mercredi, 21 février 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

St VALENTIN 851X315px min

villa a louer KK min

ISSOUFOU CAMES min

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Monsieur le Haut Représentant du Président de la République,
Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions de la République,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Honorables Députés,
Monsieur le Secrétaire Général du CAMES,
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants
Des Organisations internationales,
Eminents Enseignants Chercheurs,
Mesdames et Messieurs,

C’est à Niamey que fut créée, le 22 Janvier 1968, il y a de cela cinquante ans, sous l’impulsion du Président Diori Hamani et de ses pairs de l’espace francophone, l’Organisation Commune Africaine et Malgache (OCAM), ancêtre du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES). Le CAMES donc cinquante ans et la célébration , ici à Niamey, du jubilé d’or consacrant son cinquantenaire du honore notre pays qui a, par ailleurs, fourni à l’Afrique certains de ses premiers scientifiques de renom : je veux parler du professeur Abdou Moumouni, premier Africain agrégé en sciences physiques et chercheur émérite en énergie solaire, du professeur Ba Boubacar, premier Mathématicien Africain diplômé de l’Ecole Normale Supérieure, cette célèbre et prestigieuse école française de formation supérieure des enseignants et chercheurs, du professeur Dan Dicko Dan Koulodo, éminent chimiste, premier responsable exécutif de l’Agence de Coopération Culturelle et Technique (ACCT) qui a donné naissance à l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). C’est avec beaucoup d’émotion que j’évoque le souvenir de ces trois grands professeurs, surtout que j’ai eu la chance d’avoir été enseigné par deux d’entre eux, en mathématique pour l’un et en thermodynamique pour l’autre. Tous les trois ne sont plus parmi nous. Que leurs âmes reposent en paix et que leur exemple soit une source d’inspiration pour notre jeunesse afin que l’Afrique produise d’avantage d’enseignants et de chercheurs à la hauteur de leur réputation.


Mesdames et Messieurs,
En relisant le discours prononcé par le Président DIORI Hamani à l’occasion de l’évènement dont nous fêtons le cinquantenaire aujourd’hui, le mot suivant a retenu mon attention, je cite : « quelle claire leçon sommes-nous en droit de tirer, quel chaud réconfort pouvons-nous éprouver, quels valables espoirs nous est-il permis de nourrir, en constatant tout simplement ce fait : aucune défaillance ; nous sommes tous présents ; nous sommes tous fidèles au rendez-vous que nous avions fixé. Cette unanimité traduit sans équivoque que, si chacun des Etats membres de notre organisation se trouve , en ce moment même, confronté à des difficultés de nature et d’acuité très diverses, qui affectent tantôt séparément, tantôt conjointement sa propre vie nationale et ses relations extérieures, chacun d’eux cependant a pleine conscience de ce que ses responsabilités nationales ne peuvent être dissociées de ses responsabilités Africaines ; que l’intérêt et le devoir lui imposent de conserver une vision des évènements et des situations élargie aux dimensions de l’AFRIQUE et du monde… ». Le CAMES est justement le fruit de cette vision élargie de l’Afrique, une Afrique intégrée dans tous les secteurs de la vie économique et sociale. Du reste, de tous les instruments d’intégration dont s’est dotés notre continent, je considère, à long terme, que le CAMES est l’instrument d’intégration le plus décisif, car sa vocation concerne l’accumulation de ce que l’homme peut avoir de plus précieux : le savoir-faire et la connaissance, tous indispensables à la renaissance de notre continent. Fruit d’une vision élargie de l’avenir de notre continent, le CAMES, c’est l’intégration des cerveaux ; le CAMES, c’est la coopération des intelligences, c’est à dire la forme d’intégration la plus avancée, la plus achevée et, en contribuant à lutter contre l’ignorance et l’obscurantisme, il peut contribuer à renforcer cette vision, car l’ouverture d’esprit, que le savoir permet, élargit l’horizon et met l’homme au-dessus des replis identitaires au sein de son pays, d’abord, et à l’échelle du continent et du monde ensuite. C’est pourquoi, je salue et encourage les activités innovantes en cours d’exécution au niveau du CAMES, notamment l’élaboration du guide de bonnes pratiques et des directives de l’Assurance Qualité de l’Enseignement Supérieur. De telles initiatives sont indispensables pour assurer un enseignement de qualité et accroître l’attractivité des universités et institutions africaines dans un environnement mondial très compétitif et ouvert. L’Afrique doit abriter des foyers de recherche et d’innovation de haut niveau et participer pleinement à ce rendez-vous du donner et du recevoir qui caractérise un monde de plus en plus globalisé. L’Afrique doit cesser d’être une simple consommatrice de produits et innovations développés par d’autres de la même façon qu’elle doit poursuivre son combat pour sortir du pacte colonial qui fait d’elle un simple réservoir de matières premières et un marché pour les produits manufacturés fabriqués ailleurs. C’est la condition nécessaire pour l’émergence et le développement du contient. Certes, cela impose des exigences, des sacrifices et des coûts mais c’est à ce prix que des institutions comme le CAMES pourront remplir leur mission. Coordonner les systèmes d’enseignement supérieur et de la recherche afin de d’harmoniser le programme et les niveaux de recrutement dans les différents établissement des pays membres, collecter et diffuser tous les documents universitaires ou de recherche, instaurer une coopération culturelle et scientifique permanente entre les Etats membres, tels sont les axes de celle du CAMES.

