px -min

EcoStartup-min

android_actuniger_copie.jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1

Dans la même Rubrique

Projet de loi de finances 2018 : La société civile appelle à la mobilisation générale

16 novembre 2017
Projet de loi de finances 2018 : La société civile appelle à la mobilisation générale

Point de presse sur la mobilisation autour du projet de loi de finances 2018 Depuis bientôt six (6) semaines, toute l’attention des citoyennes et citoyens de notre pays, et particulièrement...

Retrait du Niger de l’ITIE : « Les autorités ne veulent plus de la transparence », selon Ali Idrissa

15 novembre 2017
Retrait du Niger de l’ITIE : « Les autorités ne veulent plus de la transparence », selon Ali Idrissa

Le coordinateur du Réseau des organisations pour la transparence et l’analyse budgétaire juge que l'État nigérien, en se retirant officiellement de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE), jette...

NÉCROLOGIE : Décès de l'inventeur nigérien Abdou Barmini

15 novembre 2017
NÉCROLOGIE : Décès de l'inventeur nigérien Abdou Barmini

Le Niger vient de perdre un de ses inventeurs. Abdou Barmini, la quarantaine, est décédé il y a deux semaines. Il avait mis au point un purificateur de fumée industrielle...

FAN : Le chef d’Etat major des armées Seyni Garba désormais général 5 étoiles

15 novembre 2017
FAN : Le chef d’Etat major des armées Seyni Garba désormais général 5 étoiles

Communiqué du Secrétariat Général du Gouvernement Le Président de la République, Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou a signé, mardi 14 novembre  un (1) décret, portant inscription et...

Industrie extractives: l'ITIE regrette le retrait du Niger

14 novembre 2017
Industrie extractives: l'ITIE regrette le retrait du Niger

L'Initiative pour la transparence des industries extractives regrette que le Niger ait décidé de se retirer de cet organisme de certification. Fin octobre l'ITIE, avait décidé de suspendre le pays...

30ème anniversaire du décès du Président Seyni Kounché : Instants de recueillement et de communion à la mémoire du Général à Fandou, son village natal

13 novembre 2017
30ème anniversaire du décès du Président Seyni Kounché : Instants de recueillement et de communion à la mémoire du Général à Fandou, son village natal

Dans le cadre de la commémoration du 30ème anniversaire de la disparition du Président Seyni Kountché, une Fatiha a été dite à la mémoire de l'illustre disparu. C'était au cours...