mercredi, 25 avril 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
DIFFA : Mahamadou Bakabé (RDP Jama’a) nommé gouverneur de la région (Conseil des ministres). | Le Comité directeur de l’Union des scolaires nigériens (CD/USN) lance un mot d’ordre illimité de suspension de toutes les activités académiques à partir de ce vendredi 20 avril 2018 et sur toute l’étendue du territoire national.| Abdourahamane Idé (JENOME) a lui bénéficié d’une liberté provisoire.| ........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

agence hadjara copie.jpg

messncecs

Le gouvernement, à travers le ministère des enseignements supérieurs et le SNECS sont parvenus, dans la soirée de ce samedi 17 mars, à un accord qui met fin à la grève illimitée déclenchée depuis plus d’un mois par les enseignants-chercheurs de l’Université de Niamey.

C’est à la suite des négociations entre les deux parties et  auxquelles a pris part le rectorat que le SNECS a décidé de la levée de son mot d’ordre et la reprise des activités académiques. Les négociations ont été conduites par le ministre Yahousa Sadissou Madobi et selon la déclaration qui a été lue au sortir des pourparlers, « le gouvernement s’est engagé à prendre les dispositions nécessaires pour sécuriser le campus universitaire ». C’est là, une des premières revendications du SNECS de Niamey qui demandait particulièrement la dissolution de la CASO. Par ailleurs, le SNECS et le gouvernement ont convenu de la mise en œuvre d’une série de réformes afin de maintenir l’ordre sur le territoire universitaire. 

La signature de cet accord intervient quelques jours après la décision du Conseil de l’université de Niamey, d’exclure définitivement cinq (5) étudiants dirigeants de la puissante UENUN, la principale section de l’USN. Ce qui a provoqué la levée de boucliers des étudiants de l’université de Niamey qui sont soutenus par leurs camarades des autres sections sous l’égide de l’USN.

En dépit de cette levée de mot d’ordre de grève des enseignants-chercheurs, la crise que traverse la principale université du pays est loin de tirer son épilogue. Au regard des termes de l’accord ainsi que du maintien par l’Université de Niamey, de l’exclusion des dirigeants de l’UENUN, la crise risque même de s’étendre aux autres universités du pays ainsi qu’à l’ensemble des établissements, instituts et écoles du Niger.

Le SNECS a en tout cas laissé entendre qu’il ne reviendra pas sur le cas des étudiants exclus et l’USN s’est engagée à se battre jusqu’au bout pour la réhabilitation de ses membres.

A.Y.B (Actuniger.com)