Mesdames et Messieurs,
Le programme de renaissance, que le Gouvernement met en œuvre depuis bientôt sept ans, a beaucoup d’ambition pour le secteur de l’éducation en général et pour l’enseignement supérieur en particulier. En dépit d’un contexte sécuritaire difficile qui amène le Gouvernement à affecter près de 15% des ressources budgétaires au secteur de la sécurité, un effort important a été fait en matière d’infrastructures, d’équipement, de recrutement de personnel enseignant, d’accroissement des effectifs d’étudiants. Plusieurs centaines d’enseignants chercheurs et technologues ont été recrutés depuis sept (7) ans. Sur la même période, le nombre d’étudiants et le montant des bourses ont été multipliés par trois (3) environ, tandis que le nombre d’universités a été multiplié par deux (2) passant de quatre (4) à huit (8). Le développement de l’enseignement supérieur en quantité et en qualité dépend, naturellement, de la qualité des autres niveaux d’enseignement, primaire et secondaire. Les efforts du Gouvernement dans ses secteurs sont sans précédent. Les réformes actuellement en cours vont en améliorer la qualité. Quant à la formation professionnelle et technique, sa part dans l’enseignement est passée de 8% en 2010 à 25% en 2016. Elle sera de 40% en 2021. A cette date, l’objectif est de doubler l’effectif des étudiants, dans les universités, par rapport à 2016 avec, je m’en voudrais de ne pas le souligner, un accroissement de la proportion d’étudiantes de 34% en 2015 à 40% en 2021. Parallèlement, le Gouvernement se fixe pour objectif la création de plusieurs centaines de milliers d’emplois grâce à une économie dynamique dont le taux moyen de croissance sera environ de 7%.

Mesdames et Messieurs,
En dépit des efforts consentis, je sais que de nombreux défis jalonnent le chemin du développement de notre système éducatif en général et de l’enseignement supérieur en particulier. C’est pourquoi, je reçois la distinction de grand-croix de l’ordre international des palmes académiques du CAMES comme un encouragement pour le Gouvernement en vue d’affronter ces défis avec une détermination redoublée en poursuivant les efforts entamés dont les plus récents sont, entre autres, l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants chercheurs à travers un statut révisé, l’adoption d’un statut particulier pour les chercheurs de l’Institut national de recherche agricole, le retour des institutions nigériennes dans le système d’évaluation du CAMES etc…..Je puis vous assurer que notre engagement en faveur du CAMES et de l’enseignement supérieur et de la recherche est total : cet engagement ira croissant comme le confirment les objectifs que nous sommes fixés dans le plan de la renaissance du Niger 2017-2021. Cet engagement ira croissant, car l’université est cet incubateur des idées et des valeurs dont notre pays a besoin pour sa renaissance culturelle en vue de sa modernisation sociale, politique et économique.
Par ailleurs, fort de la distinction dont vous venez d’honorer le Niger, je serai votre ambassadeur auprès de mes pairs et des organisations internationales pour plaider en faveur de la promotion de l’enseignement supérieur et de la recherche et pour plus de ressources financières en faveur du CAMES.

VIVE LE CAMES !
VIVE L’INTEGRATION AFRICAINE !
JOYEUX CINQUANTENAIRE A TOUS !

