jeudi, 22 février 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

St VALENTIN 851X315px min

villa a louer KK min

Kalla Moutari ministre de la defense du Niger-min 

Pour le ministre nigérien de la défense, les rivalités communautaires, le manque de confiance en l’Etat et les trafics illicites profitent aux terroristes.
La bande sahélo-saharienne est au cœur des préoccupations sécuritaires des pays occidentaux mais les moyens engagés sont-ils à la hauteur de l’enjeu ? Alors que la force régionale du G5 Sahel se met en place et que des enquêteurs américains se sont rendus, dimanche 12 novembre, sur le site où quatre de leurs soldats ont été tués début octobre, le ministre nigérien de la défense, Kalla Moutari, s’exprime dans un entretien au Monde Afrique.

Kalla Moutari estime que les forces armées nigériennes ainsi que celles de pays alliés, tels que la France et les Etats-Unis, ne sont pas parvenues à « faire la différence » dans le combat contre les groupes djihadistes qui opèrent à la frontière avec le Mali.

En un mois, deux attaques djihadistes le long de la frontière du Niger avec le Mali ont fait 22 morts parmi les forces de sécurité, dont quatre membres des forces spéciales américaines à Tongo Tongo le 4 octobre. Comment expliquer la fragilité de cette frontière ?

Kalla Moutari : Les communautés de cette région [Peuls et Touaregs du groupe Daoussahak] ont développé une rivalité. Elles se renferment sur elles-mêmes, elles se protègent. Dans ce contexte, la lutte antiterroriste devient particulièrement difficile.

Le 21 octobre, treize gendarmes ont été tués à Ayorou, dans la région de Tillabéri (nord-ouest). Comment les assaillants ont-ils pu opérer une telle incursion et repartir au Mali voisin sans être inquiétés ?

Après l’attaque de la gendarmerie, nous les avons poursuivis. Les forces aériennes les ont repérés dans un village de la frontière, du côté malien. On ne pouvait pas vraiment intervenir afin d’épargner la population civile. Mais nous les avons « fixés » avec des avions équipés de caméras. L’idée était de les attaquer quand ils sortiraient du village. Or la traque s’est révélée infructueuse. Ils sont sortis, on ne les a pas vus. Cela fait mal. Il nous faut l’expliquer à l’opinion. Comment des armées équipées, la nôtre et celles de nos alliés [français et américains], ont-elles échoué jusqu’à présent à faire la différence ? C’est la question. Comment se fait-ils que les terroristes s’en sortent ainsi après leurs attaques ? Dans cette zone frontalière de Tillabéri, il nous faut nous organiser et convaincre. Or pour le moment, nos armées n’ont pas convaincu.

Une des explications n’est-elle pas le défaut de coopération de la population locale ?

Il n’y a pas vraiment d’adhésion idéologique au projet djihadiste dans cette région. Il y a du trafic, du banditisme, des intérêts partagés autour d’activités illicites. Et il y a aussi la peur. Les terroristes liquident ceux qui leur résistent. Quand une armée ne protège pas, les gens tendent à ne pas s’exposer. Le jour où l’armée arrivera à protéger, la population collaborera, elle nous prêtera main-forte. Nous avons impérativement besoin de rassurer la population. Nous ne sommes pas encore adaptés à cette guerre qu’on nous impose.

Que pensez-vous du type de coopération que vous avez nouée avec vos partenaires français et américains ?

Nous attendons de nos amis qu’ils nous aident à mieux équiper nos armées, à partager les renseignements et à mieux former nos hommes. Pour le reste, on s’en occupe.