Commentaires   

+2 #1 Terrible 17-03-2018 18:30
Mais, c'est quoi ces histoires. On va tout voir dans ce pays. En Somme le ministre était derrière toute cette histoire. C'est vraiment malheureux de pénaliser ces pauvre étudiants pour satisfaire le gouvernement. On a compris tout est orchestré
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 Ismael 17-03-2018 18:38
C'est vraiment triste, exclure des pauvres Étudiant pour un simple mal entendu, chers enseignant chercheurs je vous rappel que même Allah le tout puissant pardon. On connait bien le jeux de USN c'est vraiment déplorable.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 zizo 17-03-2018 19:39
c vraiment triste d'exclure ces pauvres etudiants .Les enseignant imaginez si c'etait vos propres enfant qui ont été exclu...et c'est mm pas digne de vous compareza vos disiples....
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #4 Abdoul kader 17-03-2018 20:54
Pourquoi l'accord interviendrait seulement après l'exclusion des étudiants. Le SNECS serait devenu le bras armé du gouvernement.
En tout sa rejoint l'adage qui dit "l'ennemi de mon ennemi est mn ami".
Autant nous condamnons l'agression faite sur l'enseignement, autant on cindamne cette exclusion qui n'est pas forcément la meilleure solution à l'actuelle crise.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Abdoul kader 17-03-2018 20:54
Pourquoi l'accord interviendrait seulement après l'exclusion des étudiants. Le SNECS serait devenu le bras armé du gouvernement.
En tout sa rejoint l'adage qui dit "l'ennemi de mon ennemi est mn ami".
Autant nous condamnons l'agression faite sur l'enseignement, autant on cindamne cette exclusion qui n'est pas forcément la meilleure solution à l'actuelle crise.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #6 Habou 17-03-2018 22:06
Il est déplorable que soit les enfants des pauvres qui s'agglutinent dans le syndicat par complexe d'infériorité au lieu d'étudier correctement. Pour l'histoire du syndicalisme, un syndicaliste est quelqu'un qui force l'admiration dans le travail, il est brillant, c'est à dire c'est une référence pour ses collègues. Aujourd'hui ce sont les nuls et les délinquants qui sont les syndicalistes au Niger (vérifier leurs notes ou leurs compétences vous verrez). S'ils arrivent à obtenir difficilement un diplôme à un âge avancé ils continuent la même délinquance dans les médias(Exemple Nouhou Arzika, Tchangari et bien d'autres). Il est regrettables que les fils de pauvres au lieu d'étudier pour aller soutenir leurs parents s’accommodent aux facilités au campus.En effet tous ces syndicalistes mangent gratuitement, logent gratuitement, utilisent gratuitement les bus. c'est ça la raison fondamentale.Ils ont perdu leur objectif principal celui d'étudier et avancer pendant que les enfants des riches et des hauts fonctionnaires se focalisent uniquement sur le succès académiques. Pitoyable
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 Mamadou 17-03-2018 22:50
c'est quand même déplorable que le ministère ait attendu tout ce temps et cette grave décision d'exclusion pour faire surface sachant qu'il peut apporter une solution à la crise... les fils des pauvres n'ont que Dieu pour les aider... nous allons tous rendre compte devant le tout puissant...
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 Djibril 18-03-2018 01:47
Les reformes sonts tres necessaires ds le camp de Etudiants tout comme ds celui des etudiants. Tabasser un enseignant dois eres revolu tout comme aller en greve indefinie tres frequament.
Ils ont tous besoins des lessons en civisme. Le gouvernement dois saisir cette occasion pour reformer les loies de ces universities.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #9 citoyen 18-03-2018 06:45
Pourquoi ne pas faire appel a Mahamane laouali Danda pour mettre l'ordre la discipline et le travail dans la communauté universitaire de Niamey au niger.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #10 Yampabou 18-03-2018 09:01
Bonjour à tous
S'il doit y avoir négociations, pourquoi ne pas la faire avec les étudiants?
Vous savez très bien que bien qu'il y ait eu levée du mot d'ordre de grève des enseignants, le blocage continuera avec la partie des étudiants.
D'abord vous ne payez pas leurs bourses, ensuite vous les marginalisez et vous voulez que cela réussisse?
Vous vous foutez les doigts dans vos yeux!!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 Koré Mai Batchi 18-03-2018 11:42
Citation en provenance du commentaire précédent de Habou :
Aujourd'hui ce sont les nuls et les délinquants qui sont les syndicalistes au Niger (vérifier leurs notes ou leurs compétences vous verrez). S'ils arrivent à obtenir difficilement un diplôme à un âge avancé ils continuent la même délinquance dans les médias(Exemple Nouhou Arzika, Tchangari et bien d'autres).

