jeudi, 19 avril 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
Manifestation interdite de la société civile du dimanche 15 avril: Diori Ibrahim (AEC) est déféré à la maison d'arrêt de Kollo et Maikoul Zodi (Tournons La Page Niger) à la prison civile de Say.| Abdourahamane Idé (JENOME) a lui bénéficié d’une liberté provisoire.| ........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Colonel-Moussa-Moumouni-Djermakoye

La Grande Faucheuse vient encore de faire son Œuvre ce 19 novembre passé !

Elle vient nous rappeler que nous ne sommes finalement que poussière ou comme le disentles fortes paroles du Poète Ponge, d’«Informes mollusques, foule qui sort dans les rues, millions de fourmis que les pieds du temps écrasent ! ». Qui n’ont  finalement pour unique « demeure que la vapeur commune de notre véritable sang : les paroles. Tout n’est que paroles. »

Puisque « les pieds du temps »viennent d’écraser l’un des nôtres, l’un des plus valeureux Officiers de la Nation, le Colonel Moussa Moumouni Djermakoye et que nous n’avons « pour (unique) demeure que la « vapeur commune de notre véritable sang : les paroles ! Et finalement « Tout n’est que paroles. » Alors parlons !

Parlons du Colonel Moussa Moumouni Djermakoye !

Tu fus ce Chef d’Etat-major Général des FAN émérite, qui avait osé refuser « le Fauteuil », Siège à l’origine de tous nos malheurs ;

Tu osas donc rejeter cette Charge suprême pour honorer un Compagnon d’armes aussi valeureux et patriote que Toi, sur qui des « proscrits » (O. Bongo dixit !)venaient de tirer à l’arme lourde, dans le dos, sacrilège suprême dans le code de ton noble métier d’armes ;

Alors même que convives pressés débutaient leur ronde autour de la dépouille pour entamer leur macabre …restau…ration démon…cratique ;

Je compris davantage ton geste chevaleresque et unique quand tu me confias dans le secret de ton bureau il ya de cela plus de deux mois, que l’alors Colonel Ibrahim Baré, proposé aux Hautes charges de Chef d’Etat-major Général des FAN en 1995, consécration suprême dans votre noble métier d’armes, il t’avait placé face à un choix cornélien de n’accepter l’honorable charge que si tu acceptais de l’accompagner en devenant son Adjoint. Ce que tout naturellement tu acceptas……

Quatre années plus tard, le 9 avril 1999, tu lui renverras de la plus noble des manières l’ascenseur, en refusant le Fameux Fauteuil, Ce maudit Fauteuil dirais-je à Siège unique, source de tous les malheurs et des déboires des Nigériens trois décennies durant. Cette « Station » pour laquelle, plus d’un troquerait contre le sein de sa  génitrice ou poignarderait dans le dos l’ « ami » de 40 ans ;

Qui pouvait alors être étonné de ton acte ? Certainement pas moi, puisque je le sais, et l’adage l’a consacré depuis fort longtemps : « bon sang ne saurait mentir » ;

Ton sang et rang princiers ne t’offraient aucune autre alternative !

Tu l’as refusé, ce maudit Fauteuil, source de nos déboires, et tu es devenu Grand par et pour l’Histoire (avec un grand G et un grand H) ;

Certains l’ontpris et sont devenus petits ou tout petits (avec un petit p) et encombrent ou encombreront les poubelles de l’histoire (avec un petit h) ;

Homme de Parole et d’Honneur tu as été toute ta vie et tu demeureras pour l’éternité. Je dis bien Parole (sans s), puisque, j’ai été témoin et pas seul,  les paroles (avec petit p et petit s), tu détestais de ton vivant ;

Tu fus cet Officier Supérieur, unique en son genre, qui pouvait venir à bout de n’importe quelle mutinerie comme il en a plu sur notre jeune République ;

Tu t’es engagé sur le tard en politique, toi l’Homme de Parole, mais n’étais tu pas condamné à l’avance, à l’instar de notre regretté Ibrahim Baré dans cette jungle, où il est désormais unanimement admis, que « (…) l’homme est un loup pour l’homme », comme l’a annoncé le célèbre Philosophe Hobbes ;

Mais rassure-toi, comme en amour où Lamartine suggère « un seul être vous manque et tout est dépeuplé », en politique idem, un seul acte de haute portée est posé, et la porte du Panthéon s’ouvre à son auteur. Ad vitam Aeternam.