Je vous remercie !

Commentaires   

+3 #1 AG ADÈS BAHAUSHÉNÉ 26-01-2018 01:46
Citation en provenance du commentaire précédent de Un extrait de votre parfait Discours, SEM Issoufou Mahamadou Président de la République :
Mesdames et Messieurs,...je sais que de nombreux défis jalonnent le chemin du développement de notre système éducatif en général et de l’enseignement supérieur en particulier...Je puis vous assurer que notre engagement en faveur du CAMES et de l’enseignement supérieur et de la recherche est total...Cet engagement ira croissant, car l’université est cet incubateur des idées et valeurs dont notre pays a besoin pour sa renaissance culturelle en vue de sa modernisation sociale, politique et économique...
Rappelant la pragmatique pensée de Batassayé Jikan Aggo, celui-là qui nous a emmené à notre engagement à toujours croire fermement à toutes vos interventions et discours; ce,depuis que Votre Excellence a courageusement prononcé la "Souratoul kafirouna" à la sublime Tribune Mondiale des Nations Unies en votre volonté de servir le Niger et son peuple à la manière d'Omar Bin Al Khattab surnommé Al Farrouk (qui sait différencier la Lumière spirituelle de l'obscurantisme). Vos prédécesseurs ont gouverné nos peuples à la manière de certains chefs d'antan qui furent complices...
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 AG ADÈS BAHAUSHÉNÉ 26-01-2018 01:49
...quand les colons avaient exclavagisé, animalisé et abêti les bras les plus valides d'entre nos ancêtres (hommes et femmes) pris et entreposés comme des sardines dans des négriers dont ils ont emmenés aux nouvelles terres d'Amérique découvertes par Christophe Colombes en 1492 pour travailler à la place des machines non encore inventées. Nos études ont démontré qu'à peine 27% survécurent des naufrages dus aux troubles de la mer et des océans. Or, ce sont ces noirs qui ont été les tout premiers à inventer les machines égreneuses de coton et de filature, des batteuses de maïs et du blé pour facilement récupérer les graines ainsi que le jus de la canne à sucre ou l’élévateur des charges dans des mines profondes. Les noirs étaient la chair à canon pour protéger les originaires des métropoles aux guerres mondiales. Vos prédécesseurs ont été les dociles complices à la fuite des cerveaux formés sur la base des impôts payés par nos pères. Aujourd'hui, la meilleure matière grise qui sorties de la Sorbonne et les grandes universités occidentales servent plutôt dans les grandes entreprises occidentales partout au mondes au détriment de nos États qui en ont tant besoin pour se sortir...
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #3 AG ADÈS BAHAUSHÉNÉ 26-01-2018 01:51
...du lit d'hôpital du sous-développement, de la misère et de la pauvreté. Pour masquer leurs erreurs liées à leur incapacité intellectuelle, vos prédécesseurs, tel l'acoquinant "MAÏ FABRIQUER DAKANSHI" ont eu l'idée d'inventer de hauts cadres malheureusement FAUX DIPLÔMÉS qu'ils ont nommé aux hautes fonctions dans notre pays pour vider les coquilles que l'infatigable et vaillant peuple nigérien a toujours essayé de remplir. Il n'y avait que le sage Pdt Baba Tandja Mamadou qui a essayé de donner de l'espoir à la pépinière de la vie, la Jeunesse en promettant d'envoyer des jeunes diplômés partout au monde pour chercher le savoir afin de parer à l'insuffisance des cadres à même de relever le défit face aux nouvelles infrastructures en chantiers (Raffinerie de pétroles, port sec, barrage de Kandadji...). Malgré le frein appuyé à fond sur ce moteur de développement dégrippé par Baba Tandja Mamadou par les hommes d'un 10 Avril 2010 qui ont été des plus honnêtes quant à la restitution du pouvoir aux civils, votre accession à la magistrature suprême du Niger, a été l'ultime espoir des jeunes hauts diplômés sortis de nouvelles universités avec de beaux bagages intellectuels à même...
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #4 AG ADÈS BAHAUSHÉNÉ 26-01-2018 01:54