Tchangari etait un etudiant brillant. Il n'y a jamais eu d'etudiant plus brillant que Tchangari a au departement de philo. Renseignez-vous si vous ne connaissez pas son histoire. Il a tout simplement ete victime, comme beaucoup, beaucoup d'autres etudiants syndicalistes au cours de toute l'histoire de l'USN, de ceratins enseignants qui l'ont sciemment fait rater ses etudes. Meme aujourd'hui il suffit de lire Tchangari: il n'y a aucun enseignant au departement de philo qui analyse ou ecrit meiux que lui. Si vous ne savez pas de quoi vous parlez, taisez-vous. Tchangari n'est pas votre egal et il n'y a personne intellectuellement plus brillant que lui a l'Universite ou meme dans le gouvernement nigerien.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #12 mon niger 18-03-2018 15:45
ce très honteux les soin disant chercheur qesqils cherchent d'ailleurs,on vous prend pour des lettrés qualifié alors que les illettrés réfléchissent 1000 fois mieu que vous si non quesque vous avaz fait pour ce pays depuis ces temps.deja on connaît vos jeu,ces vieux tête du pays n ont jamais aimé un jeune qui n est pas d leur propre sang mais dieu nous voie tous tel que nous sommes. montrez-nous votre compétence de chercheur que de vous comparez à vos élèves.bande de malhonnête
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 Amadou Kalilou Yacouba 19-03-2018 01:15
Tout est possible comme on est au Niger où dans leurs coutumes les grands ne ment jamais,où on exploite toujours les faibles,que la justice est privatisé,quand la raison est à acheter.comment pensons nous si par hasard l'argent devient les nerfs sensitifs des nos dirigeants.'où allons nous? Oublions d'où nous venons? si ya un pays mal gouverner dans le monde entier c'est le Niger,mais ne regarde pas la masse de fourmi et pensé qu'il puisse pas te faire du mal
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 TMM 19-03-2018 03:16
evidement cela arrange le gouvernement, il va dire que L EXCLUSION EST L OEUVRE DES ENSEIGNANTS CHERCHEURS, que la dissolution de la CASO est demandee apr les memes enseignants chercheurs et qu en s engageant a securiser le campus nul besoin de conserver la CASO
apres si la situation se degrade davantage , il dira c est toujours a cause des enseignants chercheurs
c est vraiment foutu cette affaire
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #15 bagague 19-03-2018 08:59
Dés le début de la crise je l'avais prédit.Les étudiants sortirons perdant.Ils leur aurait juste fallut d'écrire une lettre d'excuse à l'endroit du SNECS pour que la crise s'éteigne.Mais au lieu de ça ,leur orgeuil avait pris le dessus.Et voilà les conséquences
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #16 GASKYA SAÏ ALLAH & HADIZA EL GAGAWA 19-03-2018 14:27
Pour ceux qui l’ignorent, le CASO n'est ni plus ni moins qu'une invention d'un PM d’autrefois qui y a casé tous ses soldats de fortune pour lui donner l’informer de toutes les situations tant au plan académique que sur les statuts des étudiants et leurs enseignants. (L’esprit de lièvre aidant), les citoyens semblent ne rien comprendre de l’H+ypocrite, quand à la Conférence Nationale Souveraine, il affirma: "LE NIGER N'A PAS BESOIN DE GRANDS DIPLÔMES NI DE HAUTS DIPLÔMÉS POUR SE DÉVELOPPER. Cela explique les ambitions politiques de ce simple adjudant des douanes qui se savait fort bien incapable d'arriver au fauteuil de la magistrature suprême de ce pays pour autant trouver les moyens de balayer tous ceux peuvent constituer d’obstacles sur son chemin. Mais, en marginalisant, frustrant et dégradant les bons diplômés, rendus aigris et acculés pour un rien (arrestation, révocation arbitraire, assignation en résidence...) le petit cadre trompeur qui mentit d'avoir étudié à l'ENA de Paris (diplôme d'un décédé qu’il a falsifié pour en avoir un faux); d'où sa raison de ne travailler qu'avec de faux diplômés qu'il nomme aux postes stratégiques et névralgiques dans toute l'administration...
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #17 GASKYA SAÏ ALLAH & HADIZA EL GAGAWA 19-03-2018 14:57
...près de coquilles pleines qu'ils vidaient; car, les COQUILLES VIDES sentent du caca qu'ils ne veulent sentir. Disent-ils: "L'ARGENT D'ABORD, LE TRAVAIL APRÈS". Pour eux, c'est: "L'ARGENT D'ABORD, LE TRAVAIL APRÈS" au lieu de "Travail d'abord avant le salaire". Ceux-là mêmes qui accordent d'avance sur main d’œuvre aux tâcherons et ses ouvriers, tailleurs pour la couture, menuisier...etc) tous qui reçurent d'avance sur le travail à exécuter, le font très mal. C'est ce lourd tribut laissé par le fuyard que le Niger paie en toutes ses situations du dernier au monde où les futurs cadres (étudiants), fonctionnaires, commerçants...tout le monde cherche du gain facile au lieu de retrousser les manches pour servir la patrie avant soi. Aujourd'hui, les nigériens donnent raison aux autorités de la 7ème Rép sous la conduite de SE le PM Brigi convoyés par SEM le Pdt Issoufou. Tous les étudiants d'antan à l'UAM se souviennent du temps, sous la poigne de l'ancien PM fuyard, quand ils ne mangeaient à peine au resto pendant que les cuisiniers, manœuvres jusqu'à la sécurité, emportaient le pain, gigots de viande, riz, lait, sucres et condiments, pourtant prévus à leur restauration...
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #18 GASKYA SAÏ ALLAH & HADIZA EL GAGAWA 19-03-2018 15:09
...Les abonnés au cartouchage à l'exemple de l'intrépide agent de Pub, Amadou Saïdou Noura faisait légion parce qu'ils étaient les meilleurs. C'était connu de tous, il a fallu l'arrivée de Mahaman Laoualy Dan Dâ à l'Enseignement Supérieur/Recherche et son PM Mahamadou Dandah de la transition de l'honnête Salou Djibo, pour créer les 1ères Universités banlieusardes au Niger. Ayant inventé toutes les machines infernales à même d'enflammer le tissus social dans ce pays, rappelez-vous de sa manière avant de fuir. Prenant les nigériens au bout du nez, c'était après avoir visité les victimes des inondations à Harobanda/Niamey; faisant semblant d'être soucieux pour leur avoir promis d'aide matérielle et financière en conséquence de leur sort (jamais validée); et, la même nuit, il prit la tangente en trompant ses militants, sympathisants et autres proches pour s'exfiltrer entre les mailles de la sécurité territoriale et se réfugier au Burkina où il trouva son patron Blaise dans une pire situation, avant de continuer sur la France qui l'accueillit comme si ce n'est pas cette France en avant garde du blocage des immigrés africains subsahariens. Oublier l'histoire c'est se manquer d'honneur.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