A contrario un seul acte ignoble rejette son auteur dans les poubelles de l’histoire. A méditer !

Comme le valeureux Officier, Colonel Issaka Labo Bouché, l’auteur de ton émouvante oraison funèbre, dont le choix ne doit rien au hasard, ton compteur sera bloqué à….. Colonel, malgré la pluie d’étoiles qui s’était abattue sur zone.

Mais rassure-toi, nous comprenons. Nous comprenons que l’Honneur et la dignité ont un prix, et surtout ton pacte avec le Général Baré devait être, pour rester dans l’air du temps, « fiscalisé » au prix fort !

Ainsi, tu t’en es allé, en Grand Homme pour ton repos Eternel ! Tu es parti en nous laissant confrontés à l’éternelle et sempiternelle équation : Et nous ?

Sur ce point, la seule et unique réponse que je ne me lasserai jamais de proposer à nous autres vivants…ou du moins survivants…en sursis, puisque la Grande Faucheuse elle, passera et repassera, est de se remémorer la célèbre formule de STENDHAL « Puisque la mort est inévitable, oublions-la. »

Repose en paix, Moussa Moumouni Djermakoye !

Veuve Kadidiatou et enfants, séchez vos larmes, Moussa repose au paradis !

Djibrilla Mainassara BARE

 

Commentaires   

+1 #1 zada 25-11-2017 22:29
N'exagerons rien et disons les choses comme elles sont. Quelqu'un ne peut choisir de vivre dans la petitesse et partir comme un grand.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

 

CFEVRIER2018Niger 1 bell

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Parlons de DROIT et rien que de DROIT

18 avril 2018
Parlons de DROIT et rien que de DROIT

Il est un truisme de rappeler qu’au Niger rien ne va bien entre les organisations de la société civile nigérienne réunie au sein du cadre de concertation et d’actions citoyennes...

44e Anniversaire de la disparition tragique de Aissa Diori : Il faut se souvenir de l’offense pour la pardonner !

16 avril 2018
44e Anniversaire de la disparition tragique de Aissa Diori : Il faut se souvenir de l’offense pour la pardonner !

En ce 44e anniversaire de cette nuit horrible du 15 avril 1974, le devoir de mémoire s’impose. Aucune action nous fera revenir notre regrettée grand-mère Aissa et pour cela, il...

Lettre ouverte à M. Bazoum Mohamed, Président du PNDS Tarayya (Par Djibrilla Mainassara Baré)

1 mars 2018
Lettre ouverte à M. Bazoum Mohamed, Président du PNDS Tarayya (Par Djibrilla Mainassara Baré)

M.le président, Pour justifier votre manifestation du 4 mars prochain visant à contrer la société civile dans ses dénonciations de la loi de finances 2018 renfermant des mesures impopulaires, la...

IN MEMORIAM : REPOSE EN PAIX, MAÏ MANGA THÉRÈSE KEÏTA !

9 février 2018
IN MEMORIAM : REPOSE EN PAIX, MAÏ MANGA THÉRÈSE KEÏTA !

Thérèse vient de partir ! C’est la formule classique ! J’ai compris tout de suite ! La Faucheuse, l’infatigable vient encore de sévir ! Elle vient de nous prendre Maï Manga Thérèse Keita, appelée...

IN MEMORIAM ! : ISSOUFOU BACHARD DIPLOMATE ET HOMME POLITIQUE ENGAGE

11 janvier 2018
IN MEMORIAM ! : ISSOUFOU BACHARD DIPLOMATE ET HOMME POLITIQUE ENGAGE

L’infatigable Faucheuse vient de nous surprendre encore. Comme toujours. Issoufou Bachard, diplomate aguerri, ancien Secrétaire Général du ministère des Affaires Etrangères, ancien ambassadeur du Niger en Libye, Président Fondateur de...

Lettre à ma sœur Malika Issoufou (Par devoir et par fraternité)

8 janvier 2018
Lettre à ma sœur Malika Issoufou (Par devoir et par fraternité)

Chère sœur, Je profite de ce début d’année 2018, pour t’adresser ce message fraternel. Tu seras très certainement surprise. Tu le sais sans doute, j’ai récemment plaidé, auprès de qui...