...de se marier avec les nouvelles technologies industrielles et de communications. Hélas, avec ceux qui ont précédé Votre Excellence, jusqu'aujourd'hui, le Gvt de celui qu'Adila Yar Tassaoua et Gazaoua Guidan Iddar, ont surnommé le Ninja Blanc de l'Aïr, SE le patient PM Brigi Rafini peine à relancer le recrutement de ceux-là qui sont prêts à emmener le Niger à se lever, marcher et courir en participant au marathon mondial pour poser ses pieds sur le podium des nations qui gagnent au lieu de toujours tenir IDHachement la queue de peloton. Il est vrai que le Gvt de l'Homme bleu du désert renferme certains de bons médecins toujours prêts à administrer les meilleurs vaccins à notre pays affaibli par tant de maux que vos prédécesseurs lui ont causés. Mais, nos sages ancêtres disaient: "LES EFFORTS DE TOUT ROI OU EMPEREUR ENTOURÉ DE GENS INTELLECTUELLEMENT INSUFFISANTS, SERONT VOUÉS À DES PEINES PERDUES". Et, un concitoyen écrivait dans son article relatif au Programme d'Ajustement Structurel "PAS-UN PAS SANS P.A.S-SAGE" au Journal Haské N° 35 du 11 au 18 Mai 1992, d'Ibrahim Diop dit Ibricheck: "POUR DÉTRUIRE UNE FORÊTS, UNE COMMUNAUTÉ, UN PEUPLE OU UNE NATION, IL SUFFIT DE DÉTRUIRE...
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #5 AG ADÈS BAHAUSHÉNÉ 26-01-2018 01:57
...SA PÉPINIÈRE DE LA VIE, LA JEUNESSE". La jeunesse nigérienne compte sur Votre Excellence Mr le Président, afin de la protéger contre les effets néfastes desquels, les meilleurs cerveaux s'expatrient pour aller servir sous d'autres cieux pendant que notre Mère-patrie alitée souffrait de tous les maux liés au mauvais enseignement que cherche à remédier le vaillant Ministre Daouda Mallam Marthé tout comme l'amélioration de la santé publique de l'intrépide Ministre Maïnassara. Recevant un de ses Compagnons en compagnie de ses deux frères qui sollicita la nomination de l'un l'autre au poste de Gouverneur sur une et une autre province sous la tutelle de la Oumma Islamique, le Prophète Mohamed (rsaws/Paix et Salut d'Allah (swt) sur lui), répondit: "JE JURE PAR CELUI QUI TIENT MA VIE, JE NE NOMMERAI PAS CELUI QUI DÉSIRE ARDEMMENT LE POUVOIR". Et, Abou Dzarr de dire à Abou Houreira nommé Gouverneur d’Égypte et vivant luxueusement: "Méfie-toi du pouvoir car le lait de ses mamelles est doux et devient amer au sevrage. Sert soucieusement le peuple comme Abou Moussa Al Ach Arr nommé Gouverneur sur la Syrie qui prononça son premier discours en ces termes: "Je suis venu vous balayer et ...
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #6 AG ADÈS BAHAUSHÉNÉ 26-01-2018 02:21
...porter vos charges sur ma tête. Dénoncez-moi quand mon turban qui ne serait acquis non pas de la sueur de mon front". Ainsi vécu le noble yéménite en ne se nourrissant que du prix de vente des cordes qu'il tissait et vendait au marché. Vivant dans ce monde d'aujourd'hui où le pauvre qui court à la recherche de sa pitance, est traité de fou pendant que l'on dit du riche qu'il est pressé; néanmoins, nous tous Soldats Libres, Soldats de la Liberté et de la Démocratie sous le commandement du frère "GAZAWA GUIDAN IDDAR", sommes tous convaincus de la sagesse du Gvt de notre Abobadz SE le PM Brigi Rafini quant à la Loi des Finances 2018. Vivant à la diaspora, la sœur ZAINAF KANEWAR IBRAHIM YACOUBA nous sensibilisait à comprendre l'origine de toutes les aides au développement que reçoit notre pays, n'émanaient que des impôts payés par les citoyens de nos partenaires donateurs. Il est donc temps que nos concitoyens en soient conscients pour apprendre à pêcher au lieu d'attendre de quelque part ou de quelqu'un, le poisson du repas quotidien. Qu'Allah (swt) vous assiste Excellence Monsieur le Président Issoufou Mahamadou et vous éclaire le chemin de bonne gestion avec sa Lumière. Amen!
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #7 KOINI 26-01-2018 11:42
C'est une insulte à l'endroit de la communauté Universitaire nigérienne.Avec des chantiers amphithéâtres non achevés depuis 5ans,des bourses non payées,des restaurants fermés,des salaires arriérés de salaires des enseignants chercheurs,etc,peut-on en toute impartialité décoré un tel irresponsable.
C'est la preuve matérielle que le CAMES,n'est pas sérieux,ce n'est qu'une institution politique et politicienne à la solde des politiciens,ce n'est que du Folklore.
FOUTAISE!!!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #8 Frère 02-02-2018 11:04
Citation en provenance du commentaire précédent de AG ADÈS BAHAUSHÉNÉ :
... Vivant à la diaspora, la sœur ZAINAF KANEWAR IBRAHIM YACOUBA nous sensibilisait à comprendre l'origine de toutes les aides au développement que reçoit notre pays, n'émanaient que des impôts payés par les citoyens de nos partenaires donateurs. Il est donc temps que nos concitoyens en soient conscients pour apprendre à pêcher au lieu d'attendre de quelque part ou de quelqu'un, le poisson du repas quotidien. Qu'Allah (swt) vous assiste Excellence Monsieur le Président Issoufou Mahamadou et vous éclaire le chemin de bonne gestion avec sa Lumière. Amen!

