lundi 8 août 2022

2864 lecteurs en ligne -

fraren

OPINION : les leçons à tirer pour le Niger de l'expérience malienne

militaires FR embarquent avion

Pour notre pays, la question de la sécurité et de la menace terroriste est l'une des plus importantes à l'ordre du jour, ainsi que pour nos voisins : le Mali et le Burkina Faso. En ce moment, l'armée malienne (FAMa) mène activement des opérations anti-terroristes dans différentes régions du pays. Les FAMa luttent le plus activement contre le djihadisme dans la partie centrale du Mali et a réussi à remporter une victoire majeure.

 

Ainsi, la Direction de l'information et des relations publiques des armées du Mali dans un communiqué officiel précise que « 203 terroristes ont été neutralisés dans une opération aéroterrestre de grande envergure prévue du 23 au 31 mars 2022 dans la zone de Moura à 17 km au nord-est de Kouakourou dans la région de Mopti au centre ». Il est à noter que l'armée malienne prouve de plus en plus ces derniers temps qu'elle peut mener elle-même de telles opérations militaires sans le soutien des forces de Barkhane et de la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali). Des experts militaires associent la montée en puissance des FAMa aux activités du gouvernement de la Transition du Mali, pour qui la sécurité du pays est une priorité, ainsi qu'à la coopération entre le Mali et la Fédération de Russie, qui a récemment fourni à son partenaire des équipements militaires modernes.

De plus, il convient de noter que les désaccords entre le Mali et l'ancienne métropole représentée par la France ont conduit au fait que les forces de Barkhane ont été contraintes de commencer à se retirer du Mali. L'une des principales raisons de critiquer l'opération militaire étrangère est peut-être son inefficacité, car au fil des années de présence française, la violence contre la population civile et l'activité des djihadistes n'ont fait qu'augmenter, comme le rapportent même les statistiques européennes.Pourquoi, alors, l'intervention française était-elle nécessaire en premier lieu ?Les citoyens maliens ont organisé de nombreuses manifestations contre la présence de l'armée française dans leur pays d'origine. Des cas similaires peuvent être rappelés dans notre pays, lorsque des manifestants dans la ville de Téra ont bloqué un convoi militaire français se rendant au Mali.Il est évident que la population nigérienne n'est pas favorable à la présence de soldats étrangers, mais nos élites y sont très favorables.Les médias français, à leur tour, dépeignent activement le Niger comme le dernier bastion de la France.

Il est curieux qu'avec le début des désaccords entre les gouvernements malien et français, des médias français tels que RFI et France 24 ont commencé à publier activement des articles dans lesquels l'armée malienne et ses partenaires russes étaient accusés de violences contre la population civile. Cependant, aucun des articles n'a fourni de preuves tangibles. Ils n'ont pas non plus soulevé la question principale : pourquoi l'armée malienne tuerait-elle ses propres concitoyens ? Evidemment, cette campagne d'information a provoqué la suspension des émissions des médias français au Mali.

En ce moment, les forces de Barkhane sont redéployées au Niger, mais où sont les garanties que l'armée française, qui a échoué au Mali, pourra aider notre pays dans la lutte contre les terroristes ? Malheureusement, l'expérience de nos voisins montre que cela est peu probable.

Grégoire Cyrille Dongobada, observateur militaire, chercheur en études politiques

 



Commentaires  

+1 #1 Salifou Développeur 04-04-2022 18:37
C'est tout à fait ça, le Niger doit se débarrasser des soldats français et faire confiance à ces soldats comme l'a fait le Mali et c'est claire que ça va fonctionner vu les résultats des militaires maliens depuis le départ des français de leur pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 Sirius 05-04-2022 05:19
L'armée malienne est en train de massacrer des civils à Moura. Article dénué de sens. Faites des investigations !
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #3 Siradje Sangare 05-04-2022 10:01
Sauf que parmi les soi-disant 203 personnes tuées, toutes n'étaient pas des djihadistes mais des civils qui étaient au marché. La junte au pouvoir ment sur ses actions. Ils devraient filmer leurs interventions (comme le font les Américains) pour enlever le doute. :-|
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Amagara 05-04-2022 11:57
Bonjour ;
Certainement il y a des civils parmi les tués mais il faudrait aussi faire attention. Même le terroriste tué dira qu'il est civil et sans armes. Au centre du Mali, vous avez des terroristes armés qui s'entremêlent avec la population. Malheureusement, le trie n'est pas aisé et les opérations militaires échouent pour la plupart par le fait que les civils dont on parle ne sont pas que des civils seulement. Complices, informateurs, ils sont civils le jour et terroristes la nuit. Seule une enquête sérieuse permettrait de savoir combien de civils aient péri dans l'opération. A priori, il ne faut pas prendre pour vérité même ce qui se dit par certaines associations.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 TOTO A DIT 05-04-2022 16:35
Citation en provenance du commentaire précédent de Sirius :
L'armée malienne est en train de massacrer des civils à Moura. Article dénué de sens. Faites des investigations !


TOTO A DIT dit ooooooo quand un dit civil se trouve en possession d'une arme ,ce n'est plus un civil , mais un potentiel acteur hostile, et sur le théâtre d'opération,le militaire a défaut de l'incapacité doit simplement le neutraliser......
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #6 Amagara 08-04-2022 12:30
Bonjour ;
Même les ONG reconnaissent que Mourra est sous domination djihadiste depuis des années. Ces ONG ont des relais comme l'armée malienne dans ces villages.
L'armée malienne a été accueillie par des coups de fusils à Mourra. Il se peut qu'il y ait de victimes civiles mais arrêtez de dire l'armée massacre des civils. Si les djihadistes avaient pris le dessus, vous seriez là pour dire que c'est une armée de poltrons. Vous n’écoutez pas l’armée mais prenez pour argent comptant ce que racontent les soi-disant survivants. Chacun a son relai et ne croyez pas qu’ils soient tous des civils. L’armée parle de 200 tués, HRW parle de 300 civils. Combien de djihadistes tués alors ? Nous respirons mieux au centre. L’EIGS a décimé les Daoussaks à la frontière du Niger devant Barkhane et Co. Qui dit mot ? Où sont ces donneurs de leçons ou vous avez plus de sympathie pour certains que d'autres.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com