 

CFEVRIER2018Niger 1 bell

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Université de Niamey : les étudiants déterminés à aller jusqu’au bout de leurs revendications

19 avril 2018
Université de Niamey : les étudiants déterminés à aller jusqu’au bout de leurs revendications

Communiqué de presse  de la Commission presse de l’Union des étudiants nigériens à l'université de Niamey (UENUN)  CONTEXTE-JUSTIFICATION: Il vous souviendra que le CD USN a décrété un mot d'ordre de...

Crise à l’Université de Niamey : une commission d’enquête parlementaire pour proposer des solutions

18 avril 2018
Crise à l’Université de Niamey : une commission d’enquête parlementaire pour proposer des solutions

Déclaration de l'Assemblée nationale sur la situation de l'enseignement supérieur En application de l'article 98 de la Constitution du 25 novembre 2010 et des articles 112 et 113 du Règlement Intérieur de...

CRISE SCOLAIRE : Reprise des cours à l'université de Niamey

18 avril 2018
CRISE SCOLAIRE : Reprise des cours à l'université de Niamey

Les cours ont repris depuis quelques jours à l'université de Niamey, qui compte 23.000 étudiants et a été paralysée durant des semaines par des grèves d'étudiants et d'enseignants, signale une...

Plusieurs cas d'épidémies de méningite dans le centre et l'est du pays (officiel)

17 avril 2018
Plusieurs cas d'épidémies de méningite dans le centre et l'est du pays (officiel)

Plusieurs cas d'épidémies de méningite ont été déclarés dans certaines localités du Niger, tandis que le seuil d'alerte est atteint dans plusieurs autres districts sanitaires, a déclaré lundi à Niamey,...

Enseignement supérieur : L’UENUN sollicite l’intervention du président Issoufou, «le camarade et ancien cadre de l’USN »

9 avril 2018
Enseignement supérieur : L’UENUN sollicite l’intervention du président Issoufou, «le camarade et ancien cadre de l’USN »

POINT DE PRESSE DU COMITE EXECUTIF DE L’UNION DES ETUDIANTS NIGERIENS A L’UNIVERSITE DE NIAMEY (CE/UENUN) Niamey, le 08 avril 2018 Ce jour 08 mars 2018, le Comité Exécutif de...

Crise universitaire: Divergences entre l'USN et l'UENUN sur la grève

9 avril 2018
Crise universitaire: Divergences entre l'USN et l'UENUN sur la grève

Que se passe-t-il vraiment entre le CD/USN et la grande base de l’UENUN ? C’est la question qui mérite d’être posée au regard des derniers évènements en date de ce dimanche...