jeudi, 21 février 2019
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Orange 4GO

Ali Idrissa Bazin Bleu-min

Le coordinateur du Réseau des organisations pour la transparence et l’analyse budgétaire juge que l'État nigérien, en se retirant officiellement de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE), jette de nouveau le trouble sur la gestion de ses ressources naturelles.

« Nous ne nous attendions absolument pas à une telle réaction. Pour nous, le Niger allait mettre en œuvre les mesures coercitives demandées. » Ali Idrissa, coordinateur du Réseau des organisations pour la transparence et l’analyse budgétaire (Rotab), est comme hébété.

Suspendu dix-huit mois le 26 octobre dernier par l’ITIE pour ne pas avoir satisfait à ses exigences, l’État nigérien, considérant la sanction comme « injuste », a décidé de se retirer purement et simplement de l’Initiative lancée en 2003. Une réaction qui surprend autant qu’elle inquiète. « Apparemment, les autorités actuelles ne veulent plus de la transparence », conclut ainsi Ali Idrissa.

 Si on se retire, c’est qu’on recherche l’opacité

Depuis plus de dix ans, le pays sahélien s’était engagé avec succès au côté de l’instance internationale dans un processus d’amélioration de sa gouvernance en matière d’industries extractives. Officiellement « pays candidat » à l’ITIE dès 2005, puis déclaré « pays conforme » en 2011, le Niger avait notamment produit des efforts importants en matière constitutionnelle. Mais cette volonté a, semble-t-il, disparu.

Un signe dissuasif pour les investisseurs

« Si on se retire, c’est qu’on recherche l’opacité, peste Ali Idrissa. Peut-être que certains politiques pensent pouvoir s’accaparer les ressources du sous-sol nigérien. Ce qui est sûr, c’est que cette décision annonce des années sombres pour la gouvernance dans notre pays. »

Le conseil d’administration de l’ITIE a motivé sa décision de suspension en soulignant « des progrès inadéquats » ou « pas de progrès du tout » sur 14 points précis, tels la divulgation des contrats, la publication des données sur les versements infranationaux ou la liberté d’expression de la société civile.

Selon le Rotab, quatre activistes nigériens ont ainsi été arrêtés depuis le début de l’année, dont Ali Idrissa lui-même, dans ce qui ressemble à une opération de représailles. En effet, ce sont ces mêmes activistes qui avaient déposé plaintes contre X dans l’affaire dite de l’« Uraniumgate » – des soupçons de vente douteuse d’uranium à travers de multiples intermédiaires.

Pour motiver son retrait de l’ITIE, le Niger a d’ailleurs tenter de lier les deux affaires en jouant sur une possible confusion. Après l’annonce de la sanction, les autorités nigériennes ont ainsi rappelé les conclusions de la commission d’enquête parlementaire rendues en avril dernier, qui établissaient qu’elles n’avaient alors commis aucun acte répréhensible et qu’il n’y avait donc pas d’affaire « Uraniumgate ».

Cependant, à aucun moment le conseil d’administration de l’ITIE n’a fait mention de cette affaire pour motiver ses sanctions, si ce n’est en épinglant les autorités sur leur façon de traiter les membres de la société civile impliquée.

Par son retrait de l’Initiative, le Niger pourrait bien dissuader nombre d’investisseurs internationaux de venir exploiter ses ressources à l’avenir. Le sous-sol nigérien est particulièrement riche, non seulement en uranium, mais également en pétrole et en or.

Jeune Afrique 

 

Commentaires   

0 #1 TMM 16-11-2017 04:45
ca va finir par exploser un jour ou l autre,
Qui aurait imaginer que l armee qui a si longtemps soutenu mugabe le renverse aujourdhu? a force de trop tirer sur la corde elle risque de se casser
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 amarma 16-11-2017 08:57
les Ali ont vendu le niger pour avoir des sous c est tout
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 Maribel 16-11-2017 11:46
le Niger est un pays souverain et indépendant.De ce fait il n'a de leçons à recevoir de quiconque.nos autorités savent ce qu'elles font et ce qui arrange le pays. l'ITIE n'a pas à imposer quoi que ce soit au Niger.cher Ali Idrissa ,il est plus honnête et digne de se taire que de dire des sottises.tu es un nul qui n'a d'autre ambition que de semer la zizanie et la discorde entre frères et sœurs Nigériens.des individus de ton espèce,le Niger n'en pas besoin.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 ALFARI 16-11-2017 11:49
ali idrissa stp arrête des idioties de ce genre.on est contre tout ce qui n'arrange pas le Niger.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 dan adar 16-11-2017 13:36
ils ont eu tord de quitter l'itie,
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

BULLETIN REJEA N°12

Rejea Bulletin Info min

WhatsApp Image 2019-01-30 at 11.45.05.jpeg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Journée d’information et d’échanges avec les médias sur le traitement des affaires judiciaires

21 février 2019
Journée d’information et d’échanges avec les médias sur le traitement des affaires judiciaires

Le Secrétaire général adjoint du Ministère de la Justice Ibrahim Jean-Etienne  a présidé ce jeudi 21 février  dans la salle de conférence de la Maison de la Presse, la Journée...

Le Projet de l’Irhazer, du Tamesna et de l’Aïr au Salon Sahel-Niger 2019

21 février 2019
Le Projet de l’Irhazer, du Tamesna et de l’Aïr  au Salon Sahel-Niger 2019

Le Salon Sahel-Niger est par excellence une plateforme d’échanges, de valorisation et de promotion des produits agro-sylvo-pastoraux, de réflexion sur les politiques et stratégies de développement de l’agro-business.

Agadez - Dirkou : le commandant Lamine Mohamedine et son chauffeur tués dans une embuscade

20 février 2019
Agadez - Dirkou : le commandant Lamine Mohamedine et son  chauffeur tués dans une embuscade

Lamine Mohamedine, commandant de la plus grande base militaire dans le désert du Ténéré, à Dirkou, est mort. L'information a été confirmée par l'état-major nigérien. Il a été victime d'une...

Pas de restriction de circulation de personnes dans la région de Tillaberi (ministère de l’intérieur)

19 février 2019
Pas de restriction de circulation de personnes dans la région de Tillaberi (ministère de l’intérieur)

Le Ministère de l’intérieur  affirme que les autorités administratives de Tillabéri  (Ouest, frontalière du mali et du Burkina)  ont pris des mesures qui ‘’ne cadrent ni avec l’esprit ni avec...

Dirkou : deux militaires tués dans une embuscade dans l'extrême nord-est (sécurité)

19 février 2019
Dirkou : deux militaires tués dans une embuscade dans l'extrême nord-est (sécurité)

Deux militaires, parmi lesquels le commandant du bataillon des Forces armées nigériennes (FAN) de Dirkou dans la région d'Agadez (extrême nord-est), proche des frontières avec la Libye et le Tchad,...

Grève des enseignants dans les universités publiques au Niger

18 février 2019
Grève des enseignants dans les universités publiques au Niger

Les cours étaient perturbés lundi dans les universités publiques du Niger par une grève des enseignants qui réclament une amélioration de leurs conditions de vie et de travail, a-t-on appris...