Sage commentaire, qu'Allah SWT entende vos prières et entoure le president d'hommes très honnetes et soucieux du Niger comme ceux que vous avez citez.
Et j'espère que les nigeriens finiront par comprendre que si nous voulons etres independant de l'aide étrangère, il nous faudra renoncer à l'incivilité fiscale en payant nos impots et taxes et en évitant toute forme de corruption.
Que Dieu benisse le Niger. Ameen
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

ALM web 302x534px min

 

CFEVRIER2018Niger 1 bell

St VALENTIN 960X960px min

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

ENQUÊTE EXCLUSIVE - Maradi/Education : Le scandale des chantiers abandonnés !

4 février 2018
ENQUÊTE EXCLUSIVE - Maradi/Education : Le scandale des chantiers abandonnés !

Deux blocs de 3 classes à l’école Maida Mamoudou,  deux autres blocs identiques à l’école Noma Kaka 1, un bloc à Noma Kaka 2, 2 blocs de R2 au CES...

Mahamadou Issoufou, président du Niger: « J’ai fait construire 15 000 classes lors de mon premier quinquennat»

1 février 2018
Mahamadou Issoufou, président du Niger: « J’ai fait construire 15 000 classes lors de mon premier quinquennat»

Mahamadou Issoufou se rend à Dakar le 1er et 2 février pour participer à la conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation (PME) avec son homologue sénégalais Macky Sall....

FIÈVRE DE LASSA : Après des cas mortels au Bénin, le Niger prend ses dispositions

30 janvier 2018
FIÈVRE DE LASSA : Après des cas mortels au Bénin, le Niger prend ses dispositions

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU MINISTERE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Dans le cadre de la préservation de la santé des populations en général et de la lutte contre la maladie en...

Discours du Président de la République SEM Issoufou Mahamadou à l'occasion de la cérémonie officielle de lancement des célébrations du 50e anniversaire du CAMES

25 janvier 2018
Discours du Président de la République SEM Issoufou Mahamadou à l'occasion de la cérémonie officielle de lancement des célébrations du 50e anniversaire du CAMES

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, Monsieur le Haut Représentant du Président de la République, Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions de la République,...

Enseignement professionnel : Faute de paiement de leurs frais par l’Etat, des boursiers interdits de cours

17 janvier 2018
Enseignement professionnel : Faute de paiement de leurs frais par l’Etat, des boursiers interdits de cours

Les boursiers de l’enseignement professionnel interdits de cours pour non-paiement par l’Etat de leurs frais de scolarité. Les étudiants et élèves des Instituts et Ecoles Professionnelles de Niamey n’ont pas pu...

SANTE PUBLIQUE : Interdiction des ventes des produits des gammes PICOT, CELIA et MILUMEL (LACTALIS)

14 janvier 2018
SANTE PUBLIQUE : Interdiction des ventes des produits des gammes PICOT, CELIA et MILUMEL (LACTALIS)

Le ministre de la Santé publique, Dr Illiassou Mainassara, a ordonné ce samedi 13 janvier, « l’arrêt de la commercialisation à tous les points de vente de tous les lots des...