Le Monde Afrique

Commentaires   

+8 #1 Hum 13-11-2017 22:59
Quand vous installez des bases étrangères cela porte atteinte à la morale de la troupe donc il ne faut pas espérer autre chose, c est comme si vous dites à l armée nationale elle ne Valle rien et qu il faut faire appel à la force coloniale et sur ce point vous avez parfaitement raison, parce que vous avez foutu pas mal de merdes dans les culs des bidasses et ils n ont pu rien.
Citer | Signaler à l’administrateur
+8 #2 Kalla 14-11-2017 08:48
Mais ce Kalla me fais rire sincerment.Avec tes tels propos qui concretement il peut encourager dans l armee.Il est vraiment fais pour gerer une boutique a Katako
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #3 Modibo 14-11-2017 08:52
Au moins cette interview a le mérite de reconnaître nos limites, qui en réalité viennent du manque de moyens (matériels, renseignements et humains) de nos troupes. Bazoum l'a déjà dit en tant que ministre de l'intérieur et maintenant que celui de la défense le dit on n'attend que la réaction du président.
Citer | Signaler à l’administrateur
+8 #4 Niger 14-11-2017 09:29
L'armée n'est pas une armoire Mr Kalla.
Vous ne pouvez pas confier la securité de votre pays à des armées étrangères et croire un seul instant que votre pays soit sécurisé.
Les jihadistes viennent d'ou? L'occident crèe les problèmes pour mieux vous asservir et piller vos richesses avec la complicité de certains dirigeants peu soucieux de leur peuple.
Lorsque la France dit tel dirigeant est bien, et bien ce dirigeant est bien pour la france et non pour son peuple car il fait de son mieux pour servir les intérets de la France .
Voyez le cas illustratif de Compaoré qui a fuis son pays sous escorte de l'armée française.
Les militaires sont mal équipés peut etre mais qu'est ce que le ministre de la défense attend pour y remedier .
Ou bien pense t-il que protèger le président est plus important que de protéger nos frontières
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #5 dan soje 14-11-2017 10:29
Le jeu est biaisé dès qu'il y a la présence de forces étrangères qui, elles, ont d'autres agendas : semer ou encourager le chaos pour mieux s'installer et puiser nos ressources. Le fait est qu'elles n'ont même pas besoin de cette stratégie pour arriver à nos ressources : épargner au moins la vie des innocents ! Le "nègre" n'a pas encore fini de dormir, donc pas besoin de tuer des innocents pour accéder à nos ressources ! Quant à nos armées, elles ressemblent à quelqu'un qui guerroie avec un couteau face à un adversaire qui a l'arme à feu ! Au temps de Kountché, il y avait le renseignement jusque dans le plus petit hameau et l'armée était omniprésente sur le terrain, pas concurrencée par "des soldats bons samaritains" venus d'Occident. Dites tout simplement la vérité au peuple, c'est mieux !
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #6 Le panafricain 14-11-2017 10:51
Domage pour vous et s'il vous plait arreté de confondre la securité du Niger avec les interets mesquins des imperialistes
Citer | Signaler à l’administrateur
-5 #7 djambeydou 14-11-2017 12:25
bien dit panafricaniste. effectivement certains de nos compatriotes ,je ne sais pour quel intérêt ,s'amusent expressément a confondre cette sécurité à ces intérêts impérialistes.la seule explication ce qu'ils veulent dénigrer ce pays ,remettre en cause les efforts du président de la république dans la lutte contre le terrorisme.je rappelle à ces individus que la paix et la sécurité n'ont pas de prix.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 Patriote 14-11-2017 14:32
Il y'a Monsieur le ministre des complicités à tous les niveaux:des complices arrêtés puis relâchés,
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #9 Niger 14-11-2017 16:07
La regle elementaire de tous combat Mr le Ministre est de mieux connaitre un ennemi avant de le combattre. un ennemi asymetrique dans une guerre asymetrique doit etre abattu de deux facons: la regle du 2/2 et le vaincre par la traques des messagers muets qui font le travail de renseignement pour ces djihadistes.
T, il est grand temps que ces derniers comprennent que nous pouvons pas gagner cette guerre contre ces obscurentistes si nous continuons avec cette attitude. Nous sommes sur le terrain et nous savons ce que nous endurons.
Nous avons perdu plusieurs camarade d'arme qui ont payé de leurs vie pour que tous ces lecteurs dorment en paix. Nous souffrons en silence et les veuves et orphelins de nos soldats qui sont dans la pauvreté absolue car aucun soutien de nos gouvernants et de la hiérarchie militaire.
Allez dire à ces orphelins et veuves que nous denigrons le pouvoir
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #10 Niger 14-11-2017 16:11
C'est facile de se cacher derrière son clavier et de penser que le monde ne s'arrète qu'a sa seule personne
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 Gona 14-11-2017 20:11
Bien dit le niger
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

ALM web 302x534px min

 

CFEVRIER2018Niger 1 bell

St VALENTIN 960X960px min

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Le président Issoufou appelle la CEDEAO à redoubler d’efforts pour la création de la monnaie unique en 2020

21 février 2018
Le président Issoufou appelle la CEDEAO à redoubler d’efforts pour la création de la monnaie unique en 2020

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE LA CINQUIEME REUNION DE LA TASK FORCE PRESIDENTIELLE SUR LE PROGRAMME DE LA MONNAIE UNIQUE...

Discours « ethnique » chez les hommes politiques : Le retour des manipulateurs de conscience !

18 février 2018
Discours « ethnique » chez les hommes politiques : Le retour des manipulateurs de conscience !

La dernière « sortie ratée » de Hama Amadou sur Vox Africa le vendredi 2 février passé et celle plutôt pathétique et burlesque du « vieux » Sanoussi Jakou sur Anfani Niamey quelques temps...

CEDEAO : la nouvelle feuille de route pour la monnaie unique bientôt examinée

17 février 2018
CEDEAO : la nouvelle feuille de route pour la monnaie unique bientôt examinée

Le 21 février prochain, les chefs d'Etat ivoirien, ghanéen, nigérien et nigérian examineront ensemble le programme de la mise en œuvre du programme de la monnaie unique de la Communauté...

COLLECTIVITÉS LOCALES : plusieurs maires révoqués pour mauvaise gestion

17 février 2018
COLLECTIVITÉS LOCALES : plusieurs maires révoqués pour mauvaise gestion

Le Conseil des ministres du vendredi 16 février a pris plusieurs décisions relatives aux collectives locales et qui se sont traduites par la révocation de certains maires pour mauvaise gestion.

185 milliards de FCFA recherchés pour assister environs 1,8 million de personnes en 2018 au Niger

16 février 2018
185 milliards de FCFA recherchés pour assister environs 1,8 million de personnes en 2018 au Niger

Le Premier Ministre, Brigi Rafini a lancé officiellement ce jeudi, le plan de réponse humanitaire 2018 pour le Niger. La cérémonie s’est déroulée en présence des membres du gouvernement, des...

BAZOUM MOHAMED : « Le 4 mars, on va leur montrer qu’on est plus nombreux qu’eux » (vidéo)

16 février 2018
BAZOUM MOHAMED : « Le 4 mars, on va leur montrer qu’on est plus nombreux qu’eux » (vidéo)

Les partis politiques membres de la Majorité présidentielle (MRN et APR) ont rendu public une déclaration le mercredi 14 février. A cette occasion, le président du PNDS Tarayya, Mohamed Bazoum,...